AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 It is he who loses himself who finds new ways [Sybil & Kenneth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 03/05/2017
♛ Messages : 181
♛ Chardons en poche : 243
♛ Mon allégeance va à : Aux Stuart ainsi qu'à mes frères et ma soeur, Janet. Plait-il ? A mon fiancé ? Ah non, faut pas m'en demander trop.


MessageSujet: It is he who loses himself who finds new ways [Sybil & Kenneth]   Dim 21 Mai - 19:03



Sybil & Kenneth


Forgive me for not giving you
my news for a long time



2 Juillet 1742



Cher ami,


Voilà un moment maintenant que nous n'avons plus de nouvelles l'un de l'autre. Je crois que j'ai ma part de cette absence si soudaine et je vous prie de bien vouloir me pardonner. Ma plume semble glisser par elle-même sur le morceau qui fait office de missive. Mais je suis bête, j'ai oublié le plus important. Comment vous portez-vous ? J'espère que la maladie qui ravagent nos terres ne vous a pas atteint vous et votre famille. Je prie tous les jours en ce sens, mon ami !

Au moment où je vous écris, je ressens le besoin de me confier à quelqu'un. Serez-vous ce quelqu'un ? Il est vrai que ce serait exagérer de ma part d'abuser d'un laird même si celui-ci mène la guerre au mien. De vous à moi, nous sommes d'accord sur le fait que c'est une guerre inutile que nos clans se mène mais je ne peux pas aller à l'encontre de mon père bien que je ne le porte pas dans mon cœur comme vous le savez déjà depuis longtemps.

Nos échanges viennent à me manquer et il est vrai que j'aurais voulu parler de vive voix en votre compagnie. N'ayez crainte, il ne s'agit nullement d'une tentative désespérée de séduction car là n'est pas mon objectif. Je vous sais marié et heureux dans votre mariage et je respecte cela. Quelles sont les nouvelles de votre côté ? Sachez que si votre cœur est lourd, je serais une oreille attentive, prête à vous écouter si vous en ressentez le besoin. Je suis peut-être une Fraser de Lovat mais je ne suis pas un monstre comme mon père ou encore ma première sœur aînée.

Je ne sais pas par où commencer mais sachez que je vous remercie pour toutes ces discussions agréables.



J'attends avec impatience de vos nouvelles,
Votre très dévouée amie,
Sybil Fraser de Lovat




(c) black pumpkin


_________________
Blessed be Providence, who has given each man a toy: the doll to the child, the child to the woman, the woman to the man, and the man to the devil.


Dernière édition par Sybil Fraser de Lovat le Dim 28 Mai - 8:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 12/12/2016
♛ Messages : 298
♛ Chardons en poche : 393
♛ Mon allégeance va à : A mon clan les MacKenzie et dans l'unique but de protéger mes hommes j'ai prêté allégeance au roi anglais George II


MessageSujet: Re: It is he who loses himself who finds new ways [Sybil & Kenneth]   Mer 24 Mai - 22:46



Sybil & Kenneth
   It is he who loses himself who finds new ways

2
0 juillet 1742

Ma chère,

A la vue du messager qui m’a amené votre mot j’ai craint le pire, il faut que vous sachiez, mes Terres sont très lourdement touchées, il ne se passe point un jour sans que je reçoive une funeste nouvelle concernant l’un de mes métayers, ces gens que je suis censé protéger, je me sens si impuissant, surtout que mon épouse, Mary, elle aussi est tombée malade. Je prise chaque instant pour son rétablissement. Vous savez comme je l’aime tendrement, je crains pourtant que elle, ne le sache pas et se soit sentie fortement abandonnée depuis notre mariage. J’avais l’impression qu’elle avait accueilli la maladie comme une délivrance, Comment suis-je censé réagir face à cela ?

Mais je m’épanche ! Parlez moi de vous, comment vous portez-vous j’espère qu’aucun de vos frères et sœurs n’a été touchée par ce mal. Je n’ai aucun grief contre eux je crois que nos clan se font la guerre par principe car vous comme moi appartenons au deux plus grands clan des Highlands, il est normal que les terres soit disputée sinon ce ne serait pas amusant vous ne croyez pas ? – Je souris bien sûr en écrivant cela.-

Il est vrai que cela fait bien longtemps que nous ne nous sommes vu. Il faut dire en toute franchise que je n’ai guère envie de retourner à Beaufort Castle en tant que Laird et avoir à tenté de défendre mes intérêt face au Vieux renard. Il faut lui reconnaître un grand charisme et vous connaissez mon orgueil je ne supporterais point d’être rabaisser car malgré mon jeune âge et une certaine inexpérience, je le confesse, je reste le laird du Clan MacKenzie. J’ose espérez que vous le comprenez.

Dans l’attente d’une nouvelle lettre de votre part je vous souhaite santé et bonheur ma chère

Avec toute mon amitié
Votre serviteur toujours fidèle
Kenneth MacKenzie.


WILDBIRD

_________________

MacKenzie shines, not burns
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 03/05/2017
♛ Messages : 181
♛ Chardons en poche : 243
♛ Mon allégeance va à : Aux Stuart ainsi qu'à mes frères et ma soeur, Janet. Plait-il ? A mon fiancé ? Ah non, faut pas m'en demander trop.


MessageSujet: Re: It is he who loses himself who finds new ways [Sybil & Kenneth]   Jeu 25 Mai - 14:49



Sybil & Kenneth


Forgive me for not giving you
my news for a long time



5 aôut 1742



Cher ami,


Je suis vraiment abattu de savoir votre épouse frappée par le fléau que nos terres subissent. Je dois avouer que je ne m'attendais pas à une aussi funeste nouvelle et sachez que je vais prier tous les jours pour son âme avec la volonté de croire en sa guérison. Si cela peut vous consoler, nos terres sont aussi dévastées par ce vent corrompu qui les a empoisonné et qui continue de le faire. Tous les jours, des personnes voient leur vie s'éteindre sans que nous ne puisons réagir. Pire que tout, alors que vous vous montrez expressif, mon père reste de marbre, à croire que cela semble l'arranger. Plus le temps passe et moins, je le comprends. Peut-être devrais-je suivre l'exemple de ma sœur, Janet ?

Concernant votre épouse, restez à ses côtés aussi longtemps que possible. Elle va avoir besoin de vous, que vous lui montriez qu'elle vous est importante, qu'elle ressente votre amour pour elle et même si notre Seigneur l'a appelé auprès de lui, - ce que je ne souhaite pas -  ouvrez-vous à elle. Car dans cette difficulté, elle a besoin de vous, de votre présence, de votre amour ainsi que de votre attention. Veillez sur elle...

De mon côté, je vais bien et le fléau ne m'a pas encore touché. Cependant, ma sœur, Janet, à été frappé par la même maladie que votre épouse. Je n'ai pas encore de nouvelles de ce côté-là mais je m'inquiète beaucoup pour elle, encore plus depuis son départ de la demeure. Voyez-vous, et peut-être le saviez-vous déjà, Janet est celle dont je suis le plus proche. Elle m'a élevé à la mort de notre mère malgré son jeune âge à l'époque et elle est la seule à qui je peux parler à cœur ouvert au sein des miens. Pour être honnête, je me demande si ma place est toujours au sein des Fraser de Lovat. Je ne comprends pas mon père et je ne parle même pas de Georgina... Plus le temps passe et plus je me dis que je n'ai plus ma place parmi les miens. Par ailleurs, je commence à avoir peur, peur que mon père me fasse la même chose qu'avec Janet... Je sens mon cœur se serrer face à cette révélation...

Je reconnais que vous avez raison concernant la guerre qui ne cesse de déchirer nos clans respectifs mais je dirais surtout qu'il s'agit là que de la folie de mon père qui s'imagine que c'est en se faisant la guerre que cela va s'arranger. J'ai longtemps réfléchi à tout ça et je me dis que c'est à cause de toutes ses guerres inutiles et futiles que les Anglais sont parvenus à nous envahir... Que le Seigneur nous vienne en aide.

Je comprends votre point de vu vis-à-vis de mon père et je reconnais aussi qu'il n'est pas vraiment enclin à parlementer sauf lorsqu'il s'agit de ses intérêts personnels. Je ne peux donc pas vous en vouloir pour cela. Peut-être qu'un jour, je prendrais le temps de venir vous rendre visite au sein de vos terres mais ne serait-ce pas mal vu ou pire encore mal interprété par votre clan ? Croyez bien que je ne désire aucun conflit qu'il en existe entre les Fraser et les MacKanzie tout comme je ne tiens pas à vous faire discréditer aux yeux de votre propre clan. C'est déjà assez difficile comme ça. Votre orgueil semble léger à côté de celui du Vieux Renard et malgré votre âge et votre inexpérience, comme vous le dites si bien, vous faites déjà bien plus Laird que mon père...



J'espère avoir de bonnes nouvelles en provenance de vos terres à votre prochaine missive
Votre très dévouée amie,
Sybil Fraser de Lovat




(c) black pumpkin


_________________
Blessed be Providence, who has given each man a toy: the doll to the child, the child to the woman, the woman to the man, and the man to the devil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 12/12/2016
♛ Messages : 298
♛ Chardons en poche : 393
♛ Mon allégeance va à : A mon clan les MacKenzie et dans l'unique but de protéger mes hommes j'ai prêté allégeance au roi anglais George II


MessageSujet: Re: It is he who loses himself who finds new ways [Sybil & Kenneth]   Lun 12 Juin - 23:21



Sybil & Kenneth
   It is he who loses himself who finds new ways

1
3 août 1742

Ma chère,

Je crois que Mary s’en est sortie, rien de sûr néanmoins elle est faible et parfois encore perdue, cependant Frances me certifie que la fièvre est tombée et par moment elle est consciente et je peux converser avec elle. A vous je le dis mais sachez que notre mariage est compliqué. En devenant Laird à la place de mon père ma mère, que Dieu la garde, me conseilla vivement de prendre une épouse pour asseoir mon autorité. J’ai moi-même choisi Mary mais au final j’ignore si le mariage me réussi vraiment et ce n’est en aucun cas à cause d’elle, elle est charmante et douce, belle qui plus est. Je précise cela car je jure devant tous les Saints que je n’ai point de maitresse, pourtant il m’est impossible d’être l’époux qu’elle mérite. Veuillez m’excuser je n’ai pas pour habitude d’écrire ainsi mes sentiments, je n’ai pas une âme de ménestrel.

J’espère que vous vous portez toujours bien et que le mal qui hante nos contrées est resté éloigné de votre porte. Pour ma part Frances Ronald et moi avons été épargné.

Concernant votre père et votre sœur, permettez moi de vous conseiller la prudence, il est vrai qu’il risque de vous marié à un homme qui ne vous convient pas c’est là le lot de bon nombres de femmes. Mais vous restez une Fraser de Lovat, la fille d’un des plus noble homme d’Ecosse. Votre époux aura évidemment un très bon parti surtout après la fugue de votre sœur dans les Lowland, filant le parfait amour avec un homme qui n’a pas grandes richesse et le fait que votre ainée épouse un membre du clan MacDonald –oui les rumeurs vont vites dans les Highlands- Vous êtes sa dernière chance d’avoir un mariage comme il le souhaite et croyez mon expérience c’est extrêmement important. Je suis dans cette situation avec ma sœur Frances qui est largement en âge de se marier. Le mariage est affaire d’alliance et il s’agit surtout de ne pas faire de mauvais choix. Gardez Foi en l’avenir Sybil. De plus qui sait votre mari pourrait être charmant et galant homme.

Je peux peut être vous proposez une solution pour venir me rendre visite sans que cela n’éveille le moindre soupçon. Il se trouve que votre frère Alexander fait une cour assidue à ma sœur – je ne vais pas vous mentir je ne suis pas très à l’aise avec une telle union.- Cependant, si vous le souhaitez vous pourriez l’accompagner la prochaine fois qu’il viendra à Leod avec un bouquet de fleur sauvage. J’ignore ce qu’en pense Frances elle semble ravie de le voir lorsqu’il vient mais n’en parle jamais autrement, dans tous les cas je ne me prononcerait point tant qu’il n’y aura pas une demande officielle. Mais l’idée que ma sœur finisse à Beaufort Castle ne me plait guère je l’avoue, surtout en présence de votre père.


Avec toute mon amitié
Votre serviteur toujours fidèle
Kenneth MacKenzie.


WILDBIRD

_________________

MacKenzie shines, not burns
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 03/05/2017
♛ Messages : 181
♛ Chardons en poche : 243
♛ Mon allégeance va à : Aux Stuart ainsi qu'à mes frères et ma soeur, Janet. Plait-il ? A mon fiancé ? Ah non, faut pas m'en demander trop.


MessageSujet: Re: It is he who loses himself who finds new ways [Sybil & Kenneth]   Sam 1 Juil - 18:47



Sybil & Kenneth


Forgive me for not giving you
my news for a long time



19 août 1742



Cher ami,


Voilà une bien meilleure nouvelle que lors de votre dernière missive. Me voilà donc soulagée de l'apprendre. Bien que vous dites ne pas avoir l'âme d'un ménéstrel, je suis tout de même ravie que vous vous confiez à moi et je suis ravie de la confiance que vous m'accordez. Sachez qu'en tant qu'amie, je vous prête une oreille si vous en ressentez le besoin. J'ai appris à connaître votre épouse et je suis sûre qu'elle va s'en sortir. Même si pour vous, votre mariage est compliqué, on m'a appris que la communication était le plus important au sein d'une famille. La preuve, ma famille se déchire et toute possibilités de discussion est devenu impossible et je crains que cela ne s'arrange avec le temps. Je vous en conjure, ne faites pas la même erreur que ma propre famille... Le fait que vous soyez fidéle à votre épouse est en votre honneur mais serais-ce déplacé de ma part de vous demander pourquoi vous pensez être l'époux qu'elle mérite ?

Je reconnais que votre idée est excellente mais je suis sur le point de venir vous rendre visite sans la présence de mon frère. Je pense qu'il sera plus simple pour nous de parler de vive voix et je pourrais prendre des nouvelles de votre épouse par moi-même. Concernant la cour que porte mon frère à votre sœur, je suis certaine que mon frère sait ce qu'il fait et il est en droit de vivre où bon lui semble. Votre sœur pourrait lui demander de vivre à Leod le temps nécessaire. Mais comme vous le dites si bien, aucune demande n'a encore été faite. Je ne m'inquiète pas pour mon frère dans l'immédiat malgré qu'il soit fortement opposé aux idées de mon vieux renard de Père. Je me fiche des soupçons que cela peut attirer. Je ne peux pas laisser mon père m'éloigner de ceux qui ont ma confiance alors qu'il ne l'a guère. En espèrant que cela ne vous dérangera pas...

Pour le moment, je suis à l'abri de ce qui frappe nos terres et personne ne semble atteint au sein de Beaufort Castle même si de mauvaises pensées m'habitent vis-à-vis de mon père. Qu'on me pardonne pour oser avec ce genre de pensées malsaines et irrespectueuses. C'est étrange tout de même d'être traverser par de tels idées... J'en ai presque honte. Cependant, je ne compte pas mettre à terme toutes ses idées qui sont tout sauf correctes. Si mon père en arrivait là, ce ne sera pas de mon fait. En espèrant qu'il ne me pousse pas à bout. Malgré ma pleine santé, je me sens de plus en plus mal à l'aise au sein de la demeure des Fraser de Lovat, ressenti qui ne cesse de grandir depuis quelques années déjà. Je prie tous les jours pour que vous restez éloigné de ce fléau, vous et le reste de votre famille ainsi qu'à la guérison de Mary.

Je vous remercie de tous vos conseils et j'en prends considération. Mais il m'arrive d'envie ma seconde ainée pour avoir eu le courage d'aller épouser une personne qu'elle porte dans son cœur. Je n'aurais peut-être pas cette force. Je veux bien vous croire sur le fait que mon futur mari pourrait être un homme charmant mais je crains quand même le choix de mon père là-dessus... Et s'il venait à me marier à un Anglais ? Le connaissant, il en serait bien capable... Non, je ne préfére pas y penser...  

Je me demande si je ne deviens pas folle à force de rester à Beaufort Castle. Cela me motive encore plus à venir vous rendre visite à vous et votre épouse. Ne m'en tenez pas rigueur, je vous en prie.



Avec toute ma confiance.
Votre très dévouée amie,
Sybil Fraser de Lovat




(c) black pumpkin


_________________
Blessed be Providence, who has given each man a toy: the doll to the child, the child to the woman, the woman to the man, and the man to the devil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
It is he who loses himself who finds new ways [Sybil & Kenneth]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» certain tribes believe a person loses her soul when a picture is taken
» I Lost My Family
» Tana Clymer finds $50,000 3.85-carat canary diamond
» Père Noël Surprise 2014
» Friends : The One where Everybody finds out (5x14)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FLOWER OF SCOTLAND ♔ :: Un monde de l'esprit :: Correspondances-
Sauter vers: