AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je suis prest ❀ Ranald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité






MessageSujet: Je suis prest ❀ Ranald   Mer 2 Nov - 16:58


caoihme

ft. ranald

chapitre un
Je me prépare pour aller au port, en effet, aujourd'hui, j'ai un rendez-vous avec Ranald MacDonald, je ne sais pas la raison de cet entretient mais je sais qu'il souhaite me voir. Après avoir fini de préparer mes affaires, je descends des escaliers. Je rencontre Madame Innes, celle-me sourit.

Caoihme – Je dois aller au port. Avez-vous besoin de quelque chose ?
Madame Innes – Non, je vous remercie. Soyez là avant que la nuit tombe ma petite.

Je lui adresse un sourire. Je sors de chez moi, je vois que Marc et Angus sont là, le premier est un pêcheur et le second s'occupe de la marchandise. Comme moi, ils doivent se rendre au port. Je m'approche d'eux.

Marc - Madainn mhath Caoihme ! Vous êtes pile à l'heure. Fiona nous a préparé des petits en cas si jamais on a faim.
Caoimhe - Madainn mhath  à vous deux, remerciez là de ma part. Je pense que nous pouvons partir. Avons nous oublier personne ?
Angus – Non, personne madame.

Angus m'aide à m'installer dans la carriole. Après m'être installée, nous commençons à partir. Je regarde le paysage des terres de mon frère. Pendant le trajet, les deux hommes parlent entre eux. J'espère que nous ne verrons pas des tuniques rouges, je n'ai pas tellement envie de les revoir depuis ce fameux soir. Nous n'arrêtons pas. Nous arrivons au port. Je les remercie, ils me disent qu'ils m’attendront avant de rentrer. Je pense qu'ils ont peur que mon frère les tue. Et qu'il me tue aussi par la même occasion. Il est vrai que je ne devrais pas sortir sans lui mais je devais le faire. Suis-je folle ? Sans doute. J'espère que cette fois-ci, je ne verrais aucuns anglais ! Je ne peux pas les supporter. Je cherche une taverne, celle du murmure bleu.  C'est ici que je dois rencontrer le jeune Ranald. Je parviens à la trouver après avoir demander conseils aux habitants du port. J'arrive enfin à cette taverne. J'entre dans celle-ci et je cherche du regard Ranald. Je le vois enfin. Comment pourrais-je le rater ? Je m'avance vers lui avec un sourire.

Caoihme -  Madainn mhath Ranald. Je lui souris.


Maintenant, nous allons enfin commencer. Je me demande toujours la raison pour laquelle il souhaite me parler. Pourquoi voulait-il me parler ? Que dois-je faire ? Proposition d'alliance ? Non, je ne pense pas que ce soit ça ! Après tout, si quelqu'un veut ma main, il doit s'arranger avec mon frère. Or, pour l'instant, mon frère n'est pas sur nos terres. Heureusement que le territoire est dirigé par des personnes fidèles tandis que moi je m'occupe de la maison avec Madame Innes. De plus, je soigne les malades quand j'ai l’occasion. Je veux aider les habitants de nos terres mais je me sens seule, autrefois, il avait Donald … Mais maintenant, il n'est plus. Je pose mon regard sur Ranald. Le gérant de la taverne nous demande ce que nous devons boire. Je finis par m’asseoir.  



caoimheje suis prest
(c) black.pineapple


Dernière édition par Caoimhe Abercromby le Ven 11 Nov - 19:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité






MessageSujet: Re: Je suis prest ❀ Ranald   Dim 6 Nov - 9:48



Caoimhe & Ranald
   JE SUIS PREST




« Faites savoir au Laird que je quitte le domaine, quelques heures » - Ranald accélère le pas, se dirige droit vers la porte, s’arrête au seuil, interpelé par  la gouvernante, il aperçoit Flora, non loin, en grande discussion avec un garçonnet. « Où allez-vous, au juste ? » - le jeune MacDonald se rebiffe, arque un sourcil, en quoi est-ce une information importante ? Il se le demande, furtivement, jetant un coup d’oeil au ciel qui voit le soleil entamer sa descente. Palabrer, faire avancer les choses, compter fleurette à une gente demoiselle, lui promettre monts et merveilles, soutien et réconfort, faire miroiter sur ses iris où l’innocence se déploie, les artifices des éloquents. Il doute que le laird trouve un quelconque intérêt à connaître les résultats de ses disparitions intempestives, pourquoi il s’empresse si vivement , à dos de cheval, d’aller à la brune, dès qu’il le peut, dès qu’il le veut, sans rendre des comptes. Il sourit, fixe avec intensité des mirettes, la dame qui l’a élevé. Hélas pour elle, il n’a plus rien d’un jouvenceau, ni la maladresse, ni même l’absence de profondeur. Nonobstant la tendresse qui lui comprime le palpitant alors qu’il hausse les épaules, éludant la question avec maestria, il s’éloigne.

La température extérieure est un massacre auquel il se soumet sans lésiner. Il détale, ses bottes s’enfonçant dans la boue , maculant le cuir tanné. Le kilt aux couleurs de sa maison troqué contre un braies , recouvert d’un mantel aussi épais qu’un cheveux, il court en direction des écuries, où , quelques minutes plus tard, il retrouve Tempête, son fidèle destrier.

Il n’a point de temps à perdre en bavardage.

Que le ciel lui en soit témoin, la hâte pulse à travers ses fibres et lui octroie la chaleur nécessaire pour survivre à la fraicheur qui tombe, comme tombe lentement la nuit oisive, qui enrobera dans quelques heures tout, des toit des habitations aux ruelles insolites. Tout ce qu’il ne serait point capable de faire pour la cause jacobite ! Un phrasé qu’il répète, lorsqu’il pénètre dans le port, avec pour objectif de rejoindre une taverne. Il s’apprête à y rencontrer la jeune Abercromby, sœur cadette d’un allié à la cause. Son entreprise est risquée, risquées sont aussi ses ambitions. Pourtant, lorsqu’il lui a été conté que la jeune Caoimhe souhaitait rejoindre les rangs et y investir sa vitalité, il y a vu une occasion inespérée de diffuser la parole à travers les terres, auprès des highlanders récalcitrants. Nul doute que la jeune femme aux cheveux de feu réussisse à l’aider dans sa quête.

Son père préfère , lui, consacrer son temps à pactiser avec l’ennemi britannique.

Ranald s’installe à une table, malgré le jour qui point depuis l’extérieur, règne dans l’établissement une atmosphère obscure, n’inspirant aucune quiétude au brun qui décide de commander de quoi anesthésier avec efficience le moindre scrupule. Le tenancier se dépêche de lui apporter sa décoction, non sans lui proposer d’y joindre de quoi faire fulminer sa panse. Proposition qu’il ne rejette guère entièrement, il pourrait être amené à changer d’avis.

Sa chope est vide lorsqu’il aperçoit enfin la jeune Abercromby.

- Madainn mhath Caoimhe – répond-t-il, désignant d’un mouvement du menton le tabouret face au sien.

Silencieusement, Ranald observe la rouquine prendre place. Fergus n’approuverait pas, Ranald s’en doute, d’ailleurs, il y a bien une raison au fait qu’il ne lui en ait point touché mot. Il sait l’affection qu’il porte à Caoimhe et ce désir de protéger ce qui lui tient à cœur.
Ranald réagirait pareillement envers Flora. Même s’il ne pourrait rien lui interdire pour autant.

- Je n’étais pas certain que tu te joignes à moi, je vois que le message t’est parvenu – il en est ravi. Seulement, il n’est pas question de tailler une simple bavette, le temps est compté. Sache que mes intentions envers toi sont pures. Je viens à toi pour une raison précise. Que sais-tu des jacobites ?



WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas
Invité






MessageSujet: Re: Je suis prest ❀ Ranald   Ven 11 Nov - 19:14


caoihme

ft. ranald

chapitre deux
Après être arrivée à la taverne du murmure bleu, je cherche  Ranald. Je le trouve puis je le salue. Il me rend son salut et me montre un tabouret. Je m'assois devant lui. Je me demande encore pourquoi il m'a demandé de le rencontrer ici.  Oui, quelles sont les raisons qui lui ont poussé à m'envoyer cette missive. Je ne le sais pas encore.

Ranald - Je n’étais pas certain que tu te joignes à moi, je vois que le message t’est parvenu.  Sache que mes intentions envers toi sont pures. Je viens à toi pour une raison précise. Que sais-tu des jacobites ?

Je l'écoute attentivement. Que savais-je des jacobites ? Qu'ils doivent mettre sur le trône légitime et chasser les tuniques rouges de notre territoire. Je souris. Je réfléchis avant de pouvoir répondre à Ranald.

Caoihme – Les jacobites, ce sont ceux qui désirent qu'un Stuart règne de nouveau sur notre royaume. De plus, ils veulent chasser les anglais, les tuniques rouges de notre territoire. Lui murmurais-je d'une voix douce J'ancre mon regard dans le sien. Par la suite, je murmure de nouveau. Je veux faire partir de ce mouvement. Je ne veux plus vivre dans la peur de croiser des tuniques rouges. Je frisonne doucement. Je veux me venger Ranald. Dis moi, ce que je dois faire. Je dois te paraître directe mais cela fait presque un an que je ne sais pas comment me venger. Je me tais. Je dois le faire Ranald. Je veux cette vengeance.

Comment pourrais-je oublier ce qui s'est passé en mars de l'année dernière ? Je ne peux pas l'oublier. Par ma faute, mes trois frères ont été en prison dont seulement un a survécu … Comment pourrais-je me pardonner de ce qui s'est passé ? Je ne pourrais pas … De plus, je souhaite ardemment me venger de ces tuniques rouges. Par la suite, un serveur  arrive et me demande ce que je désire boire et manger. Il me propose divers mets. Je lui réponds que je désire boire une choppe de bière ainsi quelques biscuits écossais. Il repart par la suite, je suis de nouveau seule avec Renald. Je souris. Allait-il me proposer de faire quelque chose pour la cause ? Le pourrais-je ? En serais-je capable ? De plus, je ne sais pas comment je ferais si je dois garder le secret. En effet, je ne pourrais pas cacher cela à mon frère Fergus et s'il le découvre, il sera furieux contre moi. Mais en même temps, je souhaite me venger. Je veux tuer ces anglais. Je les veux morts. Morts. Je me sentirais vengée quand ils seront morts. Dois-je tuer des femmes ? Non. Je ne tuerais que les tuniques rouges, les femmes ne sont pas responsables des actes de leurs père, frères, oncles, neveux ou encore époux.Je soupire doucement. Je ne sais pas quoi rajouter d'autres à Ranald. Un silence s'installe entre ce dernier et moi. Que pourrais-je dire de plus ? Les raisons pour laquelle je veux me venger ? Non, je ne veux pas parler de ce fameux jour. De plus, Ranald a été probablement au courant que mes deux frères sont morts à cause des anglais mais il ne doit pas savoir la véritable raison … Est-ce lâche de ne pas vouloir parler de cet instant tragique ? Ce moment où ma vie a été bouleversé par ces anglais ...  Je ne serais plus comme avant, autrefois, j'étais une enfant pure, maintenant, je suis remplie de haine et de vengeance. Bien qu'avant je n'aimais pas les anglais, ce qui s'est passé ce fameux jour me pousse à vouloir déverser ma haine et ma colère contre eux. Pour m'apaiser et apporter ma paix, je dois me venger. Je ne voix pas d'autres solutions … Je suis condamnée à racheter mon pêché par le sang de mes ennemis. Je ne devrais pas tuer, pourtant, eux, ils n'avaient pas le droit de me violer. Pourquoi Dieu accepterait qu'ils soient au Paradis  pour leur crime ?  Pour moi, ils sont coupables. Ce sont des monstres … Sans cœur. Ils ne vivent que pour faire trembler les écossais. Je respire doucement, tant de pensées se bousculent dans ma tête. Je repose mon regard sur Ranald. Le serveur revient et apporte la bière ainsi que les biscuits.



caoimheje suis prest
(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Invité






MessageSujet: Re: Je suis prest ❀ Ranald   Mer 14 Déc - 14:41



Caoimhe & Ranald
   JE SUIS PREST




Et il l’écoute, Ranald, parler des jacobites, dans cette version si romancée des conflits nettement plus profonds que le paraître peut le laisser croire. Elle ne sait pas tout, tout des intrigues qui prennent furieusement forme à travers les campagnes, ni des quantités de sang qui ont déjà été versées. Parce que Fergus l’a protégé, jusque là, de la mouvance, préférant conserver l’innocence d’une fleur si délicate, après tout, quel intérêt y aurait-il à éclabousser la perfection d’une ignominie contre laquelle elle se retrouverait démunie. Il se fourvoie sans le savoir.

Pourtant, le discours se charge de colère et de cette frustration ignoble qui flanquent les rêves détruits. Celle qui dépose des cendres sur la langue et des images atroces sur la rétine, il soupire profondément, il hèle le tavernier qui s’empresse de venir verser de la boisson dans sa chope vide. Il y jette un regard furtif  , attend que l’homme s’éloigne pour y porter la main. Fichtre, est-il trop tard pour sauver la brebis du sort qui l’attend ? N’est-ce pas l’expression d’un égoïsme qu’il reconnaît sans bornes ? Il soupire, porte une main à son visage et pour la première fois depuis qu’elle est venue se joindre à lui, il voit Caoimhe comme une guerrière dans l’ombre et il sait que peu importe où mènera le chemin, il sera prêt à en assumer toutes les conséquences. Pourtant, les questions taraudent avec cette véhémence méphistophélique, viennent cogner contre les parois de son crâne.

Il est vrai que la jeune rousse a perdu deux de ses frères, peut-il être l’instigateur d’une énième perte ? Peut-il abandonner certains principes pour le bien d’une entreprise risquée ? Les raisons évoquées sont légitimes, l’épreuve passée avec pétulance et il reconnaît qu’il a fait le bon choix. Le plus judicieux. L’inconnu adjure la peur et le fiel porté autour du cou comme une écharpe,lui,  protège contre les vents froids et étouffe de manière fort efficiente les craintes viles qui saluent les plus couards. Ranald se reconnaît bien des travers , certainement pas ceux que l’on prête aux  pusillanimes !

- Sache que tes paroles sont remarquables comme la légitimité qui les enrobe. Seulement, jeune fille, la vengeance est compagne d’un sentiment de vide - de sages paroles qu’il prête à la boisson et à cette voix intérieure qui lui demande de cette manière incessante d’appréhender le poids d’une telle responsabilité.

Il est certain qu’à la minute où Fergus découvrira son entreprise – car le doute ne demeure guère à ce sujet, il finira bien par le découvrir un jour - , il le gratifiera d’une salve de jurons et tout autant de coups, peut-être même scellera-t-il son sort.

Le brun renverse sa tête vers l’arrière, il entend, vibrant contre ses tympans, les rythmes de guerre, un appel lointain, comme un écho occulte venant rappeler à son souvenir les conséquences qui se joindront à la horde, dès que les claymores s’entrechoqueront. Il voit les étincelles jaillir. Il voit les sillons vermeilles tracer des lignes irrégulières, allant nourrir les terres d’Écosse.

- Je t’offre la possibilité de te venger, bien plus que cela, d’amener ta pierre à un édifice brinquebalant...et en ce sens, il faut que tu sois prête à des sacrifices qui n’épargneront ni ton humeur, ni ta foi.

Ni ton honneur, se retient-il d’ajouter.

La flamme qui luit dans ses iris lui raconte ce dont elle se sent capable de faire et l’héritier MacDonald a l’impression d’y déceler une détermination contre laquelle il risquerait de se retrouver impuissant.


WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas
Invité






MessageSujet: Re: Je suis prest ❀ Ranald   Lun 19 Déc - 13:12


caoihme

ft. ranald

chapitre trois
Quelques instants après mon arrivée Ranald me demande ce que je sais des Jacobites. Je lui réponds par la suite. En effet, je lui dit ce que je savais sur cette faction mais également ce que je voulais : la vengeance. Comment pourrais-je retrouver un semblant de sommeil si je n'avais pas obtenu cette vengeance ? J'avais perdu goût à la vie après ce qui s'est passé, je suis devenue un fantôme. Bien que je réalise toujours mes soins aux habitants des terres de mon frère, quelque chose en moi s'est détruit. Cette faille est due à cette tragédie. Autrefois, j'étais heureuse. Maintenant, je ne suis plus. Je ne serais jamais être heureuse sans mes deux frères, sans mes parents. Je me sens … Comment dire ? Démunie ? Enfin, on a arraché à moi une partie de moi. Ma pureté. Cette chose pure s'est envolée, s'est brisée. Je ne serais plus jamais pure. Je ne suis plus ce cygne blanc mais un vilain corbeau. De plus, d'autres pensées se bousculent dans ma tête. Tellement de choses à oublier, à refouler. Mais pouvons nous oublier le mal qu'on nous cause ? Un mal qui est forgé sur notre peau laiteuse ? Non.  Je repose mon attention sur Ranald.

Ranald -  Sache que tes paroles sont remarquables comme la légitimité qui les enrobe. Seulement, jeune fille, la vengeance est compagne d’un sentiment de vide. Il reprit peu de temps après. Je t’offre la possibilité de te venger, bien plus que cela, d’amener ta pierre à un édifice brinquebalant...et en ce sens, il faut que tu sois prête à des sacrifices qui n’épargneront ni ton humeur, ni ta foi.



Je ne lui réponds pas encore, je goûte un biscuit  que le serveur a ramené peu de temps après puis je regarde Ranald. Je soupire et je réfléchis. Est-ce que je reste déterminée face à sa proposition ? Bien sûre. Je suis prêtre à tout pour pouvoir me venger. Je plonge mon regard vers celui de Ranald.

Caoihme – Sans vengeance nous ne pouvons pas exister. J'exige cette vengeance au nom de mes frères, de nos pères et nos ancêtres ! Nous devons tout faire contre ces rustres. Alors oui, je suis prête à tout Ranald. Je ne pourrais pas continuer à vivre ni à faire mon deuil quand je n'aurais pas tuer ces tuniques rouges.  Promet moi de me laisser tuer un seul. Celui qui m'a causé le plus de mal. Cette dernière phrase est prononcée mélancoliquement. Je racle ma gorge. Mes yeux s'humidifient. Presque à pleurer. Je regarde Ranald. Je pose ma petite main sur la table. Maintenant, je propose qu'on boive cette bière. Je souris. Je m'humidifie mes lèvres. Par contre, dis moi quels sont tes plans me concernant ?

En effet, il savait que je voulais jouer un rôle dans cette guerre. Mais que devais-je faire au juste ? Devrais-je jouer à une espionne ? Enrôler les hommes dans cette guerre ? Séduire les hommes ? Que devrais-je faire pour que nous pussions gagner ? Devrais-je manier les armes ? Si oui, je devrais prendre des cours pour savoir les manier. De plus, il ne faut pas que mon frère adoré soit au courant de mes agissements. Si Fergus est au courant de cela, il risque de piquer une crise ou je ne sais pas. Il n'est pas vraiment bon de voir une colère d'un Abercromby … Je regarde Ranald, je touche avec une certaine fébrilité le pichet de bière.

Caoihme – Promet moi qu'on ne dira rien à Ferguson … Je le regarde un peu inquiète. Si mon frère est au courant, nous risquons d'avoir des sérieux problèmes. Dis-je doucement. Je me mordille les lèvres, même en sachant que mon frère peut être courroucé, j'accepte Ranald. Dis moi tout.

Maintenant, je laisse un silence s'installer. Je n'avais pas laisser le temps à Ranald à s'exprimer. Je lui souris.




caoimheje suis prest
(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Invité






MessageSujet: Re: Je suis prest ❀ Ranald   Ven 27 Jan - 14:37



Caoimhe & Ranald
   JE SUIS PREST




Alors, elle sait, songe-t-il, tandis qu’un sourire vient étirer ses lèvres pour creuser des sillons çà et là, de chaque côté de ses yeux. Rieur, il étouffe ce son qui se forme contre toute attente au fond de sa gorge, quelque chose dans ce qui se produit lui rappelle les farces qu’il lui arrive d’apprécier, lorsqu’il se rend dans les marchés. Des vérités lancées sur des tons légers, des poignards qu’on enfonce avec feinte inconscience. Il boit à nouveau et hoche la tête, perceptiblement. Dans sa tête , des lettres dansent et forment les premiers mots d’un accord secret. Mais derrière les courbes d’un caractère, se cache la profondeur d’un mal être qu’il perçoit et qui pèse , aussitôt, sur son crâne, comme un voile de marbre, comprime ses poumons et l’oblige à changer de position. L’héritier MacDonald se réajuste, mal à l’aise, imaginant l’impossible et l’improbable , arrivant à la conclusion que des choses lui échappent. Caoimhe lui rappelle ces prêtresses de la Grèce, dédiées à la spiritualité, lésées au cours du processus. Ses mâchoires se serrent, il grimace. Elle réclame plus qu’une vengeance indistincte, globale, mais la tête de celui qui semble lui avoir causé le plus de tort. L’éclat dans son regard laisse place à une gravité de circonstance. Ranald MacDonald n’est pas un homme de promesses, en revanche, ses paroles sont toujours prononcées avec la certitude des acquis.

- Les promesses sont faites pour ne pas être tenues, Caoimhe. A cet instant, seule compte ton adhésion. Tu seras certainement amenée à ruser pour échapper au chaperonnage .

Aucune promesse ne sera formulée par lui, c’est un point qu’il préfère clarifier, graver dans cet esprit vif qu’il lui impute sans grand effort. Les larmes qui cognent contre ces paupières qui lui font face, Ranald n’y prête aucune attention, il offre l’indifférence qui réconforte les cœurs gorgés de ressentiments. Il connaît tout des maux qui s’abattent sur ceux qui enfouissent aux tréfonds les historiettes marquantes, qui restent à jamais attachées aux côtes et menacent de déchirer la chair et de briser les os, pour sortir, à tout instant. Non, aucune pitié ne sera montrée.
Plus rien ne l’empêche désormais d’aller au bout de ses intérêts.

-  Je ne prendrais pas ce risque, je tiens beaucoup trop à la vie et, je subodore que tu en fais de même. Mais pour que tes pérégrinations restent sibyllines, il est impératif que tu apprennes l’art de la dissimulation. Nul doute que ta condition de femme t’ait déjà appris quelques rudiments… - le brun sourit, fait signe au serveur d’apporter de quoi se sustenter et porte un regard aux tables environnantes.

Certains lieux offrent la possibilité de pouvoir se cacher à la vue de tous, cependant, converser avec une demoiselle, qui plus est, ayant des caractéristiques physiques que l’on prête à une famille en particulier peut susciter un intérêt dont il n’a pas besoin.

- Nous autres écossais sommes rudes et ignares, c’est ce que les anglais racontent. Nous enlevons nos femmes et les forçons à nous épouser.  Il se rapproche, s’accoude sur la table et poursuit, un ton en dessous. En tant que femme, tu es capable de te frayer un chemin là où aucun homme ne peut être toléré. Tu es l’amie, d’une telle ; la confidente d’une autre et, probablement, garante d’un nombre incalculable de secrets... j’ose espérer.Je veux que tu portes nos paroles jusqu’à tes contemporaines, Caoimhe Abercromby. Mais que tu les distilles sans éveiller le moindre soupçon, avec cette subtilité que l’on te prête.

Il se redresse.
Le serveur apporte une assiette de charcuterie.



WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Je suis prest ❀ Ranald   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je suis prest ❀ Ranald
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [JEU] Qui suis-je ? (identité de personnages du Whedonverse à deviner)
» Je suis très laid
» J'ai vu de la lumière alors je suis entré... [Osmauz']
» Comme je ne suis pas riche...
» Envouté je suis.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FLOWER OF SCOTLAND ♔ :: Les Lowlands :: The North :: ♛ Ports-
Sauter vers: