AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'M THE ONLY ONE — Caoimhe Abercromby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 05/10/2016
♛ Messages : 542
♛ Chardons en poche : 547
♛ Mon allégeance va à : Aux vrais prétendants !


MessageSujet: I'M THE ONLY ONE — Caoimhe Abercromby   Lun 31 Oct - 12:29



Caoimhe & Fergus
   I'm the only one

M
on cheval avançait au pas. La route jusqu'à nos terres des Lowlands était longue et sinueuse depuis Fort William. Nous ne parlions pas mon père était devant avec la carriole qui transportait les corps sans vie de mes frères. Plus silencieux encore que les arbres qui nous entouraient. Je fixais la crinière de mon cheval. J'étais là, mais mon esprit était encore dans cette cellule  avec Murtagh et Angus. J'avais du mal à me rendre compte  du drame qui venait de ce dérouler devant mes yeux. L'enfant en moi n'avait qu'une seule envie, pleurer, pleurer, encore et encore ! Pourtant j'avais vingt-trois ans j'étais un homme, je devais être fort.

« Ta mère et ta soeur t'attendent mon fils »

Lança mon père simplement alors que nous arrivions sur nos terres en début d'après-midi. Je lui lança un regard interrogateur, ne venait-il pas avec moi ? A priori non. Il souhaitais peut être apprêter ses fils avant que Mère ne les voie, ce que je peux comprendre. J'hoche finalement la tête, donnant un  dernier coup de talon à mon cheval pour le faire avancer jusqu'au chateau ou je vivais. Le voir ici dressé si imposant me rendait encore plus triste. Un jour prochain ce chateau serait à moi...

« Seigneur, Ferguson ! »

S'était exclamé ma mère en  dévalant les marches devant le perron, me sautant au coup à peine eus-je posé le pied au sol. Il me fallut quelques seconde pour poser une main dans son dos et répondre à son étreinte, oui, ou qu'elle se rassure, j'étais bel et bien rentré et physiquement en bonne santé.

A peine à la maison, Madame Innes m'amena un cidre et des banokes.
Cependant, je n'avais guère envie de manger ni même de boire, cependant je pus néanmoins mon verre, la posant sur la table. Je n'avais pas vu Cao en arrivant, peut être était-elle dans le jardin ? Je n'avais néanmoins plus la force d'aller la chercher. Je me sentais tout simplement vidé et terriblement triste.

Après m'être forcé pour mangé un banock afin de faire plaisir à Madame Innes, je finis par me lever et monter dans ma chambre. Je marquai une pause devant la porte fermée de la chambre d'Angus, juste en face de la mienne. Posant une main sur le chêne de la porte je murmurais une prière en gaélique pour la paix de son âme et de la mienne. J'avais l'impression d'être totalement incomplet sans lui. Même si Murtagh, le grand frère, le protecteur me manquait aussi, c'est Angus pour qui mes larmes coulaient en toute discretion le long de mes joues.

En entendant des pas dans l'escaliers, et pensant qu'il s'agissait de ma mère ou de Madame Innes, j'essuyais mes yeux rapidement  et traversai le couloir pour entrer dans ma chambre, poussant la porte sans pour autant la fermer. Je détachais mon kilt remplis de crasse, je restais en chemise puisque celle-ci était propre et m'asseyais sur mon lit, toujours le regard perdu dans le vide.


WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/10/2016
♛ Messages : 990
♛ Chardons en poche : 525
♛ Mon allégeance va à : à la couronne anglaise


MessageSujet: Re: I'M THE ONLY ONE — Caoimhe Abercromby   Mar 1 Nov - 20:43


Caoimhe

ft. Fergus

Chapitre un
 Tout est de ma faute, tout est de ma faute, tout est de ma faute. Je répète cette phrase en boucle dans ma tête depuis ce fameux jour. Pourquoi ? Si je n'avais pas résisté aux tuniques rouges,  si je n'avais pas hurlé, mes frères ne seraient pas en prison et deux d'entre eux ne seraient pas morts. Oui, c'est ma faute. Je n'aurais pas dû faire ce que j'ai fait … Depuis que mes trois frères sont en prison, je suis une âme en peine. Je me sens mal. Je me sens sale. J'ai jeté l’opprobre sur ma famille et jamais je ne pourrais laver ceci. Non, jamais. Jamais, je redeviendrais pure … Jamais … De plus, qui voudrait d'une union avec une fille qui a déshonoré sa famille ? Personne. Personne voudra m'épouser. En même temps, voulais-je quitter ma demeure ? Non. Je ne veux pas. Tant de pensées m'assaillent et je n'arrive pas à faire face. Ma tête comme mon cœur ne sont plus ceux qu'ils sont. Pour le premier, j'ai tant de choses à regretter, le second quant à lui a un trou béant. Personne ne pourra réparer ce trou … Non, personne. Peut-être que le temps pourra réparer ce dernier.
Je continue de penser à tout ceci. J'arrive enfin dans la cabane, celle-ci a un passé. En effet, mes trois frères me l'avaient fabriqué pour mon quatrième anniversaire. Nous allons souvent ici quand nous le pouvons. Je décide de monter. Je me rappelle des rires de mes frères, de leurs histoires à faire peur ou au contraire celles qui me faisaient rire aux éclats. Or, tout ceci ne seraient plus comme avant. Non, jamais. Je m'assois sur le sol et je pleure. Je laisse mes larmes couler à flot. Je me frotte le nez. Je me relève.

Caoihme – Je suis désolée mes frères … Je suis désolée. Je … Je suis une idiote. Je ne sais comment me faire pardonner … Devrais-je entrer dans la lutte contre les tuniques rouges ? Je n'avais vraiment jamais penser à cela. Non, au départ, je ne pensais pas à être contre eux … Mais, maintenant … Je me vengerais. Je ne sais comment ! Mais, je jure devant Dieu que je me vengerais. Cela pourra prendre du temps mais je le ferais. Je m'arrête un instant. Je …

J'entends une voix, celle-ci me rappelle celle de Donald, ce dernier est un jeune garçon âgé d'une douzaine année,  il a plusieurs tâches à accomplir à la maison dont celle de venir me chercher quand des personnes ont besoin de moi pour les soins. Je m'essuie mes larmes. Je ne veux pas qu'il voit que j'ai pleurer.

Donald – Caoihme ! J'ai vu la carriole de votre père, il va arriver.

Je dois rentrer à la maison. Mais avant de le faire, je dois accomplir quelque chose. Je descends doucement. Et, je regarde Donald. Je lui souris.

Caoihme – Je pense rester un moment encore ici. D'ailleurs … Donald, merci.

En effet,je voulais rester pour tresser des couronnes de fleurs puis les déposer sur mon arbre. À chaque fois que je sentais le besoin, je tresser des couronnes, je le faisais aussi quand des membres de famille ou mes proches étaient morts. Je souris à Donald, il m'a aidé lors de mes tournées. Il m'a même remplacé quand je n'avais pas la force de regarder les gens. Je ne sais comment lui remercier … Je le regarde.  

Donald – C'est normal, my lady. Que voulez-vous faire ?
Caoihme – Je dois tresser des couronnes. Je n'avais pas le courage de le faire avant aujourd'hui.
Donald – Je vous accompagne.

Nous allons dans le jardin. Nous ne parlons pas. Je ne savais quoi dire de plus, je dois avouer que je ne suis pas très bavarde quand j'effectue mes visites. D'ordinaire, je bavardais avec les villageois mais plus maintenant. Je soupire. Nous tressons trois couronnes de fleurs puis nous les apportons à mon arbre. Je dépose les trois couronnes. Je soupire. Je suis dos à Donald et je regarde mes trois couronnes, elles symbolisent mes trois frères. Je ne savais pas encore lequel est en vie. Lequel mérite de vivre ? Ils méritent tous de vivre. Murthag, Angus et Ferguson sont mes frères. Ils resteront toujours mes frères. Je ferme les yeux et j'essaye de mémoriser leurs visages

Donald – Nous devons y aller Caoihme, je pense que votre père est arrivé.

Je me retourne vers lui. Je respire doucement, il est temps pour moi de retourner à la maison. J'ai peur. Qui est de nouveau à la maison en compagnie de mon père ? Je ne me rappelle plus ce que ma mère m'avait dit des heures plus tôt … Elle a peut-être eu vent de quelque chose. Je continue de marcher. Je m'en veux de ne pas écouter les paroles de ma mère ou de mon père et d'être affligée par ma douleur. Eux, ils ont tout perdu. L'honneur et des enfants. Moi, j'ai perdu … Mes frères et ma pureté. J'arrive sur le perron de l'escalier. Mon père et ma mère sont en train de parler. Ils s'interrompent en me voyant, mon père me prend dans ses bras. Il montre rarement ces sentiments. Il me regarde dans les yeux. Nous ne parlons pas. Je ne voulais pas savoir qui … Non. Je pouvais me résoudre à demander.

Mère – Ferguson est là …

Je regarde ma mère. Ferguson est en vie. Mon grand frère est en vie mais pas Angus et Murthag. Si seulement je n'avais pas crier, ils seraient en vie. Je respire doucement puis je décide d'aller voir Ferguson. Je ne savais pas comment l'aborder ni parler avec lui. Après tout, comment il pourrait me pardonner ? Je suis responsable. Je suis la seule fautive dans tous ça. Je monte les escaliers avec une certaine anxiété.  J'arrive près de sa chambre. Je n'ose pas y rentrer. J'avais envie de courir vers lui et d'aller dans ses bras mais la peur qu'il me rejette est trop forte.

Caoihme – Ferguson … Dis-je doucement.




caoimhei'm the only one
(c) black.pineapple

_________________

❥ Rosemary Brandon
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 05/10/2016
♛ Messages : 542
♛ Chardons en poche : 547
♛ Mon allégeance va à : Aux vrais prétendants !


MessageSujet: Re: I'M THE ONLY ONE — Caoimhe Abercromby   Mer 9 Nov - 19:38



Caoimhe & Fergus
   I'm the only one

C
omment j'étais sensé continuer à vivre en sachant ce qui s'était passé là-bas, en sachant que je ne dois ma vie qu'a une vulgaire pièce de monnaie. J'étais en vie, simplement parce que j'ai eus de la chance, cela aurais dus être Murtagh. C'était lui le chef, enfin le futur chef, il avais une femme, il aurait pus avoir des enfants. Et je crois que j'aurais préféré mourir plutôt que d'être arraché à Angus comme cela. Je me sentais incomplet. C'est si difficile de décrire la relation qui nous unis...sait Angus et moi. Nous avions partagé le même ventre, nous somme né à quelques minutes d'écart. Nous avons grandis ensemble, nous avons appris tous les deux. Nous étions le reflet de l'autre dans un miroir, au point que même notre mère parfois avait du mal à nous reconnaitre. Nous jouions à changer les rôles parfois, je suppose que c'est ce que font tous les jumeaux.

Revoir tous ses souvenirs me fit esquisser un sourire tinté d'une immense tristesse. Je savais que finalement je n'étais pas seul, j'avais Cao, ma petite soeur, mon père, ma mère... Madame Innes. Je devrais m'estimer heureux d'être ainsi entouré, pourtant ce n'était pas le cas, je me sentais effroyablement triste. Je fixais le sol de ma chambre, les mains réunies sur mes cuisse. Perdu dans mes pensées, je me demandais comment j'allais faire. Ma vie n'était plus du tout celle qu'elle aurait due. Au delà du fait que j'avais perdu mes frère au jeu du pile ou face, maintenant, j'avais non seulement la responsabilité de leur mort mais aussi la grosse responsabilité du clan, c'est moi qui allait hériter de ce chateau, de ses terres et de tous les métayers qui y travaillent.

En entendant la voix douce de ma petite soeur je relevai la tête  me rendant compte qu'elle était entrée, je ne l'avais pas entendue. Je me forçai à lui sourire car finalement j'étais heureux de la voir ma petite Cao, elle m'avait beaucoup manqué


« Caoimhe... Tu m'as manqué »


Dis-je tout aussi doucement qu'elle, comme si je cherchais à ne pas déranger les fantômes de notre famille. En règle générale, je me serais lever c'est ainsi que j'ai été élevé. Lors qu'une femme entre dans la pièce une gentleman se doit de se lever. Cependant, je n'avais pas le coeur à cela. J'espère que m'a petite soeur me pardonnera mon indélicatesse. Cependant. j'écartai les bras pour l'inciter à e rejoindre pour pouvoir l'enlacer tendrement, lui prouvant ainsi que oui, elle m'avait manqué


WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/10/2016
♛ Messages : 990
♛ Chardons en poche : 525
♛ Mon allégeance va à : à la couronne anglaise


MessageSujet: Re: I'M THE ONLY ONE — Caoimhe Abercromby   Sam 12 Nov - 13:45


Caoimhe

ft. Fergus

Chapitre deux
J'arrive sur le seuil de la chambre de mon frère, je n'ose pas y rentrer. Je voulais courir et être dans ses bras mais je n'arrive pas. Je parviens à prononcer son prénom. Il relève sa tête, j'observe mon frère.

Fergus - Caoimhe... Tu m'as manqué  dit-il doucement.

Des frissons parcourent mon corps. Il m'a manqué. Fergus comme mes autres frères font parties des raisons de mon existence. Sans eux, je suis perdue. Je me rappelle que bien souvent, c'était à eux que j'étais agrippée et non aux jupes de ma mère. Cette dernière est une bonne mère, il ne faut pas en douter mais je jouais la plupart de mon temps avec mes frères. Je ne franchis pas encore le seuil de la porte. Je ne me sens pas encore le courage d'y aller. J'ai besoin que mon frère me montre un signe pour que je rentre. Mon frère écarte ces bras. Aussitôt, je franchis la porte. Je m'approche de lui et je vais dans ses bras. Je ne dis rien. À quoi ça sert de parler quand on peut exprimer ces émotions par nos gestes ? Je garde ma tête contre son torse puis je lève ma tête et je le regarde dans les yeux. Ensuite, je m'enlève de ses bras et je m'assois à côté de lui. Je pose ma tête contre son épaule. Je ferme les yeux, des larmes coulent le long de mes joues. Je repense à mes deux autres frères, ils ont rejoint le ciel, le paradis de notre Seigneur. Je sais qu'ils veilleront sur nous. Je ne parle pas encore. Je ne me sens pas le courage de parler à mon frère, et pourtant, il faut bien que l'un d'entre nous parle. J'ouvre les yeux, je me redresse un peu puis je prend la main de mon frère. Je la presse trois fois. Ce geste signifie dans notre langage, tu m'as manqué. C'est un geste que Fergus fait quand il vient dans ma chambre pour me consoler quand j'ai peur des orages. Je respire doucement. Il faut que Fergus et moi,nous parlons. Mais c'est difficile de parler après ce qu'on a vécu n'est ce pas ? L'un et l'autre, nous avons perdu quelque chose.

Caoihme – Je … suis désolée Fergus. Je me retiens de pleurer. J'enlève les larmes traîtresses qui ont coulé. Je … ne voulais pas. Je me tais un instant. Tu m'as manqué mon frère. Et là, des sanglots éclatent. Je parviens à murmurer quelques mots. Excuses moi.



caoimhei'm the only one
(c) black.pineapple

_________________

❥ Rosemary Brandon
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 05/10/2016
♛ Messages : 542
♛ Chardons en poche : 547
♛ Mon allégeance va à : Aux vrais prétendants !


MessageSujet: Re: I'M THE ONLY ONE — Caoimhe Abercromby   Sam 26 Nov - 22:37



Caoimhe & Fergus
   I'm the only one

E
lle n'osait pas venir vers moi, avait-elle peur ? Etais-je si repoussant. Je comprenais qu'elle ne soit pas entrée tant que je ne lui ai pas donné l'autorisation de venir. Mais je lui ai parlé et mon regard s'est montré doux afin de l'inciter à me rejoindre. Ma si jolie petite soeur, ma douce, mon trésor... Je n'ai bien entendu pas toujours pensé cela d'elle, lorsque j'étais jeune j'aimais plus que tout l'ennuyer, lui mettre de la boue dans les cheveux, cacher ses rubans, ou si vraiment elle nous embêtait Fergus et moi, nous farcissions son lit avec des crottes de mouton. Quand j'y repense, je n'ai pas été tendre avec elle. Elle ne méritait surement pas tous ces malheurs pauvre d'elle. Elle ne méritait pas non plus de perdre deux de ses frères. Le méritais-je moi ? Je l'ignore, peut-être, après tout je ne suis pas quelqu'un de bien je... cela fait tant d'année déjà que je vais à l'encontre de la loi du Seigneur. Pourtant je prie avec vigueur tous les jours, je me confesse et je fais pénitence. Cela n'a semblerait-il pas suffi. Mais pourquoi punir ma soeur alors ? Elle qui est plus pure qu'un nourrisson ?! J'avais finis par écarté les bras, espérant que cela la ferait bouger. Ce fut le cas fort heureusement ! Elle fondit sur moi dans un bruissement d'étoffe et se cala dans mes bras en bien moins de temps qu'il n'en faut pour le dire.

« Eh... Cao... »
Je passe une main mal habile dans ses cheveux glissant une longue mèche rousse derrière son oreille. « Tu n'as pas à t'excuser... chut arrête de pleurer sinon moi aussi je...vais pleurer et... ce n'est pas vraiment digne d'un futur Laird »

Murmurais-je la gorge extrêmement serrée retenant mes larmes avec beaucoup de peine. Je détestais la voir pleurer cela me brisait encore plus le coeur de me dire qu'elle était malheureuse, au moins autant que moi. Elle aussi venait de perdre deux de ses frères après tout.

« Mo chridhe Pour toi je pourrais tuer toute l'armée anglaise ne t'excuse plus tu es ma petite soeur c'est mon devoir de te protéger même si ce doit être au péril de ma vie et Murtagh et... et An...Angus pens...aient comme moi. Ils sont mort pour l'Ecosse... C'est à nous de faire en sorte que leur martyre ne soit pas vint. »

Dis-je tendrement en embrassant son front encore et encore, ce contacte me faisait beaucoup de bien je dois le reconnaitre.


WILDBIRD

_________________


A mhic un de diabhoi. + N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/10/2016
♛ Messages : 990
♛ Chardons en poche : 525
♛ Mon allégeance va à : à la couronne anglaise


MessageSujet: Re: I'M THE ONLY ONE — Caoimhe Abercromby   Sam 17 Déc - 18:18


Caoimhe

ft. Fergus

Chapitre trois

Je suis dans la chambre de mon frère Fergus. Avec ce dernier, nous avons une relation spéciale. Il a toujours été celui qui me cherchait le plus avec Angus. En revanche, Murthag lui me racontait des histoires. Il me racontait mon conte favori, celui d'une fée et d'un prince. Tant de souvenirs que je ne pourrais pas effacer.  Toutes ces pensées circulent dans ma tête pendant que je suis dans les bras de mon frère Fergus. Ensuite, je me met près de lui et je lui fais notre geste symbolique. Je finis par lui parler.

Fergus - « Eh... Cao... » Il glisse sa main dans ma chevelure ardente. « Tu n'as pas à t'excuser... chut arrête de pleurer sinon moi aussi je...vais pleurer et... ce n'est pas vraiment digne d'un futur Laird » Murmure-t-il.

Je ne dis rien encore. Non c'est ma faute. Il a tord. Je suis la seule responsable de cette tragédie … Je ne dis plus rien. Mes larmes continuent de couler sans qu'elles s'arrêtent. La mort de mes frères est une épreuve difficile pour moi. Je ne sais pas comment je pourrais me relever de cet immense chagrin.

Fergus -  Mo chridhe Pour toi je pourrais tuer toute l'armée anglaise ne t'excuse plus tu es ma petite soeur c'est mon devoir de te protéger même si ce doit être au péril de ma vie et Murtagh et... et An...Angus pens...aient comme moi. Ils sont mort pour l'Ecosse... C'est à nous de faire en sorte que leur martyre ne soit pas vint.   Après ces dernières phrases, il embrasse mon front.

Je soupire doucement. Je me lève et je marche dans la chambre de mon frère. Je m'approche de la fenêtre et je regarde l'horizon. Je me rappelle quand j'étais qu'une petite fille Murtagh m'avait appris le nom des différentes étoiles. Il avait nommé une étoile. Je respire. Puis, je me tourne vers mon frère. Je m'agenouille devant lui. Il allait devenir le Laird et ça c'était ma faute. Je le regarde tendrement et je lui prend ces mains.

Caoihme – Mais moi je devais représenter l'honneur de notre famille …  J'enlève quelques larmes qui continuent de couler. Promet moi qu'on va se serrer les coudes … Promet moi qu'on ne les oubliera jamais et qu'on se vengera de ces tuniques rouges.

Je me relève un peu et j'embrasse le front de mon frère. Je le regarde quelques instants. Nous sommes les deux seuls survivants de cette tragédie. Je respire et je plonge mon regard vers lui.

Caoihme – Est-ce que cela t’ennuierais qu'on aille dehors ? On pourrait marcher et parler dehors.

J'avais ce besoin de sortir de cette chambre, de quitter quelques instants cet espace de vie. Je voulais retrouver notre cabane pour que nous parlons ou l'espace consacrée pour les fées. J'attends la réponse de mon aîné et j'espère qu'il acceptera ma requête. De plus, je pense que si nous parlons dehors, les fées pourrons transmettre nos messages à nos frères … Est-ce un péché de croire que ces créatures existent ? Peut-être.



caoimhei'm the only one
(c) black.pineapple

_________________

❥ Rosemary Brandon
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 05/10/2016
♛ Messages : 542
♛ Chardons en poche : 547
♛ Mon allégeance va à : Aux vrais prétendants !


MessageSujet: Re: I'M THE ONLY ONE — Caoimhe Abercromby   Ven 23 Déc - 23:34



Caoimhe & Fergus
   I'm the only one

J
e pense ne pas encore totalement réaliser l'énormité du drame que je venais de vivre, dans le futur ils appelleront cela l'état de choc, j'étais désorienté tout en sachant ou je me trouvais c'était plutôt déstabilisant en fait. En quelques jour ma vie avait basculé, en quelque jours j'était devenu le premier né, enfin non, en quelques minutes, J'était troisième et en quelque minutes... j'ai été propulsé à la première place sans avoir jamais rien demand... saloperie d'anglais. Par dieu, ils mourront tous !

Je laissais ma soeur se lever pour marcher dans ma chambre, regardant par la fenêtre de celle-ci qui donnait sur la cour, j'aimais cela, je voyais toujours tout ce qui ce passait je pouvais voir les visiteurs arriver ou encore savoir quand Madame Innes allaient chercher le lait ou les oeufs. J'aimais tous savoir, défaut ou qualité, je suppose que cela dépend du point de vu. Ce n'était pas la plus jolie vu, de l'autre côté du couloir, Murtagh et mes parents avaient une bien plus belle vu sur les pleines de nos terres ou sur les jardins du domaine. Mais personnellement j'avais l'impression, en ne voyant rien, d'être tenu à l'écart et je détestais cela encore plus à présent, à présent que ces terres sont presque à moi. Quand Cao revins, agenouillée devant moi je glissai une main dans ses cheveux.

« Sur mon honneur ils mourront pas centaine au fil de mon épée pour le mal qu'il nous on fait. Je te le promet ma soeur »

Dis-je sur un ton assez solennel, oui c'est ça les écossais, on ne prend pas grand chose à la rigolade et je venais de faire un serment que je respecterais et si je ne le fait pas j'espère subir mille ans de purgatoire pour ne pas avoir vengé ma famille et avoir été lâche. Je la laisse embrasser mon front, ce genre de marque d'affection m'avait atrocement manqué. Je l'écoute et hoche la tête avant de me lever.

« Laisse moi juste trouver des culottes mon kilt est dans un état tellement improbable que je sais même pas si Madame Innes pourra le récupérer. »

Dis-je en ouvrant ma malle devant mon lit, ou j'y mettais tous mes vêtements, c'est à dire pas grand choses, juste l'essentiel. Un kilt de cérémonie, une chemise de cérémonie également des bas en laine des chemises plus usées pour tous les jours un ou deux gilets et un paire de culotte brune que je pris et que j'enfilai avant de mettre mes bottes, lassant ma braguette.

« Ou veux-tu aller ? »

Cette question était juste pour savoir si je devais être armé ou non, enfin je suis toujours armé au moins d'une dague mais lorsque je sors juste avec celle-ci je ne me considère pas comme armé, pas vraiment en tout cas
WILDBIRD

_________________


A mhic un de diabhoi. + N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/10/2016
♛ Messages : 990
♛ Chardons en poche : 525
♛ Mon allégeance va à : à la couronne anglaise


MessageSujet: Re: I'M THE ONLY ONE — Caoimhe Abercromby   Mer 4 Jan - 13:58


Caoimhe

ft. Fergus

Chapitre quatre

La perte des êtres que nous aimons est une déchirure, cette dernière est difficile à recoudre.  Cette situation de perte est celle que nous vivons avec mon frère aîné. Nous parlons. Par la suite, j'arpente sa chambre et je me dirige vers la fenêtre.  En regardant l'horizon, différents souvenirs remontent. Ensuite, je m'agenouille devant mon frère. Je lui parle et je lui demande de tenir une promesse. Il me caresse une boucle rousse.

Fergus -   Sur mon honneur ils mourront pas centaine au fil de mon épée pour le mal qu'il nous on fait. Je te le promet ma sœur. Dit-il avec une voix solennelle.

Ensuite, je l'embrasse sur son front après m'être relevée. Par la suite, je lui demande si nous pouvons  sortir. Il me parle.  Je m'avance vers la porte, je me tourne pour qu'il puisse se changer.  Je ne pouvais pas le regarder se dévêtir … C'était mon frère. C'était un pêché. Autrefois, je me souviens quand on était des jeunes enfants, il nous arrivait de nous baigner nu dans la rivière . Mais, nous avons grandis.  Mon frère me demande ensuite où on va.

Caoimhe – Au sanctuaire des fées. Lui dis-je. Je suis toujours de dos. Je soupire. Je pense que les fées pourront tolérer cette fois-ci que tu portes des armes.

En effet, dans mon sanctuaire des fées, j'avais toujours interdit mes frères d'amener des armes. Pourquoi ? C'est un lieu chargé de mémoire. Je ne voulais pas que les garçons salissent la mémoire avec des objets ayant servis à tuer. Non, c'était un lieu saint. Je souris.
Par la suite, mon frère et moi, nous quittons notre maisonnée. Nous arrivons enfin à ce lieu. Comment le décrire ? Il avait un vieux arbre, c'était un chêne. Sur celui-ci,  il avait des couronnes des fleurs posées sur des branches. De plus, pas loin, j'avais enterrer un coffre. Dans ce dernier, il avait ma robe tachetée de sang. Je regarde mon frère, je lui fais signe de s’asseoir sur l'herbe. Je m'assois près de lui. Je suis en face de lui.

Caoihme – Je sais que ce n'est pas le moment ni le lieu d'en parler … Mais, je dois te raconter …. Ce qui s'est passé après … les événements. Je le regarde avant de poursuivre. J'avale ma salive péniblement. Après que vous soyez arrêtés toi et nos frères, je me suis retrouvée seule dans la maison. Un de nos métayers m'a trouvé et à demandé à sa femme de s'occuper de moi. Celle-ci m'a soigné. Je respire. Je me tais quelques minutes. Par la suite, nos parents sont arrivés. J'ai dû raconter l'histoire à nos parents. Père était fou de rage et voulait chercher un moyen de vous libérer ainsi que le moyen de se venger de ces tuniques.  Mère n'arrêtait pas de pleurer.  Peu de temps après, Père était allé à la prison. Pendant qu'il cherchait un moyen de … vous libérer. Mère pleurait, tandis que moi, je me renfermais sur moi-même. J'étais devenue une âme en perdition. Je le suis toujours. En revanche, ne crois pas que Mère ne faisait rien pour moi. Elle venait me consoler quand je n'arrivais pas à dormir ou quand … Je … Je respire doucement. Je regarde mon frère.  Ou quand … Je les revoyais en rêve. J'observe Fergus ainsi que mon sanctuaire. Je finis par dire d'un murmure. Tout cela est de ma faute, mon frère. Je suis la seule responsable.



caoimhei'm the only one
(c) black.pineapple

_________________

❥ Rosemary Brandon
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 05/10/2016
♛ Messages : 542
♛ Chardons en poche : 547
♛ Mon allégeance va à : Aux vrais prétendants !


MessageSujet: Re: I'M THE ONLY ONE — Caoimhe Abercromby   Dim 8 Jan - 21:50



Caoimhe & Fergus
   I'm the only one

I
maginer sortir désarmé après ce qui m'était arrivé était impensable si bien que je n'est même pas demandé l'avis de ma soeur en prenant mon coutelas et mon pistolet. Alors que nous sortions de la maison j'osais enfin lui demander où elle m'emmenait. Non pas que j'ai peur mais je n'aimais pas trop les surprise je préférais donc savoir ou ma jolie petite soeur avait comme idée.

« Ma fois je les en remercie, il est vrai que tu n'aimes pas trop cela toi mais tu sais que cela est uniquement dans le but de nous protéger. Dans le cas ou... » Je laissais ma phrase en suspend ne souhaitant pas vraiment révoquer ses terribles souvenirs.

En arrivant dans le sanctuaire de ma jeune soeur, ce qui par ailleurs, me rappelait beaucoup de souvenir. Je me souvenais qu'elle voulais toujours qu'on dépose nos arme à au moins 100 mètres si nous voulions la rejoindre ici. Elle en devenait presque hystérique. Elle disais que c'était un lieu sacré, la colline des fées et que les fées n'aimaient pas les armes. Je croyais bien entendu aux fées, cependant, je me dis qu'elle se servait de cela pour n'avoir ses frères rien que pour elle pendant un temps.

Je pris place dans l'herbe lorsque ma soeur m'y autorisa cueillant une pâquerette que je mis dans les cheveux de Caoimhe, ce n'était pas là une merveilleuse fleur je l'aurais vu avec une plue belle, mais s'était la seule j'avais et puis sur ses beaux cheveux roux, s'était joli. Cela lui avait toujours été les couronnes de fleurs. Puis, lentement, je la laissais s'exprimer sans la bousculer la laissant ainsi prendre son temps. C'était terriblement difficile à entendre. Je me mis à fixer l'horizon la mâchoire serrée. Combien de fois devrais-je le lui dire que ce n'était nullement sa faute qu'elle n'était qu'une victime innocente.

« Cesse un peu de dire cela ce n'est PAS de ta faute Caoimhe. » Dis-je plus sèchement que je ne l'aurais souhaité. Mais si elle avait tant de mal à pensé qu'elle était innocente je ne pense pas qu'il soit judicieux de lui expliquer en détail ce que j'ai vécu à Fort William. Non je ferais mieux de garder tout cela pour moi « C'est nous qui aurions dû être là pour te protéger tu étais sous notre protection et nous avons été idiot de te laisser seule à la maison. » Dis-je plus tendrement avant de tourné la tête vers elle.

Je regardais son joli visage avant de sourire. Glissant une main dans sa nuque cherchant à la réconforter. C'était mon rôle j'avais mal, bien entendu mais il me fallait assumer mon rôle de grand frère et de futur Laird, les larmes seront pour plus tard.

« C'est endroit est vraiment très... réconfortant. Je comprends maintenant que tu apprécie tant ce lieu. »

WILDBIRD

_________________


A mhic un de diabhoi. + N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/10/2016
♛ Messages : 990
♛ Chardons en poche : 525
♛ Mon allégeance va à : à la couronne anglaise


MessageSujet: Re: I'M THE ONLY ONE — Caoimhe Abercromby   Mar 10 Jan - 16:11


Caoimhe

ft. Fergus

Chapitre cinq
Nous allons avec mon frère au sanctuaire des fées. Il s'assoit sur l'herbe puis il me mit une pâquerette dans ma chevelure de feu. Par la suite, je lui relate les événements qui ont eu lieu après que les tuniques rouges les ont arrêté. Je finis par dire à la fin que tout cela est ma faute. Oui, car tout cela est de me faute. Je suis la seule responsable de ce malheur, de cette tragédie qui a frappé ma maison. J'ai souillé ma maison. Par la suite, mon frère parle. Je l'écoute. Je n'ai pas le courage de lui répondre. Je me contente de l'observer, de le regarder.
Les tuniques rouges nous ont tout pris, nos frères, notre innocence et ma virginité. Rien ne sera comme avant. Nous ne sont plus des enfants … Nous sommes devenus des adultes. Des adultes qui sont détruits par cet événement tragique.
Mon frère tente de me réconforter mais je reste silencieuse. Je ne dis plus rien. Je me lève, je me rapproche de mon arbre. Je m'agenouille devant ce dernier. Je ferme les yeux. Je respire doucement. Puis, je me lève doucement. Je continue de respirer. J'ouvre enfin les yeux, je touche l'arbre des fées. Je me demande combien d'année cet arbre est ici … Peut-être plusieurs décennies. Je n'en savais rien. Et pourtant, c'est une question qui me turlupine. Je reste près de mon arbre pendant quelques moments. Je pense aux fées, certains des écossais pensent que les fées élèvent leurs enfants. En effet, il arrive que les fées capturent des enfants et échangent leurs progénitures avec celles humaines. Restent-ils toujours ainsi ? Parfois. De même, il se peut que les humains ne récupèrent jamais leurs enfants. Autrefois, je me suis demandée si je n'étais pas la fille d'une fée mais mon frère Murthag m'a bien certifié que je suis et que je resterais toujours une Abercromby. Depuis qu'il l'avait dit ceci, je le crois. En effet, je suis le portrait fidèle de mon père mais également de ma mère. Les fées ne m'ont pas échangés avec un de leur enfant, ceci est dommage. J'aurais bien aimé être née dans l'univers des fées. Je soupire. Je repense aux paroles que j'avais échangées avec Murthag et à nos longues discussions.
Je me souviens qu'une fois, il m'avait promis que s'il avait une fille, il souhait que je sois la marraine de cette enfant. J'avais accepté. Or … Ceci est devenu un songe maintenant que mon bien-aimé frère repose au Paradis. J'en suis sûre qu'il est au Paradis. Pourquoi ? Et bien, Murthag est un bon croyant, je ne crois pas qu'il a commis de crimes. De plus, il n'a pas eu de péché et s'il en faisait, il se confessait.
Je pense aussitôt à mon frère Fergus. Ce dernier est un pécheur. Que commet-il ? Comment puis-je le formuler dans ma cervelle chaste ? Mon frère commet le plaisir de la chaire avec un homme. L'Église condamne ceci mais je prie pour que mon frère ne soit pas puni et qu'il aille en Enfer. Je prie pour que son âme ne soit pas torturée par les flammes éternelles. Mais, peut-être je pourrais demander à un saint ou à la sainte mère du Christ intercéder pour mon frère. Je ne veux pas qu'il aille en Enfer. Je respire doucement et je ferme les yeux. Je reste ainsi.



caoimhei'm the only one
(c) black.pineapple


FIN

_________________

❥ Rosemary Brandon
(c) ystananas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
I'M THE ONLY ONE — Caoimhe Abercromby
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FLOWER OF SCOTLAND ♔ :: Un monde de l'esprit :: Flash Back-
Sauter vers: