AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 HOME SWEET HOME — Frances

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 12/12/2016
♛ Messages : 306
♛ Chardons en poche : 426
♛ Mon allégeance va à : A mon clan les MacKenzie et dans l'unique but de protéger mes hommes j'ai prêté allégeance au roi anglais George II


MessageSujet: HOME SWEET HOME — Frances   Lun 26 Déc - 23:35



Frances & Kenneth
   Home sweet home

J
e venais de poser le pied à terre, dans la cour du chateau de Leod, mon chateau, ma demeure, ma terre, j'étais de retour à la maison et je respirais une énorme bouffée d'air, comme si ici il était meilleur. Pour moi, s'était le cas mais je n'en disais rien, on me prendrait pour un fou. Sincèrement, je n'apprécie guère quitter mes terres pour me rendre à la capitale ou ailleurs. Il n'y avait qu'ici ou je me sentais vraiment bien avec la possibilité d'être moi-même pou presque, car je reste le Laird des lieux.

« Prenez grand soin des cheveux la traversée n'a pas été aisée »

Dis-je à Hugh le palefrenier en chef. Il est vrai que le voyage n'a pas été de tout repos. Autant pour les chevaux que pour nous, dans le nous je parlais de ma soeur, mon frère mon épouse et moi-même. Par invitation royale nous nous sommes rendu à Edinburgh ou les deux jeunes héritiers de la couronne britannique donnaient un bal fastueux. Tous ce passait très bien jusqu'à ce que des fous furieux ne viennent semer le trouble. Maudits jacobites.

Je rentrai immédiatement dans ma demeure me dirigeant directement vers le bureau de mon père, je veux dire mon bureau, derrière lequel je m'assois, un verre de whisky à la main, du whisky MacKenzie évidemment. Durant ce séjour, j'avais remarqué un rapprochement inopportun entre ma soeur, Frances et  le fils Fraser, si encore s'était l'héritier du clan je pourrais éventuellement concevoir  l'idée d'aller lécher le cul à ce vieux pervers de Fraser afin d'unir nos deux clans par un mariage. Mais non s'était le cadet auquel ma soeur s'intéressait et je n'aimais pas cela, simplement parce que les Fraser et les MacKenzie ne s'aiment pas et qu'une relation comme celle-ci ne fera qu'envenimer les choses, j'en suis persuadé. Je suis un partisan de la paix et je l'ai toujours été et si je peux éviter un conflit je le fais bien évidemment, à quoi cela sert-il de sortir les épées si l'on peut à la place boire un bon cidre en jouer aux cartes ?!

J'avais pris pour habitude de ne pas fermer la porte de mon bureau lorsque j'acceptai d'être interpeler. J'avais ainsi l'impression d'être plus proche des autres habitants du chateau. Je ne la fermais donc que lorsque je travaillais ou que je recevais.

« Ah Frances ! »

L'appelais-je en voyant sa jolie silhouette fine, les cheveux brun flottant derrière elle, passer devant ma porte. Elle se stoppa pour me rejoindre comme je m'y attendais. Je lui proposai un verre évidemment car j'avais envie de passer un instant avec elle sans disputes je l'espère, je déteste lorsque l'on se fâche j'ai toujours l'impression d'être un monstre à ses yeux du moins quand elle est en colère.

« Malgré cette fin de récéption mouvementée, j'espère que ce séjour à Edinburg j'a plu ! »

Dis-je après un instant de silence ou me regard s'était perdu dans les flammes du feu que dansaient dans la cheminée qui était au moins aussi grande que moi
WILDBIRD

_________________

MacKenzie shines, not burns
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 30/10/2016
♛ Messages : 514
♛ Chardons en poche : 814
♛ Mon allégeance va à : Aux Stuart et au Clan Mackenzie, même si elle n'est pas toujours d'accord avec son Laird et frère Kenneth.


MessageSujet: Re: HOME SWEET HOME — Frances   Mer 28 Déc - 16:52



Home Sweet Home




Dès qu’ils pénètrent sur les terres Mackenzie, Frances se sentie rassurait et totalement hors de danger. Depuis qu’ils avaient quitté Edinburg en toute hâte, la brunette n’avait dit mot, encore chamboulée par les derniers événements bien trop frais. Elle espérait également qu'Alexander ne lui en veuille pas de l'avoir laissé de la sorte. C'est que Frances ne se voyait pas, ne pas rejoindre Ronald ainsi que Kenneth alors qu'elle s'inquiétait que ce dernier soit visé par les jacobites.

Arrivée à la maison, elle laissa Hugh et le reste de sa famille, n’attendant pas une minute de plus pour rentrer au château, impatiente de pouvoir se poser et se ressourcer tranquillement après toute cette agitation. Elle n’avait pas spécialement envie de discuter, plutôt de se changer et de s’allonger dans son lit, mais lorsque Kenneth l’interpella quand elle passa devant son bureau, elle s’arrêta, regarda dans la direction de son frère et changea d’avis. Elle s’installa donc, acceptant volontiers le verre qu’il lui servit.

« Malgré cette fin de réception mouvementée, j'espère que ce séjour à Edinburg t’as plu ! »

« En un sens oui. »

Frances prit une gorgée de whisky. Elle n’était pas particulièrement d’humeur à se disputer, étant encore inquiète pour Kenneth après ce qui venait d’arriver, même ça la démangeait de lui dire de ne plus la fusiller du regard de la sorte, Frances s’abstint. Elle posa son verre sur la table.

« Je n’ai pas vraiment eu le temps de te le demander… En me trouvant, Ronald a dit que tu ferrais une crise cardiaque si tu ne nous trouvais pas… mais, ça va, mmh ? Tu… Tu n’as pas été touché ? » demanda-t-elle sincèrement.

Code by Sleepy

_________________
My heart lies in the land of my ancestors. Where the thistle grows on the heath
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 12/12/2016
♛ Messages : 306
♛ Chardons en poche : 426
♛ Mon allégeance va à : A mon clan les MacKenzie et dans l'unique but de protéger mes hommes j'ai prêté allégeance au roi anglais George II


MessageSujet: Re: HOME SWEET HOME — Frances   Jeu 5 Jan - 11:31



Frances & Kenneth
   Home sweet home

L
e fait est que ce séjour à Edinburgh était censé faire plaisir à mon frère et à ma soeur. C'était dans le but de nous rapprocher. C'est pourquoi j'avais demandé à Mary, ma femme de ne pas nous accompagné dans cette aventure et dieu que j'ai bien fait, même si je sais au fond qu'elle n'a pas dus apprécier de rester seule au château de Leod alors que moi, Frances et Ronald nous "amusions" à Edinburgh, que ma chère et tendre se rassure nous ne nous sommes point amusé. Il me faudrait aller la voir, je le sais au fond mais je n'en avais nulle envi, non pas que sa présence de déplaise, Mary Stewart a beaucoup de conversation, de l'humour elle sait jouer à des jeux divers et varié, c'est une femme intelligente, audacieuse, belle également et si quelque chose ne lui plait pas elle sait se faire entendre. Ou, il me faudra aller la voir, lorsque je serais dans de meilleures dispositions, à l'instant je me sentais peu bien et surtout coupable d'avoir ainsi mis en danger les miens. Frances aurait pus être gravement blessée ou même tuée. Nous ne sommes pas toujours d'accord, voir jamais, mais elle est ma petite soeur et je l'aime de tout mon coeur je me dois de la protéger, c'est mon devoir et je ne l'ai pas fait un autre s'en est chargé alors que moi j'obligeais Ronald à rester à la place qui était la sienne et ne pas s'engager dans la mêlée comme un idiot de jacobite car s'il se faisait prendre je n'aurais rien pus faire pour lui. Cela s'était avérer compliqué mais j'y étais parvenu.

« Je t'ai vu avec Caoimhe et Fergus je ne savais pas qu'il serait présent et je n'ai pas eus l'occasion d'aller les saluer. Vont-ils bien ? »

La mère de Caoimhe et Ferguson Abercromby avait été ma marraine alors que ma mère avait été celle de Ferguson et Angus car si un drame survenait elle ne voulait pas que ses jumeaux soient séparé ils l'ont été par la force des choses, paix à l'âme de se pauvre diable. J'ai soigneusement évité d'évoqué que je la trouvais également proche voir un peu trop du jeune Fraser mais du coup que j'évoque Fergus et Cao, lui fera comprendre que je n'ai pas raté les deux Fraser, qui étaient là également.

« En effet cela aurait été le règne le plus court que le clan MacKenzie ai connu si je ne vous avais pas retrouvé » Dis-je avec une pointe d'humour, car il le faut bien en ces temps troublés « Je vais bien physiquement je me suis juste fait un peu bousculé mais pas affaire à faire fouetter un chat et toi ? »

Il est vrai qu'en retrouvant Frances sur place je l'avait serrée dans mes bras lui demandant si quelqu'un lui avait fait du mal elle m'avait dit que non mais j'avais besoin d'en être sûre, qu'elle n'était pas blessée du tout.
WILDBIRD

_________________

MacKenzie shines, not burns
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 30/10/2016
♛ Messages : 514
♛ Chardons en poche : 814
♛ Mon allégeance va à : Aux Stuart et au Clan Mackenzie, même si elle n'est pas toujours d'accord avec son Laird et frère Kenneth.


MessageSujet: Re: HOME SWEET HOME — Frances   Mar 10 Jan - 17:22



Home Sweet Home




D’un signe de la tête, Frances confirma à Kenneth que Caoimhe et Fergus allaient bien, du moins pour ce qu’elle avait pu constater, car ils n’avaient pas non plus eu beaucoup le temps de discuter ensemble. Par contre, elle put l’informer ou plutôt lui confirmer que le Laird d’Abercromby allait effectivement épouser une Fraser, Janet qu’elle venait de rencontrer à l’occasion justement. Bien sûr, Frances ne manqua pas la possible allusion que son frère voulait peut-être qu’elle remarque en pensant aux Fraser. Néanmoins, Frances n’en fit pas mention, ni de son regard ni de parler d’Alexander. Ce n’est pas elle qui mènerait ce sujet à leur conversion.

« En effet cela aurait été le règne le plus court que le clan MacKenzie ai connu si je ne vous avais pas retrouvé. Je vais bien physiquement je me suis juste fait un peu bousculé mais pas affaire à faire fouetter un chat et toi ? »

Désormais, rassurée pour sa famille et en sécurité chez eux, Frances se permit d’esquisser un sourire amusé en imaginant leurs ancêtres se retourner dans leurs tombes si le clan MacKenzie venait à s’éteindre et à disparaître aussi rapidement qu’une flambée de poudre alors qu’ils perduraient depuis tant d’années. Ses doigts frôlèrent lentement les bords de son verre tout en se remémorant les derniers instants qu’elle avait vécu avant de quitter le bal avec ses deux grands frères.

« Je vais bien. Ce n’est pas moi qui ai reçu les coups et les piétinements… »

Finalement, si, c’était elle qui amena le sujet sur la table en lui répondant, mais elle n’allait pas lui mentir. Elle n’y pouvait rien si Alexander l’avait protégé et elle ne le regrettait pas, elle lui était sincèrement reconnaissante. Elle ne pouvait d'ailleurs pas s'empêcher de s'en vouloir de partir avec Ronald pour rejoindre Kenneth. Frances espérait qu'il allait bien... Si elle n’avait pas été avec lui qui sait dans quel état on l’aurait retrouvé. Avec de la chance elle aurait été seulement recouverte de bleus et d’un peu de sang, avec malchance pire probablement.

« Tu te doutes bien de qui il s’agit. Je sais que Ronald t’en as parlé lorsqu’on rejoignait les chevaux. Je l’ai déjà remercié. »

Frances avait une dette envers Alexander. Certains pourraient aller jusqu’à dire que le clan Mackenzie avait une dette envers le clan Fraser… Même si pour Frances c’était allait trop loin, c’était malgré tout envisageable. Elle soupira légèrement, attrapa son verre et bu une gorgée alors que son regard se perdit vers la fenêtre.

« Il ne m’intéresse pas plus que ça si c’est ce qui te préoccupe et que tu veux entendre. »

Ce n’était pas complètement exacte, mais Frances n’avait aucune envie de discuter cœur avec son frère alors que la situation était encore brumeuse pour elle et qu’elle-même ignorait encore s’il ne s’agissait que d’une simple attirance, d’un flirt passager ou de possiblement plus et qu’elle se voilait la face. C’était trop tôt et après ce qu’ils venaient de vivre, Frances n’avait clairement pas l’esprit pour y songer.

Code by Sleepy

_________________
My heart lies in the land of my ancestors. Where the thistle grows on the heath
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 12/12/2016
♛ Messages : 306
♛ Chardons en poche : 426
♛ Mon allégeance va à : A mon clan les MacKenzie et dans l'unique but de protéger mes hommes j'ai prêté allégeance au roi anglais George II


MessageSujet: Re: HOME SWEET HOME — Frances   Mar 17 Jan - 10:31



Frances & Kenneth
   Home sweet home

A
lexander Fraser, voilà un parti que je n'avais pas envisager pour Frances. Je savais parfaitement en tant que Laird que se serais à moi de marié ma soeur, elle le sait aussi et nous n'aimons guère cette perspective. Pour Ronald s'est un peu différent, car une femme se doit d'adopter les mêmes opinions politique que son mari, j'étais donc moins enclin à contrôlé qui mon cadet comptait épouser, mais pour Frances... Une MacKenzie aussi jolie et intelligente qu'elle devait avoir le meilleur parti et de préférence un parti qui était en accord avec mes idées. Donc clairement pas un Fraser et pas Alexander qui non seulement, d'après les rumeurs était un fantatique jacobite mais en plus il était plus jeune que ma soeur comment allait-il la protéger ? De plus c'est un Fraser de Lovat un clan fourbe. Non non je serais fou de laisser ma douce petite soeur partir au château de Beaufort.

Je passe un doigt sur ma moustache en l'écoutant amener le sujet avec beaucoup de précaution avait elle peur que je m'énerve ? C'est bien mal me connaitre, je suis une homme plutôt calme. Trop calme selon certain mais c'est vrai que le vieux renard pourrait se servir de cela s'il l'apprend. Si son fils lui dit qu'il a sauvé la vie de ma soeur ce vieux fou pourrait très bien arriver un jour et réclamé son dû et je n'ai absolument pas envie de négocier avec ce vieux fossile.

« Il m'en a touché deux mots en effet, c'est moi qui aurait du le remercier de t'avoir aidée tu es ma soeur en l'absence d'un mari c'est à moi et à Ronald de prendre soin de toi mais évidemment plus à i étant donné que je suis l'ainé je suis le laird patati et patata. Je lui enverrais un message pour cela. »

Oh rien d'incroyable j'ai l'intention de m'en tenir au fait. Il a aidé ma soeur et c'est tout. Je l'écoutais ensuite m'assurer qu'il n'y avait rien entre eux, il manquerait plus que cela tient ! J'hoche la tête n'ayant pas envie de me prendre celle-ci avec elle, pas ce soir.

« Je veux bien te croire Frances, mais comme tu le sais le clan a des contentieux avec les Fraser, il serait de bon ton d'éviter de le revoir, je n'ai pas envie que mes relations, déjà glaciale avec Simon Fraser s'empire à cause d'une éventuelle amitié ou plus entre toi et Alexander. »

Dis-je très calmement je ne cherchais pas à ce que ma soeur et moi ayons une dispute je lui expliquais simplement les fait espérant qu'elle comprendrait. Si en effet cet Alexander n'était rien pour elle cela ne lui posera pas l'ombre d'un problème. J'espérais vraiment que ce soit le cas car c'était déjà assez difficile de réussir à contenter tout le monde en étant Laird mais encore plus de rester unis avec sa famille la plus proche.
WILDBIRD

_________________

MacKenzie shines, not burns
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 30/10/2016
♛ Messages : 514
♛ Chardons en poche : 814
♛ Mon allégeance va à : Aux Stuart et au Clan Mackenzie, même si elle n'est pas toujours d'accord avec son Laird et frère Kenneth.


MessageSujet: Re: HOME SWEET HOME — Frances   Dim 22 Jan - 11:09



Home Sweet Home




De bon ton d’éviter de le revoir… Frances détestait toujours autant qu’on lui dise qui elle pouvait fréquenter ou pas, même en terme d’amitié. Elle était, certes, perdue dans ses sentiments, mais elle n’avait pour autant pas envie d’éviter Alexander ! Elle s’entendait bien avec lui et puis se serait vraiment malpolie de l’éviter alors qu’il venait de l’aider et presque de lui sauver la vie, ou tout de même de lui avoir évité pas mal de blessures ! Un rire amer finit d’ailleurs par s’échapper de sa gorge, après avoir bu une nouvelle gorgée de leur whisky.

« Notre clan a des contentieux avec tous les autres clans tout aussi vieux. C’est la plaie de tout clan ancestral. Les vieilles querelles ne s’oublient pas… »

Ce que d’un côté, Frances trouvait bête. Les nouvelles générations n’étaient pas forcément responsables des choix et des actes de leurs ancêtres, mais ils devaient pourtant faire avec, car sans eux, ils ne seraient pas là aujourd’hui. Puis ils n’étaient pas à leur place. Il était facile de critiquer après coup, quand on avait le recule des événements que sur le vif… Bref. Tout ça pour dire que parfois, même souvent, elle aimerait être maîtresse de ses propres actes et de son avenir. Malgré que pour le moment, Frances était mal placée pour tenir ce rôle puisqu’elle n’avait aucune idée de sa relation avec Alexander, si relation il y avait. Attirance oui. Bonne entente, respect et reconnaissance, il y avait, mais plus et affinités, elle n’en savait encore rien et avait du mal à le déterminer pour l’instant.

« Tes relations… Tout tourne-t-il donc toujours autour de ça ? »

L’amertume se fit sentir au ton de sa voix. N’était-ce que ça qui était important ? Les personnes en soi non ? Pas elle ? Et ses sentiments ? N’était-elle donc qu’un pion pour le Laird et non plus sa sœur? Cette conversation relevait un point que Frances craignait depuis quelques temps et dont elle n’avait encore jamais parlé à son frère. Juste par correspondance, à son amie d’enfance, Flora. Peut-être était-il temps ? Un soupir s’échappa de ses lèvres, signe qu’elle ne voulait pas non plus se disputée avec lui mais que ce n’était pas évident pour autant et qu’elle allait continuer sur un sujet délicat, mais elle voulait en discuter avec son frère et non pas forcément avec le Laird, même si dissocier les deux étaient probablement compliqué.

« Me donnerais-tu à un Anglais juste pour tes relations ? Y as-tu songé ? » lui demanda-t-elle en posant son verre sur la table, serrant ce dernier pour dissimuler le léger tremblement de sa main. « Se serait similaire à la potence… Pas une tunique rouge. Un écossais. » avoua-t-elle en posant son regard sur Kenneth, d’une voix sérieuse mais emprunte d’une pointe d’inquiétude qu’elle ne cacha pas cette fois-ci. Frances le pensait sincèrement. Pas forcément un Highlander, mais un Écossais si. Quel anglais pourrait être avec elle de toute façon? Comment pourrait-il la comprendre ? Comment pourrait-elle vivre avec ? Non. Elle voulait du respect et un minimum de compréhension au moins, si l’amour n’était pas au rendez-vous. Puis son frère perdrait totalement son unique sœur si elle finissait ainsi. Ils avaient déjà perdu Nicholas… Au fond, Frances ne voulait pas que leur famille s’entre-déchire pour aucune raison, car depuis cette perte, la famille passait avant tout, même au-dessus du rôle de Laird. Elle savait que ça ne fonctionnait pas ainsi, que c’était beaucoup plus compliqué, mais c’était comme ça depuis.

Code by Sleepy

_________________
My heart lies in the land of my ancestors. Where the thistle grows on the heath
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 12/12/2016
♛ Messages : 306
♛ Chardons en poche : 426
♛ Mon allégeance va à : A mon clan les MacKenzie et dans l'unique but de protéger mes hommes j'ai prêté allégeance au roi anglais George II


MessageSujet: Re: HOME SWEET HOME — Frances   Ven 27 Jan - 11:57



Frances & Kenneth
   Home sweet home

F
rances, Frances, Frances, pourquoi était-ce toujours si compliquer de discuter avec ma propre soeur, quoi que je dise ou que je fasse, je tombais à côté. Lorsque je ne la protégeais pas j'étais un monstre qui ne pensait qu'a mon titre en oubliant sa famille, lorsque je me montrais protecteur et souhaitant pas qu'elle épouse se Fraser elle pense que ce n'est uniquement due à mes relations conflictuelle avec Simon Fraser, ça l'est bien entendu mais c'est une femme c'est elle qui partira sur des terres inconnues, là-bas je ne serais plus en mesure de veiller sur elle ce sera à son mari de le faire comment puis-je la confier à un homme qui me déteste ? Car oui même si elle épouse Alexander elle sera sous l'autorité et la protection de Simon Fraser et ça c'est hors de question.

« Oh non il y a aussi ta sécurité ! Quel genre de frère et de Laird je ferais si j'acceptais de te marier à Fraser ? Ici tu es sous mon autorité et surtout ma protection (puisqu'il est assez rare que tu m'écoute.) Si tu épouses Alexander tu ne sera pas sous son autorité à lui mais sous celle de son père tu devras allégence à cet homme, un homme qui nous déteste Frances et une fois mariée, je n'aurais plus aucun moyen de te protéger car tu appartiendras à un autre clan a moins que tu n'épouse un MacKenzie »

J'avais dis cela avec calme mais ma voix trahissait une certaine angoisse, elle était ma petite soeur et je l'aimais d'un amour absolu même si nous n'étions quasiment jamais d'accord sur rien cela ne changeait pas. Pour elle j'irais tué la moitié de l'Ecosse s'il le fallait et aussi la moitié de l'Angleterre. Bon je serais mort bien avant d'arriver en Angleterre mais c'est pour imager que même si je ne montrer point souvent mon affection à son égare elle est la seconde femme de ma vie, après Mary.

« Je n'ai encore pas songé à ton union si tu veux tout savoir. J'ai déjà reçu des proposition que j'ai refusée » Répondis-je en soupirant alors qu'elle m'exposait sa crainte d'être unie à un anglais « Mais explique moi pourquoi tu as une telle haine pour le peuple anglais ? Que tu n'ai pas les mêmes opinions politiques que moi je l'accepte tant que tu n'en fait pas étalage durant les réceptions officielles mais pas tous les hommes anglais sont des monstre et pas tous les écossais des saints »

Dis-je doucement, je ne voulais pas d'un conflit, juste comprendre, surtout qu'elle ne devrais pas s'inquiéter je ne la marierais jamais à un homme qui pourrait un jours levée la main sur elle, sur mon honneur.
WILDBIRD

_________________

MacKenzie shines, not burns
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 30/10/2016
♛ Messages : 514
♛ Chardons en poche : 814
♛ Mon allégeance va à : Aux Stuart et au Clan Mackenzie, même si elle n'est pas toujours d'accord avec son Laird et frère Kenneth.


MessageSujet: Re: HOME SWEET HOME — Frances   Ven 27 Jan - 18:58



Home Sweet Home




Frances écouta attentivement les explications de son frère aîné et il est clair que de ce point de vue-là… Le retroussement de nez de Frances exprima suffisamment que cette perspective ne lui plaisait guère et qu’il avait effectivement raison sur ce point. Elle aimait bien Alexander, mais son père c’était tout le contraire. Elle n’avait jamais eu besoin de s’adresser au vieil homme, mais ses regards et sa réputation dans sa propre famille lui étaient suffisants pour savoir qu’elle ne voulait absolument pas être soumise, obéir et faire vœu d’allégeance à un tel homme. Et quant à épouser un Mackenzie, ce n’était même pas la peine et puis qui de toute façon ? Leurs cousins étaient tous plus jeunes les uns que les autres! La seule solution pour rester dans son clan serait d’être célibataire jusqu’à sa mort. L’idée ne lui déplaisait pas. C’était sa famille et malgré son âge Frances ne s’était pas encore vraiment préparé psychologiquement à aller vivre ailleurs et loin de sa famille. Qui sait ce que les Dieux lui réserve.  

En tous les cas, Frances était touchée et contente de voir que Kenneth veuille toujours autant la protéger. Elle était également rassurée d’apprendre qu’il ne donnerait pas sa main à n’importe qui, mais elle ne put dissimulée sa surprise lorsqu’il laissa échapper qu’il avait déjà refusé des propositions d’union.

« Comment ?! Mais tu ne m’as rien dit ! De quiii ?! » plaça-t-elle avant qu’il continue. Frances était maintenant curieuse d’en savoir d’avantage n’ayant aucune idée de qui il pouvait s’agir puisqu’elle ne faisait pas attention à qui la regardait de cette façon-là. Mais son expression espiègle et amusé ne dura que quelques secondes alors que Kenneth cherchait à comprendre la raison de pourquoi pas un anglais. Ce fut au tour de Frances de soupirer en appuyant son dos sur celui de sa chaise. Il avait le droit de comprendre. Elle pensait qu’il s’en doutait déjà pourtant. Inutile d’entrée dans les détails qu’il connaissait déjà de par leurs nombreuses disputes concernant les tuniques rouges.

« C’est vrai… Cependant, comment un anglais pourrait-il comprendre un Highlander tout en le respectant et vice-versa? De ce que j’en ai vu, la réponse est toujours bien négative, ils ne m’ont pas fait changer d’avis et pas d’avantage ceux que tu as invités ici. Je n’ai jamais rencontré aucun anglais digne de ce nom et puis... »

Une nouvelle fois, Frances allait encore faire une révélation, enfin, il devait probablement s’en douter, mais puisqu’ils discutaient sincèrement autant continuer sur cette vague de confiance familiale même si elle allait plomber l’ambiance. Rien que la regarder annonçait déjà la couleur. En effet, son regard se voilait, son coeur se serrait ainsi que le son de sa voix qui s'ébranla un peu à la pensée de cette personne.

« Je ne pourrais pas... Je ne peux pas et je ne veux pas faire ça à Nicholas. »

Sujet clos. Tout ce qui touchait à leur petit frère – des trois plus grands enfants, c’était elle qui avait toujours été la plus proche du petit dernier - était encore beaucoup trop frais et douloureux pour Frances. Elle ne ferrait rien qui pourrait blesser ce dernier même s'il n'est plus de ce monde. C'était sûrement ridicule, mais c'était tout simplement au-dessus de ses forces.  

Code by Sleepy

_________________
My heart lies in the land of my ancestors. Where the thistle grows on the heath
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 12/12/2016
♛ Messages : 306
♛ Chardons en poche : 426
♛ Mon allégeance va à : A mon clan les MacKenzie et dans l'unique but de protéger mes hommes j'ai prêté allégeance au roi anglais George II


MessageSujet: Re: HOME SWEET HOME — Frances   Sam 4 Fév - 8:22



Frances & Kenneth
   Home sweet home

D
e toute façon ma décision était prise je n'accepterais pas une union entre Alexander Fraser et ma soeur. Je suis certain que Simon Fraser, ce vieux renard, terré dans son château de Beaufort pense la même chose que moi. C'était peut-être le seul point ou nous serions d'accord.  De plus France avait dix-huit ans, Alexander à peine 16 je crois. Je ne voulais pas que Frances soit un substitue maternel pour le jeune Fraser. Non je considère que ma jeune soeur à besoin d'un homme qui saura prendre soin d'elle et la protéger.  Le sujet était donc clos. Etrangement j'avais l'impression qu'elle était plutôt du même avis que moi, je suppose que l'argument qu'elle devrait plier l'échine devant le vieux renard avait fait mouche.

Il est vrai que j'avais déjà reçu quelque propositions de mariage pour elle, je ne lui en avais pas parlé simplement parce que pour moi elle valait mieux. Je partais du principe que si une proposition était à la hauteur de la soeur du Laird MacKenzie je lui en parlerais et c'est elle qui prendra la décision finale. C'est tout de même elle la première concernée.

« Je ne t'ai rien dit car aucun de ses hommes ne méritait de d'avoir pour femmes. Tu sais, je ne cherche pas à t'ennuyer, juste à te protéger... Toujours Si j'ai le moindre doute, jamais je ne te laisserais partir. »

Je n'avais jamais aspiré à être Laird, peut- être que je suis trop sentimental que je m'intéresse un peu trop aux états d'âmes de ma soeur et de mes métayers. Je ne suis pas un fin stratège mais j'ose espérer que le clan se souviendra de moi comme un Laird bon et bienveillant à défaut d'avoir des aptitudes politiques

Je n'étais pas d'accord avec ce qu'elle disait sur les anglais, certains sont tout à fait respectables. Mais je ne voulais pas envenimer la situation. Je pris donc note de son désir de ne jamais épouser un anglais. J'essayerais d'en tenir compte au maximum. Après si un Lord anglais respectable me demande la main de ma soeur, qu'il n'est ni trop vieux ni trop jeune, j'organiserais néanmoins une rencontre entre eux que cela plaise ou non à Frances. Une rencontre ne veut pas dire un mariage.

Je me signai lorsque ma soeur évoqua notre jeune frère et une vague de remords m'envahis. Je baissai les yeux sur mon verre et le finis cul sec, pour oublier, faire passer cette vague de violante culpabilité, je l'ai tué c'est moi qui ai détruit ma famille et quoi que je fasse pour les beaux yeux de mon frère et de ma soeur cela ne rachètera jamais cet acte infâme.

« Je comprends... je ferais de mon mieux pour te trouver le meilleur époux possible » Dis-je pour conclure avant de lui faire un petit sourire triste. Il commençait à se faire vraiment tard et la journée a été très éprouvante, pour tout le monde. « Aller petite soeur, il se fait tard tu devrais aller te coucher, moi-même je ne vais pas tarder. »
WILDBIRD

_________________

MacKenzie shines, not burns
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 30/10/2016
♛ Messages : 514
♛ Chardons en poche : 814
♛ Mon allégeance va à : Aux Stuart et au Clan Mackenzie, même si elle n'est pas toujours d'accord avec son Laird et frère Kenneth.


MessageSujet: Re: HOME SWEET HOME — Frances   Sam 4 Fév - 14:54



Home Sweet Home




Frances fut agréablement surprise que Kenneth comprenne et que leur discussion ne soit pas gâchée par une millionième dispute. En tournant la tête vers lui, elle se rendit compte que ça faisait un moment qu’ils n’avaient discuté aussi sincèrement et –surtout- aussi calmement. Ça lui fit du bien et grâce à cela, à lui, elle se sentie plus sereine malgré les remous de la soirée et ce dernier aveu. Parler de leur jeune frère était toujours lourd de sentiments même si Frances ignorait à quel point. M’enfin, ce n’est pas ce qu’elle retiendrait de cette discussion. Pour une fois depuis longtemps, Frances sortirait avec le sourire aux lèvres du bureau de son frère, ne gardant que les points positifs de cette discussion. Leur lien était toujours présent. Peut-être même plus soudé que jamais depuis la perte d’un des leur. Leurs divergences n’avaient pas entaché ce lien fraternel qu’elle ne pensait avoir qu’avec Ronald ces derniers temps. Finalement non. Heureusement.

« Oui tu as raison. Mary doit t’attendre. Tu as beaucoup à lui raconter, mais ne l’inquiète pas trop. Car elle le sera même si elle ne te le montrera peut-être pas.»

D’un signe de tête, Frances confirma les dires de son frère avec un petit sourire en coin. Il était effectivement temps d’aller se reposer. Grâce au whisky, Frances ne ressentait plus autant la fatigue et la tension des nerfs provoqués par cette soirée agitée, mais l’effet de ce dernier ne tarderait pas à se dissiper. Pour ne pas gâcher, Frances termina son verre et se leva après avoir souhaité une bonne nuit à Kenneth. Alors qu’elle s’apprêtait à quitter le bureau de son aîné, Frances s’arrêta à l’entrée quelques secondes.

« Merci... Bràthair » murmura-t-elle avant de prendre définitivement la direction de ses appartements, mais en chemin elle bifurqua pour aller voir son autre frère qui s’était également inquiété, comme pour s’assurer que tout allait vraiment bien maintenant. Ou était-ce pour garder un peu plus longtemps ce doux sentiment d’une famille unie malgré les difficultés internes et externes du clan ?

Code by Sleepy

_________________
My heart lies in the land of my ancestors. Where the thistle grows on the heath
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
HOME SWEET HOME — Frances
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FLOWER OF SCOTLAND ♔ :: Les Highlands :: The North :: ♛ Les Clans du Nord :: ♛ Terres MacKenzie-
Sauter vers: