AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'amitié traverse les landes [Caoimhe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité






MessageSujet: L'amitié traverse les landes [Caoimhe]   Ven 13 Jan - 22:59

L'amitié traverse les landes


Kenneth avait quitté Edimbourg à la hâte, à la suite de nombreux invités trop heureux de s'éloigner d'un champ de bataille. Il n'avait pas vraiment attendu de savoir s'il avait poignardé la bonne personne (à savoir un prince anglais, au choix) les nouvelles de la mort de l'un des frères voyagerait rapidement, et le dépasseraient sans doute, s'il avait fait mouche. James avait pris une autre route, afin de ne pas être mêlé à cette histoire qu'il cautionnait à peine. Tuer un prince, oui, mais plus discrètement, lui aurait convenu.

Le Highlander ne pouvait rentrer directement chez lui, au cas où il aurait été suivi, il décida donc de faire un détour par plusieurs chemins différents. Au bout de quelques heures, il dut se rendre à l'évidence, il n'était pas suivi, ou bien il aurait été rattrapé depuis longtemps. Il put donc ralentir l'allure et se remémorer la soirée. Tout s'était déroulé calmement (trop calmement même) jusqu'à ce que les jacobites décident d'un raid sur le palais. Kenneth se demandait s'ils avaient eu du succès ou non. Quelle que soit la réponse, il fallait s'attendre à une nouvelle chasse aux fantômes dans de brefs délais. Il devrait redoubler de prudence. Il se demanda comment s'en étaient sortis ceux qu'il connaissait, les Abercromby, miss Fraser, les MacDonald, … Trop de partisans de la cause dans un même endroit pour oser espérer que tout le monde en soit sorti indemne. Les tuniques rouges n'allaient pas laisser passer l'affront et certains avaient sans doute du donner des explications. Heureusement pour lui, Kenneth était adepte des évasions en tous genres, il savait se faire discret. Il n'avait croisé aucune de ses connaissances dans les couloirs lors de sa sortie, et maintenant que la pression était retombée, il s'inquiétait un peu pour eux. Le plus simple serait de vérifier de visu.

Il dirigea donc sa monture vers les terres Abercromby, il garderait une visite chez les MacDonald pour plus tard, quand les choses se seraient un peu tassées, après tout, il avait utilisé une arme venue de chez eux... Le Gregor n'oubliait pas qu'il devait une dague à Ranald, et il comptait bien le rembourser dès que possible. Mais pour l'heure il allait vérifier que Fergus et Caoimhe s'en étaient sortis indemnes.

Au bout d'un voyage qui lui sembla terriblement long, et même presque ennuyeux sans les poursuites anglaises, il parvint devant la demeure des Abercromby. Il espérait que les maîtres des lieux soient présents. Il laissa son cheval à l'écurie aux bons soins du palefrenier, avant d'être escorté jusqu'à une pièce où on lui intima d'attendre et de ne toucher à rien, ce qu'il fit. Assez rapidement, la porte s'ouvrit sur la soeur du laird, et Kenneth laissa échapper un léger soupir de soulagement avant d'accueillir la dame avec un sourire et une légère courbette.

"Bonjour, pardonnez mon arrivée à l'improviste, je n'ai pas eu l'occasion d'envoyer un courrier pour signaler ma visite." Un peu formel, mais le Highlander voulait faire bonne figure devant les domestiques qui étaient sans doute présents près de la porte, prêts à servir le thé ou à épousseter, ou... afin de connaître la raison de sa visite. Il détailla la dame du regard, afin de s'assurer qu'elle se portait bien. Son frère avait-il eu la même chance?
Revenir en haut Aller en bas
Invité






MessageSujet: Re: L'amitié traverse les landes [Caoimhe]   Ven 27 Jan - 11:57


Caoihme

ft. Kenneth

chapitre 1
Je me promène sur les terres de mon frère, dans peu de temps, ce dernier sera marié à Janet. Est-ce que j'apprécie cette dernière ? Si au départ, je n'arrivais pas à lui faire confiance, mes doutes ont disparu. Je lui fais entièrement confiance et je l'apprécie. Je suis convaincue qu'elle sera une bonne épouse pour mon frère. Je m'approche doucement de mon arbre à fée. Je m'agenouille et je contemple ce dernier. Il est toujours orné des couronnes florales pour mes frères mais également pour mes parents.
Je ne dis rien pour l'instant, je me contente d'observer. Le vent me fouette le visage. Je souris. Mes proches étaient-ils là ? Pouvais-je sentir leur présence ? C'est vrai qu'ils sont morts … Mais peut-être les fées peuvent m'aider à les ressentir ? Je ne sais pas. Est-ce mal de se consoler ainsi ? Je l'ignore. Je devrais me confesser … Mais que dira notre curé s'il apprend mes péchés ? Je l'ignore. Je soupire.
Je me m'humidifie les lèvres, je me lève puis je m'approche de mon arbre. Je caresse le tronc puis je pose un baiser sur ce dernier. Je me recule de cet arbre et je m'agenouille de nouveau.

Caoihme – Protégez les  … Promettez moi de veiller sur mon frère et sur ma belle-soeur. D'accorder à mon frère votre Pardon et qu'il puisse être heureux. Je vous en prie, faites qu'ils soient heureux. Je vous en prie.

Puis, je me lève. Je regarde le ciel, il est bientôt au zénith. Je dois retourner à la maison pour préparer le repas. Je rentre dans ma demeure familiale, je souris en voyant mon frère passer par là, il me dit qu'il sera bientôt pour manger. Le sera-t-il vraiment ? De plus en plus, je vois mon frère s'éclipser. A-t-il peur de l'engagement ? Je dirais que oui. Il va se marier avec une femme, une femme alors qu'il aime les hommes. Je lui dis qu'il a intérêt à revenir vite puis il me laisse ainsi. Je ne pourrais pas l'empêcher d'aimer cet homme … Qui suis-je pour lui enlever ces fragments de bonheur ? Je suis que sa sœur, je ne suis pas sa Créatrice. Ce n'est pas à moi de le juger ni de le punir. De plus, je ferais tout pour que mes prières puissent l'empêcher d'errer trop longtemps dans le Purgatoire. Oui, je veux l'aider. Pourquoi ? Il est tout pour moi. Je souris.  Puis, je vais à la cuisine, je demande à Madame Innes si elle a besoin de moi.  Elle me réponds qu'elle n'a pas besoin de moi. Ensuite, je pars de la cuisine.
Je déambule dans ma maison, à la recherche de quelque chose à faire. Mais, quelqu'un à la frappe. Voyant qu'il n'avait personne, j'ouvre moi-même la porte. Je découvre qu'il s'agit de Kenneth. Un grand sourire naît sur mes lèvres. L'Écossais fait des courbettes.

Kenneth - Bonjour, pardonnez mon arrivée à l'improviste, je n'ai pas eu l'occasion d'envoyer un courrier pour signaler ma visite.

Caoihme – Bonjour Kenneth, ce n'est rien. Venez, allons dans le salon lui dis-je en lui donnant mon bras.

Nous arrivons dans le salon. Je me retrouve face à lui. Je lui offre un sourire. De plus, je me sens rassurée de le voir en vie.

Caoihme – Vous pouvez vous asseoir, si vous voulez. Voulez-vous quelque chose dis-je en souriant ? Mais, avant tout, comment allez-vous mon ami ?


caoihmel'amitié traverse les landes
(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas
Invité






MessageSujet: Re: L'amitié traverse les landes [Caoimhe]   Ven 27 Jan - 21:23

L'amitié traverse les landes

Il avait laissé son cheval attaché dans la cour, sans crainte de se le faire voler. Il était par ailleurs certain que sa monture serait bien traitée, il avait déjà visité les écuries du laird et les bêtes y étaient choyées. Il s'était ensuite dirigé vers la porte principale du château, et y avait frappé. Il eut la chance de voir une jeune fille lui ouvrir, et il la connaissait.

Il n'allait pas l'avouer, mais il était soulagé de voir que la rouquine allait bien. Il espérait qu'il en était de même avec son frère. Mais il aurait remarqué si ma maison était en deuil. Il supposa donc que l'aîné se portait bien. Il secoua ses pieds avant d'entrer afin d'en déloger la terre du voyage. Elle lui proposa son bras qu'il saisit avec délicatesse et se laissa guider jusqu'au salon, une pièce où le Highlander pouvait être certain qu'ils ne seraient pas épiés. Il espérait simplement que sa présence en la seule compagnie de la dame de la maison ne ferait pas jaser. Il ne voyait Fergus nulle part, et même si ce dernier n'avait aucune crainte à avoir concernant les intentions de Kenneth qui considérait Caoihme comme une petite sœur impétueuse, il n'en allait pas de même avec le reste du monde, bien plus au fait des conventions sociales que les frères Abercromby. Apès tout, ils continuaient à lui ouvrir la porte, même après avoir appris son métier de prédilection...

Il s'assit dans un des fauteuils prévus pour les invités à la demande de la demoiselle. « Merci. » Pour le siège et la proposition de nourriture. « A vrai dire, je me porte bien. Je me demandais s'il en va de même pour votre famille ? Personne de chez vous n'a été blessé ? » La fin du bal avait été un gigantesque champ de bataille, des gens courants en tous sens, des soldats à gauche, à droite, des civils perdus, des blessés, au moins un mort dont il était certain... Il n'avait pas pris le temps de retrouver tous les jacobites. Ni ceux présents dans la salle, ni ceux qui avaient brisé les fenêtres d'Holyrood. Cela avait été trop dangereux pour lui et pour les autres de la cause. De plus il avait appris à apprécier certaines des ces personnes et ne voulait pas leur attirer des ennuis. Il avait poignardé quelqu'un, peut-être un prince, ce n'était pas le moment de faire des ronds de jambes et de parader comme un coq – il serait toujours temps de le faire une fois qu'il serait sûr de la mort de l'Anglais... Il s'était donc dépêché de quitter les lieux du crime en toute discrétion. Il avait chevauché sans but autre que celui de se perdre dans les rues puis dans la campagne écossaise, ce qu'il avait fort bien réussi. « Avez-vous eu plus de nouvelles au sujet du bal ? Les blessés, les morts ? Les intentions des Anglais ? »

Il n'avait eu que des ouï dires, puisqu'il n'avait pas quitté le maquis avant de reprendre la route à quelques miles de la demeure des Abercromby. Il était assez direct mais avait besoin de savoir s'il risquait toujours des poursuites, auquel cas il quitterait cet endroit à l'instant. Il espérait qu'elle ne se vexe pas de de ses questions, et qu'elle aurait des réponses à y apporter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité






MessageSujet: Re: L'amitié traverse les landes [Caoimhe]   Dim 26 Fév - 18:32


Caoihme

ft. Kenneth

chapitre 2
Je conduis mon ami Kenneth dans le salon, je lui souris puis je lui parle. Ensuite, je m'assois.

Kenneth -  Merci.   A vrai dire, je me porte bien. Je me demandais s'il en va de même pour votre famille ? Personne de chez vous n'a été blessé ? 

Je fais signe à quelques serviteurs de nous chercher de la bière, de l'eau et du vin ainsi que quelques mets après que mon ami ait parlé. Les serviteurs nous laissent ainsi. Je regarde Kenneth. Il est vivant. Mais Ranald est-il vivant ? Je me le demande. S'il mourrait, je serais seule pour notre mission. En effet, je devais jouer le rôle de celle qui amène des nouveaux jacobites à notre mouvement. Je pose mon regard de nouveau sur Kenneth.

Kenenth - « Avez-vous eu plus de nouvelles au sujet du bal ? Les blessés, les morts ? Les intentions des Anglais ?   

Je dois lui répondre au lieu d'être dans la lune. Je me lève un peu et je lui souris.

Caoihme – Excusez moi Kenneth, je suis ailleurs. Pour vous répondre, mon frère se porte bien ainsi que ma future belle-soeur. Je sais également que Lady MacKintosh n'est pas blessée. En revanche, pour les autres, je l'ignore. Je me tais un peu pour reprendre mon souffle. Pour les morts, je ne sais pas … Pensez-vous que Ranald MacDonald soit mort ? Je l'ai aperçu au bal. Je me mordille les lèvres. Pour les blessés, je crois qu'il n'ait pas eu de blessés.  Je regarde Kenneth. Le Prince de Galles s'est montré très correct avec moi, il m'a aidé à me ramasser de ce chaos … Mon regard se perd dans les souvenirs de ce bal. J'ai cru vous avoir reconnu à un moment durant ce chaos … Enfin bref.

Les serviteurs arrivent et apportent les boissons ainsi que les mets sur des plateaux. Ils les disposent sur le guéridon. Ensuite, ils nous laissent de nouveau seuls. J'observe Kenneth. Avait-il tué des anglais ? Si oui, combien ? Tant de questions. Je reste encore debout.

Caoihme – Est-ce … Est-ce que vous avez tué des anglais Kenneth ? Lui demande-je d'une voix douce. Que désirez-vous boire Kenneth ? De la bière ou du vin ? Je souris. Je me rapproche du guéridon. Je le regarde. Puis-je vous demander si vous désirez rester manger ici avant de repartir chez vous ? Interroge-je d'une voie audacieuse. Si cela ne vous dérange pas … J'en suis sûre que mon frère Fergus serait ravi de vous voir ainsi que Janet.

Maintenant je lui laisse le temps de me répondre. Je lui souris.



caoihmel'amitié traverse les landes
(c) black.pineapple


HJ : désolée pour le retard et pour la réponse TT
Revenir en haut Aller en bas
 
L'amitié traverse les landes [Caoimhe]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Ne dépendre de personne" : Amitié ?
» Le règlement d'amitié & discussion autour d'une photo
» Fabrication de bracelets d'amitié
» [Koys] ~Traverse~
» Dufaux/Delaby - Moriganes - Complainte des Landes perdues (Les Chevaliers du Pardon) T1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FLOWER OF SCOTLAND ♔ :: Les Lowlands :: The North :: ♛ Les Clans du Nord :: ♛ Terres Abercomby-
Sauter vers: