AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 She had fire in her hair ft. Grizel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 26/01/2017
♛ Messages : 184
♛ Chardons en poche : 493
♛ Mon allégeance va à : Officiellement, à son clan et la cause jacobite. Officieusement, à l'Angleterre...?


MessageSujet: She had fire in her hair ft. Grizel   Sam 11 Mar - 16:33

Magnus venait tout juste d’avoir quatorze ans. Cela faisait près d’un an qu’il résidait en compagnie de son père, le Laird, dans la demeure familiale. Mais il ne se sentait en rien en famille dans cet endroit… Au début, le Laird l’avait laissé partager les repas avec l’ensemble de la famille. Puis, devant les nombreuses plaintes de Fiona, il avait fini par décider que Magnus mangerait avec les serviteurs. De même, pour respecter la promesse faite à la mère de son batard sur son lit de mort, l’année précédente, Francis Farquharson père permettait à son enfant illégitime d’avoir un entrainement à la guerre digne de ce nom. Mais à chaque fois que Magnus se révélait meilleur que John ou que Francis, et cela arrivait souvent en ce qui concernait Francis, Fiona trouvait le moyen de le réprimander ou de le traiter de tricheur. La mère de famille avait conditionné ses propres enfants à détester le batard qu’était Magnus. Et le garçon se sentait très seule dans cette demeure qui n’était pas la sienne, ou il n’était pas vraiment le bienvenu. Les domestiques étaient en réalité ceux dont il était plus proche. Comme toujours. Il était peut être le fils du Laird, mais il semblait destiné à rester un homme du peuple.

Magnus avait repéré Grizel environ deux semaines auparavant. Contrairement à ses demi-frère, il pouvait sortir quand bon lui semblait sans avoir à se justifier. C’était là l’un des seuls avantages à être un batard ; il n’avait de compte à rendre à personne. Grizel, il l’avait compris en la voyant quitter une auberge tard dans la nuit avec un homme, était une prostituée. Il n’avait pas osé s’approcher de la belle, mais avait suivi le client afin de savoir combien la rousse demandait pour une nuit car c’était elle que Magnus avait choisi. Il l’avait choisi car il la trouvait ravissante, avec ses longs cheveux roux. Les rousses étaient les plus belles femmes du monde. Il en était amoureux. Il y avait des exceptions ceci dit, comme sa mère, Mary, sublime avec ses cheveux foncés. Mais en règle général, c’étaient les rousses les plus belles, il était intransigeant sur ce point.

Magnus n’avait encore jamais touché à une femme jusqu’à ce jour. Il avait remarqué que de nombreux hommes obtenaient ce qu’ils voulaient avec les femmes en leur mentant, en leur faisant croire à un mariage et à un amour éternel. Mais Magnus avait été élevé par une mère célibataire, dans une époque qui ne les respectaient pas du tout. Il avait donc trop de respect pour une femme que pour utiliser sa naiveté avant de la déshonorer et de partir ensuite comme un voleur dans la nuit. Cependant, voilà qu’il avait quatorze ans et le désir de connaitre les plaisirs charnels étaient bel et bien présent. Il fallait dire que Magnus était un garçon mature pour son âge, d’ailleurs on lui donnait souvent seize ans plutôt que quatorze.

Le jeune homme n’avait pas osé demander d’argent à son père. Il n’osait jamais rien demander à son père, et certainement pas cela. Il s’était donc débrouillé pour obtenir la somme nécessaire pour la payer avec ses propres moyens. Il avait pris son arc et avait chassé, ce qu’il faisait très bien. Puis il avait été vendre ses proies un boucher (pour la viande) et à une couturière (pour la fourrure). Tout deux avaient été étonnés, mais n’avaient pas posé de questions. C’était certes étrange, le fils du Laird qui venait leur vendre ses proies, mais Magnus était un jeune homme bon et leur proposait un bon prix. Ils n’allaient pas poser plus de questions.
Dans la soirée, il partit arpentait les rues où il avait aperçu plusieurs fois cette belle rousse. La remarquant enfin, il s’approcha. Elle lui souriait. Elle devait l’avoir déjà vue la regarder, précédemment. Il ne savait pas trop quoi lui dire, une sorte de timidité l’avait envahi, bien qu’il tente de la cacher pour ne pas paraitre idiot.

« Madame ? », l’interpella-il. « Pourrais-je partager une nuit avec vous ? »

_________________
    xxx xxx
    MAGNUS, from the latin « great » | the lucky bastard
    When I came back from England, I had a strange though walking through Invercauld's doors. « Anyway», I though « It is still good to be home». Was it ? Surprised by my own thinkings, I've asked myself. « Is Invercauld my home ? I've never felt at home in Invercauld, have I ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 24/02/2017
♛ Messages : 173
♛ Chardons en poche : 306
♛ Mon allégeance va à : La cause jacobite mais avant tout, le clan Farquharson


MessageSujet: Re: She had fire in her hair ft. Grizel   Sam 11 Mar - 22:00


Magnus

ft. Grizel

She had fire in her hair


Le froid était arrivé dans les Highlands et Grizel savait que la neige n'allait pas tarder à tomber à son tour. Elle venait de quitter la maison familiale et se rendait compte une fois de plus des difficultés de la vie. Jusque là, elle avait vécu dans une sorte d’insouciance, à peine perturbée par les problème financiers de ses parents. Tout n'était qu'un jeu pour elle. Depuis qu'elle les avait découverts, elle aimait les plaisirs de la chair. Sans doute aurait-elle été étrange de ne pas apprécier toutes ces choses que les hommes pouvaient faire aux femmes. Et elle aurait été idiote de ne pas en profiter. Elle plaisait aux hommes, elle le savait et en profitait outrageusement. S'il n'y avait eu que cela, peut-être que l'existence de Grizel aurait pu être idéale. Mais elle avait beaucoup trop tôt découvert que certains hommes n'hésitaient pas s'adonner à des pratiques peu catholiques contre certains arrangements. Elle l'avait appris à ses dépend et cela avait duré plusieurs années. Elle n'avait pas été, comme n'importe qu'elle jeune fille de 20 ans sans doute, assez discrète. Quand tout le monde avait finit par l'apprendre, ses parents y compris, elle n'avait eu d'autre choix que de partir, chassée de la maison par son père. Elle était désormais seule, sans famille et livrée à elle même. Avec de nombreuses difficultés, elle avait réussi à se rendre en ville. Une fois sur place, elle s'était vite rendue compte que cette fois pour survivre, elle allait devoir se prostituer pour elle même. Si auparavant c'était pour aider ses parents, vendre son corps était désormais un marché qu'elle devait mener pour elle.

Comme avant, elle ne fut pas étonnée de la facilité de la chose. Les hommes étaient faibles, ils cédaient facilement quand on se découvrait un peu. Cela payait mal, mais elle arrivait au moins à manger et à payer la moitié du loyer pour une petite chambre sous les toits, l'autre moitié, elle la payait en nature au propriétaire. Et chaque soir c'était pareil, elle laissait son châle sur son lit même s'il faisait froid et descendait arpenter les rues ou passer un peu de temps dans une auberge, assez minable il fallait l'avouer.

Cette nuit là, elle avait à peine dépassée sa porte lorsqu'elle se fit aborder. Elle sourit, son commerce marchait de mieux en mieux. Son sourire s'élargit en un sourire doux quand elle reconnut le jeune homme qui venait de lui parler. Elle l'avait déjà vu plusieurs fois, il n'était pas très discret. Elle s'en fichait, un client était un client. Il n'était encore qu'un enfant mais cela n'avait aucune importance. Grizel n'allait pas faire la difficile sur l'âge des clients. Elle le sentait timide sous son air faussement assuré. Première fois devina-t-elle sans peine. Il devait avoir plus ou moins l'âge de son petit frère qu'elle avait laissé derrière elle mais c'était toujours plus vieux que lorsqu'elle avait couché la première fois. Elle redressa la tête, prenant une grande inspiration pour mettre sa poitrine en valeur.

-Grizel, corrigea-t-elle automatiquement, elle n'avait rien d'une Dame. Ce n'est pas gratuit tu sais. Si tu as de quoi payer, monte et referme la porte derrière toi, répondit-elle en poussant la porte.

Vérifiant que le garçon ne restait pas planté sur place, elle commença à monter les escaliers en roulant outrageusement des hanches comme elle le faisait à chaque fois qu'elle savait un homme sur ses talons.


(c) black.pineapple

_________________
I'm lost in my own life.
I live for the jacobite cause. God, help me to survive, please, hear my prayers and forgive my sins.
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 26/01/2017
♛ Messages : 184
♛ Chardons en poche : 493
♛ Mon allégeance va à : Officiellement, à son clan et la cause jacobite. Officieusement, à l'Angleterre...?


MessageSujet: Re: She had fire in her hair ft. Grizel   Sam 11 Mar - 23:17

A première vue, au loin, Grizel avait un sourire doux et inspirait confiance. De près, Magnus lui trouvait maintenant une aura forte et quelque peu intimidante, comme si elle savait des tas de choses qu’il ignorait. La belle rousse prit une grande inspiration ce qui fit remonter sa poitrine, attirant évidemment le regard de Magnus sur celle-ci. L’avait elle fait dans ce but, ou n’était ce pas voulu ? Oh, bien sur qu’elle l’avait fait exprès…C’était une fille de joie, après tout.

-Grizel, avait-elle corrigé. Ce n'est pas gratuit tu sais. Si tu as de quoi payer, monte et referme la porte derrière toi.

Bien sûr qu’il avait de quoi payer, il savait que ce n’était pas gratuit ! Le prenait elle pour un enfant ? Il avait pourtant de la barbe, au niveau du menton, et une moustache soigneusement taillée. Magnus n’aimait pas beaucoup qu’on le prenne pour plus jeune qu’il ne l’était, ou même qu’on lui donne son âge exact. Il avait tellement l’habitude qu’on le trouve plus mature, ou plus vieux, et cela le flattait. Il était donc pour le moins étonné et déçu que Grizel ne soit pas tombée dans le piège de son âge. Mais la prostituée avait déjà commencé à monter les marches des escaliers, laissant au batard Farquharson le loisir d’observer ses courbes. Il la suivit donc sans relever, après avoir, comme elle l’avait demandé, fermé la porte derrière elle.

Il n’avait pas imaginé Grizel avoir une telle prestance, mais cela pouvait être vu comme un défi. Elle le voyait comme un enfant, et bien, il lui montrerait qu’il n’en était pas un…Enfin, pour cela, il lui fallait déjà devenir véritablement un homme. Ce qui n’était pas sans le flanquer d’une certaine pression.

Arrivé dans sa chambre, Magnus ne sut quoi dire. Que faisaient les gens, d’ordinaire, avec les prostituées ? Parlaient ils un peu avec elle, ou…commençaient ils directement à faire leur affaire ? Magnus n’en avait aucune idée, mais il était hors de question qu’il laisse un silence gênant s’installer entre eux. Le jeune garçon sortit simplement sa bourse. Il parla d’une voix sûre, il ne voulait pas montrer qu’il se laissait impressionner.

- Je voudrais toute une nuit. J’ai bien assez d’argent pour payer. J’ai vendu deux proies aujourd’hui.


Pourquoi avoir donné ce détail ? Peut-être pour qu’elle comprenne qu’il chassait, et qu’il chassait bien, ce qui faisait de lui plutôt un homme qu’un gamin. Sur le moment, il n’y avait même pas réfléchi.

_________________
    xxx xxx
    MAGNUS, from the latin « great » | the lucky bastard
    When I came back from England, I had a strange though walking through Invercauld's doors. « Anyway», I though « It is still good to be home». Was it ? Surprised by my own thinkings, I've asked myself. « Is Invercauld my home ? I've never felt at home in Invercauld, have I ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 24/02/2017
♛ Messages : 173
♛ Chardons en poche : 306
♛ Mon allégeance va à : La cause jacobite mais avant tout, le clan Farquharson


MessageSujet: Re: She had fire in her hair ft. Grizel   Dim 12 Mar - 12:07


Magnus

ft. Grizel

She had fire in her hair


Alors qu'ils venaient d'arriver dans sa chambre, Grizel détacha le ruban qui attachait ses cheveux de façon à dégager son visage. Elle se retourna en souriant à l'entente du jeune homme. Il voulait une nuit complète, il l'aurait. Elle voulait tout de même voir la couleur de l'argent avant de commencer. Elle s'était déjà faite avoir plusieurs fois auparavant. Des hommes qui venaient demander ses services, qu'elle laissait la toucher avant d'avoir été payée et qui peu scrupuleux, profitaient de sa faible musculature de jeune femme et partaient sans payer une fois l'affaire faite. Depuis, elle demandait toujours a être payée avant de commencer.

Avec un sourire rassurant, elle tendit sa main, paume vers le haut face au jeune homme. Il comprendrait elle en était certaine. Il était jeune mais peut-être pas idiot, tout du moins, Grizel l'espérait. Quitte à passer une nuit complète avec quelqu'un, autant que sa compagnie soit agréable.

-C'est la première fois que tu viens voir une femme comme moi n'est-ce pas ? demanda-t-elle tout en devinant déjà la réponse.

Puisqu'ils avaient la nuit, elle n'avait pas envie de se mettre au travail tout de suite. Le jeune homme n'y verrait sûrement aucune inconvénient. Il était rare de discuter avec les clients. Parfois ils s'attardaient quelques minutes, posant quelques questions, demandant surtout si elle comptait rester dans les environs. Grizel s'y était habituée, même si elle aurait préférée que de temps en temps, on prenne soin d'elle, qu'on lui propose une vie meilleure. Cela n'était jamais arrivé, et n'arriverait sûrement jamais. Elle devait se faire à l'idée qu'elle n'avait pas emprunter le bon chemin pour que les choses se passent aussi simplement. Les hommes venaient seulement la voir lorsqu'ils n'avaient pas vu de femmes depuis un certain temps ou lorsqu'ils commençaient en s'ennuyer d'une épouse un peu trop prude à leur goût.

Faisant face au jeune homme, elle fit glisser son manteau sur ses épaules et lui pris la main, l'entraînant ainsi jusqu'à son lit où elle le fit asseoir avant de le rejoindre.

-Aurais-je l'honneur de savoir à qui j'ai à faire ? demanda-t-elle en enroulant une mèche de ses cheveux autour de son doigt.

Une mise en confiance mutuelle lui semblait appropriée sans qu'elle ne sache vraiment pourquoi. Sans doute l'envie de retrouver un peu de passion dans les ébats qui allaient suivre. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas couché avec un homme par envie et elle voulait y remédier. L'envie viendrait-elle à l'issue de cette conversation ? Rien n'était moins sûr mais Grizel avait envie d'y croire. Quelle jeune femme de 20 n'aurait pas voulu un peu de tendresse pour une fois ? Elle en avait assez des hommes âgés, bedonnants qui ne venaient que parce que leurs femmes étaient repoussées par leur laideur. Elle avait envie de sang neuf. Pour cela quoi de mieux que son client actuel ?  


(c) black.pineapple

_________________
I'm lost in my own life.
I live for the jacobite cause. God, help me to survive, please, hear my prayers and forgive my sins.
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 26/01/2017
♛ Messages : 184
♛ Chardons en poche : 493
♛ Mon allégeance va à : Officiellement, à son clan et la cause jacobite. Officieusement, à l'Angleterre...?


MessageSujet: Re: She had fire in her hair ft. Grizel   Dim 12 Mar - 12:50

Magnus comprit évidemment que Grizel attendait qu’il lui donne d’abord l’argent. Il déposa sa bourse remplie de pièces dans la paume de sa main. Elle pourrait ainsi constater qu’il avait assez pour une nuit, et même pour revenir demain si le cœur lui en disait.

-C'est la première fois que tu viens voir une femme comme moi n'est-ce pas ?

« Cela me donne t il le droit à quelque chose de spécial ? », plaisanta Magnus. Il ne voulait plus qu’elle le prenne de court comme tout à l’heure, dans la rue. Pour se redonner confiance, sa technique était l’humour et le ton de la plaisanterie. Il ne plaisantait d’ailleurs jamais avec sa famille, ce qui voulait dire bien des choses…La plupart du temps, Fiona, John et Francis le faisaient se sentir trop mal à l’aise pour qu’il ne puisse oser le moindre sourire en coin. « Vous allez être la première, j’espère que vous rendrez cela inoubliable pour moi, dans le bon sens du terme. », ajouta-t-il en souriant en coin.

Grizel prit la main de Magnus et l’emmena jusqu’à son lit. Suivant ce qu’elle attendait, il prit place. Elle le rejoignit. Il tachait toujours de donner l’impression du contraire, ne voulant pas paraitre ridicule devant Grizel, mais cela l’impressionnait tout de même plus qu’il ne l’aurait cru. Après tout, c’était la première fois qu’il se trouvait dans le même lit qu’une femme.

-Aurais-je l'honneur de savoir à qui j'ai à faire ? demanda Grizel. Elle jouait avec ses cheveux, et cela ne donnait qu’une envie à Magnus, s’approcher pour l’embrasser et enfouir ses mains dans sa magnifique chevelure à son tour. Il n’en fit cependant rien. Malgré son pucelage, il voulait donner l’impression d’être un homme, un vrai, un homme qui savait se contenir et se maitriser.

- Magnus Farquharson. Vous avez peut-être entendu parler de moi sous un autre dénominatif. Je suis le batard du laird.

Il avait eu une sainte horreur de ce terme pendant une grande partie de sa courte vie. Et puis, il avait décidé de lui même se présenter de la sorte. Personne ne pourrait le blesser avec quelque chose qui semblait être sans importance pour lui.Après tout, il préférait être le batard que le fils de Fiona. Sa mère avait été une bien meilleure mère que ce que Fiona Farquharson était...

_________________
    xxx xxx
    MAGNUS, from the latin « great » | the lucky bastard
    When I came back from England, I had a strange though walking through Invercauld's doors. « Anyway», I though « It is still good to be home». Was it ? Surprised by my own thinkings, I've asked myself. « Is Invercauld my home ? I've never felt at home in Invercauld, have I ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 24/02/2017
♛ Messages : 173
♛ Chardons en poche : 306
♛ Mon allégeance va à : La cause jacobite mais avant tout, le clan Farquharson


MessageSujet: Re: She had fire in her hair ft. Grizel   Dim 12 Mar - 16:18


Magnus

ft. Grizel

She had fire in her hair


Un sourire ravi étira les lèvres de Grizel lorsque le jeune homme déposa sa bourse dans sa main. Parfait. Sa soirée commençait bien. Être la première fois d'un client lui donnait-il droit à quelque chose de spécial ? Elle n'en savait rien, de tout les hommes qui étaient venus la voir, aucun n'était puceau. Elle avait déjà été la première fois d'un homme mais pas de le cadre de son métier. Avant, quand elle n'était rien de plus qu'une jeune fille frivole.

-Peut-être, répondit-elle avec un clin d’œil. Ne t'inquiète pas pour ça, ajouta-t-elle  sensuellement.

Même dans le cadre de son métier, être la première d'un homme avait quelque chose de particulier. Il avait quelque chose de touchant et Grizel décida que pour être fois, avec ce client, elle serait douce, patience et s'autoriserait à bavarder. Une pause en quelque sorte. Un moment où elle serait juste Grizel, pas la traînée du coin.

Elle sourit à l'entente du nom du jeune homme. Un Farquharson, c'était bien la première fois qu'un membre du clan venait faire tourner son affaire. Et pas n'importe quel membre en plus. Le bâtard et la pute, le meilleur échantillon du clan que l'on puisse trouver... Bien que la famille de Grizel ne sache pas en quoi elle était reliée au laird, son père aimait vanter le nom des Farquharson et se renseigner sur le clan. Alors évidemment Grizel avait déjà entendu parler de celui que l'on surnommait le bâtard du laird.

-Fide et Fortitudine, dit-elle simplement avec un sourire doux qui pour une fois n'avait rien de provocant.

Elle ne savait pas vraiment pourquoi la devise du clan lui était venue, elle qui ne l'employait quasiment jamais depuis qu'elle était partie de chez elle. Mais en cette circonstance, elle l'avait dit naturellement et cela prenait son sens au vu de leurs conditions. Sans doute ainsi, Magnus comprendrait qu'elle appartenait au même clan. Les hommes qui venaient habituellement se fichaient de son nom de famille. Mais pour le premier Farquharson qu'elle voyait depuis le début de son affaire, la rousse se sentait différente, retrouvant un quelque chose de chez elle.

-Quel âge as-tu Magnus ? demanda-t-elle à celui qui était donc un cousin très éloigné, cette fois en s'allongeant en travers sur son lit et en tournant la tête pour le regarder.

La réponse n'avait pas de réelle importance mais elle avait encore plus envie d'engager la conversation que quelques minutes plus tôt.   


(c) black.pineapple

_________________
I'm lost in my own life.
I live for the jacobite cause. God, help me to survive, please, hear my prayers and forgive my sins.
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 26/01/2017
♛ Messages : 184
♛ Chardons en poche : 493
♛ Mon allégeance va à : Officiellement, à son clan et la cause jacobite. Officieusement, à l'Angleterre...?


MessageSujet: Re: She had fire in her hair ft. Grizel   Dim 12 Mar - 18:32

Au vu du ton sensuel sur lequel Grizel lui avait répondu, Magnus pouvait s’attendre à passer une bonne soirée.

Quand il se présenta, celle-ci lui répondit par la devise du clan. Devant le sérieux avec lequel elle avait prononcé les mots des Farquharson, il devina qu’elle faisait elle aussi partie de ce clan. Cela ne l’étonna pas plus que cela. Il y avait toujours des membres éloignés du Laird qui menaient une vie bien moins fastidieuse, c’était comme ça dans tous les clans, et les prostituées écossaises devaient bien avoir une origine.
« Aye, Fide et Fortitudine », dit il, faisant écho aux paroles de son interlocutrice.

-Quel âge as-tu Magnus ? lui demanda-t-elle en tournant la tête pour le regarder.
« Quatorze ans et v...toi ? »

Magnus lui avait sourit en lui répondant. Comment ne pas avoir envie de sourire devant une telle beauté ? Il l’avait vouvoyée jusqu’alors, comme il le faisait avec toutes les femmes, mais étant donné qu’elle le tutoyait, il s’était rendu compte de l’absurdité de la chose et s’était donc octroyé le droit d’employer le même pronom la concernant.
Le batard du clan n’était pas contre l’idée de discuter avec la femme qui ferait de lui un homme, c’était même plutôt rassurant pour lui car s’ils avaient commencés leur affaire directement, cela lui aurait mis beaucoup de pression. Après tout, ce serait sa toute première fois. Cependant, alors qu’ils parlaient, l’impatience de Magnus grandissait. Il désirait donc poursuivre la discussion avec elle mais ne pouvait se contenter de rester allongé dans ce lit, immobile, à la regarder simplement. Il avait trop de désir pour elle. Ils pouvaient converser à deux, mais il fallait quand même qu’il puisse enfin la toucher…


« Je crains ne pas pouvoir discuter longtemps avec toi, Grizel, si tu ne me laisses pas t’embrasser de temps à autre dans la conversation… »

Etrangement, alors qu’elle n’était qu’une prostituée et qu’il était tout de même l’un des fils du laird, cela lui paraissait incorrect de la tutoyer. Sans doute était ce parce qu’elle était plus âgée que lui et qu’elle avait ce regard qui semblait cacher un océan de secrets…Il osa tout de même approcher un peu plus son visage du sien.

« Puis je ? », demanda-t-il, un sourire espiègle au bout des lèvres, et le regard emplie d'une certaine forme d'avidité.

Il s’agissait d’une prostituée, certes  et il l’avait payée. Et pourtant, il lui demandait l’autorisation de l’embrasser. S’il ne lui avait pas dit que c’était en effet la première fois, nulle doute que Grizel l’aurait deviné.



_________________
    xxx xxx
    MAGNUS, from the latin « great » | the lucky bastard
    When I came back from England, I had a strange though walking through Invercauld's doors. « Anyway», I though « It is still good to be home». Was it ? Surprised by my own thinkings, I've asked myself. « Is Invercauld my home ? I've never felt at home in Invercauld, have I ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 24/02/2017
♛ Messages : 173
♛ Chardons en poche : 306
♛ Mon allégeance va à : La cause jacobite mais avant tout, le clan Farquharson


MessageSujet: Re: She had fire in her hair ft. Grizel   Lun 13 Mar - 0:12


Magnus

ft. Grizel

She had fire in her hair


Grizel sourit alors que le jeune homme hésitait à la tutoyer et lui lança un regard encourageant. Elle se fichait qu'on la vouvoie. D'habitude, elle n'osait pas tutoyer ses clients mais Magnus n'était encore qu'un enfant et le vouvoiement lui semblait étrange. Quatorze ans, encore un gosse pour certains, déjà un adulte pour d'autres, un client jeune sans que cela ne soit indécent pour Grizel.

-J'ai vingt ans, répondit-elle. Je dois déjà te sembler presque vieille, rit-elle.

Grizel aimait le sourire innocent qu'elle voyait se dessiner sur les lèvres de Magnus. Cela changeait des regards et des sourires lubriques qu'on lui adressait le restant du temps. Elle voyait dans les yeux de Magnus un désir contenu tant bien que mal, une envie de discuter et du respect. Cela faisait longtemps qu'elle ne s'était pas sentie respectée en tant que femme. Qui pouvait bien respecter les prostituées comme elle de toute façon ? Un bâtard du laird visiblement. Intérieurement, la situation la faisait sourire. Pour quiconque ne les connaissant pas, cette scène aurait été banale. Mais pour leurs détracteurs, et Dieu sait que chacun en avait, ils auraient représenté à eux deux la honte suprême pour le clan Farquharson.

Grizel laissa échapper malgré elle un rire quand Magnus avoua avoir envie de l'embrasser. Les hommes disaient rarement ce qu'ils voulaient faire, ils le faisaient tout simplement. La simplicité de Magnus était touchante, agréable et apaisante pour une femme telle que Grizel. Alors qu'il demandait la permission, la rousse fit un vague geste de la main en direction de la bourse qu'elle avait posée sur la petite table.

-C'est toi le chef, répondit-elle.

S'appuyant sur un coude, elle se redressa pour poser ses lèvres sur celles du jeune homme, accompagnant son baiser d'une caresse le long de son torse. Elle y laissa d'ailleurs sa main lorsqu'elle se laissa retomber sur les oreillers.

-Parle moi de toi, raconte moi ce que ça fait d'être le fils du laird, demande Grizel.

La question était sans doute idiote mais ils avaient toute la nuit et elle était vraiment intéressée par la réponse. Elle savait que Magnus n'était pas comme les autres enfants du laird, que c'était différent pour lui. Mais elle voulait quand même savoir, se demandant comment elle aurait pu grandir si elle n'était pas née chez ses parents. Elle ne serait pas là en train de vendre son corps, elle aurait sûrement un bon mari à qui elle donnerait des enfants. Mais la vie avait fait qu'elle n'avait pas obtenu cela et que ses grands rêves d'amour s'était perdus en même temps que son innocence.  


(c) black.pineapple

_________________
I'm lost in my own life.
I live for the jacobite cause. God, help me to survive, please, hear my prayers and forgive my sins.
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 26/01/2017
♛ Messages : 184
♛ Chardons en poche : 493
♛ Mon allégeance va à : Officiellement, à son clan et la cause jacobite. Officieusement, à l'Angleterre...?


MessageSujet: Re: She had fire in her hair ft. Grizel   Lun 13 Mar - 21:01

-J'ai vingt ans, répondit-elle. Je dois déjà te sembler presque vieille.
Magnus entendit Grizel rire pour la première fois. Il émit un léger rire, à son tour.
« Non, vous êtes magnifique. », lui dit-il.
Elle ria une seconde fois quand il lui demanda s’il pouvait l’embrasser. Il se demanda s’il lui arrivait de rire avec les autres clients. Il se dit que cela devrait être assez rare. La plupart des hommes n’étaient pas des plus respectueux avec la gent féminine et l’étaient sans aucun doutes beaucoup moins avec les prostituées.

« C'est toi le chef », lui avait elle répondit, faisant explicitement allusion à son paiement. Elle se redressa quelque peu afin de lui permettre de l’embrasser, comme il le désirait. Il sentit l’excitation monter à ce contact des plus agréables et au toucher de sa main sur son torse, qu’elle caressa. Il regretta que ce baiser se termine mais, toujours guidé par sa fierté, qui lui imposait de ne pas avoir l’air aussi puceau qu’il était, il tâcha de se maitriser et de ne pas réitérer l’expérience tout de suite.

-Parle moi de toi, raconte moi ce que ça fait d'être le fils du laird,
demanda t-elle sans interrompre ses caresses sur le torse de Magnus.

Seul un batard pouvait savoir ce que cela faisait d’être un batard, pensa-t-il. Il n’était cependant pas à plaindre à côté de quelqu’un, comme Grizel, qui se trouvait en difficulté pour survivre.

« La même chose que d’être un serviteur pour le clan, l’éducation militaire en plus. », répondit Magnus. Il s’expliqua : «  Je ne vis avec le Laird que depuis l’année passée. J’ai été élevée par ma mère qui était serveuse. Mon père m’apportait parfois des cadeaux, un arc, un carquois…Il m’apprenait à m’en servir, puis il repartait. Il ne restait jamais très longtemps. Quand ma mère est tombée malade, elle a demandé à mon père de m’héberger et de me donner les moyens d’avoir une bonne éducation militaire pour que j’ai un bon avenir, un bon poste dans l’armée, dans la défense du clan. Mon père pensait, tout comme ma mère, que j’étais doué. Il a donc accepté et il m’a accueilli après sa mort. Je n’ai mangé qu’une semaine à table avec mes demi-frères, ma demi-soeur et mon père. Lady Farquharson ne veut pas m’avoir sous les yeux, elle a réussit à convaincre mon père pour que je mange désormais avec les serviteurs. Alors, je dois dire que je connais mieux les domestiques de la demeure que mes propres frères. Je suis proche de mon père, évidemment, quand il n’est pas avec sa femme. Mais, pas de mes demi-frères et de ma demi-sœur. Pour eux, je ne suis que le batard de la famille. C’est à peine si j’ai le droit d’être meilleur au tir à l’arc que John et Francis. Cela énèrve Lady Farquharson qui m’accuse ensuite de tricherie. Pourtant, elle peut faire ce qu’elle veut, je suis meilleur que ses deux fils. Même si je suis un batard. »

Magnus n’avait jamais vraiment eu l’occasion de parler de sa nouvelle vie au sein de la demeure du laird à quiconque d’extérieur à celle-ci. Il avait saisit l’occasion tout naturellement, d’expliquer brièvement les faits. Malgré un air intimidant par moment, Grizel le mettait en confiance et il ne se sentait pas mal à l’aise de lui parler de ce qu’était vraiment la vie d’un batard de Laird. Il se demanda tout de même si Grizel n'était pas trop déçue devant son récit. Pensait-elle qu'il était presque comme un seigneur ? Car, non, ce n'était pas le cas...

" Pas trop déçue, j’espère ? ", demanda-t-il en souriant légèrement.

_________________
    xxx xxx
    MAGNUS, from the latin « great » | the lucky bastard
    When I came back from England, I had a strange though walking through Invercauld's doors. « Anyway», I though « It is still good to be home». Was it ? Surprised by my own thinkings, I've asked myself. « Is Invercauld my home ? I've never felt at home in Invercauld, have I ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 24/02/2017
♛ Messages : 173
♛ Chardons en poche : 306
♛ Mon allégeance va à : La cause jacobite mais avant tout, le clan Farquharson


MessageSujet: Re: She had fire in her hair ft. Grizel   Mar 14 Mar - 2:08


Magnus

ft. Grizel

She had fire in her hair


Grizel sourit face au compliment de Magnus. Un clin d’œil et un « tutoie-moi » lancés avant de l'embrasser.

La tête posée sur l'oreiller, les yeux tantôt fermés, tantôt posés sur le jeunes hommes, la rousse l'écouta avec attention parler de sa vie. Elle avait toujours aimé entendre les autres parler. Elle aimait dialoguer. Et écouter quelqu'un parler de son enfance avait toujours un côté un peu magique. Un côté où l'on se sentait privilégié d'avoir accès à un bout d'histoire personnelle pour quelques minutes voire seulement quelques secondes parfois. Prendre du temps pour soi, apprendre à se connaître, même hors du milieu de prostitution, Grizel trouvait cela de plus en plus rare.

Si Grizel se sentait déjà plus proche de Magnus que des autres Farquharson qu'elle connaissait, cette impression se fit plus grande quand elle se rendit compte que la vie de bâtard du laird n'était pas si simple que ça. Quoique le problème venait plus de la Lady du clan. Grizel pouvait aisément comprendre l'impact que cela avait pu avoir sur Magnus d'être rejeté ainsi. Elle même avait connu une le rejet lorsque son père lui avait hurlé de faire ses valises, qu'il n'abritait pas de traînée sous son toit.

Elle ne revenait pas du nombre de choses dont les gens pouvaient parler sans rien savoir. Certes, tout le monde au sein du clan avait déjà entendu parler du bâtard du laird. Mais aux yeux de Grizel, maintenant qu'elle en savait un peu plus sur cette fameuse histoire, ce que les gens murmuraient n'avait aucun sens. Rien ne valait une confession, une explication, du premier concerné.

Quand le jeune homme lui demanda si elle était déçue, la rousse prit le temps de réfléchir un moment à sa réponse en fixant le plafond et ses poutres apparentes.

-Déçue n'est pas le mot que j'emploierais, dit-elle enfin en se tournant à nouveau vers son client. Je suis plutôt étonnée et surtout détrompée. Je ne m'attendais pas à cela, avoua-t-elle. Je pensais que c'était... mieux et plus simple.

On idéalisait souvent ce qu'on n'avait pas et que l'on connaissait mal, n'est-ce pas ? Grizel détourna le regard. Autant, en matière de plaisir charnel, elle s'y connaissait et avait tout à apprendre à Magnus. Autant, en ce qui concernait la façon de vivre chez le laird, elle ne savait absolument rien et c'était à son tour de se retrouver démunie.

-Les gens de ta famille ne seraient certainement pas très heureux de te savoir ici, ajouta-t-elle en se serrant un peu plus contre le jeune homme.

Grizel déposa ensuite quelque baisers sur la mâchoire et dans le cou du jeune homme. Simplement par envie. Pour le reste, elle attendait qu'il décide. Ils avaient la nuit complète, ils débuteraient leur affaire quand Magnus déciderait de laisser son enfance derrière lui.


(c) black.pineapple

_________________
I'm lost in my own life.
I live for the jacobite cause. God, help me to survive, please, hear my prayers and forgive my sins.
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 26/01/2017
♛ Messages : 184
♛ Chardons en poche : 493
♛ Mon allégeance va à : Officiellement, à son clan et la cause jacobite. Officieusement, à l'Angleterre...?


MessageSujet: Re: She had fire in her hair ft. Grizel   Mar 14 Mar - 8:51

Déçue n'est pas le mot que j'emploierais. Je suis plutôt étonnée et surtout détrompée. Je ne m'attendais pas à cela, avoua-t-elle. Je pensais que c'était... mieux et plus simple.

Magnus regretta alors quelque peu d’avoir parlé sincèrement. Il ne voulait surtout pas que Grizel le plaigne ou aie pitié de lui. Il fallait qu’il rattrape cela.

« Oh, je me fiche de ce que ma belle-mère et mes frères pensent de moi ! », dit il. « Dans quelques années, quand il sera indéniable que je suis meilleur soldat qu’eux, mon père sera bien obligé de me donner une fonction importante. J’aurais gagné ma charge, moi, au moins. Pas comme John qui sera laird simplement parce qu’il est né le premier. », assura-t-il. En réalité, il n'était pas si indifférent à la situation familiale. Mais il ne servait à rien de s'apitoyer sur son sort.

-Les gens de ta famille ne seraient certainement pas très heureux de te savoir ici.
Grizel se colla de plus en plus à Magnus. Il lui devenait très difficile de ne pas la déshabiller sur le champ.

Il sourit et tâcha de ne pas se montrer trop déstabilisé devant le fait que Grizel s’était mise à le couvrir de baiser. « Ils n’en ont rien à faire de savoir où je suis. C’est là l’un des avantages à être le batard de la famille ; je peux sortir quand je veux et où je veux, personne ne me demande de compte  à rendre.»

Ce qui n’était pas le cas de John et Francis. Plus précieux que lui, ils se devaient de prévenir de leur aller et venues et d’en obtenir l’autorisation. Quant à Magnus, le plus souvent, ils ne remarquaient même pas son absence quand il sortait, le pensant avec les serviteurs. Du moment qu’il était là pour les entrainements, le reste n’avait pas d’importance. Et les entrainements, ils ne les rataient jamais. Ce serait faire insulte à son père, qui lui avait donné sa chance.

Il lui aurait volontiers posé à son tour quelques questions sur sa vie, mais son désir prenait le dessus sur sa simple curiosité. Il l’embrassa pour la seconde fois et, cette fois, ne put se résoudre à rompre ce contact aussi vite. Il l’emprisonna dans une étreinte, la désirant toujours plus proche de lui, voulant s’imprégner du toucher de sa peau et de la chaleur de son corps. Sa main gauche vagabondait dans la chevelure tant appréciée de la rousse, tandis que sa main droite tentait à elle seule de dénouer le corset de la belle. Il dut finalement se résoudre à rompre cet échange passionné devant son échec à la déshabiller en l’embrassant. Il hésita à lui demander de se déshabiller car il ne voulait pas passer pour un incapable. Il préféra se glisser derrière elle pour défaire ce fameux corset lui-même. Il y arriverait en ayant une meilleure vue sur ce qu’il faisait. Il regroupa soigneusement ses cheveux sur le côté, pour ne pas risquer de tirer dessus et de lui faire mal. Il en profita pour déposer quelques baisers et caresses dans son dos. Aimerait elle cette initiative ?, se demanda t il Magnus voulait prendre du plaisir certes, mais cela lui procurait aussi du plaisir de savoir qu’il en avait donné à une femme. Il voulait être un bon amant, un homme que l’on désirait autant qu’il désirait une femme.

Alors qu’il tirait sur le dernier nœud pour le défaire, le corset se défit complétement et tomba lentement sur le lit. Magnus osa alors timidement toucher les seins nus de la belle rousse. En le faisant, il approcha son visage, l’embrassa dans le cou, la serra contre lui et lui dit à l’oreille.
« Pourrais tu te lever… ? Et retirer le reste, pour que je puisse te regarder… »

_________________
    xxx xxx
    MAGNUS, from the latin « great » | the lucky bastard
    When I came back from England, I had a strange though walking through Invercauld's doors. « Anyway», I though « It is still good to be home». Was it ? Surprised by my own thinkings, I've asked myself. « Is Invercauld my home ? I've never felt at home in Invercauld, have I ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 24/02/2017
♛ Messages : 173
♛ Chardons en poche : 306
♛ Mon allégeance va à : La cause jacobite mais avant tout, le clan Farquharson


MessageSujet: Re: She had fire in her hair ft. Grizel   Mar 14 Mar - 18:51


Magnus

ft. Grizel

She had fire in her hair


Grizel sourit face à l'assurance du jeune homme. Peut-être était-elle feinte, au même titre que la sienne quand elle disait qu'elle allait bien et qu'elle aimait satisfaire ces messieurs.

-Et je ne doute pas un seul instant de ta future réussite, concéda-t-elle en accompagnant ses dires d'un clin d’œil.

Ravie, Grizel n'allait pas se plaindre que Magnus puisse sortir quand bon lui semblait et aller où il voulait. Cela faisait très bien son affaire. C'était décidé, elle se débrouillerait pour faire de lui un de ses habitués. Tout bâtard qu'il soit, faire son commerce avec le fils du laird était une aubaine qu'elle ne laisserait pas s'échapper.  Manipulatrice et profiteuse, elle l'était sans aucun doute. Mais quelle fille de joie ne l'était pas ? Grizel avait toujours su reconnaître les opportunités qui s'offraient à elle. Ce n'était pas toujours une réussite mais au moins, elle avait le mérite d'essayer de faire ce qu'elle pouvait pour se sortir de la situation infernale dans laquelle elle s'était elle-même mise.

Quand Magnus pris cette fois l'initiative de l'embrasser, Grizel répondit avec ferveur à son baiser. Elle en avait autant envie que ce qu'elle se sentait obligée d'embrasser son client. Il avait beau n'avoir que quatorze ans, quelque chose chez la touchait et lui plaisait. C'était rare que cela arrive mais comme à chaque fois, la rousse se demanda à quel point c'était mal de vouloir prendre du plaisir avec un client, elle qui était censé en donner sans rien attendre en retour. Tout en continuant à embrasser Magnus, la rousse passa ses mains sous sa chemise, explorant ainsi le torse du jeune homme du bout des doigts. Elle le sentait tenter de lui retirer son corset et sourit contre ses lèvres. Cependant, elle ne fit aucune remarque quand il mit fin à leur étreinte pour cesser de se battre avec le lacet et lui retirer son corset plus facilement. Grizel frissonna lorsque son client caressa son dos et embrassa sa peau laissée ainsi nue. Par habitude et parce qu'elle avait appris à flatter l'ego de ses client, elle laissa échapper un gémissement.

Elle encouragea Magnus d'un regard quand il posa ses mains sur poitrine. Alors qu'elle se trouvait à nouveau serrée contre le garçon, elle caressa ses cheveux, son dos, ses épaules, ne s'arrêtant que lorsqu'il lui demanda de se déshabiller.

Elle s'écarta un peu de lui et lui retira également sa chemise avant de répondre.

-Si c'est demandé si gentiment, répondit-elle avec un clin d’œil avant de se lever et de voler un baiser au jeune homme.

Faisant face au jeune homme, elle défit sa jupe et la laissa tomber le long de ses jambes, la dégageant d'un coup de pied. Une fois nue, elle laissa ses mains glisser le long de propre corps. Généralement, les hommes aimaient cela.

-A ton tour trésor, déclara-t-elle d'une voix légèrement rauque en désignant le kilt de son client d'un mouvement du menton.

Elle avait remarqué avec le temps que les clients aimaient se sentir spéciaux, elle avait donc appris à utiliser les bons mots et les compliments au bon moment. Cela faisait parfois la différence avec les autres filles de joie qui se contentaient d'écarter les jambes.



(c) black.pineapple

_________________
I'm lost in my own life.
I live for the jacobite cause. God, help me to survive, please, hear my prayers and forgive my sins.
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 26/01/2017
♛ Messages : 184
♛ Chardons en poche : 493
♛ Mon allégeance va à : Officiellement, à son clan et la cause jacobite. Officieusement, à l'Angleterre...?


MessageSujet: Re: She had fire in her hair ft. Grizel   Mar 14 Mar - 23:39

Magnus savoura le baiser que Grizel lui octroya avant de se lever pour exécuter sa demande.

«Si c’est demandé si gentiment», avait elle dit. Elle lui avait aussi retiré sa chemise. Un homme, pour plaire aux femmes, se devait d’inspirer force et protection. Magnus, pour son âge, n’était pas si mal bâti, mais il n’avait pas encore les muscles conséquents d’un guerrier de l’imaginaire écossais. Il se demanda comment elle le trouvait, mais cela serait une question qui resterait silencieuse et sans doute sans réponse.
Il la regarda se déshabiller devant lui et savoura ce qu’il voyait. C’était la première fois qu’il voyait une femme entièrement nue, face à lui, et il trouva cela d’une beauté sans nom. Il prit, comme Grizel l’avait deviné, un certain plaisir à la voir glisser ses mains le long de son propre corps alors qu’il nourrissait lui-même l’envie de caresser chaque infime parcelle de sa peau. Une torture douce et enchanteresse, sachant qu’il allait pouvoir y mettre fin quand bon lui semblait.

- A ton tour trésor, dit-elle d’une voix assez sensuelle.

Magnus rit légèrement. «Je pensais que c’était moi qui donnait les ordres.», plaisanta-t-il. Il se leva à son tour et osa se débarrasser de son kilt. Il avait envie de croire que Grizel le désirait autant qu’il la désirait, même s’il savait qu’elle n’était qu’une prostituée. L’entendre gémir sous ses caresses alors qu’il s’employait à défaire son corset l’avait fait frissonner de plaisir. Le fait de se sentir désiré par une femme était visiblement pour lui une forme de plaisir tout à fait savoureuse.

Une fois nu, il tâcha de ne pas avoir l’air timide, se dirigea vers Grizel et l’embrassa de nouveau, avec une plus grande avidité encore, ayant été davantage excité par le contact de leur deux corps nus l’un contre l’autre. Il voulait la posséder, cela se lisait aisément à sa façon de coller son corps au sien, de vouloir la sentir proche, toujours plus proche. Il finit par la soulever, sans trop de peine, mais n’arrêta pas pour autant de l’embrasser. Ses baisers descendaient parfois dans son cou, avant de remonter jusqu’à ses lèvres. Quant à ses mains, elles voyageaient elle aussi, assoiffées de nouvelles parcelles de peau à explorer, curieuses et vagabondes. La déposant sur le lit, il eut un moment d’hésitation. Il ne savait pas s’il préférait que durant l’acte, elle puisse voir son visage, ou si il serait plus à l’aise dans le cas contraire. En effet, ce n’était que sa première fois. Il ignorait s’il saurait se montrer performant ou non, et ne voulait pas se sentir gêné face au regard de la belle rousse si cela n’était pas le cas.

« Quelle façon préférez-vous ? », demanda-t-il, remettant ainsi son choix dans les mains du hasard. Il avait toute la nuit, il aurait bien le temps de retenter l’expérience différemment une seconde fois. Mais devant l’hésitation que suscitait cette question pour ce qui était sa première relation charnelle, il choisit de la laisser trancher.

_________________
    xxx xxx
    MAGNUS, from the latin « great » | the lucky bastard
    When I came back from England, I had a strange though walking through Invercauld's doors. « Anyway», I though « It is still good to be home». Was it ? Surprised by my own thinkings, I've asked myself. « Is Invercauld my home ? I've never felt at home in Invercauld, have I ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 24/02/2017
♛ Messages : 173
♛ Chardons en poche : 306
♛ Mon allégeance va à : La cause jacobite mais avant tout, le clan Farquharson


MessageSujet: Re: She had fire in her hair ft. Grizel   Mer 15 Mar - 14:54


Magnus

ft. Grizel

She had fire in her hair


Satisfaite, Grizel voyait le désir augmenter dans les yeux de son client. Se sentir belle et désirée dans les yeux d’un garçon encore innocent était valorisant. Il avait un air légèrement idiot mais elle fit de son mieux pour ne pas rire. Règle numéro un : ne jamais se moquer ou juger les clients.

Alors qu’il faisait référence à sa précédente remarque à propos de celui qui décidait, elle laissa à nouveau échapper un rire. Il ne maîtrisait pas trop mal l’humour dans un moment où d’autres ne pensaient qu’à faire leur affaire le plus vite possible, Grizel appréciait ce trait de personnalité.

-Ose me dire que tu n’aimes pas ça, dit-elle alors qu’il se levait.

La rousse laissa son regard se balader sur le corps du jeune homme alors qu’il s’approchait. Plus vraiment un enfant mais pas encore totalement un adulte, Grizel ne doutait pas du fait que Magnus deviendrait rapidement un bel homme. Elle répondit à son baiser, passant ses bras autour du cou du jeune homme collant complètement son corps à lui. Rejetant la tête en arrière, elle gémissait lorsque les lèvres du garçon osaient s’aventurer dans son cou. La prostituée laissa échapper une exclamation de surprise quand il porta. Elle était petite et fine mais ne pensait pas qu’il avait autant de force. Elle se ressaisit rapidement et enroula ses jambes autour de la taille du garçon., une main perdue dans ses boucles brunes, l’autre caressant toutes les parties accessibles de son corps sans jamais cesser de l’embrasser.

Une main posée sur la hanche de Magnus, Grizel le regarda droit dans les yeux lorsqu’il la déposa sur le lit. Elle sourit face à sa question et son hésitation.

-Fais moi confiance, murmura-t-elle. Allonge toi et laisse moi faire.

Elle le poussa délicatement afin qu’il s’allonge le dos et s’installa au dessus de lui. Elle couvrit son corps tout entier de caresses et de baisers, faisant ainsi découvrir au jeune homme les différentes sensations du plaisir charnel. A son étonnement, ce n’était pas désagréable pour elle et elle commençait à avoir envie de lui. Après un dernier baiser langoureux, elle finit par se laisser glisser sur lui étouffant au passage un gémissement. Lentement et avec douceur elle commença à bouger tout en laissant ses doigts fins courir sur les flans du jeune homme. Régulièrement, elle changeait le rythme, prêtant attention aux réactions de Magnus. Simulant légèrement, elle doutait que son client ne le remarque de toute façon, elle commençait néanmoins à ressentir elle même du plaisir face aux douces caresses de cette étreinte.



(c) black.pineapple

_________________
I'm lost in my own life.
I live for the jacobite cause. God, help me to survive, please, hear my prayers and forgive my sins.
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 26/01/2017
♛ Messages : 184
♛ Chardons en poche : 493
♛ Mon allégeance va à : Officiellement, à son clan et la cause jacobite. Officieusement, à l'Angleterre...?


MessageSujet: Re: She had fire in her hair ft. Grizel   Mer 15 Mar - 21:48

« Ose me dire que tu n’aimes pas ça », avait dit Grizel. Cela avait fait sourire Magnus. Et elle, aimait elle cela ? C’était une prostituée, elle était payée pour faire semblant d’aimer cela. Il n’empêche que la question le titiller ; est ce qu’il arrivait à Grizel de prendre du plaisir avec ses clients ? Est-ce qu’elle en prenait, là, avec lui ? Grizel avait fait en sorte que Magnus s’installe sur le dos et s’attelait à le couvrir de baisers et de caresses. Le jeune homme se laissa faire, passant quand il le pouvait une main dans la chevelure de la belle, fermant brièvement les yeux par moment, pour mieux capter les sensations qu’il découvrait. Après l’avoir embrassée une dernière fois avec passion, Grizel s’installa sur lui, et poussant un léger gémissement, lui fit connaître pour la première fois ce que voulait vraiment dire ; connaitre la chaleur d’une femme.

Le jeune homme ne s’était pas du tout attendu à ce que les choses se déroulent ainsi. Ils ne savaient même pas qu’il était possible que les corps d’un homme et d’une femme s’accouplent avec la femme au dessus de l’homme. Ce que Grizel lui faisait ressentir était bien évidemment loin d’être désagréable, et il tacha donc d’en profiter un temps, ce qui n’était pas difficile. Il profita des sensations, mais aussi de la vue qu’il avait sur le corps de la belle. Au bout d’un moment, il finit cependant par attirer Grizel vers lui. Il avait entendu d’autres hommes le dire ; il était difficile d’être performant la première fois. Cependant, Magnus voulait se retenir le plus possible, pour ne pas avoir l’air d’un enfant mais d’un homme un minimum expérimenté, même s’il ne l’était pas. Se redressant, il la fit basculer sur le dos. Il était temps d’échanger les rôles. Ce que Grizel lui avait montré n’était guère déplaisant, mais Magnus voulait sentir qu’il avait le contrôle. Il voulait lui montrer qu’il pouvait lui donner du plaisir, même s’il s’agissait de sa première relation charnelle.

« A mon tour. », avait dit-il.
Au dessus d’elle, il embrassa à nouveau ses lèvres, puis son cou. Avant d'entrer en elle, il glissa un murmure dans le creux de son oreille.
« Ne veux-tu pas que je te donne du plaisir ? »
Une autre façon, sans doute, de lui demander si elle avait envie de lui. Donner du plaisir à la femme qui nous permettait d’en prendre n’était pas une considération importante pour tout les hommes, mais pour Magnus visiblement, cela l’était. Il y avait quelque chose divinement excité à l’idée de se savoir désiré quand on éprouvait soi-même du désir.

_________________
    xxx xxx
    MAGNUS, from the latin « great » | the lucky bastard
    When I came back from England, I had a strange though walking through Invercauld's doors. « Anyway», I though « It is still good to be home». Was it ? Surprised by my own thinkings, I've asked myself. « Is Invercauld my home ? I've never felt at home in Invercauld, have I ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 24/02/2017
♛ Messages : 173
♛ Chardons en poche : 306
♛ Mon allégeance va à : La cause jacobite mais avant tout, le clan Farquharson


MessageSujet: Re: She had fire in her hair ft. Grizel   Jeu 16 Mar - 14:09


Magnus

ft. Grizel

She had fire in her hair


Avoir Magnus comme client n'avait rien de déplaisant pour Grizel. Ce n'était certes pas la meilleure relation sexuelle qu'elle ait eu de sa vie, loin de là. Elle avait couché de nombreuses fois avec des hommes bien plus expérimentés, et pas seulement dans le cadre de son métier, mais juste parce qu'elle en avait envie. Mais elle avait aussi connu bien pire qu'un garçon inexpérimenté. Des hommes âgés particulièrement laids qui suaient dès que Grizel les effleurait et qui terminaient à peine quelques secondes après avoir commencé leur affaire. Finalement, il était loin d'être désagréable d'avoir le jeune homme dans son lit.

Grizel ne s'attendait pas à ce que Magnus échange leur position. Elle sourit, comprenant aisément ce que voulait le garçon. Très peu d'hommes laissaient les femmes dominer, encore moins les prostituées. Grizel comprenait que ce n'était pas dans les mœurs qui aimaient se montrer forts. Seulement, elle qui devait se débrouiller seule pour survivre avait une vision assez différente de la vie. Il était clair qu'une femme ne pouvait pas occuper une position importante qu'un homme en politique par exemple. Mais selon elle, on devait autant de respect à une femme comme à un homme. Elle n'était pas hélas le genre de femme que l'on respectait...

Alors que le jeune homme lui demandait si elle ne voulait pas qu'il lui donne à son tour du plaisir, Grizel hésita un moment. Dans l'immédiat, oui elle le voulait, elle appréciait sentir le jeune homme entre ses jambes. Et elle savait que son rôle était de dire ce que les clients voulaient entendre. Seulement, le peu de fierté qui lui restait l'empêchait d'avouer qu'elle appréciait le moment et qu'elle prenait du plaisir. Elle n'était pas censée en prendre de toute façon. Son rôle était de faire du bien à son client sans faire attention à ce qu'elle même désirait ou non.

Elle passa ses mains dans les cheveux du jeune homme et attira son visage vers le sien.

-Chut, murmura-t-elle, embrasse-moi.

Encore un ordre, pensa-t-elle. Aucune importance, cela revenait à moitié à avouer à Magnus qu'elle le désirait, elle le savait. Qui ne dit mot consent, c'était bien ce que l'on disait non ? Il faisait de plus en plus chaud dans la petite chambre de Grizel et elle savait que l'acte toucherait bientôt à sa fin. Elle ferma les yeux et commença à jouer son rôle de prostituée parfaite, celui que les hommes aimaient voir car il les faisait se sentir extrêmement puissants face à elle.



(c) black.pineapple

_________________
I'm lost in my own life.
I live for the jacobite cause. God, help me to survive, please, hear my prayers and forgive my sins.
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
She had fire in her hair ft. Grizel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pimp my hair !
» Lady Lyndis ( Fire Emblem 7 et SSBB )
» Bedford QL Fire Tender IBG
» Dapper Dan's Hair Cuts (barbier de Main Street USA)
» Rhapsody on fire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FLOWER OF SCOTLAND ♔ :: Un monde de l'esprit :: Flash Back-
Sauter vers: