AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ready to fight FT. Agnès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité






MessageSujet: Ready to fight FT. Agnès   Mar 28 Mar - 21:54

Ready to fight
Agnès & Alistair
Juin 1742

Moira et lui sont arrivés sur le domaine des Douglas hier, dans l'après midi. Ils ont été conviés pour un rassemblement jacobite tenu ici même. Comme convenu, Alistair devrait avoir en ce jour la réponse définitive d'Agnès Douglas pour leurs éventuelles fiançailles. Alors, en attendant, il patiente. Il imagine un accord autant qu'un refus. A vrai dire, il n'a aucune idée de ce qu'Agnès pense de lui, de ce qu'elle pense de tout ça. Il sait bien qu'il a été distant et froid pendant tout ce temps mais en réalité, et il ne l'admettra certainement jamais, il avait peur. Peur d'elle. Peur de ce regard. Peur de ses sentiments... Peur de ce qu'on explique pas vraiment dans les livres. Aujourd'hui, et contre toute attente, il n'a plus peur. L'inconnu traduit l'aventure, et l'aventure est la vie. Il veut vivre, peut importe où ça le mènera. Il a maintenant conscience que l'important est d'être mener à elle, même pour un temps.

Le soleil s'éclipse lentement à travers l'horizon, laissant derrière lui des traînés orangées. Les fleurs s'endorment et les animaux s'apaisent, tapis dans l'ombre d'un silence étoilé. Un paysage splendide dont Alistair profite, seul, accoudé contre la rambarde de la terrasse de la maison Douglas. Moira est déjà couchée, comme a peu prêt tout les habitants d'ailleurs. Le brun a du mal à trouver le sommeil et ce, depuis les feux de Bealltainn. Il se souvient comme si s'était hier. Les cries de sa sœur et l'image fracassante d'Alma qui s'écroule au sol. Puis sa main, sa propre main élançant une épée meurtrière. Une épée vengeresse. Alistair s'était promis que ça n'arriverait jamais mais, ce jour là, il n'avait trouvé aucune autre solution. Ça lui avait sauté aux yeux, comme une évidence. Il devait agir, tuer. Il devait faire couler le sang. Pour Alma, pour sa sœur. Et il l'avait fait, sans aucun état d'âme. Il se souvient également de la douleur, après coup. Il se souvient de ce que ça fait d’ôter la vie, de la satisfaction qu'on ressent en ayant atteint ce but. Alistair n'oubliera pas, jamais. Il n'oubliera pas la rage et la force qu'il a été capable d'avoir pour sa sœur, et celle qu'il a eu pour Agnès. Pour les défendre, pour les protéger. Cette même rage, cette même force. Comment cette femme a pu en si peu de temps égaler sa sœur dans son cœur? Serais-ce l'amour? Alistair n'en a aucune idée. Si il ne réfléchissait pas tant, il dirait que non. L'amour, ça ne vient pas sur un coup de tête, ça n’apparaît pas si facilement. Et pourtant, il sent que quelque chose à changer en lui. Qu'une flamme inexistante s'est éveillé sous les braises.

Alistair soupire, lentement, alors que des frissons le prend soudainement. Il relève son épaisse cape en fourrure sur ses épaules pour se cacher de la fraîcheur de la soirée. Il ne sait pas combien de temps il va resté ici, éclairé par les flammes de quelques bougies et les rayons argentés de la lune. Peut être encore quelques minutes, quelques heures ou la nuit... qui sait.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/12/2016
♛ Messages : 508
♛ Chardons en poche : 619
♛ Mon allégeance va à : aux Douglas, aux Jacobites, à l'Ecosse


MessageSujet: Re: Ready to fight FT. Agnès   Dim 2 Avr - 23:17

Bothwell, un château magnifique sur les terres des Douglas. Agnès aimait s’y rendre et encore plus ces derniers temps. Les corbeaux étaient partis, emportant avec eux ses messages d’avenir. Et puis Moira et son frère avaient fait leur apparition au château. Agnès et James les avaient accueillis avec joie. La brune était ravie de le revoir. Mais elle était aussi inquiète. Elle lui avait promis, oui promis de lui donner sa réponse lors du banquet. Elle avait promis et une promesse était une promesse. Elle ne pouvait revenir dessus. Elle ne le voulait pas. Mais elle hésitait encore. Non pas qu’elle n’avait pas pris sa décision, mais, le visage de Robert dansait encore parfois devant ses yeux lorsqu’elle les fermait. Elle avait confié son pendentif à James lors des feux. Elle l’avait vu la larme à l’œil alors qu’il fermait les yeux de la pauvre servante. Mais un frisson lui avait parcouru l’échine.

Agnès secoua la tête pour chasser ses images de son esprit. Le jour était tombé et la jeune femme peinait à trouver le sommeil. Elle se leva et aussi discrètement qu’elle le pu, sortit de sa chambre, une maigre cape de laine sur les épaules. Cheveux détachés, elle commença à parcourir les couloirs froids du château, une torche à a main pour s’éclairer. « Agnès, mais en fin, que faites-vous encore debout. » Agnès s’arrêta et se retourna. Marie, sa servante, les mains sur les hanches la fusillait du regard. « Je n’arrive pas à fermer les yeux. » répondit simplement la jeune femme. Marie soupira et rétorqua. « Si votre frère l’apprend… » Agnès haussa les épaules. Que James vienne lui dire quelques choses. Elle reprit vite la direction de… De quoi déjà. Elle ne le savait pas. Marie abandonna bien trop rapidement au goût de la jeune femme qui la laissa reprendre le couloir menant aux appartements de sa maîtresse. Agnès, elle, continua son errance.

Elle marchait dans les couloirs lorsque la lumière de sa torche éclaira une silhouette. Agnès ralentit. Qui cela pouvait bien être ? Elle s’approcha, sur ses gardes. Elle était presque à sa hauteur lorsqu’elle sentit une main se poser sur son épaule. Elle se retourna lentement pour faire face à son jeune frère James. « James, mais qu’est-ce que vous faites encore debout ? » demanda l’aînée l’air surprise. « Vous m’avez suivi ? » demanda-t-elle doucement. Le jeune homme opina du chef et la sœur lui sourit.

« Je m’inquiétais. Êtes-vous certaine de votre choix ? Vous allez nous quitter, George et moi.
- Est-ce donc cela qui vous dérange le plus, James ?
- Serai-je si égoïste en répondant que oui ?
- Si j’avais eu l’occasion d’épouser Robert… Cela ferait déjà bien longtemps que je serai plus nos terres, James.
- Les terres des Bruce sont bien plus proches !
- Mais enfin, James… Allez donc vous coucher. Il est tard. Et je vérifierai. » ajouta la jeune femme avec un clin d’œil en sa direction.

Oui, elle vérifierait sûrement, comme elle le faisait parfois quand ils étaient plus jeunes. Le temps avait passé mais Agnès couvait toujours autant qu’elle le pouvait ses deux frères. Après tout, c’était bien elle l’aînée des enfants Douglas. Alors, une fois qu’elle s’était assurée que James avait fait demi-tour, elle se rapprocha de l’inconnu. Sa torche éclaira ses cheveux et son profil et la brune s’arrêta nette. « Alistair ! » souffla-t-elle surprise de trouver ici le frère de sa meilleure amie. « Mais enfin, pourquoi diable vous vous trouvez ici ? »

_________________

Récompense:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité






MessageSujet: Re: Ready to fight FT. Agnès   Mar 4 Avr - 21:33

Ready to fight
Agnès & Alistair
Juin 1742

Alistair est subitement tiré de ses pensées alors qu'il entend des voix résonner dans le couloir. Il tourne d'ailleurs la tête vers celui ci, pour n'observer que l'ombre de la nuit. S'il ne distingue pas les mots, il comprend bien vite qu'il s'agit d'un homme et d'une femme. Le brun ne se pose toutefois pas véritablement de question et ne cherche pas à en entendre plus. L'Ecosse vit une période dangereuse, il est normal que les demeures telles que celle ci ne s'endorment jamais complètement. La prudence est de mise tandis que les tours de garde sont nombreux en temps de guerre.

L'attention d'Alistair se reporte sur le paysage. Cette vision l'apaise peu à peu, effaçant lentement les images d'une mort qu'il n'aurait jamais voulu donner, qu'il n'aurait jamais voulu voir. Effaçant la sensation d'un sentiment qu'il n'aurait jamais voulu ressentir. De nouveau perdu dans ses pensées, il ne s’aperçoit pas immédiatement de la lumière qui s'approche de lui et sursaute légèrement en entendant son nom prononcé par une voix familière. Il se redresse et se tourne vers son hôte, tandis que son cœur s'affole subitement dans sa poitrine. Agnès est là, debout, dans toute sa splendeur. Ainsi, les cheveux détachés et les épaules parées d'une fine cape, elle ressemble à un ange. Le regard d'Alistair ne peut s'empêcher de constater que cette dernière est en robe de chambre. Alors, gêné par la situation, ses yeux émeraudes se relèvent sur son visage pour le fixer. Lui, et uniquement lui.
Il est surprit alors qu'elle lui demande pourquoi il se trouve ici. Il aurait cru entendre sa mère, lorsqu'il était enfant, alors qu'elle le réprimandait de traîner trop tard dans les couloirs. Les lèvres d'Alistair s'étirent donc en un sourire amusé, presque moqueur.

« Ooh, pardonnez moi Lady Douglas, je ne pensais pas qu'il était interdit de flâner dans les couloirs du château de Bothwell durant la nuit. » Lance t-il ironiquement, mimant la voix désolée d'un enfant, avant de laisser un léger rire s'échapper d'entre ses lèvres. « Dois-je me remettre au lit sur le champ, ma dame? » Demande t-il, malicieusement.

Il baisse un instant la tête, quelque peu gêné par son humour enfantin. Il faut dire que la jeune femme ne le laisse pas indifférent. Il est troublé. Ce n'est en effet pas tout les jours qu'Alistair plaisante de cette manière, et encore moins avec une femme. Mais Agnès à tendance à le mettre à l'aise, à faire sortir une facette de lui que peu de gens connaissent : Un Alistair souriant et malicieux. Un Alistair sur de lui. Un Alistair presque séduisant.

« J'ai du mal à trouver le sommeil, ma lady, j'ai pensé que l'air frais des Terres Douglas me ferait du bien... » S'explique t-il, plus sérieusement cette fois ci, avant de planter de nouveau ses yeux émeraudes dans les siens.

A cet instant, il sait que ce n'est pas l'air frais qui atténuera son mal être, mais sa présence au prêt de lui. C'est vraiment fou l'effet qu'elle peut faire sur lui...

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/12/2016
♛ Messages : 508
♛ Chardons en poche : 619
♛ Mon allégeance va à : aux Douglas, aux Jacobites, à l'Ecosse


MessageSujet: Re: Ready to fight FT. Agnès   Mer 5 Avr - 22:06

Agnès ne pensait pas surprendre autant Alistair. Le jeune homme s’excusa et Agnès sourit légèrement. Il demanda s’il n’était pas permis de flâner et la Brune ne put s’empêcher de laisser s’échapper un petit rire cristallin. Il finit même par demande s’il devait retourner tout de suite dans sa chambre. « Oh je vous en prie, Alistair. Ce n’était pas ce que je voulais dire. Vous êtes notre hôte ici et vous êtes libre de vos mouvements. » répondit Agnès Douglas. Elle s’écarta même de lui alors qu’il baissait la tête. Elle se demandait si elle avait bien fait de le déranger ainsi. Après tout, cela ne la regardait pas s’il restait éveillé toute la nuit. Mais Agnès n’avait pas réfléchi et elle le regrettait un peu maintenant.

Alistair avoua bientôt qu’il ne trouvait pas le sommeil. Agnès se mit à le fixer. Ses yeux se plantèrent dans les yeux verts de celui qu’elle était prête à épouser. Mais la jeune femme retomba dans une certaine réserve. « Veuillez m’excuser. Je ne voulais pas vous déranger. Je comprendrais parfaitement que vous vouliez que je vous laisse seul, Alistair. » reprit la jeune femme. Elle commença à faire demi-tour avant de reprendre. « Pour ce qui est de l’air de mes terres. Je suis ravie d’apprendre qu’il pourrait vous aider à trouver le sommeil. » Agnès sourit au frère aîné de sa meilleure amie.

Agnès fit quelques pas et puis s’arrêta. « Je vais reprendre ma propre promenade si vous le voulez bien. Je ne souhaitais pas vous importuner, je vous le répète. Mais vous pourriez peut-être m’accompagner ? » ajouta la jeune femme. C’était une invitation. Un peu saugrenue, elle devait l’avouer mais elle espérait bien qu’il accepte de l’accompagner. Elle avait envie de rester encore un peu en sa compagnie. Elle n’arrivait pas non plus à dormir, tout comme Alistair. Elle s’approcha de lui et lui murmura. « M’accompagnerez-vous ? Je n’arrive pas non plus à trouver le sommeil. » lâcha-t-elle dans un souffle. Elle était là, près de lui, si proche et pourtant elle ne fit rien. Elle avait son odeur et son cœur manqua soudainement un battement. Elle souleva ses cheveux d’une main pour se donner de l’air. Dieu qu’il faisait chaud. Pourtant la nuit était tombée, et l’air écossais n’était pas si chaud, même au début de l’été. « Nous pourrions marcher un peu et peut-être que le sommeil nous emportera. Je connais un endroit où personne ne viendra me trouver, ni vous d’ailleurs. Venez. » ajouta-t-elle en lui frôlant la main comme pour l’inciter  la suivre.

_________________

Récompense:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité






MessageSujet: Re: Ready to fight FT. Agnès   Jeu 6 Avr - 19:52

Ready to fight
Agnès & Alistair
Juin 1742

Alistair a aimé son rire. Il l'a aimé plus que tout. Plus que tout ceux qu'il n'a jamais entendu, plus que toutes ses convictions, même plus que ses livres. En l'entendant s'envoler et s'éparpiller dans l'air étoilé, une sensation étrange a parcouru son échine dorsal pour éclater dans sa poitrine. Une sensation plaisante, délicieuse, capable de laissé un sourire conquis parer ses lèvres. Une bouffée d'oxygène qui balaye tout ses tourments.

Alors qu'il a baissé la tête, gêné de s'être fait surprendre à vagabonder dans les couloirs d'un château qui n'est pas le sien, Agnès se met à s'excuser de l'avoir dérangé. Le brun écarquille les yeux, surpris et, alors que ses lèvres s’entrouvrent, aucuns mots ne s'en échappe. Comme bloqués dans le fond de sa gorge. Le dérange t-elle? Bien sur que non! Pas le moins du monde. Il désir qu'elle reste mais, et il ne saurait l'expliquer, il est incapable à ce moment là de lui demander.

« Lady, attendez... » Murmure t-il à peine tandis qu'elle commence à s'éloigner, alors que lui fait au contraire un pas vers elle.

Puis, fort heureusement, Agnès semble capter son mal aise et prend les choses en mains. Elle l'invite à se balader en sa compagnie. Alistair est d'abord surpris ; ce n'est pas toutes les nuits qu'il a l'occasion de se promener avec une femme - et qui plus est une femme qui lui plait autant ; puis ravie, enjoué. Il s'apprête à lui répondre, mais la brune se rapproche de lui, d'une manière qui le trouble au plus haut point. Immobile, Alistair se contente de la regarder. Son visage est mystérieusement impassible. Ses yeux qui la fixent semble s'éveiller d'une lumière ténébreuse. Et son cœur bondit contre sa poitrine, lui donnant l'impression qu'il souhaite par tout les moyens s'offrir à elle, quitte à déchirer son thorax.

Elle le prie, encore une fois, alors que son souffle s'est arrêté brutalement. La jeune femme découvre sa nuque, semblant prendre un bref coup de chaud ; tout comme Alistair, dont le sang pulse avec fureur dans ses veines. Son regard se porte un instant sur la peau de son cou nue, semblant si douce puis, involontairement, jusqu'à ses lèvres... dont la saveur le fait aujourd'hui rêvé.

Puis, il reprend subitement contenance. Ses yeux émeraudes se posent sur la main qui frôle la sienne, tandis qu'il ouvre les doigts pour caresser les siens, mais sans pour autant les saisir. Il se remet à sourire et la regarde de nouveau.

« Avec joie, ma dame. » Répond t-il enfin, en insistant volontairement sur le ma dame... esperant secrètement qu'elle soit un jour sienne. Avant d'ajouter. « Votre compagnie sera sans aucun doute plus efficace que l'air de vos terres, aussi frais soit-il. Vous n'avez d'ailleurs pas froid ainsi couverte ? » S'inquiète t-il avant de poser une main délicate sur son bras.

Sa main est électrocuté à son contact, subitement, violemment mais, cette fois-ci, il ne perd pas pied. Assuré, il lui sourit, bienveillant.

« Tenez. » Dit-il avant de défaire sa propre cape et, tout en restant face à elle, de l'encercler de ses bras et de la lui déposer sur les épaules. « Je ne veux pas que vous attrapiez froid. »

En se faisant, Alistair s'est d'avantage approché d'elle. Il sent sa chaleur frôler le fin tissu de sa chemise, jusqu'à le traverser et atteindre sa peau. Il frisonne, agréablement. Puis s'éloigne un peu pour la libérer, comme si de rien était, et la laissé lui indiquer le chemin de l'endroit dont elle lui a parlé.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/12/2016
♛ Messages : 508
♛ Chardons en poche : 619
♛ Mon allégeance va à : aux Douglas, aux Jacobites, à l'Ecosse


MessageSujet: Re: Ready to fight FT. Agnès   Ven 7 Avr - 22:26

Agnès retenait son souffle. Elle avait qu’il ne refuse son offre. Après tout, ce n’était peut-être pas convenable qu’elle l’invite ainsi à se promener dans les couloirs de la demeure des Douglas. Mais Alistair accepta et la jeune femme sourit. Il assura même que sa présence l’aiderait bien plus que l’air de ses terres. Agnès rigola un peu. Elle aimait tellement ses terres. Les terres Douglas étaient un peu une autre partie d’elle-même. Elles faisaient partie de son être alors les dissocier de la sorte de son âme l’amusait beaucoup. Mais le frère de sa meilleure ne pouvait le savoir. Le jeune homme insista en l’appelant « Ma Dame ». Agnès arqua un sourcil, surprise. Elle savait ses propres sentiments qui naissaient pour lord MacKintosh mais ce pourrait-il que lui se soit épris de sa personne ? Elle n’avait pourtant pas été des plus agréables avec lui. Elle s’en voulait un peu d’ailleurs.

Soudain, elle sentit la chaleur d’une cape se poser sur ses épaules. Elle fixa Alistair MacKintosh maintenant si proche d’elle. Elle s’était perdue dans ses pensées et n’avait fait attention à sa remarque. Pensait-il qu’elle avait froid ainsi si peu vêtue ? « Lord MacKintos… » trouva-t-elle seulement alors qu’elle le regardait. Elle ne savait si elle aurait dû l’appeler Alistair ou non. A dire vrai, elle n’avait pas osé. Déjà la situation était quoi qu’un peu embarrassante. Elle n’osa plus bouger et attendit simplement qu’il ne s’écarte à nouveau d’elle. Alors elle lui sourit. « Merci, mais vous n’auriez pas dû. » répondit-elle simplement.

Rapprochant les pans de la cape sur sa poitrine, elle lui fit un petit signe de l’a tête dans la direction de sa cachette secrète. « Serai-je trop indiscrète si je vous demandais ce qui vous empêche de trouver le sommeil ? » demanda-t-elle pourtant, espérant bien qu’il lui réponde. Et tout en attendant sa réponse, elle reprit sa marche alors qu’elle s’était un peu arrêtée. Les pas d’Agnès étaient légers. Elle guidait le frère de Moira dans les couloirs de Bothwell. « Vous verrez, c’est un endroit tout à fait charmant. » ajouta-t-elle. Agnès Douglas prit à gauche au bout d’un couloir et bientôt elle s’engouffra dans un petit couloir après avoir passé une porte dérobée. « Suivez-moi je vous prie. »

Sa torche tendue devant elle, elle éclairait le chemin. Elle était sûre d’elle. Et enfin, elle poussa une porte et entra dans une petite pièce. Elle le laissa entrer et referma la porte derrière eux. Elle alla poser la torche sur un portant et regarda la petite pièce. Elle n’était pas grande. Seul trois fauteuils s’y trouvaient et pas une table devant. Sur le mur adjacent de la porte et en face des fauteuils, un crucifie trônait. Il y avait aussi une petite statue de la vierge Marie. Agnès s’installa dans l’un d’eux et posa son regard sur la vierge. « J’aime cet endroit. Il y en a aussi une dans notre demeure principale. » commença la jeune femme. Elle retira la cape du frère de sa meilleure amie et le lui tendit en souriant. « Reprenez-la, elle vous sera sûrement plus utile. » ajouta-t-elle avec un petit clin d’œil. Puis elle reporta son attention sur Marie. « J’aime beaucoup cette statue, n’est-elle pas splendide ? » demanda-t-elle. Elle était en bois sculpté, à la fois sobre et finement ouvragée. « Je suis désolée pour l’autre fois. » reprit-elle en baissant la tête. Évidemment elle faisait allusion à la fois où elle s’était rendue sur les terres MacKintosh. Mais aurait-elle dû le préciser ? Peut-être. Elle verrait bien avec la réponse de son compagnon. Il comprendrait peut-être autre chose.

_________________

Récompense:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité






MessageSujet: Re: Ready to fight FT. Agnès   Sam 8 Avr - 0:33

Ready to fight
Agnès & Alistair
Juin 1742

Leur trouble commun apaisé, Agnès se décide enfin à lui montrer le chemin. Alistair suit donc docilement la jeune femme en marchant à son rythme, prêt d'elle.
« Serai-je trop indiscrète si je vous demandais ce qui vous empêche de trouver le sommeil ? »

Le brun passe une main sur sa nuque, mal à l'aise. Ça n'a jamais été facile pour Alistair de parler de ses sentiments, même avec ses proches. Réservé, il n'a jamais apprécié se plaindre ou exposer ses faiblesses. Mais il y a un commencement à tout, non? D'autant plus qu'Agnès est désormais une personne à part entière. Elle fera, peut être, partie de sa vie. Partie de lui.
« Pas le moins du monde madame. A vrai dire, les feux de Bealltainn m'ont quelque peu... secoués, cette année. » Avoue t-il, sans osé la regarder, avant de s'expliquer en ajoutant. « Je n'ai ni le courage, ni l’expérience d'un grand guerrier, lady. Je n'ai pas l'habitude d'utiliser ainsi mon épée... ni de voir des gens mourir... »
Sa mâchoire se crispe alors que l'expression de son visage se refroidit. Si, jusque là, la vision de la servante de sa sœur avait cessé de le hanter, voila que l'image assaille de nouveau son esprit. Avec violence. Avec dégoût. Un être si innocent n'aurait jamais dû mourir. Pas ainsi, pas si jeune. D'autant plus qu'elle avait honorablement défendu sa petite soeur. Qui se souviendra de son nom à part Moira et lui? Qui honorera son courage et sa loyauté à part Moira et lui? Le monde est cruel. L'humanité est cruelle. Il souffle doucement pour se détendre, avant de continuer.
« Pardonnez moi, vous n'avez guère besoin d'entendre ça. Je dois paraître bien pitoyable comparé à votre... » Ancien fiancé? Alistair s'en veut beaucoup à cet instant d'avoir failli employer ce mot. Heureusement, il se rattrape aussitôt. « ...comparé à Robert Bruce. » Son regard se pose enfin sur elle. Aucune pitié ne s'y lit, seulement un soutient qu'il aimerait lui apporter. « Je... je ne vous ai d'ailleurs pas présenté mes condoléances à son sujet, veuillez m'excuser. Je ne l'ai jamais rencontré, mais j'ai entendu dire qu'il était un homme bon, un homme d'honneur. Il a eu de la chance de vous avoir. » Finit-il par dire, avant de laissé un sourire sincère parer ses lèvres.
Alistair aurait voulu lui poser d'autres questions, mais elles seraient beaucoup trop indiscrètes compte tenu de la situation. Il préfère alors se taire et la suivre dans un couloir plus étroit, de l'autre coté d'une porte dérobée.  
« Vous verrez, c’est un endroit tout à fait charmant... Suivez-moi je vous prie. »
« Je vous fais confiance, lady Douglas. J'espère ne pas trouver une salle de torture à l'autre bout de ce couloir. » Lance t-il ironiquement, amusé par le suspens que la jeune lady se plait à faire.
Enfin, elle ouvre une dernière porte et laisse entrer Alistair dans une charmante petite pièce. Il l'observe, un instant, avant de regarder Agnès fermer la porte derrière eux et de reporter son attention sur les lieux.

« J’aime cet endroit. Il y en a aussi une dans notre demeure principale. »
« C'est un endroit paisible en effet. Il doit être plaisant de méditer et de lire, ici. » Répond t-il en souriant.
Ses yeux se posent à nouveau sur la jeune femme qui s'est installée dans un fauteuil après avoir retiré sa cape.
« Reprenez-la, elle vous sera sûrement plus utile. »
Alistair récupère donc sa cape en répondant simplement au sourire de la jeune femme. Toutefois, il ne l'enfile pas. Il la regarde un bref instant avant de la déposer sur le dossier d'un des fauteuils. Après ça, il fait quelques pas dans la pièce, s'arrêtant prêt de la statut de la vierge Marie. Il contemple les traits bien fait de son visage de bois, avant de venir à peine la frôler du bout des doigts.
« J’aime beaucoup cette statue, n’est-elle pas splendide ? »
« Oui... » Répond t-il avant de poser son regard d'émeraude sur Agnès, les mots lourds en sens. « ... elle est splendide. »
Bien loin d'être aussi splendide que l'ange qui se trouve face à lui.
« Je suis désolée pour l’autre fois. »
« De quelle autre fois parlez vous, lady? » Demande t-il intrigué, après un moment de réflexion, en s'avançant et en s'asseyant sur le fauteuil face à elle.
Alistair constate la gêne évidente de la jeune femme. Puis il se souvient du regard qui l'a tant bouleversé alors qu'ils se sont vu pour la première fois. Serais-ce de ça dont elle parle? Quoi qu'il en soit, il préfère continuer et la rassurer comme il le peut.
« Je... je ne suis pas très entreprenant, comme vous avez pu le constater. Je suis plus doué avec la plume qu'avec la parole. Et, malheureusement pour moi, cette dernière est bien plus naturelle et efficace. » Commence t-il par dire en finissant par un sourire, gêné, avant d'ajouter, sincèrement. « Vous êtes une femme exceptionnelle, et vous méritez un homme qui vous rende heureuse, qui vous satisfasse sur tout les points. Si je ne suis pas cet homme, je... » Il serait déçu, forcement, blessé. Mais pas par elle, par lui même. Par sa façon d'être faible. Il souffle et continue. « Sachez seulement que, si vos doutes vous mène jusqu'au refus de nos fiançailles, je ne vous en porterai pas rigueur et ne vous forcerais jamais à rien. » Il lui sourit, rassurant. « Tout ce que je vous demande, Agnès, c'est de suivre votre cœur. Vous êtes seule maîtresse de votre avenir... et par la même occasion du mien. Ne doutez jamais de ça. »
Un aveux peu explicite et pourtant bel et bien sincère. Il a des sentiments pour elle, et c'est sa façon de les lui avouer. Lui désir l'épouser et il n'attend qu'une seule chose, qu'elle le désir également.

Ses doigts viennent alors tendrement glisser dans la paume de la main de la brune pour s'entremêler avec les siens. Il fixe ainsi leur main lié, troublé par la douleur que son cœur ressent rien qu'à l'idée qu'elle refuse. Il ne lui en voudra pas, non, mais il serait déchiré. Plus que jamais. Il ne lui avouera pas cela, pas maintenant. Il ne lui avouera pas a quel point il désir posséder la main qu'il tient à cet instant. A quel point il désir posséder le cœur qui bat dans sa poitrine. A quel point il désir la posséder, elle.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/12/2016
♛ Messages : 508
♛ Chardons en poche : 619
♛ Mon allégeance va à : aux Douglas, aux Jacobites, à l'Ecosse


MessageSujet: Re: Ready to fight FT. Agnès   Dim 9 Avr - 22:46

Agnès n’avait répondu à aucune de ses réponses. Pourtant, elle les avait bel et bien entendues. Elle avait tout simple préféré être arrivée à destination pour enfin reprendre réellement la parole. Et c’était d’ailleurs ce qu’elle avait fait. Plus ou moins subtilement. Elle avait tout d’abord engagé à nouveau la conversation en parlant de la beauté de la statue de la vierge. Une manière bien détournée d’entrer enfin dans les confidences et autres sujets de conversation. Elle avait souri lorsque Alistair avait confirmé ses dires au sujet de la magnifique statue de Marie. Et puis il lui retourna la question lorsqu’elle s’excusa de son comportement lors de son séjour chez les Mackintosh. Mais alors qu’elle allait répondre, il tenta de la rassurer. Il était plus à l’aise avec l’écriture qu’avec la parole. Cela elle avait eu l’occasion de le constater. Autant il s’était montré froid, à la limite d’être qualifié de goujat alors que la jeune femme avait fait le chemin depuis les Lowlands. Autant, sa lettre l’avait réellement touchée et était clairement à l’origine de sa venue. Mais cela, fière hirondelle qu’elle était, elle s’était bien gardée de le lui dire une fois en face de lui. A ça, elle ne serait pas autorisée à lui faire un compliment sur sa plume alors qu’il ne la regardait même pas. Et puis il la rassura sur son choix. Mais la jeune femme qui avait d’abord laisser venir au creux de ses mains la chaleur des celles de Alistair, retira les siennes. La jeune femme se leva et fit quelques pas dans la pièce. « Cessez de vous dévaloriser, Alistair MacKintosh. » lâcha finalement la jeune femme un brin exaspérée peut-être. « Pensez-vous réellement que si vous ne m’intéressiez pas, je serai venu sur vos terres ? Si tel avait été le cas, je ne me serais pas déplacée. J’aurai jeté votre lettre au feu et l’aurais clairement dit à votre sœur. » poursuivit la jeune femme.

Agnès retourna s’asseoir lourdement. Elle s’était peut-être un peu emportée. Mais la jeune femme était ainsi. Elle n’aimait pas tant que cela les belles tournures de phrases et les longs discours. Elle montrait son attachement aux autres par des petites marques. Et le fait d’amener Alistair MacKintosh dans ce petit coin secret en était une. Elle fixa l’homme en face d’elle. Elle soupira et reprit doucement. « C’est effectivement un endroit fort agréable pour lire. Mais je préfère m’y retirer pour prier, pour tout vous dire. » reprit la jeune femme. Elle ferma un peu les yeux et porta à son cou une de ses mains. Réflexe qui ne mena à rien, elle n’avait plus sa chaine. Elle l’avait confiée à son frère. Mais les vieilles habitudes avaient la vie dure.

« Pour ce qui est des feux de Beltainn, je peux le comprendre aisément. Je vous ai vu auprès de cette femme. Vous deviez être proche je suppose. » reprit Lady Douglas. Et puis elle baissa la voix pour reprendre. « Quant à vous comparer à mon ancien fiancé, c’est une idée stupide. Robert était quelqu’un de bien, c’est indéniable. Mais il avait aussi ses défauts. Et croyez-moi, je ne doute pas à seul instant que vous ne puissiez pas m’apporter tout ce dont j’ai besoin… » Agnès n’avait pas tout dit. Elle n’avait pas dit qu’elle espérait de lui encore bien plus. Si Robert avait construit une partie e son âme, Alistair état sûrement un de ces rares hommes capables de conquérir un cœur déjà meurtri. Il s’était excusé de ne pas lui avoir présenté ses condoléances plus tôt. Agnès s’en moquait bien. Robert était mort depuis déjà 5 ans. Elle l’avait pleuré. Cela l’avait étonné. Elle ne s’était pas rendu compte à quel point elle s’était attaché à cet homme. Alors, alors quand elle avait vu Alistair… Elle devait le lui dire. Elle devait s’expliquer. Maintenant, avant qu’on ne le lui explique plus tard. S’ils se mariaient et qu’il l’apprenait après, il pourrait croire qu’elle n’a cherché qu’à retrouver un home qu’elle avait aimé et qui l’avait quitté avant ses épousailles. A cela, elle ne pouvait s’y résoudre. Alors elle plongea son regard sur la vierge, cherchant une aide de la divine mère de dieu. Un peu de sa force, si douce, si naturelle, oui Marie était un peu son modèle. « Vous savez… Robert a un peu fait de moi celle que je suis. Les Bruce sont des Lowlanders et pourtant, cet homme était l’un des plus impliqués dans la cause… » Agnès ne poursuivit pas. Elle ne voulait pas tant que cela en parler, LE lui en parler. Ce n’était pas un manque de confiance mais elle ne voulait pas l’y impliquer. Pas maintenant, pas tout de suite, c’était trop tôt. Il lui en voudra, sûrement dans quelques jours, lors du banquet. Elle le savait déjà, mais cela importait peu.

La Brune soupira et reprit. « Je vouliez-vous dire que je regrette vraiment mon attitude lors de mon séjour sur vos terres. Vous ne méritiez pas cela. Mais... » Sa voix se brisa dans l’air de la petite pièce. Elle ne savait comme le lui dire. Alors elle chercha de l’aide dans son regard. De quoi se rattraper en cas de chute trop violente.

_________________

Récompense:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité






MessageSujet: Re: Ready to fight FT. Agnès   Lun 10 Avr - 21:39

Ready to fight
Agnès & Alistair
Juin 1742

Le monologue qu'il a entamé durant la traversée du couloir semble avoir imposé un froid glacial entre la jeune femme et lui. Pourtant, Alistair a tenu tête à son mal aise en insistant pour recevoir ne serais-ce que la chaleur d'un mot. Fort heureusement, et alors qu'ils ont atteint la petite pièce secrète, Agnes c'est remise a lui adresser la parole. Soulageant Alistair. Puis à nouveau ce froid alors qu'il laisse à contre cœur échapper sa main d'entre ses doigts. Un ascenseur émotionnel que le brun n'est pas prêt d'oublier, parce qu'il est loin d'être finit.

Se dévaloriser, Alistair le fait chaque jours et ceux depuis sa naissance. Son manque de confiance en lui est dû à sa différence, pas forcément visible pour tous. Sa sensibilité est autant un défaut qu'une qualité pour un homme, qui plus est pour un homme de son rang. C'est un grand romantique, un fervent partisan d'une paix qui ne peut exister. Il n'a jamais eu de choix difficiles à faire dans sa vie, sauf une fois peut être, aux Feux, et il ne souhaite pas en refaire. Tout simplement parce qu'il pense en être incapable. Il n'est pas l'un de ces grands chefs de guerre, il n'est pas l'honorable défenseur de la cause jacobite et ça, c'est ce qui lui fait peur vis a vis d'Agnes. Qu'est ce qu'elle attend d'un homme? Qu'est ce qu'elle attend de lui? Elle ne le connait pas, et lui non plus ne semble pas la connaitre pleinement. Sont-ils seulement fait l'un pour l'autre? La jeune femme semble avoir un caractère de feu tandis que lui est plutôt réservé.

Pour preuve, il est resté muet, il est démunie. Tantôt elle le rassure en lui disant que de part sa lettre il l'avait intéressé, tantôt elle le frustre en le «traitant» d'idiot. Tantôt il pense lui plaire, tantôt il se sent incapable. Alistair s'enfonce dans son fauteuil en soufflant doucement. Il ne comprend véritablement rien aux femmes. Elles ont toujours été un mystère pour lui... Agnes d'autant plus. Peut être est ce pour cela qu'il souhaite d'ailleurs autant l'élucider.
Quoi qu'il en soit, Alistair remarque quelque chose. Quand elle parle de Robert Bruce, elle semble admirative, touchée. Alors, une multitude de question se mettent à lui brûler les lèvres : L'a t-elle aimé? A t-elle aimé Robert Bruce et l'aime t-elle toujours? Est-elle prête a tourner la page? En est-elle seulement capable? ... Est-il capable de prendre sa place?
Toutefois, aucune de ses questions ne traversent la barrière de sa bouche. Il reste muet, encore, le cœur qui se serre alors qu'elle tente d'avouer quelque chose. Alistair la fixe de ses yeux émeraudes. Bien que son visage se soit renfermé, refroidit d’impassibilité, il est inquiet. Que compte t-elle lui avouer maintenant? Qu'il ne lui plait pas tout compte fait, qu'il n'est pas son type d'homme?

Il souffle doucement, à nouveau, comme pour se donner du courage. Avant de finir par dire. « Vous pouvez tout me dire Agnès, je ne vous reprocherez pas votre honnêteté. »

Il ne peut la rassurer que par un bref sourire encourageant, car son regard le trahi. Il souffre. Il souffre de toute cette ambiguïté. Il souffre de tout ce silence. Il souffre de ne pas savoir. D'ignorer ce qu'elle pense de lui. Se fait-il de faux espoir? Et pourquoi d'ailleurs se torture t-il à ce point? Il n'en sait foutrement rien. Il ne sait rien, rien du tout.
Il aurait voulu prendre sa main, à nouveau. Lui offrir toute la tendresse dont il peut faire preuve pour la rassurer. Mais il ne la touchera pas. Si elle n'est pas réceptive à son contact, il n'insistera pas. Alistair connait que très peu les femmes, mais il a conscience de certains de leurs codes. Il n'est pas homme a jouer avec le feu... il ignore toutefois que, au prêt d'Agnès, il s'est déjà brûlé les ailes.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/12/2016
♛ Messages : 508
♛ Chardons en poche : 619
♛ Mon allégeance va à : aux Douglas, aux Jacobites, à l'Ecosse


MessageSujet: Re: Ready to fight FT. Agnès   Mer 12 Avr - 19:45

Alistair ne disait pas u mot. Rien, aucun son ne sortait de sa bouche. Agnès avait parlé, parlé, et encore parlé. Elle avait beaucoup parlé et lui, lui, il l’avait écoutée. Mais il n’avait rien dit et ce silence angoissait la jeune la femme. Elle aurait préféré qu’il dise quelques choses, n’importe quoi mais qu’il parle. Oui, elle avait peut-être été un peu sèche. Trop dure avec lui aussi, elle ne savait pas. Elle espérait simplement qu’il se remette à lui parler.

Alors elle avait pris sur elle pour ne pas imploser. Elle s’était contenue. Et était sur le point de lui révéler la raison de son comportement plus qu’étrange et au combien déplacé. Mais elle avait besoin d’aide, de SON aide. Et puis il avait enfin parlé, prononcé quelques mots censés la rassurer. Il ne lui reprocherait pas son honnêteté. Il disait cela maintenant mais après ? Après qu’elle at parlé, tiendrait-il parole ? Elle ne le savait. Elle avait envie de lui faire confiance, elle voulait y croire. Mais elle ne voulait pas non plus le décevoir. Qu’il croit des choses qui ne sont pas exactes. Alors elle inspira. Elle e fixa et se jeta à l’eau.

« Vous lui ressemblez beaucoup…trop…physiquement... »

Les mots étaient sortis avec difficulté. Elle aurait tant aimé garder cela pour elle. Mais dorénavant, elle ne le pouvait plus. Alors elle l’avait dit, oui. Et sa voix s’était brisée dans l’air frais de la pièce. Elle s’en voulait un peu de le comparer ainsi à Robert. Elle ne l’avait jamais souhaité. Elle avait fini par tourner la page. Mais comment le prouver après un tel aveu. Elle ne savait comment faire. Elle baissa les yeux vers le sol et se mit à le fixer, comme cela. Elle avala sa salive et tenta de réprimer ses larmes qui montaient. Comment était-ce possible. Elle n’avait plus pleurer depuis ce fameux jour à son sujet. Alors comment et surtout pourquoi sentait-elle ses larmes revenir ? Parce qu’elle venait de parler de lui ? Ou parce qu’elle s’était confiée à Alistair ? Elle se sentait un peu honteuse et en même temps, lorsqu’elle reposa son regard humide sur l’homme en face d’elle, une terrible envie l’envahi. Cette envie folle de se jeter dans ses bras. Trouver une chaleur réconfortante. Agnès avait beau être forte, avoir du caractère, elle avait aussi ses faiblesses. Et elle savait qu’auprès du frère aîné de sa meilleure amie, elle trouverait une âme réconfortante et chaleureuse, un soutien dont elle avait terriblement besoin. Alors elle s’était une fois de plus levée. Elle avait planté son regard humide dans celui d’Alsistair. Elle s’était avancée, doucement ne sachant si elle devait le faire ou non. Si elle, pouvait, le faire, tout simplement ou non. Mais lasse de tout cela, elle avait fini par venir s’asseoir par terre, à côté de lui. Elle le regardait toujours et sans vraiment savoir ce qu’elle faisait elle avait posé sa tête sur ses genoux, comme une enfant près de son père ou de son frère. Et si la situation était quelque peu embarrassante, elle avait l’avantage que Agnès ne lui faisait plus face. « Je suis tellement désolée, si vous saviez. » avait-elle murmuré. Oui, elle l’était tellement. Ils avaient perdu du temps là-bas. Ils auraient pu mieux apprendre à se connaître au lieu de se fuir l’un l’autre. Elle avait agi sur le coup de ‘émotion et s’était renfermé dans u passé révolu depuis tellement longtemps.

_________________

Récompense:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité






MessageSujet: Re: Ready to fight FT. Agnès   Dim 16 Avr - 12:01

Le regard vert d'Alistair soutiens l'intensité du sien, comme pour l'encourager. La vérité est qu'il essaye de se rassurer, de trouver dans ses yeux bruns l'esquisse d'un sentiment ; l'espoir qu'elle ne s'apprête pas a lui révéler qu'elle ne l'aime pas, qu'elle ne l'épousera pas. Fermant la porte a un avenir prometteur qu'il aperçoit, au loin, dans la lumière du bonheur. Dans la lumière d'un amour qui naît peu a peu dans son coeur.
Sa respiration s'arrête alors qu'elle entrouve les lèvres. Au bord du précipice, il se sent mal, prêt a tombé dans le vide. Il a l'impression que son cœur enfle dans sa poitrine et qu'il s'apprête a exploser. Puis, enfin, la vérité lui éclate au visage. Alistair reste muet, laissant paraître sur son visage un air surpris, presque perplexe. Alors, il ressemble a Robert Bruce? C'est ça le problème, la raison de ce regard qui a creusé un faussé entre eux. Une ressemblance troublante avec l'ancien fiancé, décédé dans d'étrange circonstance. Alistair a envie de rire, et de pleurer. Il ne sait pas si il est soulagé ou plutôt outré. Il ne sait pas si ça lui ferme toute les portes, ou si justement Agnès a laissé l'une d'entre elles entrouverte.

Alistair constate rapidement a quel point ça touche la jeune femme, alors qu'elle baisse la tête, a quel point ça lui fait du mal. Il conçoit, pour lui c'est une raison valable pour garder ses distances. Le brun a toujours tendance a essayé de se mettre a la place des autres ; c'est une qualité autant qu'un défaut, parce qu'il arrive parfois qu'il soit incapable d'imaginer. Alistair avale difficilement sa salive tandis qu'elle lève des yeux humides vers lui. Par pitié, qu'elle ne se mette pas a pleurer. Pensa t-il. Il ne saurait où se mettre. Même si c'est déjà le cas, et que ça risque d'empirer.
Alistair reste en effet immobile alors qu'elle s'approche doucement. Il se contente de continuer de la regarder et d'entrouvrir des lèvres incapable de prononcer un mot. Elle s'assoit prêt de lui, au pied de son fauteuil et dépose sa tête sur ses genoux. Il se tend, figé par ce contact inattendu puis, alors qu'elle s'excuse encore, il sent une sensation encourageante naître en lui. Un besoin de la consoler, un besoin de la rassurer. Un besoin d'être l'homme qui se doit de la protéger, contre tout et contre tout le monde.

« Agnès... » Murmure t-il en laissant le dos de sa main glisser sur sa joue, puis ses doigts sous son menton afin de lui faire relever avec délicatesse le visage vers lui. Il plante ses yeux d'une lueur tendre dans les siens. « Vous n'avez pas de raison de vous excuser. Le destin semble déterminé a s'acharner sur vous... vous ne méritez pas ça. » Ajoute t-il en laissant son pouce caresser sa joue, prêt de ses lèvres. « Cette ressemblance n'est qu'un hasard, elle ne change rien a... a ce que je ressent pour vous. »

Puis il se lève du fauteuil, l'invitant d'une main a faire de même. Lorsqu'ils sont debout, face a face, il lui sourit doucement. A cet instant, la révélation que lui a faite Agnès semble être oubliée ; comme si elle n'avait aucune importance. Il ne lui en veut pas, non. Avec du recule, Alistair est capable d'aller loin ; en effet, malgré sa réserve, il ne fait jamais demi tour. Il est amoureux d'Agnès, et il ne laissera pas cet obstacle l'entraver.

« Agnès je... » Commence t-il par dire avant de s'arrêter subitement. Comme si, a cet instant, s'est lui qui a besoin de l'aide de son regard. Il inspire avant de prendre l'une de ses mains dans les siennes. « Agnès, je ne vous ai jamais fait de véritable demande... » Alors, Alistair, sans lâcher sa main, pose un genoux au sol, gardant son regard profondément ancré dans le sien. « Agnès Douglas. Dieu seul sait si je vous mérite, et dieu seul pourra vous guider dans votre choix. Sachez seulement que le mien est déjà fait, et ce depuis que j'ai posé pour la première fois mon regard sur vous. J'ai constater votre étrange réaction, et je ne vous cache pas qu'elle m'a beaucoup effrayé. Pourtant... Pourtant j'ai été poussé vers vous par une force inexplicable. J'ai mis du temps a vous atteindre, mais me voici, enfin. A genoux devant vous, a bafouiller comme un enfant en vous dévoilant mes sentiments » Lance t-il en laissant échapper un très léger rire et en baissant un peu la tête, à la fois nerveux et amusé. Il relève les yeux. « Quoi qu'il en soit, ces sentiments viennent du coeur. Agnès, je vous promet de faire tout mon possible pour déjouer ce destin si cruel. Je vous promet d'égayer vos sourires et de consoler vos peines. De vous soutenir et d'effacer vos doutes. Je vous en prie, ne laissez plus cette ressemblance physique s'immiscer entre nous. Je ne suis pas Robert Bruce, loin de là, je suis Alistair Neil Mackintosh. Et, aujourd'hui, c'est bel et bien moi qui vous demande votre main... » Ses mains se resserrent légèrement sur la sienne. « Je ne vous demande pas de me répondre sur le champ, prenez votre temps... je vous attendrai le temps qu'il faudra, sachez le. Je serais l'homme le plus déterminé du monde... pour vous. » Finis t-il par dire avant de libérer le dos de la main de la jeune femme et d'y déposer un baisé.

En réalité, il serait tout pour elle. Il deviendrait tout. Aujourd'hui il le sait. Cette révélation en a emmené une autre. Cette peur qu'il a ressentit en pensant qu'une montagne infranchissable s'interposer entre eux, cette douleur, ne peut traduire qu'une seule chose. Il la veut, pour lui, et ce jusqu'à la fin des temps. Quitte a gravir toutes ces montagnes. La seule qui peut véritablement l'arrêter, c'est Agnès désormais.
Revenir en haut Aller en bas



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/12/2016
♛ Messages : 508
♛ Chardons en poche : 619
♛ Mon allégeance va à : aux Douglas, aux Jacobites, à l'Ecosse


MessageSujet: Re: Ready to fight FT. Agnès   Lun 17 Avr - 23:26

La jeune femme avait craint la réaction du jeune homme en face d’elle. Elle avait été surprise par sa douceur. Elle, elle était là, à ses pieds, si impuissante, si faible. Elle se détestait d’être ainsi. Elle avait frissonné légèrement au contact de sa main sur sa joue. Il l’avait appelée par son prénom. C’était étrange, mais cette façon, ce timbre de voix même Rober ne l’avait pas eu. Elle ne lui avait peut-être pas laisser la moindre occasion de le faire. Ou était-ce seulement du au caractère de l’homme. Elle avait relevé la tête se laissant faire docilement. Elle avait écarquillé les yeux lorsqu’il avait commencé à dévoiler quelque chose. Elle avait planté ses yeux dans son regard, l’invitant à poursuivre. Mais il n’avait rien dit de plus. Non, il s’était levé, l’entrainant à sa suite. Alors elle s’était remise debout. Face à elle, il avait commencé à reprendre. Il s’était emparée de l’une de ses mains avant de reprendre. « De demande... » avait-elle soufflé. Elle commençait à comprendre, sans trop comprendre. Elle le regardait d’un air étrange. Alistair posa un genou à terre et cette fois, le doute n’était plus permis. Son cœur s’emballa et la jeune femme commença à rougir. Elle écouta attentivement ce qu’il avait à lui dire. Elle sera sans s’en rendre compte avec violence la main du frère de sa meilleure amie. Elle n’osa la lâcher. « Alistair… » souffla-t-elle. Mais elle ne poursuivit pas. Déjà elle faisait sa déclaration, sa demande.

Agnès Douglas rigola doucement entre deux petits sanglots lorsque le jeune homme se critiqua. Oui, il bafouillait un peu mais elle s’en moquait bien. Agnès lui sourit, évidemment et ramena une mèche de cheveux derrière son oreille de sa main libre. Puis il poursuivit. Et la jeune femme retira doucement sa main après que Alistair lui ait déposé un baise-main dès plus délicat. Elle se recula doucement, un peu surprise, un peu bousculée aussi. Elle ne s’attendait pas à cela, du moins pas réellement. Elle aurait aimé lui répondre maintenant. Mais c’était peut-être trop vite, trop tôt. Et pourtant, elle connaissait déjà sa réponse. Dieu connaissait sa réponse avant même qu’elle ne la prononce. Mais elle n’avait pas encore passé ses lèvres pâles. Elle s’était rapprochée un peu d’Alistair MacKintosh et avait souri. « Vous savez les conséquences d’une telle demande je suppose. » avait-elle simplement répondu. Elle ne savait comment amener la chose. Elle voulait évidement lui donner sa réponse. Mais en même temps, elle lui avait dit qu’elle ne le ferait que le jour du banquet. Alors que faire. Rompre sa promesse juste pour avoir le plaisir, le délicat plaisir de lui répondre. Ou bien devait-elle attendre, laissant se languir encore un peu l’homme qu’elle était prête à épouser. C’était une décision difficile à prendre. Alors se rapprocha encore un peu et vint lui murmurer au creux de l’oreille. « M’en voudriez-vous si je ne vous répondais que plus tard ? En êtes-vous certain ?» souffla-t-elle doucement avant de ne déposer un doux baiser sur sa joue.

Laissant une main glisser sur son épaule, elle se lova dans son dos. « C’est vrai, vous n’êtes pas Rober. Rober ne m’aurait jamais parler de la sorte. Si j’ai le moindre sentiment à votre égard, il n’est pas là parce que vous lui ressemblez. Ma surprise fut grande et je n’ai pas eu la force de dissiper le malaise qui s’était installé malgré moi. » poursuivit la jeune femme. Une barrière était tombée. Et tout ce qu’elle avait voulu dire franchissait maintenant ce mur invisible. « La vérité, c’est que je vais peur. » lâcha enfin Agnès Douglas, cachant ses émotions dans le dos de celui qu’elle désirait n’être pas seulement le frère d’une amie.

_________________

Récompense:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité






MessageSujet: Re: Ready to fight FT. Agnès   Lun 8 Mai - 12:44

Ready to fight
Agnès & Alistair
Juin 1742

Alistair avait sentit la pression qu'elle avait exercé sur sa main, il avait vu ses joues rosir et son regard s’écarquiller de surprise. Il avait entendu son rire et elle n'avait pas tenter de libérer sa main. Il ne savait pas si s'était bon signe ; Si elle appréciait son geste ou si elle regrettait qu'il le fasse. Quoi qu'il en soit, il poursuivit avec toute l'assurance dont il pouvait faire preuve. Il ne devait pas douter ; Ses sentiments étaient bels et biens ancrés dans son cœur et Alistair n'est pas un homme qui sait les cacher derrière un masque d’indifférence. Autant qu'il les lui dévoile ainsi et maintenant avant qu'elle ne s'en aperçoive d'elle même, peut être trop tard.

Il se relève alors qu'elle s'éloigne, son regard scrutant son visage en attendant la moindre réaction de sa part. Il craint à ce moment là qu'elle veuille fuir, qu'elle prenne peur et s'échappe de cette si petite pièce, qu'elle veuille par tout les moyens s'éloigner de lui. Les poings d'Alistair se serrent, anxieux, et quelque peu angoissé par le suspens qu'elle lui impose. Pourtant il reste là, à la regarder. Il lui laisse le temps de remettre ses idées en place, de réfléchir à ce qu'elle va lui dire. Il est patient, et sa patience est enfin récompensée.

Agnès se rapproche à nouveau de lui et lui sourit, se voulant rassurante sans doute. Les lèvres d'Alistair s'étire un peu en retour mais il ne peut cacher son inquiétude. Est-il allé trop vite pour la jeune femme? Est-il allé trop loin? Il ne veut guère la brusquer et préfère de loin s'adapter à son rythme. Il l'attendrait, il lui avait dit. Il l'attendrait, quoi qu'il lui en coûte.
« Vous savez les conséquences d’une telle demande je suppose. »
Il la laisse se rapprocher, encore, tandis qu'il reste immobile. Evidemment qu'il connait les conséquences, il espère simplement qu'elles aillent dans son sens. Les lèvres de la jeune femme viennent alors susurrer à son oreille, son souffle faisant doucement frissonner la peau de son cou. « M’en voudriez-vous si je ne vous répondais que plus tard ? En êtes-vous certain ? ». Son sourire s'élargit alors qu'elle dépose un baisé sur sa joue ; Comme un enfant ayant reçu une récompense.
« Plus que jamais. » Répond t-il simplement, mais avec une détermination sans faille.
Docile, il la laisse le contourner, tournant légèrement la tête pour suivre ses mouvements. Elle se blottit dans son dos tandis qu'il dépose une main sur celle qui se trouve encore sur son épaule. Il l'écoute, avec attention. Son cœur s'acharne contre sa poitrine, se noyant dans de nombreux sentiments, alors qu'il comprend peu à peu où elle veut en venir. Le visage d'Alistair se durcit alors qu'il serre les dents, puis enfin elle l'annonce ; Elle a eu peur. Tout comme il a eu peur également. Ils s'étaient effrayés alors qu'ils s'étaient si bien trouvés. Ils avaient perdus du temps, tant de temps et Alistair compte bien tout rattraper.

Le jeune homme lâche la main d'Agnès et, contre toute attente, se retourne. Elle est à présent coller contre son torse tandis que lui a glissé ses mains sur sa taille ; Une emprise ferme et pourtant douce, qui ne la retiendra pas si elle souhaite s'en échapper. Leurs cœurs semblent battre à l'unisson, l'un contre l'autre. Alistair laisse son regard émeraude se perdre dans le sien.
« La peur du changement est tout ce qu'il y a de plus humain, Agnès. Surtout dans votre cas. Vous n'avez pas a avoir honte. » Dit-il alors, se voulant rassurant. Après tout, il avait eu peur lui aussi. « L'important pour vous, à présent, est de savoir si vous avez encore peur. » Suggère t-il alors que son regard se dévie jusqu'à ses lèvres ; Lèvres qui pourraient si vite le blesser, même si il n'attend pas vraiment de réponse.
Oui, si elle a peur à cet instant, c'est qu'elle doute forcement. Et le doute est un signal qu'on ne doit pas ignorer. Il ne veut pas épouser une femme qui ne l'aime pas, même si le mariage est arrangé et a pour but d'unir les Highland et les Lowland ; Quitte à se mettre à dos sa propre famille. Ils lui pardonneront au bout du compte.
Alistair souffle doucement, retenant son envie soudaine et irrépressible de l'embrasser. De la capturer. De se rassurer en la faisant sienne sans attendre. Il laisse alors glisser ses mains sur sa taille et la libère finalement en faisant un pas en arrière.
« On dit que la nuit porte conseil. Il est peut être temps pour nous de rejoindre nos chambres respectives. » Propose t-il alors en lui souriant : Submergé par la tentation et la crainte de dépasser les limites qu'il s'acharne à se fixer, il préfère désormais s'éloigner d'elle.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/12/2016
♛ Messages : 508
♛ Chardons en poche : 619
♛ Mon allégeance va à : aux Douglas, aux Jacobites, à l'Ecosse


MessageSujet: Re: Ready to fight FT. Agnès   Sam 20 Mai - 19:55

Elle s’était réfugiée dans son dos. Elle s’était réfugiée pour ne pas réellement faire face au jeune homme. Elle s’était confiée et en était soulagée. Elle n’avait pas bougé alors qu’il avait posé sa main sur la sienne. Elle n’avait pas bougé non plus lorsqu’il l’avait lâchée. Elle n’avait pas osé faire le moindre geste.  Elle relève un peu la tête alors qu’elle le laisse se retourner. Face à lui, son regard sombra dans le sien. Elle ne souffla mot et laissa les mains du jeune homme se poser sur ses hanches. Elle ne voulait pas partir, elle voulait rester là, juste rester là.

Il la rassurait, elle le laissait faire. Pour une fois, elle ne voulait pas fuir, trop honteuse. Elle voulait lui faire face, elle le lui devait. Elle voulait faire face parce qu’elle avait des sentiments qu’elle ne pensait pas ressentir aussi tôt. Alors elle serra les poings. Et elle fixa avant de ne répondre à sa remarque. « Je n’ai plus peur Alistair. Sinon je ne serai pas là. » Ces mots auraient pu fuser, certains, plus certains que jamais. Elle n’avait pas hésité. Elle avait hésité longtemps, elle ne pouvait le nier. Mais cela n’était plus. Elle était certaine d’elle.

Puis il se détacha d’elle. Agnès le regarda incrédule. Elle ne comprenait pas. Elle se mordilla les lèvres. Elle avait, un instant, espéré qu’il l’embrasse. Mais rien, il s’écarta et elle resta planter là. Rentrer dans leurs chambres respectives. Instinctivement, elle se saisit de son bras, le retenant dans la petite pièce. « Non, je n’ai pas besoin de la nuit pour savoir. » lâcha-t-elle d’une voix dure et sèche. Elle avait en quelques sortes lâcher le morceau sur sa réponse. Elle s’approcha de lui et li déposa un baiser sur la joue, délicat. « Ne voulez-vous pas rester encore un peu, juste un peu ? » demanda-t-elle timidement. Elle avait soufflé ces quelques mots. Elle ne savait si elle en demandait finalement trop à Alistair. Elle ne savait pas quelle heure il était. Elle se doutait que cela n’était pas une chose convenable de rester avec un homme. Mais l’envie était, là, oppressante.

_________________

Récompense:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Ready to fight FT. Agnès   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ready to fight FT. Agnès
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Attakus - Commander Cody - Battle Utapau (2011)
» Agnès Grey
» [Desarthe, Agnès] Dans la nuit brune
» Quotations Fight
» Bleach 325: Fear for the fight

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FLOWER OF SCOTLAND ♔ :: Les Lowlands :: The South :: ♛ Les Clans du Sud :: ♛ Terres Douglas-
Sauter vers: