AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A new Life begin { MARY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 12/12/2016
♛ Messages : 297
♛ Chardons en poche : 329
♛ Mon allégeance va à : A mon clan les MacKenzie et dans l'unique but de protéger mes hommes j'ai prêté allégeance au roi anglais George II


MessageSujet: A new Life begin { MARY   Jeu 8 Juin - 15:52



Mary & Kenneth
   A new life begin

A
oût 1742
La maladie est cruelle mes pertes sont catastrophiques, personne n'a été épargné par même Leod. Ce mal n'était pas un mal des campagnes, pas uniquement du moins. D'après certaines missives les villes était également atteintes. Mais la situation de mes gens me préoccupais bien plus que celle des autres, au point que pour aidé certain de mes metayers vivant à proximité du château j'avais moi-même récolté pour ne pas perdre nos réserves pour l'hiver. Frances pensait que j'étais inconscient et je lui répondais que Mary était tombée malade sans sortir, que cela ne changeait strictement rien. Je ne pouvais mettre mon destin qu'entre les mains de Dieu et espéré qu'il soit clément envers moi. Pauvre Mary cela faisait bientôt un mois qu'elle divaguait qu'elle était dans un étrange sommeil parfois je la pensais possédée puis elle s'endormait avant de se réveiller à nouveau en hurlant, toujours avec un grande fièvre. Je venais la voir régulièrement, que dis-je quotidiennement passant un temps avec elle avant de retourner à mon labeur j'aimais lui lire des livres. J'ignorais si elle m'entendait ou pas mais j'aimais croire que c'était le cas.

En ce jour de la mi-août, j'étais sur le champ de l'une des famille que je suis sensé protégé, l'époux était tombé malade et son épouse était incapable de s'occuper du champ des moutons et de leurs six enfants, j'essayais donc de la soutenir à ma façon. Je travaillais dur alors que l'une des servante de Leod arrivait en courant, elle était chargée de veiller sur ma femme. En la voyant arriver, rouge, en sueur et à bout de souffle, j'ai craint le pire, bien que soyons franc lorsque quelqu'un meurt pas la peine de se presser,
il reste... mort !  Je fronçai les sourcils à cette pensée et secouai la tête alors qu'elle reprenait son souffle avant de parler, enfin.

« Mon Laird, Madame votre femme, elle est réveillé elle... elle à même demandé des bannock !! »

S'exclama-t-elle presque en sautillant sur place laissant éclaté sa joie, sa maitresse était vivante, mon épouse. J'avoue qu'un gros poids s'était envolé de mes épaules. Merci Seigneur elle était vivante. J'hoche la tête pour la remercier et lui fait signe de retourner au château. Je pris congé auprès de mes métayers, précisant que je finirais la besogne plus tard. Il me fallait rejoindre le château, la rejoindre elle. J'enfourchai mon cheval et en quelques minutes de galop, rejoignis la cours. Je laissai ma monture on palefrenier et montai les marches quatre à quatre jusqu'au appartement de mon épouse. Avant de frappé j'essayai de me donner un air un tant soit peu présentable puis toquai à sa porte souhaitant de tout coeur entendre sa voix.

« Mary, je viens d'apprendre la nouvelle puis-je entrer ? »

Il est vrai que je n'ai point demandé l'autorisation toutes ses dernières fois mais elle était toujours endormie là c'était différent évidemment.


WILDBIRD

_________________

MacKenzie shines, not burns
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 30/05/2017
♛ Messages : 43
♛ Chardons en poche : 125
♛ Mon allégeance va à : Mon époux, le laird du clan Mc Kenzie


MessageSujet: Re: A new Life begin { MARY   Ven 9 Juin - 10:34

A New Life Begin


   grande icone  grande icone
 
La maladie. Une chose que l'on ne peut que haïr tant cela implique la douleur, le mal et la mort. Je ne sais comment j'en suis venu à contracter celle dont je souffre. L'air ? Les aliments ? La proximité des malades ? La fièvre avait commencé à me prendre il y a de cela un mois, lancinant, brûlant. J'ai le souvenir de la salle à manger ou nous prenions notre repas avec les divers membres du clan autorisé à siégé à la table du laird. Je me souviens des discussions et des rires, tandis que ma tête me semblait prise dans un étau, que mon corps irradiait d'une chaleur maladive, me donnant l'envie d'arracher mes vêtements. Je m'étais levé, lentement, trébuchant, dodelinant quelque peu, tentant un ou deux pas pour quitter la tablée et rejoindre mes appartements quand le monde est devenu flou et sombre. Lorsque j'ouvrais à nouveau, les yeux, le monde était en proie aux flammes et se tordait sous l'effet de la chaleur. J'entendais au loin les voix de ma bonne et de mon époux, étaient ils aux prises avec les flammes ? Des hurlements. Mais qui hurlait de la sorte ? Et la nuit de nouveau. Combien de temps ai-je oscillé entre ces mondes ? Ma tête me brûlant et me donnant l'impression qu'elle est sur le point d'exploser, le sol tremblant sous moi, la mer sur le point de me submerger, mon ventre implosant dans une douleur si aiguë que je me demandais si l'on n'enfonçait pas un tison brûlant en celui-ci. Et par-delà tout ça, la voix calme de mon époux, je ne comprenais en rien ce qu'il me disait, mais sa voix était comme un phare au milieu de la tempête, un lieu calme qui me permettait de garder la raison

Puis un jour, le bruit des oiseaux m’éveilla. Un chant strident, qui me fit froncer les sourcils et relever la tête. L'odeur ambiante était... Affreuse, empuantie par je ne sais quelle fragrance désagréable. Ma tête me tournait encore, mais mon estomac me faisait mal, se contractant avec force et la lumière filtrant à travers les volets me brûlait les yeux. Alors je me redressais lentement, gémissante, appelant d'une voix pathétique ma bonne qui vint au plus vite me rejoindre, m'écrasant de paroles, de questions, d'histoires sur ma convalescence, sur la peur que je sois possédée ou morte au petit matin.

Je dus la stopper tant son babillage me perdais, lui demandant simplement à ouvrir les fenêtres pour faire entrer le bon air de notre belle Écosse, plissant les yeux sous le soleil déjà haut dans le ciel. Nous étions l’après-midi et cela faisait prêt d'un mois que j'oscillais entre rêve et réalité. L'odeur de mes appartements m'insupportant, je demandais à ce que l'on change mes draps, que l'on me donne le bain et que l'on m'apporte un peu de bannock, ce pain typiquement écossais.
Ce ne fut qu'une fois changeait et propre que je retournais au lit avec l'aide de mes servantes, m'installant dans les draps propres, mangeant mon pain par petites bouchées, jusqu'à ce que l'on toque à ma porte. J'attends quelques instants, entendant la voix de mon époux au travers la porte de bois, me recoiffant rapidement, remettant correctement mes draps et ma chemise de nuitée avant de l'inviter à entrer.

« Entrait mon ami, je suis visible »

J'observe la porte s’entrouvrir, souriant doucement à mon époux, l'observant ainsi entrer, tendant doucement ma main vers lui, espérant qu'il la prenne, mendiante de cette interaction physique avec cet homme.

« Ma servante m'a dit combien vous avez été préoccupé par mon état. Je ne sais comment vous en remercier »

feat. Kenneth & Mary
made by guerlain for bazzart

_________________


No act of kindness, ever small, is ever wasted
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 12/12/2016
♛ Messages : 297
♛ Chardons en poche : 329
♛ Mon allégeance va à : A mon clan les MacKenzie et dans l'unique but de protéger mes hommes j'ai prêté allégeance au roi anglais George II


MessageSujet: Re: A new Life begin { MARY   Mar 13 Juin - 0:26



Mary & Kenneth
   A new life begin

J
’avais du mal à y croire, elle était guérie ou du moins elle allait mieux. Sincèrement je crois que je n’ai jamais eus aussi peur que lorsque je l’ai vu il y a de cela cinq semaine s’effondrer alors que nous dinions dans la grande salle de Leod. J’ai alors cru qu’elle m’avait quitté. Emportée par ce fléau comme tant de mes métayers. Mais non, elle avait survécu. Je me sentais léger comme une plume alors que je montais les marches de mon château jusqu’à ses appartements privés. Ce n’est que là que je me suis rendu compte de ma mauvaise présentation, quel idiot j’ai fait de ne pas penser à me changer, mais il était trop tard, j’avais frappé, me maudissant intérieurement je passais mes deux main dans mes cheveux pour leur donner un air plus ou moins coiffé alors que mon épouse m’informait qu’elle était visible, j’ouvis alors de battant en chêne, les gons grincèrent légèrement. Elle était là presque radieuse, du moins elle avait retrouver ses couleurs, bien que la fatigue se lisait sur ses trait elle semblait en nettement meilleure santé.

« Comme j’ai eus peur ! »

Lâchais-je, défiant tout les convenance en m’approchant de son lit et je ne me suis guère contenter de prendre sa main non, je la serrais elle dans mes bras en oubliant la sueur et le travail, tant pis elle n’aura cas me rudoyer si cela lui chante je ne dirais rien.

« Vous voir en si bonne forme me réchauffe le cœur j’ai également appris que vous avez mangé ? C’est là aussi une excellente nouvelle. »

Dis-je en me reprenant finalement et en m’asseyant au bord de son lit fraichement changé cela se voyait. Tant pis les servante n’auront cas rechanger les draps si vraiment mais mon kilt n’était pas sale fort heureusement il avait juste vécu beaucoup de chose. Il était usé jusqu’à la trame. Bien sûr j’avais un kilt de cérémonie pour les événements importants celui-ci était celui du labeur.

« Lorsque vous vous sentirez assez forte j’espère que nous pourrons reprendre nos chevauchées comme nous le faisions avant. Avec la maladie, la récolte des impôt à été repoussée à l’automne, il me faut prié désormais pour que le temps soit clément »

En effet, j’avais il y a de cela quelques mois proposé à Mary de venir avec moi collecté les impôts sur nos terres c’était un voyage d’environ deux semaines que j’avais prévu de faire en juillet. J’avais d’ailleurs offert une jument à mon épouse pour l’occasion. Mais avec la maladie et principalement le fait qu’elle soit tombé malade j’ai préféré repousser, bien que Ronald m’ai proposé d’y aller à ma place mais je considère que c’est le travail d’un laird que d’aller à la rencontre de ses gens.


WILDBIRD

_________________

MacKenzie shines, not burns
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 30/05/2017
♛ Messages : 43
♛ Chardons en poche : 125
♛ Mon allégeance va à : Mon époux, le laird du clan Mc Kenzie


MessageSujet: Re: A new Life begin { MARY   Mer 14 Juin - 13:16

A New Life Begin


   grande icone  grande icone
 
Que ma surprise fut grande de voir ainsi arriver mon époux, la tenue débraillée et sale, les cheveux glissant en tous les sens. J'aurais pu croire à un forcené, pourtant je ne pouvais que reconnaître mon cher époux et son visage aux yeux brillant, au sourire sincère aurait pu me faire rougir tant il m'a surpris, tant il m'a réjouis. Je n'ai tenté que de lui offrir ma main, soucieuse des convenances, avide malgré tout d'un contact, mais son étreinte fut bien plus.
Depuis un an que nous sommes mariés Kenneth est moi n'avons que peu de contact physique. Je ne sais si cela est dû au fait qu'il ne m'apprécie que peu, ce qui pourrait également expliqué pourquoi il est si peu présent au château, pourquoi je me sens si seule depuis notre mariage. Pourtant cette façon qu'il a eu de me saisir, de me serrer contre lui, m'a émue. Je lui rendais son étreinte, malgré l'odeur acre de son corps, le coté poisseux de son corps. Ce contact réel me ramenait un peu plus à la réalité, moi qui ai divagué sur les rives du Styx entouré d'esprits et de brumes.

Je laissais ainsi son étreinte durer autant qu'il le souhaitait caressant avec beaucoup de douceur sa chevelure, l'écoutant parler de sa peur et de sa joie de me revoir.

« J'ai longtemps erré dans les limbes, mais je suis revenu vers vous. Je ne pouvais vous laisser seul, voyez comme vous êtes arrangé »

Je tente un sourire aimable, cherchant à jouer sur l'humour malgré ma voix faible et mon teint pâle. Mon front était pourtant toujours recouvert d'une fine pellicule de transpiration et je tremblais légèrement, mais j'avais repris mes esprit et voir Kenneth me faisait bien plus de bien que je ne l'avouerais jamais. Je l'écoutais ainsi parler de mon rétablissement, de notre périple à travers nos terres et je revois déjà en mon esprit la superbe jument qu'il m'a offert, cette bête magnifique ? Sa robe blanche tacheté, sa crinière blonde. Je l'avais nommée « sneachd » car les taches sur ses flancs me rappelais des flocons de cette neige que j'aime tant. Les impôts étaient repoussés, la maladie avait donc touché toutes les terres ? L'inquiétude prenait mon visage.

« Comment vont vos gens ? La maladie n'a pas emporté un trop grand nombre d'entre eux ? Puis je faire quelque chose pour les aider ? »

C'était stupide, j'en avais conscience, je tenais à peine debout, mais j'étais la femme du laird, je me devais d'aider au maximum les gens, malgré mon état.

feat. Kenneth & Mary
made by guerlain for bazzart

_________________


No act of kindness, ever small, is ever wasted
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 12/12/2016
♛ Messages : 297
♛ Chardons en poche : 329
♛ Mon allégeance va à : A mon clan les MacKenzie et dans l'unique but de protéger mes hommes j'ai prêté allégeance au roi anglais George II


MessageSujet: Re: A new Life begin { MARY   Ven 23 Juin - 13:23



Mary & Kenneth
   A new life begin

J
e devrais surement avoir honte de me présenter de la sorte à ma femme, cela ne se fait pas, Mère, que Dieu ai son âme, se serait étranglée si elle m’avait vu. Ou peut-être me voit-elle en se moment et viendra hanter mes songe la nuit prochaine. Si je rêve de toilette propre je saurais que c’est le cas… Cette pensée ridicule me fit sourire. Ma mère avait un sacré caractère, Frances en est l’exemple parfait elle ressemble énormément à notre mère quoiqu’elle possède encore la douce innocence de la jeunesse ce qui la rend moins hargneuse mais je suis prêt à parier que dans quelques années quand elle aura ses propres fils à éduquer elle sera exactement comme ma mère. En fait aujourd’hui tout pourrait me faire sourire, même la remarque de Mary qui était en plus sur un ton plutôt humoristique.

« Ma jeune Dame le temps est étouffant en digne Highlander, je supporte très bien le froid, le chaud en revanche … Et puis il se trouve que je travaillais au champs lorsque votre servante arriva en courant me prévenir de votre réveille. J’était trop pressé pour penser à prendre un bain ! » Dis-je en riant, avant de m’installer au bord du lit. « De plus, qu’auriez-vous pensez si je l’avais fait »

C’est vrai je ne suis pas sûr qu’elle aurait apprécié le fait qu’en apprenant son réveil je prenne le temps de me laver avant d’aller la voir. J’aurais pu me changer, juste ça mais cela n’aurais fait que salir d’autres vêtements et puis je suis proche de mon argent je n’ai pas envie d’en gaspiller pour me racheter des vêtement inutilement. Pourtant j’aurais les moyens je suis le leader d’un des plus grand clan des Highlands, cependant, les rumeurs sont fondées sur le fait que les écossais sont très proche de leur argent. Dans mon cas en tout cas.

« Nos gens, ma douce sont bien malade, sans rien vous cacher nous sommes durement touché d’ou le fait que je travaille au champs pour aider les veuves ou les familles malade. Si en plus nous perdons nos récoltes en plus de nos métayers l’hiver pourrait se montrer encore plus meurtrier. »

C’était bien moins drôle c’est vrai et j’aurais préféré lui en parler plus tard lorsqu’elle serait totalement remise, qu’elle aurait repris quelques forces, mais il fallait qu’elle le sache, qu’elle sache que le clan MacKenzie est dans la tourmente. De plus elle me l’a demandé je ne souhaitais nullement lui mentir.

« Mais vous allez bien, vous avez survécu si vous saviez comme je suis soulagé ! »

Ajoutais-je en embrassant son front. Autant de démonstration d’affection de ma part n’était guère courant mais risquer de la perdre m’avait fait prendre conscience que je l’aime très sincèrement.


WILDBIRD

_________________

MacKenzie shines, not burns
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 30/05/2017
♛ Messages : 43
♛ Chardons en poche : 125
♛ Mon allégeance va à : Mon époux, le laird du clan Mc Kenzie


MessageSujet: Re: A new Life begin { MARY   Dim 25 Juin - 12:22

A New Life Begin


   grande icone  grande icone
 
Voilà que nous partons à discuter de manière polie et amusante. C'est une chose rare, qui me fait me demander si je ne suis pas encore en train de délirer dans mon sommeil fiévreux. Je l'écoute pourtant avec la plus grande des attentions, souriant quelque peu à son expression de digne Highlander, m'intéressant à cette idée qu'il soit à travailler aux champs. Je l'écoute pourtant avec la plus grande des attentions, souriant quelque peu à son expression de digne Highlander, m'intéressant à cette idée qu'il soit à travailler aux champs. S'il en est à cette action, c'est que les fermiers et autres métayers sont en grande souffrance. Pourtant, ce qui retient le plus mon attention et le fait qu'il se soit pressé pour venir me voir et ce qu'il en aurait été de ma pensée si je l'avais vu arriver propre comme un sous neuf.

Un léger rire me prend, rapidement suivi par une quinte de toux et des gémissements dus à mes poumons qui me brûlent toujours quelque peu et aux douleurs dans certaines de mes articulations. Je me couvre la bouche un instant avant de m'installer un peu plus confortablement contre mon oreiller.

« J'aurai pensé que vous n'en aviez que peu faire de ma personne. Bien que je me dois de vous avouer l'avoir longtemps pensé, mais votre dévouement durant cette épreuve, me prouve combien j'avais tort. Pardonnez-moi de vous avoir si mal jugé »

Je souris un peu plus, même si je me sens bien fatiguée, mais le plus important pour l'instant n'est pas notre mariage ou ma santé, mais le peuple. Les gens qui attendent la protection de leur laird. Apprendre leurs sorts m'attriste donc profondément. Des veuves et des orphelins. Et des familles malades qui ne survivront peut-être pas. Les récoltes qui sont difficiles à assurer. Je passe une main sur mon visage, essuyant une larme. Je connais ces gens, je les rencontre, les aides, faites mon possible pour rendre leurs jours moins difficiles, mais dans mon état... Que puis je bien faire ?

Je tente d'y réfléchir de mon mieux. Je sais avoir un livre sur les plantes comestibles et médicinales qui pourraient aider quelque peu. Je pense au potager du château, aux ressources que nous avons. Nous devons bien pouvoir faire quelque chose de plus. Je tente d'établir un plan en mon esprit pour aider tous ces gens, mais voilà que mon mari m'estourbit de nouveau d'un geste d'affection qui me surprend au possible. Un baiser, une déclaration sur son soulagement à me voir me rétablir et je verse une larme de plus, émue par son attention.

« Vous êtes trop bon. Mais ma santé est moins importante que le devenir de vos gens. Je demanderais à mes dames de venir vous aider dans les champs et nous pourrions offrir aux familles du pain pour les aider dans ces jours difficiles, qu'en pensez-vous ? »

Ma générosité n'est pas feinte, je souhaite de tout cœur venir en aide aux métayers et à leurs familles, pourtant, elle m'aide à caché mon émotion face à l'affection de mon époux que je pensais inexistante à mon égard. Peut-être cette maladie nous fut-elle bénéfique en un sens ?

feat. Kenneth & Mary
made by guerlain for bazzart

_________________


No act of kindness, ever small, is ever wasted
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 12/12/2016
♛ Messages : 297
♛ Chardons en poche : 329
♛ Mon allégeance va à : A mon clan les MacKenzie et dans l'unique but de protéger mes hommes j'ai prêté allégeance au roi anglais George II


MessageSujet: Re: A new Life begin { MARY   Dim 9 Juil - 21:00



Mary & Kenneth
   A new life begin

P
auvre femme ! En l’entendant tousse à en cracher ses poumons, je tends le bras, attrapant la cruche d’eau et un verre que je remplis afin qu’elle puisse se désaltérer. Je sais que je ne suis pas le meilleur mari du monde c’est une certitude. Je l’ai bien trop longtemps abandonnée à ces occupations de femme sans vraiment me préoccuper de celle-ci. J’ai eu tors de faire cela. J’ai eus tors de refuser d’apprendre à la connaître. Je m’en rends compte maintenant j’ai été le pire des imbéciles. Bien que je suis certain que cela arrange les affaire de mon cadet Ronald, qui du coup pourrait espérer devenir laird si je meurs sans héritier. Il en rêve. Même si je l’aime de tout mon cœur et que sa dévotion m’est acquise je sais qu’il rêve de plus de pouvoir et qu’il est contre ma politique pacifiste.

« Tout va bien Madame ? Vous avez encore besoin de repos »

M’exclamais-je une fois la quinte de toux de ma douce épouse passée. En l’entendant je secoue la tête et me lève afin de regarder par le fenêtre. Ces appartements donnaient sur le lac, le fameux lac.

« Foutaise ma chère vous êtes plus précieuse à mon cœur que ce que vous semblez pensez mais à votre décharge il est vrai que je ne suis pas homme à déclarer mes sentiments aisément. Ici dans le Nord personne ne le fait mais ne doutez point de mon indéfectible affection. »

Assurais-je en reportant mon attention sur elle. Suite à la maladie j’avais envoyez Ronald collecter les impôts clan et je priais le Seigneur pour qu’il revienne avec tous l’argent que nos gens aux travers de nos terres me doivent pour assurer leur protection et mon amour. Sans cela l’hiver pourrait être vraiment difficile.

« Votre dévouement me touche ma douce quelques mains en plus pour le brassage de la bière et du whisky ne seraient point de trop mais il est hors de question que j’épuise vos dames en le faisant travailler aux champs. Mais pour être franc avec vous avant de pouvoir aider nos gens je dois d’abord être certain d’avoir de quoi nourrir le château et tous ceux qui y travaille pendant l’hiver et pour cela il me faut attendre mon frère parti récolté les impôt à ma place. »

Nous aurions du y aller elle et moi. Je le regrette cela aurait été une aventure les plus distrayante j’en suis sûr et cela m’aurait permis de revoir des gens que je n’ai point vu depuis le gathering qui m’a officiellement reconnu comme laird du clan.

« Et laissez parler l’homme et non le laird, votre santé importe plus que n’importe quel domaine à mes yeux »

Evidemment un Laird ne pouvais point dire de telles choses. J’étais un père pour tous ces gens ils étaient sous ma protection


WILDBIRD

_________________

MacKenzie shines, not burns
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
A new Life begin { MARY
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mary C. Jane, auteur de la série Secret (Bibliothèque Rose)
» Mary Elizabeth BRADDON
» Life on Mars / Ashes to Ashes
» Mary Shelley (et Frankenstein)
» The Borrowers (Les Chapardeurs) de Mary Norton

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FLOWER OF SCOTLAND ♔ :: Les Highlands :: The North :: ♛ Les Clans du Nord :: ♛ Terres MacKenzie-
Sauter vers: