AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Only the words remain ♫ Edwin&Elizabeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 08/10/2016
♛ Messages : 497
♛ Chardons en poche : 643
♛ Mon allégeance va à : Au Roi d'Angleterre...et à mon mari et son Laird parait-il.


MessageSujet: Only the words remain ♫ Edwin&Elizabeth   Jeu 4 Mai - 21:05



Edwin & Elizabeth
   Only the words remain

18 Juillet 1742
.


Mon cher Edwin,

Je vous écris comme je vous l'ai assuré lors de notre rencontre. Je ne sais pas quand est ce que vous recevrez ma lettre. Je sais encore moins quand est ce que j'aurais une réponse. Mais dans tous les cas, me voici, quelques heures seulement après vous avoir revu à vous écrire.

Je me réjouis d'avance à penser que dans quelques semaines vous serez à mes côtés, et que nous pourrons parler, peut être plus tranquillement et sereinement de tout ce qui s'est passés dans nos vies depuis que celle ci nous a arraché Arthur - paix à son âme.

Ma plume ne sait que vous écrire, Edwin. Mes idées se font brouillonne à tout vous dire. Je dois vous avouer qu'une question me taraude. Pourquoi fallait il écrire à cette adresse? Je vous avoue que cela m'embête, bien que ce ne soit pas forcement le bon mot, mais je ne comprend pas pourquoi vous m'avez dit que votre lieu de travail, et d'hébergement n'était pas sur pour vous écrire. Je retiens du coup mes mots dans cette lettres, me demandant pourquoi donc je devrai être confiante avec cette adresse-ci. Éclairez-moi, je vous en prie.

Je vous demande aussi comment dois-je vous introduire au près de mon clan. Si vous venez pour un anglais je suis certaine qu'il n'y aura aucun problème, le Laird Douglas étant pro-anglais. Cependant, les Abercromby sont proches, et comme je vous l'ai à demi-mots avoué mon mari ne partage pas mes convictions. Je crains donc que votre travail puisse être mis à mal. Cependant si vous venez comme vous vous présentez au près de la famille Abercromby, comment puis-je vous introduire au clan? Je dois vous avouer que tout le monde sait ici qu'Elizabeth Douglas ne se mélange pas avec les écossais. J'espère que vous comprenez mon dilemme, je ne souhaite pas vous mettre dans une position délicate.

Je suis certaine mon ami, que le temps pansera notre blessure commune, et même si je vous avoue détenir de la rancœur pour les trois dernières années, je suis ravie que vous puissiez me rendre visite.

Votre loyale,
Elizabeth Brandon.

WILDBIRD

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité






MessageSujet: Re: Only the words remain ♫ Edwin&Elizabeth   Mar 9 Mai - 11:44

30 Juillet 1742.


Ma douce Elizabeth,

Vous n’imaginez pas ma joie, alors que je viens juste jeter un œil à tout hasard à l’auberge, de tomber sur votre courrier. Je me sens à nouveau transporté par le plaisir de vous savoir bientôt près de moi, dans quelques semaines. Je ne manquerai pas de prévenir de ma venue… Mais quel empressement à écrire, voilà qui fait chaud au cœur.

Parler d’Arthur avec vous sera, j’en suis certain, un moyen pour vous comme pour moi, de réellement faire le deuil de l’homme merveilleux qu’était Arthur – paix à son âme. Il me manque chaque jour que Dieu fait et je crains de ne jamais parvenir à combler le vide qu’il a créé dans mon cœur par son absence. De plus, je ne rêve que de laver votre cœur de tout sentiment négatif, qui empoisonne tant l’âme qu’on en souffre. J’ose espérer obtenir votre pardon, et je ferai tout dans cet objectif.

Cependant, vous me demandez pourquoi vous ne devez pas m’écrire à Fort Williams… Il est très simple et en même temps très compliqué de vous répondre. Mon âme voudrait tout vous dire, mais ma raison m’impose de devoir garder le secret. Cependant, je vous jure sur mon honneur de tout, absolument tout, vous expliquer lorsque nous serons en face-à-face. Non pas que je ne vous fasse pas confiance, mais il est des choses qui ne peuvent s’écrire. J’ai par contre pleinement confiance en l’aubergiste d’ici : il ne sait absolument pas lire. Contrairement au soldat chargé des vérifications et distributions des courriers de Fort Williams.

Cependant, je dois réfléchir pour mon introduction auprès de votre clan. Mon métier, aux yeux des Ecossais, est commerçant itinérant. Généralement, je prends commande auprès de mes « clients » et je leur livre des produits d’Inverness. Vous pourrez parfaitement m’avoir rencontré dans les Terres Abercomby – la vérité – et m’avoir commandé des produits d’Inverness. Dites-moi ce dont vous avez besoin, envie, ce seront mes présents…

Même si je sais que bijoux et étoffes ne seront finalement que fades fasse à la beauté que vous êtes devenue au fil des années, je ne souhaite que votre bonheur, et s’il passe par ce que je vous offrirai, alors mon cœur sera comblé.

Votre dévoué,
Lord Edwin Grey
Revenir en haut Aller en bas



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 08/10/2016
♛ Messages : 497
♛ Chardons en poche : 643
♛ Mon allégeance va à : Au Roi d'Angleterre...et à mon mari et son Laird parait-il.


MessageSujet: Re: Only the words remain ♫ Edwin&Elizabeth   Mar 9 Mai - 15:43



Edwin & Elizabeth
   Only the words remain

12 Août 1742



Mon cher Edwin,

J'ai été ravie d'avoir de vos nouvelles et de savoir votre joie d'avoir reçue ma lettre. Quand à mon empressement comprenez bien que je n'ai que rarement l'occasion de rencontrer des anglais, et que cela participes grandement à ce que mon amertume à votre égard ne se fasse pas plus ressentir. Et j'espère suivre ici une action qu'Arthur aurait aimé voir, en témoignage de tout l'amour qu'il pouvait éprouver pour vous.

Ne dites pas cela. Ne l'écrivez pas. Arthur sera toujours dans nos cœurs, mais nous devons l'honorer en avançant, en rencontrant des gens qui ne le remplacent pas mais suivent une continuité qu'il aurait lui-même souhaité pour nous. Je me réjouis cependant à évoquer sa mémoire avec quelqu'un qui l'a autant connus que moi. Dieu sait que mon frère et moi ne partagions pas toujours les mêmes convictions, mais il était cher à mon cœur, et je regrette chaque jour que Dieu fait que la maladie l'est emportée. Je crains cependant que le sentiment de deuil ne soit pas celui qui noircit mon âme, Edwin, et vous ne pourrez rien contre cela.

J'attendrais donc d'entendre votre raison, Edwin, j'imagine que ce ne sont maintenant plus que quelques petites semaines à attendre, face aux années qui ont pu nous séparer. J'attendrais de vous avoir face à moi.  Et je continuerais donc à vous écrire sur cette adresse-ci.

Votre excuse est toute trouvée alors, mon cher ami, en effet mon mari se fera un plaisir pour payer des choses qu'il ne veut pas. Ne m'offrez rien, je vous en prie, votre présence m'est suffisante. Vous n'aurez qu'à me prendre une robe bien rouge, comme le rouge de nos belles roses anglaises, où bien quoi que ce soit qui représente l’Angleterre. Mon mari sera fou de voir ça, et cela ne fera que me réjouir davantage. Il payera, ne vous en faites pas pour cela.

Vous auriez fait un si bon époux, Edwin, vos compliments me touchent en plein cœur, croyez-moi bien. Je sais bien que votre amour ne va pas à des femmes comme moi, mais j'espère que vous trouverez quelqu'un qui l'accepteras comme j'aurais pu le faire. J'espère ne pas vous embarrassé en vous écrivant ça. Mais une perspective de mariage avec vous aurez été bien plus facile à mes yeux que mon présent mariage.

J'attends avec impatience de vos nouvelles, prenez bien soin de vous.

Votre loyale,
Elizabeth Brandon.


WILDBIRD

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Only the words remain ♫ Edwin&Elizabeth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elizabeth George - The Inspector Lynley Mysteries et autres romans
» Elizabeth Goudge
» Mary Elizabeth BRADDON
» Elizabeth Peters
» [SOFT] VLINGO WORDS TO ACTION : Application vocale [Gratuit]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FLOWER OF SCOTLAND ♔ :: Un monde de l'esprit :: Correspondances-
Sauter vers: