AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Business is business

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/01/2017
♛ Messages : 161
♛ Chardons en poche : 207
♛ Mon allégeance va à : Elle-même, son mari ainsi qu'à Liam, son fils, le futur Laird


MessageSujet: Business is business   Sam 11 Mar - 19:29


Business is business
Grizel & Claire


1741. Cela faisait déjà quelques semaines que son beau-père était mort. Quelques semaines qu'elle était devenue la Lady des Farquharson au côté de John, son mari, qui était devenu le Laird du clan.
Elle qui croyait connaitre cet homme, elle devait bien s'avouer qu'en fait, elle ne le connaissait pas autant qu'elle le croyait. En John Farquharson, elle avait vu l'héritier, le futur chef de clan, le guerrier. Mais, après la mort du père de ce dernier...Elle avait vu un homme beaucoup plus fragile. Elle avait vu l'enfant sur qui reposait tout les espoirs et qui avait peur de décevoir.
Certaines femmes auraient pu fuir en faisant cette découverte. Pas Claire. Loin d'être refroidie par cet aspect d'un homme qu'elle avait épousé et qu'elle croyait connaitre, Claire s'était vue des points communs avec lui. Elle l'avait soutenu aussi...Puis ils se sont rapprochés.

Petit à petit, John lui donna plus de pouvoirs au sein du clan. Elle était la femme du Laird. Une conseillère importante. Quand elle voulait dire quelque chose, elle le faisait et tout le monde devait l'écouter en prenant son avis en compte. Dans des Highlands guerrières où les hommes régnaient en prince, en roi et les femmes enfermées chez elles à surveiller maison et enfants en attendant que leurs époux, frères ou fils rentrent de guerre, c'était un cas rare. Mais Claire en avait tiré une certaine fierté! Elle était heureuse de cette confiance...Confiance dont elle ne pouvait plus se passer. La jeune écossaise avait aussi goûter au pouvoir, à la fierté d'être écoutée et ne pouvait désormais plus s'en passer.
Claire devait donc être au courant de tout ce qui se passe. Mais comment? Oui, elle avait peut être plus de pouvoir mais, hormis pour ses travaux de mécénat, elle ne sortait guère. Surtout qu'elle et John devaient tout mettre en oeuvre pour qu'un héritier voie le jour.


Alors, elle avait questionné ses servantes qui habitaient dans les petits villages alentours du château familial. Elle devait mettre la main sur LA personne qui pourrait être ses yeux et ses oreilles... Pendant plusieurs semaines, elle "rentrait" bredouilles de ses investigations. Jusqu'au jour où un bruit de couloir attira toute son attention!
Apparemment, une prostituée sévissait aux alentours. A Inverness. Mariée à John depuis, au moins, trois années, elle savait - même si elle n'avait connu que lui - comment les hommes fonctionnaient. Surtout si ils avaient bu. Surtout après un moment de plaisir charnel. Cet femme devait être au courant de tout ce qui se passait dans les Highlands, voire dans les Lowland, près de la frontière écossaise-anglaise! Aussitôt, et discrètement, elle questionna ces jeunes femmes pour connaitre le nom et les coordonnées de cette fille de joie qui faisait autant parler d'elle.
Elle ne pu cacher sa surprise en entendant le nom! Grizel Farquharson. Farquharson?! Une Farquharson offrait son corps pour vivre? Voilà qui était peu banal! De plus, cela signifiait que cette Grizel était une cousine éloignée... Mais qu'importe! Ce n'était que mieux! Cette femme était sa poule aux œufs d'or ou, plutôt, aux informations d'or!

C'est ainsi que, simulant une envie subite de remplir ses coffres de nouveaux tissus et voulant les acheter elle-même, Claire pu sortir du château familial accompagnée par une servante et un guerrier du clan dépêchés pour la protéger.
Cependant, arrivée sur place, elle demanda à ses accompagnateurs de rester là tout en camouflant son corps et son visage dans une large cape à capuche. Ne les laissant pas la possibilité de rétorquer, elle parti à la recherche de cette Grizel.

Ayant eu sa description physique, elle ne fut pas dur à trouver. Une jeune femme aux longs cheveux écarlates et aux yeux clairs...Cela ne courrait pas les rues. Surtout quand on rajoute que la profession de la demoiselle "obligeait" le fait qu'elle devait être obligée à s'habiller légèrement. Elle la repéra à la sortie d'une petite maison à deux étages, raccompagnant un homme d'un certain âge aux mains baladeuses. Discrètement, elle s'approcha de la jeune femme en sortant une bourse remplie de pièces d'or.
Excusez-moi! L'interpella t'elle, d'une voix doucereuse tout en montrant sa bourse: ceci vous intéresserait-il?
AVENGEDINCHAINS

_________________
20 août 1742
Liam, my son. Et plus mon cœur tremble, plus je me sens guérie: j'ai cru entendre le miracle de la vie ce jour où tu as crié! Moi j'ai compris que j'allais t'aimer comme ce n'est pas permis. Ma plus belle œuvre aujourd'hui c'est toi. by Wiise


Dernière édition par Claire Farquharson le Dim 12 Mar - 17:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 24/02/2017
♛ Messages : 172
♛ Chardons en poche : 250
♛ Mon allégeance va à : La cause jacobite mais avant tout, le clan Farquharson


MessageSujet: Re: Business is business   Sam 11 Mar - 22:59


Claire

ft. Grizel

Business is business


Inverness. Grizel y était arrivée il y a peu. C'était sa destination depuis un moment déjà, elle y était déjà venue mais avait dû partir. Elle ne restait pas très longtemps dans la même ville, elle cherchait toujours d'autres clients peut-être plus offrants ailleurs. Finalement, les petits villages des Highlands l'avait ennuyée, il ne s'y passait pas grand chose et les clients y étaient beaucoup plus rare que dans la capitale. Finalement, retrouver Inverness avait été un grand soulagement. Elle avait en même temps que la vie en ville retrouvé une partie de ses clients habitués quelques mois plus tôt. La seule solution qu'elle avait trouvé pour se loger en ville était de payer un propriétaire en nature. Cette pratique dégradante ne la dérangeait plus autant qu'avant, elle avait l'habitude, elle savait que bien souvent c'était l'unique solution pour avoir un toit au dessus de sa tête à la nuit tombée. Elle évitait au maximum de faire son commerce dans la petite chambre qu'elle avait dégotée. Mais, c'était parfois inévitable, surtout quand des hommes mariés venaient la voir alors que leur femme tranquillement attendait chez eux persuadée que leur homme était parti travailler.

C'était ce qui c'était passé ce jour là. Après avoir récupérer l'argent de son client et l'affaire faite, Grizel avait raccompagné l'homme bedonnant jusqu'à sa porte. Il était assez âgé mais la rousse s'était habituée à coucher avec des hommes qui étaient considéré comme repoussant. Une fois à l'extérieur, elle laissa l'homme poser une dernière fois sa main sur ses fesses avant de le regarder s'éloigner en lui adressant un signe de la main sachant pertinemment qu'elle le reverrait rapidement.

Elle souffla, et passa une main sur son visage. Elle travaillait depuis plusieurs heures et était épuisée. Elle allait se nettoyer rapidement et sûrement aller à l'auberge pour trouver un nouveau client.

Quand une femme l'approcha, elle afficha un sourire poli sur ses lèvres se demandant qui cela pouvait être. Une femme trompée peut-être. Si c'était le cas, Grizel ne se démonterait pas, elle n'avait pas peur des femmes de ses clients, elle n'y était pour rien. C'était les hommes qui étaient à blâmer. Dans tous les cas, même si à cause de cette femme, elle perdait un client, c'était dommage mais il restait toujours des hommes qui s'intéressaient à elle.

Elle fut cependant étonnée quand la femme lui montra sa bourse. Grizel sentit ses yeux s'agrandir sous l'étonnement et l'envie. Elle n'avait jamais eu de clientes, jamais touché de femmes. Mais en même temps, elle avait besoin de cet argent. Grizel ne pouvait pas refuser une telle offre. Elle parviendrait bien à s'en sortir avec une femme. Elle n'aurait qu'à reproduire les gestes qu'elle appréciait sur elle même. Toutes les femmes devaient bien apprécier les mêmes choses. Si elle connaissait le corps des hommes sur le bout des doigts, et c'était le cas de le dire, sa connaissance du corps des femmes s'arrêtait à son propre corps.

Elle se recomposa un visage neutre et tenta d'effacer l'air étonné de son visage. Elle ne devait pas laisser penser qu'elle faisait une sélection dans ses clients. Elle afficha un sourire sur ses lèvres et écarta son châle pour découvrir son décolleté.

-Bien-sûr, accepta-t-elle en hochant la tête, montons, ajouta-t-elle en passant sensuellement une main dans sa longue chevelure rousse.


(c) black.pineapple

_________________
I'm lost in my own life.
I live for the jacobite cause. God, help me to survive, please, hear my prayers and forgive my sins.
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/01/2017
♛ Messages : 161
♛ Chardons en poche : 207
♛ Mon allégeance va à : Elle-même, son mari ainsi qu'à Liam, son fils, le futur Laird


MessageSujet: Re: Business is business   Dim 12 Mar - 17:28


Business is business
Grizel & Claire


Quand elle la vit, Claire devait bien accorder une chose: Grizel Farquharson était une très belle femme!...Et que cela ne l'étonnait guère qu'elle attire autant la gent masculine. Cependant, elle eu une moue de dégoût en voyant le client de la demoiselle. Un homme bedonnant qui n'avait pas pris le temps de se rhabiller correctement...Certainement parce que son cocher ne l'attendait pas loin. Elle roula des yeux en remarquant les traces rouges sur le coup de ce bourgeois... Claire eu une risette, si sa femme repérait ces traces: il allait certainement passer un mauvais quart d'heure.


Une fois le client de la fille de joie parti de sa démarche mal assurée,Claire s'approcha d'elle. Leurs regards se croisèrent et Claire repéra le petit sourire poli. Peut-être que cette femme la prenait pour une épouse trompée. Mais cela n'était pas le cas...Claire faisait confiance à John et le savait incapable de la tromper. Et, même si c'était le cas, il la respectait assez pour être discret et ne pas prendre le risque d'engrosser une autre femme avant elle. Il n'avait plus rien de plus déshonorant pour une femme marié que de réaliser que la maîtresse de son époux avait donné naissance avant elle. Cela remettait sa légitimité en doute et montrait une fragilité devant tous.

Elle interpella la rousse en lui montrant sa bourse remplie de pièces d'or. Pour lui montrer que cela n'était pas un piège, elle défit la cordelette et montra le contenu brillant comme un soleil du petit contenant en tissu. Elle du ravaler un sourire quand elle vit la mine surprise de Grizel.

Il ne fallait pas être sorcier ou druide pour deviner ce que cette femme devait penser. Grizel devait penser qu'elle était une femme voulant s'adonner à une autre sorte de plaisir charnel. Grizel défit son châle pour montrer son décolleté et accepta son offre. Elle lui montra la porte et Claire la précéda dans la maison puis dans les marches tout en remettant sa capuche en place, ne voulant pas prendre le risque d'être reconnue.
Elle pénétra dans la petite chambre...L'odeur de la transpiration était toujours présente; et les draps défaits ne laissaient aucune place au doute. Elle se retourna quand elle entendit la porte se fermer à clé.

D'un mouvement souple, elle retira sa cape: ravie de vous rencontrez Grizeldit-elle.Je me présente: Claire Farquharson. Lady du clan Farquharson
AVENGEDINCHAINS

_________________
20 août 1742
Liam, my son. Et plus mon cœur tremble, plus je me sens guérie: j'ai cru entendre le miracle de la vie ce jour où tu as crié! Moi j'ai compris que j'allais t'aimer comme ce n'est pas permis. Ma plus belle œuvre aujourd'hui c'est toi. by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 24/02/2017
♛ Messages : 172
♛ Chardons en poche : 250
♛ Mon allégeance va à : La cause jacobite mais avant tout, le clan Farquharson


MessageSujet: Re: Business is business   Lun 13 Mar - 10:22


Claire

ft. Grizel

Business is business


Tant de pièces d'or, Grizel ne pouvait pas refuser une telle offre. Peu importe ce que la femme en face d'elle voulait, Grizel le ferait sans hésiter. Elle accepterait sans rechigner de se plier aux exigences de cette nouvelle cliente si elle pouvait toucher ne serait-ce qu'une partie du contenu de cette bourse bien remplie. La rousse ne voyait pas le visage de sa cliente, caché sous sa capuche mais elle s'en fichait, il était tellement rare qu'on lui fasse une offre aussi alléchante.

La prostituée emboîta le pas de sa cliente et referma la porte derrière elle. Elle l'observa monter les escaliers se demandant comment elle allait s'y prendre avec une femme. Faîtes qu'elle soit inspirée et que Dieu la pardonne. Le soir même, elle dirait une double prière pour demander à Dieu de lui pardonner un tel péché.

Arrivée dans sa chambre, Grizel jeta un coup d’œil à l'état du lit. Cela avait quelque chose de gênant même si sa cliente n'y accorderait sûrement, et elle l'espérait, peu d'attention. Elle évitait au maximum de faire monter dans sa chambre deux clients à la suite sans avoir pu refaire le lit, ni ouvrir la fenêtre. Même si tous ceux qui montaient dans sa chambre savaient à quoi s'attendre et imaginaient très bien ce qu'il s'y passait, Grizel préférait remettre un peu d'ordre dans ses affaires. C'était plus décent.

Elle ferma la porte à clé et se tourna face à sa cliente qui avait retiré sa capuche. La femme était belle et paraissait distinguée. D'un seul coup, Grizel se sentit mal à l'aise face à une femme d'une telle prestance. Elle qui d'habitude n'avait pas sa langue dans sa poche et rassemblait le peu de fierté qui lui restait pour paraître sereine face à ses clients, se sentit inférieure à une femme comme sa cliente.

Quand, elle se présenta enfin, Grizel fut étonnée que la femme connaisse déjà son prénom. Mais elle fut encore plus étonnée lorsqu'elle dit qui elle était. La rousse se trouva immédiatement prise au dépourvu, sans comprendre ce que la Lady du clan Farquharson pouvait bien faire chez elle. Grizel sut que ce n'était pas vraiment une bonne nouvelle. La Lady du clan ne venait certainement pas s'adonner aux plaisirs de la chair avec elle.

La prostituée resserra son châle sur sa poitrine, histoire de paraître un peu plus présentable face à son interlocutrice. Elle s'inclina légèrement.

-Ravie de vous rencontrer Madame, dit-elle sans se présenter, il était clair que Claire Farquharson connaissait déjà d'elle, beaucoup plus de choses que Grizel ne l'imaginait.

Avec des gestes rendus maladroits par l'automatisme et la gêne d'avoir une Lady dans son chambre de prostituée, Grizel tira les draps sur le lit et ouvrit la fenêtre afin de faire rentrer un peu d'air frais.

-Je vous en prie, asseyez-vous, proposa-t-elle en désignant l'unique chaise de la pièce. Puis-je vous offrir quelque chose Madame ?

Elle était peut-être une prostituée mais sa mère lui avait tout de même donné une certaine éducation. Sans doute pas une éducation qui permettait de recevoir une Lady mais c'était déjà ça.

-Que puis-je faire pour vous Madame ? demanda Grizel se doutant bien que la femme du laird n'était pas venue la voir pour le simple plaisir de lui faire la conversation.


(c) black.pineapple

_________________
I'm lost in my own life.
I live for the jacobite cause. God, help me to survive, please, hear my prayers and forgive my sins.
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/01/2017
♛ Messages : 161
♛ Chardons en poche : 207
♛ Mon allégeance va à : Elle-même, son mari ainsi qu'à Liam, son fils, le futur Laird


MessageSujet: Re: Business is business   Mer 15 Mar - 10:29


Business is business
Grizel & Claire


Ce fut, elle doit dire, relativement amusant de voir la surprise se peindre sur le visage de Grizel Farquharson quand elle lui annonça son identité. Evidemment! Comment cela aurait-il pu être autre? Elles ne s'étaient jamais vues, jamais croisées et Claire venait de lui dire son prénom "Grizel". D'ailleurs, la Lady était persuadée qu'au moins la moitié des clients de la demoiselle à la longue chevelure de feux ne devait même pas savoir le prénom de la fille de joie dont ils louaient les services.
-Ravie de vous rencontrer Madame, Claire lui lança un petit sourire rassurant. Vous vous êtes rendue compte que je ne souhaitais pas devenir cliente... Je veux vous parler. Elle avait tout de suite vu que son interlocutrice était mal à l'aise...Déjà, ce n'était pas commun de voir une femme prête à la payer mais, en plus, elle annonçait qu'elle était la Lady du clan dont elle portait le nom. Elle laissa Grizel refaire son lit à la va-vite, bien qu'elle se moquait du désordre: en entrant dans l'antre d'une prostituée, elle s'attendait à voir des choses de pas très catholiques. Elle s'étonnait presque de ne point voir la semence du client précédent qui avait pourtant quitté la pièce il n'y a pas si longtemps.
Mais elle n'était pas là pour se poser des questions stupides. -Je vous en prie, asseyez-vous, Grizel lui proposa l'unique chaise présente dans la pièce. Puis-je vous offrir quelque chose Madame ?

Sans se séparer de son attitude de Lady, elle s'assit et dit: merci beaucoup. je prendrais bien un verre d'eau Dans d'autres circonstances, elle aurait demandé du vin, mais elle tenait absolument à garder les idées claires. Elle savait que son plan réussirait mais elle tenait à garder une certaine prestance face à Grizel...Lui montrer qui commandait et ce qui pourrait se passer si cela ne se passait pas comme elle voulait.

Claire prit le verre qu'on lui tendait et le porta à ses lèvres pour les y tremper.
-Que puis-je faire pour vous Madame ? lui demanda Grizel. La pauvre avait les mains qui tremblaient remarqua Claire. Elle eu un léger sourire derrière son verre qu'elle reposa, avec une lenteur calculée, sur la petite table à côté d'elle.
vous faites beaucoup parler de vous...Jusque dans les murs de mon propre château...Enfin, celui de mon époux si on veut chipoter! dit-elle, puis elle porta sa main son front: Mes servantes ont failli me donner la migraine! Elle sourit en voyant le visage de Grizel et fit un geste de la main: calmez-vous! Je ne compte pas vous demander de partir d'Inverness! Je n'ai que faire de la vie privée des autres! elle reprit son verre et dit: sauf!...Si cette dite vie peut avoir une quelconque utilité! elle bu et dit: comme j'ai dit: vous avez une réputation...Et qui dit réputation dit que vous avez une clientèle variée et nombreuse...Je me trompe? Elle souri: Je veux en profiter! ...Et pas dans le "mauvais" sens du terme!...Enfin, ça dépend ce que "mauvais sens" veut dire mais cessons de tourner autour du pot.dit-elle et, en sortant, sa bourse remplie de pièces d'or. Donc, en un mot comme en cent elle lança la bourse, qui fit un bruit de pièces s'entrechoquant, sur la table: je veux que vous espionniez vos clients pour mon compte et ce que vous voyez là...N'est rien contre ce que je peux vous proposer pour vos services. elle sourit: si vous vous demandez comment, la réponse est toute trouvée! Je vous ai dit que j'étais mariée n'est ce pas? Et bien je sais que les hommes, une fois qu'ils ont bien mangé, bien bu et bien....Tirés du plaisir, sont particulièrement loquaces...Sans s'en rendre compte et, plus important: ils ne se souviennent de rien! Ils peuvent dire leur secret le plus intime et...Rien ne leur revient! Sourit-elle avec amusement.

Elle re déposa son verre et attendu la réponse de Grizel.
AVENGEDINCHAINS

_________________
20 août 1742
Liam, my son. Et plus mon cœur tremble, plus je me sens guérie: j'ai cru entendre le miracle de la vie ce jour où tu as crié! Moi j'ai compris que j'allais t'aimer comme ce n'est pas permis. Ma plus belle œuvre aujourd'hui c'est toi. by Wiise


Dernière édition par Claire Farquharson le Jeu 16 Mar - 11:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 24/02/2017
♛ Messages : 172
♛ Chardons en poche : 250
♛ Mon allégeance va à : La cause jacobite mais avant tout, le clan Farquharson


MessageSujet: Re: Business is business   Jeu 16 Mar - 11:27


Claire

ft. Grizel

Business is business


Grizel était un peu honteuse d'avoir pris la Lady du clan Farquharson pour une simple cliente en manque de plaisir charnel.

-Je vous prie de me pardonner ma méprise, Madame, s'excusa-t-elle en se sentant rougir.

Alors que la blonde s'installait sur la chaise, Grizel remettait sa chambre en ordre le plus vite possible tout en tentant de ne pas avoir l'air d'une idiote à tourner et virer dans tous les sens à la recherche du moindre vêtement à ranger. La rousse remplit ensuite un verre d'eau à la demande de son invitée surprise et le lui tendit. Grizel tremblait et elle maudissait son corps de trahir ainsi son inquiétude. Elle pensait qu'il y avait un problème. La lady du clan ne devait pas apprécier le fait qu'une fille de joie offre ses services dans les environs.

Grizel s'autorisa à s'asseoir sur le lit en attendant que la jeune femme lui explique la raison de sa visite. Elle était stressée et avait hâte que tout cela soit terminé, en espérant que cela ne finisse pas trop mal et qu'elle ne soit pas contrainte à faire ses bagages. Inverness était l'endroit des Highlands où son commerce avait le plus de succès, cependant si Claire Farquharson avait décidé qu'elle était de trop, Grizel n'aurait d'autre choix que de partir.

Les yeux de la prostituée s'agrandirent sous la stupeur quand elle sut que l'on parlait d'elle jusque dans le château du laird. Elle ne pensait pas avoir une si grande réputation, elle pensait que seuls quelques habitants masculins d'Inverness la connaissaient. Dans le fond, ce n'était pas si mal d'être autant connue, c'était ce qui faisait son affaire mais le fait que cela arrive aux oreilles de Lady Farquharson était nettement moins bien. Grizel souffla quand la jeune femme lui appris qu'elle n'aurait pas à quitter la ville. Elle avait voulu être distinguée mais elle était sûre d'avoir laissé échapper un soupir qui trahissait sa panique depuis l'entrée de la blonde dans sa chambre. Alors que la blonde parlait d'utilité avant de faire une pause pour boire, Grizel tentait de comprendre ce que cela signifiait. En quoi une prostituée de bas étage comme elle pouvait être utile ?

Quand la Lady sortit sa bourse, Grizel se jura d'accepter le marché, quel qu'il soit. Elle attendait de voir ce dont Claire voulait profiter mais sa réponse était déjà positive.

Elle sourit l'air gêné en comprenant où Claire voulait en venir. Les clients disaient énormément de choses, c'était vrai. Mais jamais Grizel n'avait cherché à les espionner. Elle écoutait parfois les malheurs, obtenait quelques fois des réponses à ses questions. L'offre était cependant trop belle. Soit, désormais Grizel espionnerait ses clients pour le compte de Lady Farquharson.  

Quand la rousse se rendit compte que son interlocutrice attendait une réponse, elle secoua la tête pour reprendre ses esprit et détacha ses yeux de la bourse bien remplie.

-Je ne pensais pas pouvoir être utile à une Dame de votre rang ma Lady, commença-t-elle, mais j'accepte votre offre.

Maintenant qu'elle était engagée dans ce nouveau contrat, il ne restait plus à Grizel que les questions sur les détails pratiques.

-Dois-je espionner tout mes clients Madame, ou y a-t-il certains hommes à propos desquels vous aimeriez apprendre des choses en particulier ? Comment vais-je vous transmettre ses informations ?

Elle se sentait honteuse, déjà, être une prostituée n'avait rien de glorieux, mais être une prostituée qui espionnait ses clients était encore pire.


(c) black.pineapple

_________________
I'm lost in my own life.
I live for the jacobite cause. God, help me to survive, please, hear my prayers and forgive my sins.
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/01/2017
♛ Messages : 161
♛ Chardons en poche : 207
♛ Mon allégeance va à : Elle-même, son mari ainsi qu'à Liam, son fils, le futur Laird


MessageSujet: Re: Business is business   Jeu 16 Mar - 16:07


Business is business
Grizel & Claire


-Je vous prie de me pardonner ma méprise, Madame,

Claire fit un signe pour lui faire comprendre que cela n'était pas grave. Grizel ne devait pas avoir beaucoup l'habitude de voir quelqu'un avec une autre intention que de coucher avec elle,pour les hommes, ou, pour ces dames, de régler ses comptes.

Petit à petit, Claire lui expliqua les raisons de sa venue. Seule sa voix rompait le calme olympien de la pièce. La surprise se peignait sur le visage de la rousse Farquharson. Ainsi que d'autres émotions...Pour y couper court et s'assurer la loyauté et le service de Grizel, elle sorti la bourse qu'elle avait pendouillé en face du nez de la jeune femme quand elles étaient sur le palier et la jeta sur table. L'envie se fit grande dans le regard. Ainsi que la gêne quand Claire parla de la facilité des hommes à parler après un moment de pur plaisir.

-Je ne pensais pas pouvoir être utile à une Dame de votre rang ma Lady,  mais j'accepte votre offre. A la bonne heure! répondu t'elle, spontanément. Elle poursuivit: je n'aurais jamais cru voir une marchande d'amour rougir en entendant parler de l'acte charnel, comme quoi!d'un air taquin.

-Dois-je espionner tout mes clients Madame, ou y a-t-il certains hommes à propos desquels vous aimeriez apprendre des choses en particulier ? Comment vais-je vous transmettre ses informations ? Au moins était-elle consciencieuse et perfectionniste! Se dit Claire. Grizel semblait avoir compris que la Lady réclamait d'elle un travail de qualité! Elle sourit: vous pourriez me faire une liste de vos clients...Ne vous inquiétez pas. Je me débarrasserais de la dite liste dès que je n'en aurais plus besoin! Mais je veux l'avoir pour cibler les proies importantes. Grizel semblait avoir de la culpabilité rien qu'à l'idée d'espionner ses clients pour le compte d'une autre. Claire sourit: je vois vos inquiétudes! Vous trouvez qu'espionner vos clients et un acte ignoble!...Mais, si vous voulez mon avis, je pense plutôt que c'est un juste retour des choses! Elle s'expliqua en trempant ses lèvres dans son verre: ces hommes vous ont toujours perçus comme un objet de plaisir. Quelque chose qu'on peut posséder voire casser sans le moindre remord sous pretexte que vous travaillez pour ça. Voyez donc le travail que je vous propose comme... elle fit mine de réfléchir et claqua des doigts soudainement: une revanche!
Elle s'affala dans son siège: Soit! Où en étais-je? Ha oui! Ce que je veux savoir, c'est ce qui se passe en Ecosse... Même ce qui semble pas important, au début du moins! Je veux connaitre les moindres détails...Comment ils aiment prendre leur déjeuner aux gros scandales. Avec le temps, vous saurez ce qui m'intéressera ou pas. Et pour ce qui est de me transmettre les informations... J'enverrais, en cachette, un de mes hommes chez vous pour vous les prendre. Il se fera passer pour un client lambda...Libre à vous de faire l'acte charnel ou pas, votre vie privée ne m'intéresse guère! Comprenez aussi que ma position m'oblige à éviter de vous fréquentez... J'ai une réputation et j'y tiens! Elle fini son verre: et je comprends aussi que votre profession vous oblige à partir sur les routes...Ainsi, qu'en ça arrive: faites moi parvenir une note que je détruirais pour me dire que vous partez et où vous allez. Si vous pouviez continuer votre mission durant votre périple, ça m'arrangerait. Plus j'ai des informations, mieux ça sera. Elle réfléchit: et maintenant que j'y pense. Si mon messager se trouve dans l'impossibilité de venir vous retrouvez, je n'enverrais pas quelqu'un d'autres. Tout doit rester secret. Vous m'enverrez donc une missive signé par un faux nom. Je me dis aussi que le mieux serait de mettre au point un code secret...Si jamais quelqu'un d'autres que nous deux, ou mon envoyé, tombe sur nos lettres...

Elle observa Grizel quelques instants. Claire comprenait que cela n'était pas évident pour elle...Mais elle devait garder la tête froide. De plus, peut-être trouvera t'elle valorisant qu'on lui demande autre chose que de coucher avec quelqu'un. Cependant, la possibilité qu'on découvre ce qu'elle fait... Grizel devait le savoir. Si on découvrait qu'elle espionnait, cela se passerait mal pour elle. Et elle ne pourrait pas dire que c'était Claire qui l'avait engagée et poussée à l'espionnage contre un peu d'argent... Pourquoi? Parce que quand on est une femme sans titre ou, pire, une catin, on n'accuse pas une noble! Cela serait, de toute façon, la parole de Grizel contre celle de Claire...Et cela serait Claire la gagnante dans tout ça. Il lui suffirait de proclamer son innocence. Sa figure de Lady parfaite aidera. Grizel serait alors bannie et Claire coupera les ponts cherchant une autre prostituée pour soutirer des informations. Mais, cependant, Claire était consciente d'une chose: et je sais à quoi vous pensez...Si jamais on découvrait notre entreprise. Alors oui, pour protégez ma réputation et ma position, surtout si j'ai des enfants, je risquerais de faire comme si vous mentiez...Comme si je ne vous avais jamais rencontrée...Mais...Vous êtes, d'une manière ou d'une autre, de ma famille! De mon clan...se levant, elle marqua une pause: vous êtes une Farquharson, ma cousine probablement...Et on doit se soutenir. Ainsi, si jamais ça tourne mal...Je m'engage à vous trouvez une nouvelle vie. La ou personne ne vous connaîtra et où vous pourrez tout recommencer.
AVENGEDINCHAINS

_________________
20 août 1742
Liam, my son. Et plus mon cœur tremble, plus je me sens guérie: j'ai cru entendre le miracle de la vie ce jour où tu as crié! Moi j'ai compris que j'allais t'aimer comme ce n'est pas permis. Ma plus belle œuvre aujourd'hui c'est toi. by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 24/02/2017
♛ Messages : 172
♛ Chardons en poche : 250
♛ Mon allégeance va à : La cause jacobite mais avant tout, le clan Farquharson


MessageSujet: Re: Business is business   Ven 17 Mar - 20:25


Claire

ft. Grizel

Business is business

Grizel fut rassurée que la Lady ne soit pas offensée d'avoir été prise pour une cliente. Étonnée que Claire Farquharson la pense gênée à l'idée de parler de sexe, la roussa laissa échapper un petit rire.

-Ma gêne ne vient pas de là Madame, ne vous en faites pas. Je serais une bien mauvaise fille de joie si c'était le cas, expliqua-t-elle. Je me sens plutôt honteuse de vous recevoir ainsi, avoua-t-elle.

Et d'avoir à m'abaisser à de telle pratique voulut-elle ajouter, mais elle ne dit rien. Elle était également choquée qu'une Lady ait ce genre d'idée et parle ainsi, sans gêne du métier de Grizel.

Alors que Claire expliquait qu'elle voulait une liste des clients de Grizel pour juger elle même des personnes intéressante, la rousse se leva à contre coeur. Elle n'aimait pas cette idée, n'avait pas envie de trahir ainsi ses clients. Mais elle avait besoin de l'argent de la Lady de son clan. Elle dirigea lentement vers une petite malle où elle rangeait de quoi écrire. Elle attrapa une feuille de papier, une plume, un flacon d'encre ainsi qu'un livre pour s'appuyer et retourna s'asseoir au bout du lit. Elle commença à faire sa liste alors que sa main tremblait, oubliant volontairement quelques clients pour lesquels elle avait depuis le temps qu'elle les voyait un peu d'affection. Elle espérait que Claire ne s'appercevrait pas de ces omissions. Il n'y avait aucune raison pour que la Lady le remarque. Après tout, elle n'avait pas fait espionner Grizel elle même. Ce que Claire Farquharson ne savait pas ne pouvait pas lui nuire.

Une revanche ? Vraiment ? Claire Farquharson était sa Lady et Grizel lui devait un total respect. Mais si cela avait été quelqu'un d'autre, sans doute la rousse aurait-elle réagit. Après tout, que savait Claire Farquharson de la prostitution ? Rien. Elle ne pouvait pas savoir ce que Grizel ressentait à l'égard de ses clients. Elle ne blâmait pas les hommes pour ce qu'ils lui faisaient. Grizel avait conscience que tout se passerait ainsi lorsqu'elle avait commencé à se prostituer. Mais au lieu de répliquer, Grizel hocha la tête.

La rousse continua à hocher la tête quand sa nouvelle patrone lui expliquait le but de son nouveau travail. Cela ne serait pas facile de trouver autant d'informations mais Grizel y arriverait, malgré le fait que les hommes ne lui confiaient pas toujours des renseignements importants. Si Claire Farquharson ne voyait pas d'inconvénient au fait que Grizel couche avec le fameux messager, la rousse se promis de tenter de le garder dans sa chambre un peu plus de temps que nécessaire pour transmettre un compte rendu. Si ainsi elle pouvait être payée un petit peu plus, c'était tout aussi bien.

Grizel acquiessait à chaque fois que Claire ajoutait une clause à leur contrat. Qui était-elle pour refuser ou pour émettre un désaccord ?

-Je ne connais rien en code secret Madame, comment dois-je donc faire ? demanda-t-elle en se disant qu'elle devait avoir l'air idiot.

Jamais elle ne l'avouerait mais Grizel ne se considérait pas comme suffisamment intelligente pour mettre au point un code secret. Elle savait tout juste écrire et lire . Elle avait appris bien sûr mais l'école n'avait jamais été son fort, elle préférait aller s'amuser avec des garçons dans les bois. Elle lisait avec lenteur et écrivait assez mal.

Grizel avait bien compris que si leur petit manège était découvert, elle serait dans une galère infernale et que Claire serait gagnante sans aucun problème. Cependant cela lui fit un coup au moral de l'entendre prononcé à voix haute. Elle hocha simplement la tête et se leva quand Claire en fit de même et lui tendit sa liste de clients plus ou moins complète.

-Je vous en remercie Madame, répondit la prostituée espérant que la Lady n'aurait pas à en arriver à cette extrême.

Elle n'avait aucune envie de partir. Elle voulait avoir la possibilité de revenir à Inverness quand bon lui semblerait. Mais l'idée que Claire Farquharson pourrait lui trouver une nouvelle vie où elle n'aurait pas besoin de se prostituer pour survivre était belle aux yeux de Grizel.


(c) black.pineapple

_________________
I'm lost in my own life.
I live for the jacobite cause. God, help me to survive, please, hear my prayers and forgive my sins.
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/01/2017
♛ Messages : 161
♛ Chardons en poche : 207
♛ Mon allégeance va à : Elle-même, son mari ainsi qu'à Liam, son fils, le futur Laird


MessageSujet: Re: Business is business   Dim 26 Mar - 12:25


Business is business
Grizel & Claire


Comprenant la gêne de Grizel de parler de son métier, Claire évita de s'épancher dessus. Surtout qu'elles faisaient parties de la même famille... Même si leur lien restait encore à définir. D'ailleurs, elle n'avait jamais entendu parler de cette branche de la famille.

Ne voulant pas s'attarder en ces lieux, même si elle devait avouer qu'elle s'imaginait à pire, elle évita de s'attarder en politesse due à la première rencontre et expliqua, de but-en-blanc, les raisons de sa venue. Elle souhaitait, en échange d'une certaine somme d'argent représentée par une bourse remplie de pièces d'or, connaitre les divers petits secrets des clients de Grizel. Tout en buvant son verre, elle observa Grizel se lever, tremblante, pour aller coucher sur papier la liste de ses clients. Elle n'était pas idiote, elle avait bien vu que Grizel avait des réticences... Si elle n'avait pas autant de soucis d'argent, il était même probable que la rousse l'aie envoyé gentiment balader à coup de "une fille de joie digne de ce nom n'espionne point ses clients". Mais voilà...Au vue de cette petite pièce servant de chambre à la demoiselle où se trouvaient, à peine, un lit, une table et une chaise, il était évident que Grizel avait des problèmes financiers toute prostituée demandée qu'elle était.

Elle du bien se l'avouer, cela peinait Claire. Comment une Farquharson aurait-elle pu tomber aussi bas? Elle aurait du être élevée dans la dignité due à son nom, épouser un des leurs et vivre heureuse. Elle tenta de rassurer Grizel en disant que cela ne serait que revanche contre des hommes qui la considéraient comme un outil de plaisir... Grizel ne semblait pas convaincue, elle était fidèle à ses clients. C'était tout à son honneur...Elle espérait juste que Grizel ne lui donnerait pas de fausses informations mais c'était peu probable. La rousse avait besoin de cet argent, donner des données faussées serait complètement contre productif. Pourquoi? Parce que Claire s'en rendrait compte un jour ou l'autre et leur marché serait nulle et non avenu...Grizel n'était pas idiote...Après tout, elle était loin d'être la seule prostituée qui officiait dans la région et la remplacer ne serait qu'une formalité. En fait, la seule raison pour laquelle Claire avait choisi Grizel était le fait qu'elle portait le même nom de famille.

Finalement, elle pensa à une chose. Elles ne pouvaient guère correspondre grâce à leurs vrais noms et de manière évidente permettant à n'importe quel personne qui aurait interceptée leur courrier de découvrir leur petit manège. Il fallait parler de manière codée.

-Je ne connais rien en code secret Madame, comment dois-je donc faire ?
Claire récupéra la liste de noms des clients de Grizel et la parcourra rapidement. Nous n'allons rien faire de compliquer. elle fit une pause: cependant, nous n'allons pas nous inspirer des codes déjà existants. Nous les prendrons comme base, bien sur mais si nous faisons tous pareil, quelqu'un découvrira notre marché Elle ajouta: Et je vous rassure, je ne compte faire de mal à personne! Je veux simplement être au courant de ce qui se passe en Ecosse...En tant que femme, je n'ai pas beaucoup de façon de l'être.

Cependant, malgré son attention de ne faire de mal à personne, elle avoua que si ça tournait mal, elle abandonnerait Grizel à son sort. Cependant, comme elles faisaient parties, d'une manière ou d'une autre, du même clan, elle l'aiderait à fuir et à changer de vie.
Bien nous sommes d'accord elle regarda sa montre à gousset et dit: excusez-moi, je dois aller faire des courses, j'ai fait croire à mon époux que j'étais sortie pour acheter de nouveaux tissus pour mes robes et...je dois leur faire croire que c'était effectivement le cas. Il se posera des questions si je reviens au château sans rien elle se leva et se dirigea vers Grizel: je vous recontacterais... Comme nous faisons partie de la même famille, n'hésitez pas à me demander quoique que ce soit. Sur ses derniers mots, elle sorti pour faire, effectivement, ses courses et rejoint ses accompagnateurs qui l'attendaient près du carrosse. Elle pu rejoindre les siens.
AVENGEDINCHAINS

_________________
20 août 1742
Liam, my son. Et plus mon cœur tremble, plus je me sens guérie: j'ai cru entendre le miracle de la vie ce jour où tu as crié! Moi j'ai compris que j'allais t'aimer comme ce n'est pas permis. Ma plus belle œuvre aujourd'hui c'est toi. by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Business is business
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Killing is my business.... and business is good
» Arlington Business Park
» [Jesse Petersen] Zombie Thérapie, Tome 2 : Zombie Business
» BFM Business en clair sur Astra
» [AIDE] Problème push sfr business mail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FLOWER OF SCOTLAND ♔ :: Un monde de l'esprit :: Flash Back-
Sauter vers: