AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bang Bang, my baby shot me down. - ft. Fergus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 05/10/2016
♛ Messages : 325
♛ Chardons en poche : 648
♛ Mon allégeance va à : Fergus Abercromby, mon laird et époux, dont je porte l'enfant.


MessageSujet: Bang Bang, my baby shot me down. - ft. Fergus   Mer 15 Fév - 23:49

JUST FOR ME THE CHURCH BELLS RANG...

Janet se réveilla très tôt ce matin là. Pour dire vrai, elle n’avait pratiquement pas dormi. La fête avait battu son plein pendant longtemps, et les quelques danses que Fergus et elle avaient partagées lui avait donné l’impression d’être une véritable princesse. Il avait été aussi charmant qu’au premier jour. Quand les portes de la chambre s’étaient refermées sur leurs seules personnes, les choses avaient pourtant pris une tournure assez…inattendue.

L’absence de désir dans le regard et l’expression de Ferguson lui sauta assez rapidement aux yeux. Elle ne regrettait pas Donald, du clan Fraser, mais se souvenait que sans pour autant l’avoir jamais vue nue, il la regardait avec plus d’envie que Fergus. Il en avait été de même pour Keith.
Par la suite, Fergus rencontra comme on peut le dire, certaines…difficultés qu’il tenta de résoudre par l’alcool. Janet tacha pourtant d’y mettre du sien, de l’aider, mais cela ne fit que l’irriter davantage. Elle s’en voulut, mais c’était trop tard. Les choses furent beaucoup moins romantiques qu’elle l’avait imaginée et quand ils eurent finis, et que Fergus s’écroula pour s’endormir, Janet était restée longtemps avec ses pensées, sa tristesse, sa déception et sa gêne, ainsi qu’un sentiment de culpabilité et d’impuissance.
Le cœur brisé, elle avait retenu les larmes de déception d’une jeune mariée amoureuse mais les avaient finalement laissés s’échapper sans bruit, quand Fergus dormait profondément. Elle ne comprenait pas complètement. Il avait pourtant été si parfait lors de la cérémonie et de la fête…Quand la fatigue l’emporta sur ses ruminations mentales, il ne restait qu’une heure ou deux avant que le soleil ne fasse son apparition. Plongée dans un sommeil loin d’être profond, elle s’était alors réveillée.

Elle s’était assise sur le bord du lit, mais sa nudité ne tarda pas à la déranger. Elle ne voulait pas reveiller Fergus, et renonça donc à ouvrir les armoires. Sa sublime robe de mariée, ce cadeau qu’il lui avait commandé en France, était étendue sur l’un des fauteuils de la pièce, de même que ses bas tandis que la lingerie gisait sur le sol. Elle regarda la robe et en se lever pour aller en caresser le tissu. Elle finit par l’enfiler, sans les accessoires qui l’accompagnaient. Est-ce que cela portait ou non malheur de porter à nouveau sa robe de mariage le lendemain des noces, elle l’ignorait, mais tout ce qu’elle voulait c’était se couvrir, pour ne pas avoir honte quand Fergus se réveillerait. Elle avait peut être aussi un certain désir de retrouver plus d’espoir pour ce mariage, et cette robe n’en était elle pas le symbole ?, mais c’était là une pensée inconsciente. Après tout, il est trop dur de s’avouer que l’on s’est peut être trompé sur toute la ligne, surtout quand il est trop tard.

Janet aurait certes pu s’habiller et sortir de la pièce, mais elle ne voulait pas non plus croiser les domestiques et membres du clan. Elle était la lady du clan maintenant, elle devait rester digne et inspirer la force et la solidité de son couple en toutes circonstances. Si elle apparaissait la première, on lui poserait des tas de questions auxquelles elle ne se sentait pas la force de répondre, ni la force de faire semblant. Il fallait qu’elle reprenne d’abord un peu ses esprits.

C’est pourquoi, malgré sa soif, elle renonça à rejoindre la cuisine. Un reste de whisky trainait sur la table basse, mais par chance, il y avait aussi un pichet avec un peu d’eau. Elle s’en servit un verre et s’assit sur le fauteuil, tourné vers la fenêtre, tout en grignotant une grappe de raisin qui remplissait partiellement la coupe de fruit au centre de la table.

Elle se demandait si Fergus allait dire quelque chose de plutôt rassurant en se levant, sur ce qui s’était passé hier. Elle l’ésperait peut être…En tout cas, elle n’avait aucune idée de ce qu’elle dirait. Elle ne savait que dire. Mais elle devait avoir l’air forte et loyale envers son mari en toutes circonstances. Il n’était peut être finalement pas aussi parfait…Mais c’était son mari, elle l’avait choisi, et il n’avait pas que des défauts, loin de là. Après tout, elle était en grande partie responsable. Elle ne voyait qu’une raison logique à son comportement ; il n’appréciait pas de ne pas être le premier. Cela l’avait frustré, au contraire de ce qu’il lui avait assuré plus tôt. On disait bien aux filles de se réserver pour le mariage, mais elle n’avait pas écouté. Elle en récoltait les fruits aujourd’hui. Peut être que cette frustration passée, la prochaine fois serait bien mieux. Elle n’avait qu’à faire semblant de rien, dans ce cas, puisqu’elle le méritait…Du moins, elle espérait que ca irait mieux la prochaine fois. Car une autre part d’elle lui chuchotait ; le connaissait-elle vraiment ? Y avait il deux visages à Ferguson Abercomby ?

Pour l’heure, en tout cas,  à part rester là à penser, et attendre que quelque chose se passe, elle ne pouvait rien faire d’autre.

Elle l’entendit remuer dans les couvertures, mais se retint de se retourner. Elle ne voulait pas donner l’impression qu’elle l’attendait. Elle ne savait que faire à part opter pour l’idée de faire semblant de rien, et de voir si lui, aborderait le sujet. Elle ne voulait pas se montrer trop déçue, de peur que cela l’irrite davantage, et gâche encore plus les choses, mais n’allait pas non plus se jeter à ses pieds et se confondre en excuse de ne pas avoir été pure ? Après tout, elle lui avait dit la vérité avant de l'épouser...Et lui rappeller la soirée d'hier risquerait peut-être aussi de l'énerver ?... Elle resta donc le regard tourné vers la fenêtre, comme si elle était pensive et trop absorbée par ses rêveries pour remarquer son réveil alors qu’elle sentait son regard sur elle et attendait qu’il dise quelque chose.

_________________
« She's a strong lady »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 05/10/2016
♛ Messages : 557
♛ Chardons en poche : 607
♛ Mon allégeance va à : Aux vrais prétendants !


MessageSujet: Re: Bang Bang, my baby shot me down. - ft. Fergus   Mar 28 Fév - 20:33



Janet & Ferguson
   bang bang, my baby shot me down

P
ourquoi ?! Mais pourquoi ? C'était la question que je m'étais posé toute la soirée alors que je buvais verre sur verre avec Kenneth, Edwin Alistaire, le frère de Moira MacKintosh et aussi avec Archibald, j'aimais apprendre à ce petit à être un homme, enfin un homme. Après quatre verres le pauvre dormait déjà sous la table. J'allais sans doute me faire disputer par ma nouvelle belle-soeur Georgina lorsque celle-ci se sera rendu compte que son petit protéger est ivre mort à neuf ans. En attendant c'est ça d'être écossais... J'avais partagé quelques danse avec ma nouvelle épouses et avec ses soeurs et une aussi avec Caoimhe, mais je n'étais pas un danseur émérite si bien que je préférais éviter de trop en faire. Préférant rester avec les hommes et amis que j'avais invité.

J'avais voulu repousser l'échéance au maximum l'échéance fatidique à laquelle je devrais remercier les invités d'être venus festoyer et emmener ma promise dans la chambre du Laird, qui sera dès se soir la sienne également. Je n'en avais pas envie, j'aurais préféré, je crois rester dans la salle des fêtes de la demeure et me souler jusqu'à ne plus voir mes mains. Malheureusement pour moi j'avais une autre tâches a accomplir, une tache que tout homme normal aurait fait avec dévouement, je n'étais pas normal. Ce fut difficile, vraiment difficile. Je la détestais de ne pas me faire d'effet et je me détestais  davantage  de l'a détester de la sorte pour quelque chose dont elle n'était pas responsable.

Finalement j'ai atteint mon but, sans grande délicatesse ni amour mais je suis parvenu à consommer notre union. Je me suis endormis presque immédiatement après. Je dormis d'un sommeil de plombs, ronflant légèrement, le cerveau complètement  embrumé par toute la bière et tout le whisky que j'avais ingurgité en cette journée.

J'aurais pu dormir toute la journée avec la couche que je m'étais mise, cependant ma bouche incroyablement pâteuse me fit sortir de mon état légèrement comateux. Je n'aspirais qu'à une seule chose, boire, des litres et des litres d'eau. Je me mis donc a remuer en grognant sous la couverture avant de me redresser. La tête me tournait, je suis, pour ainsi dire certain, que mon cerveau doit ressembler à mon porridge du matin. Merde, rien que de penser au porridge cela me donnait envie de rendre mes tripes.

J'ignorai mon épouse, ne remarquant point qu'elle était assise vers la fenêtre. J'enfilai ma chemise avec un certain automatisme et sorti de la pièce, allant chercher un broc d'eau à la cuisine pour ensuite remonter après l'avoir bu entièrement et m'être resservi.

En voyant Janet installée, un air mélancolique sur le regard je posais le récipient remplit avant de me racler la gorge, j'ignore ce que je devais lui dire

« Mon épouse »
avais-je commencer. Je glissai la main dans ma nuque « J'espère que tu as passé une nuit agréable » Ajoutais-je par défaut, ne sachant point quoi rajouter.

Je me réinstallai sur notre lit et bus mon deuxième broc d'eau sans pour autant le finir puis me recouchai un bras sous la tête, fichant le plafond.


WILDBIRD

_________________


A mhic un de diabhoi. + N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 05/10/2016
♛ Messages : 325
♛ Chardons en poche : 648
♛ Mon allégeance va à : Fergus Abercromby, mon laird et époux, dont je porte l'enfant.


MessageSujet: Re: Bang Bang, my baby shot me down. - ft. Fergus   Mar 28 Fév - 23:25

JUST FOR ME THE CHURCH BELLS RANG...
Le cœur de Janet manqua un battement quand elle entendit la porte se refermer derrière elle, sans que Fergus n’aie même daigné la saluer. Fergus n’était pas un monstre, non. Mais le fait d’avoir cru en avenir si beau avec lui, un avenir si parfait, un mariage idéal…D’y avoir cru si fort, comme l’idiote naïve qu’elle était, de se l’être imaginé…Forcément, alors que le vase de tous ses fantasmes et espoirs se brisait sur le sol, des pièces partaient en éclats. Toujours assisse près de la fenêtre, de dos à cette même porte, elle attendit de ne plus entendre ses pas à proximité pour prendre la grande inspiration qu’elle avait retenue jusque là. Elle devait être forte. Pourtant, elle ne pouvait nier qu’il lui serait plus simple de prendre son manteau, de monter sur son cheval et d’aller pleurer là où personne ne pourrait la voir. Cela n’était cependant pas l’attitude digne de la lady d’un clan. Tout le monde aurait les yeux rivés sur elle, particulièrement en son lendemain de noces. Elle ne voulait aucunement sortir de cette pièce en incarnant pitié, faiblesse et malheur. Elle ne pouvait se le permettre.

Fergus revint pourtant dans la chambre sans trop tarder.
« Mon épouse », dit il.

Janet fut rassurée. Il la saluait tout de même. Elle avait pensé, l’entendant partir sans un mot, qu’il ne la respectait même plus assez que pour cela mais il ne l’avait peut être simplement pas remarquée.
« J'espère que tu as passé une nuit agréable »

Janet devait se décider sur une réponse et sur une attitude…Et vite. Pourtant, tout un tas de possibilité défilaient dans son cerveau à la seconde et la crainte d’opter pour un comportement qui empirerait les choses ou la ridiculiserait l’angoissait au plus haut point.

« Je n’ai pas beaucoup dormi. », dit-elle simplement. Elle pensa à ajouter : « contrairement à toi », mais cela pourrait sonner comme un reproche et cela n'était aucunement le but, elle s’en abstint. Son cœur mourrait d’envie de demander à Fergus ce qui n’allait pas, ce qui s’était passé, pourquoi il était si étrange et qui était il vraiment. Elle espérait une réponse qui expliquerait les choses, sans détruire tout ce qu’elle pensait de son époux autant qu’elle craignait l’inverse. Elle se leva pour faire face à son époux et se força à lui adresser tout de même un sourire courtois. Se souvenait-il seulement de la nuit qu’ils avaient passée ? Elle ne pouvait même pas en être sûre.

« Est-ce que tu désires me parler de certaines choses Fergus ? Concernant notre couple ou toi, ou moi… ? Etant maintenant ton épouse, j’imagine que ce que tu ne pouvais me dire hier, tu peux me le dire en toute sérénité aujourd’hui », dit elle. Elle avait la classe et la diplomatie d’une lady. La force d’une femme courageuse aussi. Car son cœur criait maintes émotions diverses et elle résistait à les exprimer. Elle devait agir avec raisonnement.
Elle faisait une allusion évidente au fait que selon elle, il y avait plus que la crainte naturelle d’un homme à l’idée de s’engager dans la distance de Fergus. La nuit qu’ils avaient passés le confirmer. Que lui reprochait-il exactement ? Que pouvait elle faire pour y remedier ? Ou y avait il autre chose ?...

_________________
« She's a strong lady »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 05/10/2016
♛ Messages : 557
♛ Chardons en poche : 607
♛ Mon allégeance va à : Aux vrais prétendants !


MessageSujet: Re: Bang Bang, my baby shot me down. - ft. Fergus   Mer 8 Mar - 22:35



Janet & Ferguson
   bang bang, my baby shot me down

C
e matin, en ouvrant les yeux je l'avais vue, ma femme l'air mélancolique à la fenêtre. Déjà cela ne faisait même pas vingt-quatre heures que nous étions mari et femme et cela semblait déjà la peser. Moi qui avait fait tant d'effort. C'est elle qui a décidé de quitter les Terres Fraser, elle qui m'a suivi ! Je suis un homme d'honneur je n'aurais pas emmener une femme chez moi sans en faire mon épouse, je trouve cela immoral, de plus cela donne une très mauvaise réputation à la demoiselle. Je suis un monstre mais pas au point de vouloir déshonorer une jeune et jolie demoiselle comme Janet. Cependant, à présent que j'étais assis, en chemise sur le lit, mon verre d'eau vide dans la main je me demandais si je n'avais pas fait une erreur ce jour-là. Je l'ai pourtant si bien traitée elle possède des appartements à elle, une garde robe, elle est libre d'aller ou elle le souhaite quand elle le souhaite. Libre de me parler ou ne ne pas parler. Je la laisse absolment tout faire (dans les limite du résonnable) et c'est cette tête à laquelle j'ai droit au lendemain de notre mariage ? -Voilà qui est réconfortant.- Pensais-je avec amertume.

« J'en suis désolé si c'est le lit ou quelque chose de matériel nous le changerons avant ce soir. »

Dis-je calmement essayant de ne point prendre contre moi le ton de sa voix. Que voulait-elle de plus ? Je pense que peu de femme peuvent se venter d'avoir un homme qui songe autant à leur bien-être que moi, je ne suis pas parfait je le sais. Je sais aussi que je risque fort de la faire terriblement souffrir mais j'essaye de pallier à mon manque d'affection par de la gentillesse car je considère que c'est la moindre des choses. Elle finit par se relever pour me faire face , j'étais forcé de lever les yeux, étant assis et je n'avais guère envie de me lever.

« Janet je n'ai rien a te dire ce serait plutôt à moi de te demander cela c'est toi qui semble désappointée ce matin nullement moi, j'ai peut-être mal à la tête mais c'est tout. »

Dis-je légèrement surpris par sa question. Voici bien une femme je suppose c'est elle qui semble mal mais elle préfère croire que c'est toi, cela lui donne peut-être bonne conscience je l'ignore. Mais c'est agaçant. Bon il est vrai que notre nuit de noces n'a pas été des plus parfaite mais j'étais rond comme une queue de pèle et puis j'avais pensé à Edwin ce qui m'a passablement énervé. J'avais mes raisons d'être ainsi hier soir et elle n'avait pas à les connaitre. Je ne cherche pas à connaitre tous ses secrets elle devra donc accepté que j'en ai également.


WILDBIRD

_________________


A mhic un de diabhoi. + N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 05/10/2016
♛ Messages : 325
♛ Chardons en poche : 648
♛ Mon allégeance va à : Fergus Abercromby, mon laird et époux, dont je porte l'enfant.


MessageSujet: Re: Bang Bang, my baby shot me down. - ft. Fergus   Jeu 9 Mar - 22:22

JUST FOR ME THE CHURCH BELLS RANG...
Fergus eut l’air étonné par sa question. Comment cela se pouvait il ? Avait-il tout oublié de leur précédente nuit ? Ou n’était ce en rien différent de ce qu’il avait imaginé ? Dans les deux cas, elle avait lieu de m’inquiéter. Il répondit, comme exaspéré, qu’il n’avait rien à dire et que c’était plutôt à lui de poser des questions à Janet car c’était elle qui semblait déçue ce matin. Janet s’asseya de nouveau, sur le bord du lit cette fois. Elle soupira légèrement. Que pouvait-elle lui demander ? Elle avait pensé qu’elle pouvait tout lui dire, mais elle n’était plus sure de le connaitre aujourd’hui. Quels mots choisir pour ne pas le vexer ? Quelle limite à ne pas franchir ? Devait elle se montrer douce, ou distante dans ses paroles ?

Elle choisit finalement de jouer la carte de la sincérité, tout en pensant ces mots.

« Je ne comprends pas pourquoi tout ceci sonne si faux. Au vu de ma naissance j’ai très vite compris que je ne vivrais pas un mariage d’amour, Fergus. J’ai pourtant repris foi en concept après notre rencontre. Les semaines qui ont suivis m’ont confortés dans cette optique. Tu m’as toujours donné l’impression de m’aimer. Et puis cela s’est dégradé…Si vite. Hier, durant notre mariage, ou cette nuit, quand nous l’avons consommé…Cela sonnait faux. Est-ce de ma faute ? M’en veux tu encore du fait que je n’étais pas intacte ? Tu n’avais pourtant pas l’air énervé quand je te l’ai annoncé…Ou y a-t-il autre chose ? Une autre femme que tu aurais préféré épouser ?... »

Janet se resservit un verre d’eau. Plus par habitude que par réelle soif. Elle le but, soupira, et après quelque secondes de reflexion posa une autre question ;
« Pourquoi m’as-tu épousé Fergus ? », demanda t elle. Elle fit une pause. « J’ai voulu te suivre pour échapper à ma famille, mais je ne t’ai jamais demandé de m’épouser, c’est toi qui l’a fait. Et si tu ne m’épousais pas du tout par amour, mais pour mon nom, tu pouvais me le dire. Je l’aurais compris. Est-ce pour mon nom que tu m’as épousée ? Si c’est le cas, pourquoi m’avoir fait pensé que ça ne l’était pas jusqu’à maintenant ? »

Une fois lancée, Janet avait fini par poser plus de questions que ce qu’elle n’avait imaginé faire. Il faut dire que ces questions avaient tournés en boucle dans sa tête depuis des semaines, et plus que jamais hier et dans la nuit. Il était temps de les poser. Elle ésperait qu'il réponde sincèrement. De toute façon, cela ne changerait rien à son comportement à elle ; elle était sa femme et la lady de ce clan jusqu'à la mort. Elle se comporterait comme telle et assurerait ses devoirs avec dignité.



_________________
« She's a strong lady »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 05/10/2016
♛ Messages : 557
♛ Chardons en poche : 607
♛ Mon allégeance va à : Aux vrais prétendants !


MessageSujet: Re: Bang Bang, my baby shot me down. - ft. Fergus   Dim 12 Mar - 9:35



Janet & Ferguson
   bang bang, my baby shot me down

I
frinn ! Me prendre à revers de si bon matin, était-ce si compliqué à comprendre que je veuille la paix ? Pourquoi se pose-t-elle tant de question ? Elle est mariée est hors de danger maintenant cela devrait lui suffire, cependant, il est vrai que si je ne me montrer pas plus avenant et plus tendre avec elle, elle pourrait commencer à se montrer vraiment très inconvenante avec moi, chose que je ne veux pas puisque je ne veux pas que l'on se mêle de trop près à mes affaires. J'oubliai par moment que c'était une Fraser de Lovat et les Fraser sont connu pour être plus têtus que des cochons. Je l'écoutais calmement sans montrer la moindre parcelle de ce que je pouvais bien ressentir, cela me permettait d'avoir plus de temps pour réfléchir à ce que j'allais bien pouvoir lui dire. Cette femme était bien trop intelligente pour son propre bien, ce quei rendais ma tâche de la rendre heureuse que plus ardue.

« Non je... cela n'est rien, Janet je me fiche d'être le premier, ce qui m'importe en revanche s'est d'être le dernier »

Dis-je après un instant de silence d'une voix plus calme et douce. Je ne voulais pas non plus en faire trop, cela sonnerait faux pour elle et elle venait de me donner la preuve qu'elle n'avait pas juste un jolie minois. Je pris à mon tour un verre d'eau (oui ça me changera tient) et fit craquer mes cervicales dans un bruit sourd et me rapprochai doucement d'elle. Maintenant il fallait, je le suppose que je m'excuse pour ma conduite fort peu appropriée de la nuit précédente que je la rassure que ce n'était pas pour son nom que je souhaitais sa main ET que je trouve une excuse pour ma conduite inconvenante.

« Ecoute moi Janet s'il te plait, je te demande de me pardonner, il est vrai que j'ai été quelque peu brutale hier et si je t'ai fait du mal je t'en prie pardonne moi, je ne le faisais pas volontairement. Les mariage sont traitre pour l'époux. Edwin et Kenneth m'ont fait boire de tout mon soul sans penser que je devrais par la suite me montrer performant. Je n'ai pas été à la hauteur et j'espère que tu me laissera une chance de me rattraper. »

Dis-je tout bas la tête baissée, pris en faute finalement. Je ne mentais pas vraiment, j'étais sincèrement désolé de lui avoir détruit sa nuit de noces et Edwin et Kenneth m'ont vraiment fait boire, après j'ai pas dit non non plus c'est évident.

« Je ne t'ai pas épousé pour ton nom... Je t'ai épousé car une est une femme intelligente et je t'aime Janet Abercromby. S'il faut que je passe ma vie à te le prouver je le ferais mais dit moi par ou commencer. »

J'avais relevé la tête entre temps pour prendre entre mes son menton afin de rapprocher mon visage du sien. C'était si compliqué pour moi. Car oui je voulais son bonheur cette femme est incroyable et je sais que quelqu'un d'autre attend de moi que je le rende heureux et en partageant le lit de Janet ce n'était pas le cas et bien entendu inversement ! J'ai pris le temps de sondé si oui ou non je pouvais l'embrasser, rien de méchant un simple baiser et comme elle ne s'était pas retirée je suis parti du principe que je pouvais. Je l'ai donc embrassée tendrement, glissant ma main de son menton à sa nuque.




WILDBIRD

_________________


A mhic un de diabhoi. + N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 05/10/2016
♛ Messages : 325
♛ Chardons en poche : 648
♛ Mon allégeance va à : Fergus Abercromby, mon laird et époux, dont je porte l'enfant.


MessageSujet: Re: Bang Bang, my baby shot me down. - ft. Fergus   Dim 12 Mar - 15:23

JUST FOR ME THE CHURCH BELLS RANG...

Il y eut un silence avant que Fergus ne réponde. Pour Janet, cela ne signifiait rien de bon. Elle s’apprêta mentalement à entendre le pire, à entendre parler de l’autre femme qui lui avait volé sa place. Ses iris bleus captèrent le regard de son mari et ne le lachèrent plus. Elle ne voulait pas montrer qu’elle craignait ce qu’il allait dire. Elle devait en toute circonstance, être une digne. Elle était la lady d’un clan. Cependant, Fergus ne dit rien de ce à quoi elle s’était préparée.
« Non je... cela n'est rien, Janet je me fiche d'être le premier, ce qui m'importe en revanche s'est d'être le dernier »

Janet rompit la connexion visuelle entre eux en baissant le regard sur sa robe, qu’elle s’employa à lisser.  Fergus prit la cruche d’eau et se servit un verre. Assise sur le bord du lit, elle tendit le bras pour présenter son verre vide à son époux afin qu’il le remplisse d’eau par la même occasion.
« Tu sais que tu n’as pas à t’en faire pour cela, Fergus. Je t’ai juré fidélité devant Dieu. »

Et Dieu ne voulait pas peut dire pour Janet. Elle lui demanda ensuite pourquoi il l’avait épousée. Etait ce pour son nom, tout simplement ? Si c’était le cas, pourquoi lui avoir fait croire qu’il l’aimait ? Fergus se rapprocha d’elle.

« Ecoute moi Janet s'il te plait, je te demande de me pardonner, il est vrai que j'ai été quelque peu brutale hier et si je t'ai fait du mal je t'en prie pardonne moi, je ne le faisais pas volontairement. Les mariages sont traitres pour l'époux. Edwin et Kenneth m'ont fait boire de tout mon soul sans penser que je devrais par la suite me montrer performant. Je n'ai pas été à la hauteur et j'espère que tu me laisseras une chance de me rattraper. »
Janet n’avait pas l’impression de mériter ces excuses. Après tout, elle avait sa part de responsabilité. Elle s’était donnée à un autre homme que lui, adolescente. Elle n’avait pas attendu, comme Dieu l’exige, d’être mariée. Peut-être qu’elle n’avait eu que ce qu’elle méritait ce soir là… Janet se leva pour faire face à son époux.

« Non, ne t’excuse pas. Je ne t’en veux pas...Certes, je m’attendais à autre chose mais… Je veux juste que tu sois sincère avec moi, Fergus. C’est tout ce que je te demande. Je suis ta femme, maintenant. Tu auras mon soutien quoi qu’il advienne… »

Allait il enfin lui dire pourquoi il l’avait épousée ?

« Je ne t'ai pas épousé pour ton nom... Je t'ai épousé car tu  es une femme intelligente et je t'aime Janet Abercromby. S'il faut que je passe ma vie à te le prouver je le ferais mais dis moi par ou commencer. »

Janet regarda son époux. Evidemment, cela la toucha. Il n’avait aucune raison de mentir en cet instant, étant donné qu’elle lui avait assuré que si elle apprenait qu’il ne l’avait pas épousée par amour, cela ne changerait rien à son soutien et à son rôle de lady. L’aimait-il vraiment, alors ? Elle n’en était pas convaincue, car il y avait toujours cette distance inexpliquée qui s’était manifestée plusieurs semaines avant le mariage.

Elle laissa tout de même Fergus l’embrasser. Elle pouvait au moins reconnaitre que ce baiser là sonnait plus vrai que celui de leur mariage. Une fois qu’il fut rompu, elle planta à nouveau son regard dans celui du laird.

« Je ne te demande pas de preuves. C’est simplement…que tu as une drôle de façon de montrer ton amour, Fergus Abercomby, surtout quand tu es…Comme qui dirait….changeant.», répondit Janet. Elle espérait qu’il comprenne qu’elle faisait allusion à cette distance inexpliquée qu’elle avait du subir les semaines précédent le grand jour. Elle ne voulait pas le regarder trop longtemps, et risquait de tomber dans le piège de la naiveté. Elle baissa le regard et s’éloigna pour ouvrir l’armoire grinçante qu’elle n’avait pas osé toucher pour ne pas réveiller Fergus quelques minutes plutôt. Elle en sorti une robe plus confortable et adaptée que celle de son mariage à la journée actuelle. Elle ne pourrait demeurer éternellement dans cette chambre, et Fergus non plus. Ils allaient bien devoir se montrer au reste de la demeure en tant que couple marié, pour la première fois depuis le grand jour. Au moment de se dévêtir, elle ressentit une certaine gêne, car après tout, Fergus avait été si saoul qui ne se souvenait très certainement même pas de son corps. Elle ne devait cependant pas éprouver de gêne devant son époux. Elle se dévêtit donc pour enfiler son nouveau vêtement, attendant cependant toujours une explication à la distance que Fergus avait mis entre eux et cherchant du coup de l'oeil, à définir si oui ou non, il portait une quelconque attention à sa nudité. Dans le cas contraire, cela signifierait qu'elle n'était pas à son gout...

« Je pensais aller à l’Eglise, aujourd’hui, après le dîner afin de prier Marie pour que je te donne un fils en bonne santé. », déclara t elle ensuite. « Voudrais tu m’y accompagner ? », proposa-t-elle.

_________________
« She's a strong lady »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 05/10/2016
♛ Messages : 557
♛ Chardons en poche : 607
♛ Mon allégeance va à : Aux vrais prétendants !


MessageSujet: Re: Bang Bang, my baby shot me down. - ft. Fergus   Dim 19 Mar - 15:42



Janet & Ferguson
   bang bang, my baby shot me down

J
e m'étais montré des plus désobligeant avec elle la nuit dernière, je m'en souvenait vaguement et finalement je comprenais sa réaction et sa peur, je ne me suis pas montré sous mon meilleur jour et je le regrettais. J'aimais Edwin c'était certain, cela me rendait même malade d'aimer un homme. Maintenant il me fallait aimer cette femme la chérir veiller à son bien être, avoir des enfants avec elle. Il me fallait cesser de penser à mon unique bien être et commencer à penser au clan et à son avenir, c'était désormais mon rôle, ce pourquoi j'était encore vivant. Pauvre Janet, elle méritait bien mieux que moi, je ne suis guère le mari idéal surtout après ce qu'elle a vécu avec Donald Fraser. Je n'aurait peut-être pas dû... Mais il est trop tard pour les regrets ce qui est fait est fait et je dois désormais m'efforcer d'être un bon époux pour elle. C'était une femme belle et surtout brillante, ce qui risquait fort de m'agacer dans les mois et années à venir mais c'était une femme extrêmement intelligente et vive d'esprit.

« Je n'ai guère l'habitude encore, il me faudra peut être un peu de temps mais je suis comblé de savoir que je peux compter sur toi Janet. Tu est une femme brillante et je suis chanceux de t'avoir à mes côtés, sache que j'en suis conscient et que mon attitude irrespectueuse de cette nuit ne se reproduira jamais »

Dis-je calmement alors qu'elle rompait le contacte visuel préférant manifestement les plus des sa jupe à moi. Ma fois je ne pouvais pas l'en blâmé je n'ai point été à la hauteur, je ne lui en voudrais guère de m'en garder rancune. Que pouvais-je répondre au fait que j'étais "changeant" ? Pas grand chose ? Ma fois j'était ainsi fait, de plus je m'étais déjà excusé je ne souhaitais mas m'étaler là dessus. Par contre je ferais en sorte d'être moins "changeant" comme elle le dit. J'hochai la tête comme pour prendre note de cette remarque. Elle se leva se dirigeant vers la grosse armoire en chêne en face du lit, ne pouvant m'empêcher de la regarder.

« Ma fois je ferais en sorte à l'avenir de me montrer plus stable, il est vrai que la perspective du mariage m'a beaucoup stressé... Je suis sûr que dès à présent tout ira bien mieux »

Dis-je finalement en me rendant compte qu'elle semblait attendre une réponse de ma part. Qu'aurais-je pu dire d'autre de toute façon. J'ignorais si c'était ce qu'elle souhaitait entendre mais c'était tout ce que je pouvais lui apporter pour le moment.

« C'est une très bonne idée je vais vous y accompagner avec plaisir »
Répondis-je lorsqu'elle me proposa de nous rendre à l'église pour prier Marie... Pour ma part c'est Dieu que je vais prier pour expier mes pêchés innombrables

Je me levai donc à mon tour pour changer de chemise et mettre mon kilt de tous les jours sans aucune gênes au fait qu'elle me voit nu, elle était mon épouse après tout.




WILDBIRD

_________________


A mhic un de diabhoi. + N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Bang Bang, my baby shot me down. - ft. Fergus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bang Bang
» KISS KISS BANG BANG !
» Crevettes Bang Bang
» Bang bang version espagnole
» [Yolanda - Dikadoll] Madison -news p2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FLOWER OF SCOTLAND ♔ :: Les Lowlands :: The North :: ♛ Les Clans du Nord :: ♛ Terres Abercomby-
Sauter vers: