AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Twentieth Anniversary [Mini-évent]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 03/05/2017
♛ Messages : 203
♛ Crédits : Echo des plaines
♛ Personnages principaux :
Sybil Fraser de Lovat - Neutre - Catholique - Fiancée au Comte d'Ellesmere | Présentation


Moira Farquharson - Jacobite - Catholique - Fiancée à Simon Jr Fraser de Lovat | Présentation



MessageSujet: Re: Twentieth Anniversary [Mini-évent]   Ven 15 Sep - 21:47

Je reste neutre et je devais apprendre à le rester. Cependant, rien n'est encore parfait et il faut dire que comparé à Georgina, mon éducation n'était peut-être pas complète. Et on ne peut pas dire que Père s'y est intéressé. Cependant, je devais me fier à mon instinct et la demande de ma sœur me laisse croire que ce que j'avais réalisé un peu plus tôt allait se faire. Mais finalement, que puis-je y faire ? Rien du tout. Comme je l'ai dis dans mon discours, je suis une femme qui n'est pas née pour être heureuse. En tant que fille d'un noble écossais Laird d'un clan aussi ancien que le pays – ou presque -, je devais tenir mon rang. Mais je reconnais moi-même que je suis peut-être un peu trop expressive mais après tout, mon Père joue là-dessus. Et je le sais très bien. Bien sûr, rien ne dit que je ne joue pas la comédie. Je savais qu'un jour ou l'autre, je devrais quitter la demeure pour aller faire ma vie ailleurs, loin de ce château maudit. J'avais descendu l'estrade sans rien ajouter de plus. Que dire après tout ? Je ne fais pas partie de ces noblions qui s'engagent de manière politique comme peu le fait mon père. Et il me donne encore moins l'envie de le faire. J'avais bien entendu le court échange entre mon Père et ma sœur ainée. Je n'ai pas réagi car mon Père s'est arrangé pour m'occuper. Loin de moi de vouloir la surpasser. Lorsque Père s'avance, je lui jette bien entendu un regard aussi dur et méprisant que le sien voire pire. Plus le temps passe et plus, je ressens l'envie de chercher un moyen de le faire assassiner. Drôle d'idée pour une pacifiste mais que voulez-vous ? Il faut savoir répondre à une attaque de front. Mon discours était terminé et cette estrade n'était pas ma place. Je devais donc regagner la mienne qui était en bas, en dessous du Laird. A vrai dire, je ne comptais pas au départ assister à son discours qui sonnerait probablement faux à mes oreilles. Malheureusement pour moi, j'ai eu le malheur d'entendre que cette soirée n'était pas organisée pour mon anniversaire. Je m'arrête alors dans ma marche et je montre le dos à mon Père alors qu'il se délecte du spectacle.

Je craignais ce qui allait suivre et je devais néanmoins rester silencieuse. Je prends une inspiration et je reste attentive. Mes mains finissent par relâcher ma robe de soirée après m'être arrêtée. Me mettre à la lumière ? J'ai toujours vécue dans l'ombre et je ne m'en porte pas plus mal. Je ne m'appelle pas Georgina et je ne serais jamais elle. Père avait fait son choix et je continuerais à le détester... C'est alors que je me tourne vers Père et j'observe le Comte me rejoindre. Affichant un sourire, je reste étonnamment neutre alors que tout le monde s'attendait à ce que je réagisse autrement. Il est vrai que je ne vois pas ça d'un très bon œil mais je ne peux rien y faire. Alors qu'il arrive à ma hauteur, je fais une révérence avec la grâce qui fait de moi une Dame. J'essayais de rester correct et de ne pas faire venir un temps orageux sur la soirée que j'avais organisé même si ce n'est pas l'envie qui m'en manque. En réalité, à l'intérieur de moi-même, je voulais le ridiculiser devant tout le monde. De quel droit il se permettait de m'imposer quoi que ce soit sur ma vie alors qu'il n'a jamais eu le moindre intérêt à mon égard... De plus, à m'offrir en pâturage à un Anglais alors que mon cœur est lié aux Jacobites même si Père ne le savait pas. En effet, je n'ai jamais montré publiquement, de manière privée ou même par correspondance de mon affiliation avec les Jacobites. Il faudra être complétement folle pour ça, surtout en présence d'une personne qui pourrait me faire trancher la tête. Finalement, je ferais peut-être mieux de suivre mes propre idée et de n'être loyale qu'avec moi-même. Père pense que je suis naïve mais je suis loin de l'être. Je savais qu'il avait quelque chose en tête et pourtant, je ne suis pas étonnée.

Je me redresse lorsque mon fiancé m'y autorise et j'observe autour de moi. Certes, le Renard a eu une victoire mais cela veut aussi dire que prochainement, je pourrais régler mes comptes. Me faire bannir de mon propre clan ? Ce ne serait pas une mauvaise idée mais j'avais encore beaucoup de chose à faire et de toute façon, je ne serais plus un membre de ce clan en ruine. Je sais bien sûr qu'il n'est pas impossible que mes neveux et mes fils finiront par s'entretuer. C'est ainsi la dure réalité de mon statut. Tenant la main du Comte, je garde le sourire et je prends deux verres à un domestique pour en tendre un à mon fiancé. Tout le monde avait bu à notre santé et je bois mon verre cul sec avant de sourire à mon fiancé mais je devais aussi faire figuration puisque je ne suis qu'une simple potiche pour Père. Et qu'il continue à me voir ainsi puisque cela va en ma faveur. Les prochaines semaines seront difficiles mais j'allais devoir prendre le temps d'avaler la pilule. On aurait pu me fiancer à n'importe qui et il a fallu que je sois donner à un Anglais. Je vais être obliger d'apprendre les arts et coutumes de la noblesse anglaise alors que je les vois comme mes ennemis. Voilà quel drôle de situation. Je préfère rester silencieuse car même si je parle, personne ne m'écouterait alors autant gardez ça pour moi. Une fois que plus personne ne nous fixe, je garde le sourire avant de m'excuser auprès du Comte pour la seconde fois.

« - Pardonnez-moi un moment, je vous prie ! »

Je fais une révérence avant de le laisser en plan mais j'avais chaud et j'avais besoin de prendre l'air. Ma soirée était gâchée mais je devais me montrer heureuse. Heureuse ? Voilà quelque chose qui ne m'arrivera jamais... Cependant, une nouvelle page se tourne pour moi et j'allais devoir perdre mon nom maudit pour prendre un autre nom qui sera probablement maudit dans les prochaines années. Il est vrai que j'aurais préféré le savoir avant qu'à cette soirée. Abandonnant discrètement mes invités, j'avais demandé à un domestique de m'apporter ma cape. Marcher dans le jardin de la demeure me ferait peut-être le plus grand bien... Observant tout le monde du coin de l’œil, je reste en retrait car effectivement, je déteste être le centre de l'attention. Il n'a fallu que quelques minutes pour que le domestique m'apporte ma cape et je m'éclipse discrètement dans la pénombre de l'astre qui montre le bout de son nez. Une fois à l'extérieur, je me cale contre le mur et je ferme les yeux laissant le vent brûler mon visage de son froid mordant. Après quelques minutes, je relève la capuche et je vais marcher en silence... Je devais remettre de l'ordre dans les idées mais aussi me faire à l'idée que je ne suis désormais plus écossaise... Je vais devoir quitter ma terre natale pour un territoire qui m'est hostile... C'est quelque chose de difficile à assumer...  
Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Sybil Fraser de Lovat le Jeu 9 Nov - 14:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité






MessageSujet: Re: Twentieth Anniversary [Mini-évent]   Mer 4 Oct - 19:14



Twentieth Anniversary
Les anniversaires ne valent que s'ils constituent des ponts jetés vers l'avenir.
Arrivée il y a quelques jours pour l'anniversaire de Lady Sybil Fraser, la troupe Murdoch attendait sa grande entrée en scène.
Tout nouveaux dans une Ecosse hostile aux anglais, Éléonore et les siens tentaient tant bien que mal de vivre avec leur art. Chose peu aisée au vu du nombre de clans à tendance jacobite. Rien qu'en entendant d'où ils venaient, les Lairds leur refusaient l'entrée de leur domaine sans même leur donner une chance. Heureusement, Henry Murdoch et sa muse, Eléonore, ne sont pas de ceux qui s'avouent vaincus si facilement. Bien sur, ils avaient leur place dans leur chère et belle Londres mais...Voir d'autres contrées étaient tout aussi biens. Cela ne servait à rien de continuer devant le même public...Ils étaient ambitieux et puis, même si elle ne se l'avouerait jamais, Éléonore voulait revoir ses racines. Retourner chez elle avant qu'elle et Henry décident officiellement de s'engager...Pour éviter tout scandale, ils s'étaient mis d'accord que si ils comptaient se marier, ils annonceraient au monde qu'elle n'était pas sa cousine et qu'elle ne s'appelait donc pas Éléonore Murdoch mais Noreen Keith.

Elle savait que même si cela lui épargnerait le scandale de l'inceste apparent, il y aurait scandale du fait qu'elle était une écossaise ayant fuis sa patrie pour une considérée comme ennemie...Sans compter qu'elle était, à la base, déjà promise à un autre.
Soit, elle était convaincue qu'elle verrait mieux où elle en était si elle revoyait les siens. Ses parents étaient-ils encore en vie? Sa mère était-elle toujours dans cette cuisine? Son père servait-il toujours les clients? Seul? Avait-il trouvé quelqu'un pour l'aider? Eachna était-elle finalement partie dans ce couvent dont elle rêvait? Ou, par sa faute, avait-elle décidé de rester? Sa décision de partir avec Henry, elle ne la regrettait pas. Sa vie, la vie qu'il lui avait offerte était des plus trépidantes. Elle était sûre qu'elle n'aurait pas pu rêver mieux...Même si, comme elle se l'était imaginée, le Laird Keith - ce parent si éloigné - était venu les chercher, elle et Eachna.


A quelques instants d'entrée en scène, Eléonore était dans le jardin. Vêtue de sa robe de scène, une rose écarlate dans les cheveux, recouverte d'une cape d'ébène et parfaitement apprêtée, la jeune actrice faisait le vide en elle comme à chaque fois avant qu'on lui dise qu'elle pouvait entrer en scène. Même après tout ce temps, elle était nerveuse avant de se montrer au public dans la peau de son personnage.

Elle sursauta violemment quand elle entendu quelque chose dans les buissons et failli hurler en voyant une silhouette encapuchonnée. Cependant,
elle se retint en constatant qu'il ne s'agissait que de Lady Sybil Fraser:Milady...Bonsoir. Heu, vous n'êtes pas avec vos invités?
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 03/05/2017
♛ Messages : 203
♛ Crédits : Echo des plaines
♛ Personnages principaux :
Sybil Fraser de Lovat - Neutre - Catholique - Fiancée au Comte d'Ellesmere | Présentation


Moira Farquharson - Jacobite - Catholique - Fiancée à Simon Jr Fraser de Lovat | Présentation



MessageSujet: Re: Twentieth Anniversary [Mini-évent]   Jeu 9 Nov - 18:24

J'avais besoin de prendre l'air et d'avaler la nouvelle que mon père venait d'annoncer publiquement. Maintenant, plus rien ne m'étonne venant de lui... Je savais que j'allais payer un prix et celui-ci venait de me tomber dessus même si la présence du Comte m'avait plus ou moins mise la puce à l'oreille. Père croit que je suis naïve... Il serait surprise de voir à quel point je caches ma véritable personnalité. Durant toutes ses années, j'ai dû me taire dans la douleur et la peine. Je crois qu'il est désormais temps que je montre mon vrai visage. Le temps est frais mais cela me permet de respirer et prendre l'air. Marchant en silence dans les jardins de la demeure, j'en avais même oublié que j'avais invité des comédiens pour animer un peu plus la soirée. Sous la lune qui commençait à se lever, je lève la tête et je ferme les yeux un moment laissant quelques larmes couler sur mon visage. Je m'attendais à un juste retour des choses et ma sœur ainée avait probablement tout compris avant moi. Il faut dire qu'elle est plus âgée et qu'elle est la Lady d'un clan. Elle me connait mieux que personne au sein de cette demeure que je vais probablement devoir bannir tant que le Vieux Renard y vivra. C'est quand même dingue de penser de la sorte alors qu'on est membre d'un des plus vieux clan d’Écosse... Et je reste persuadée que tant que le Vieux Renard régnera , celui-ci est voué à disparaître quoi qu'il arrive.

J'ouvre de nouveau les yeux et je chasse d'un geste élégant les larmes qui se trouvait sur mon visage endolorie par la nouvelle. En public, je faisais pâle figure afin d'appliquer ce que l'on m'a enseigné mais j'avais besoin de prendre du recul. Peut-être, devrais-je quitter ce monde où je ne trouve désormais plus ma place... Peut-être faire comme de nombreuses personnes et m'enfuir lâchement ? Mais je ne suis pas une lâche et je ne ferais que tâcher le nom de mon clan... Et puis, sincèrement, cela fait quoi ? Il est clair que ce vieux crouton qui me sert de père le mérite mais est-ce que mes frères et sœurs l'ont mérité eux ? En ce moment, je ne pense pas à Georgina mais plutôt aux autres, y compris à Archibald qui malgré le fait qu'il soit sous la tutelle de Georgina, il n'est qu'un jeune enfant. Je tiens beaucoup à ma famille malgré tout mais je remarque que tous mes efforts sont vains. Je crois que je devrais faire Janet. Mais depuis qu'elle est partie vivre avec son mari, ce qui est normal, je n'ai plus de repère et je pense de plus en plus que ma place n'est plus à Beaufort Castle. C'est du moins ce que je ressens depuis son départ même si notre père ne s'est jamais occupé de moi.

Le simple fait qu'il se préoccupe de moi juste ce soir m'a horripilé et je ressentais juste l'envie de le tuer ou de le faire tuer. Il n'en est que plus détestable mais je ne voulais pas paraître désobligeante. Cependant, je crois que je vais devoir l'être sans retenue. J'ai trop souvent fait l'autruche que je préfère faire sauter le masque avant qu'il ne soit trop tard et je ne devais plus me montrer aussi expressive ou encore fragile. Je crois que ce masque devait disparaître de ma vie afin de m'ouvrir vers le monde extérieur et ce monde qui sera désormais le mien d'ici quelques semaines. Me calant contre une rambarde, je reste silencieuse laissant alors toute ma peine et ma douleur s'enfuir sous un torrent de larmes. Je ne suis pourtant pas du genre à pleurer facilement mais là, c'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Je veux bien être patiente et tolérante mais là, j'ai mes limites comme tout le monde d'ailleurs. Ma sœur m'avait tant prévenu que la vie n'est jamais simple pour une femme... Je préfère rester un moment ici pour laisser mes larmes couler et ma colère partir. Je ne voulais pas gâcher ma soirée même si cela était déjà le cas. En temps normal, j'aurais pu accepter ce mariage si mon clan n'était pas en train de se déchirer...

Après plusieurs dizaine de minutes à me calmer, je fais disparaître les marques de ma tristesse avant de reprendre ma route. Je ne voulais pas rentrer... J'avais maintenant peur de la suite des évènements. Allais-je devoir prendre la route à la fin de la soirée afin de rejoindre Fort-William ? Est-ce que je devais prendre mes affaires et partir ? Je devrais peut-être le faire mais certainement pas pour rentrer avec mon fiancé... Je me secoue la tête car je n'ai peut-être pas le courage de prendre la poudre d'escampette. Je ne savais plus vers qui me tourner en ce moment. J'aurais voulu parler à Janet mais elle est enceinte et elle doit se ménager. J'aurais simplement voulu profiter de cette soirée mais mon idiot de Père ne me l'a pas permis. Finalement, pourquoi je permettrais à ce que la soirée continue en ce sens ? Mon père est aussi idiot que le reste du monde. Je suis égoïste et je chasse cette idée de ma tête en me la secouant un bon coup. Je marche en silence et finalement, je fais un peu de bruit avec les buissons. Levant le nez, je finis par remarquer la silhouette d'une personne. Bien sûr que je la connais. Enfin, pas de façon personnelle ou intime mais disons que je l'avais invité pour venir donner une pièce à Beaufort Castle. Je la salue d'un signe de tête et les traces de tristesse semble visible à la lumière. Lumière qui n'est peut-être pas là...

« - Pardonnez-moi, Lady Murdoch, je ne voulais point vous faire peur. »

Il est vrai qu'on m'appelle Milady parce que je suis une noble mais je troquerais bien ma vie de noble contre une vie plus naturelle et loin des intrigues de la politique. Je reste neutre et je m'avance vers elle. Je fais une brève révérence une fois à proximité d'elle avant de retirer ma capuche. De cette façon, elle pouvait aisément me reconnaître et de toute façon, elle l'avait déjà fait. Elle m'a même demandé si je n'étais pas avec mes invités. Je les ai laissé avec leur envie et leur joie de faire la fête alors qu'on m'a ôté la mienne... Comme un papillon éphémère, une vie sans lendemain. Peut-être, devrais-je boire au point de ne jamais oublier ? Cela pourrait être une idée intéressante. Peut-être même seule... Je n'avais plus qu'une envie, c'est d'attendre que tout ça soit terminé. Je pose mes yeux embrumés sur l'actrice avant de prendre la parole.

« - J'avais besoin de prendre l'air. Mais cela me permets de savoir si vous avez eu tout ce dont vous aviez besoin et si vous vous êtes restaurée avec votre équipe ! »

Disons qu'elle vient de me donner une bonne raison de m'être éloignée de mes invités pour le moment. Mais il faudra bien que j'y retourne à un moment donné. Même si l'envie n'est pas là... C'est comme si la nouvelle de mes épousailles avec le Général de la Garnison de Fort-William m'avait vampirisée et aspiré toute ma volonté et toute ma joie que j'avais eu en organisant la soirée... Cela aurait du être mon moment de gloire et pourtant, je tombe encore de haut. Cependant, je ne me ferais pas prendre à plusieurs reprises et si je veux organiser quelque chose, je demanderais que cela se fasse ailleurs qu'à Beaufort Castle. C'est probablement les dernières semaines de ma vie que je passe ici et j'ignore encore si je dois m'en réjouir ou en pleurer...
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité






MessageSujet: Re: Twentieth Anniversary [Mini-évent]   Lun 13 Nov - 18:50



Twentieth Anniversary
Les anniversaires ne valent que s'ils constituent des ponts jetés vers l'avenir.
Elle ne s'attendait pas à voir Lady Sybil ici.
Enfin, c'était plutôt logique qu'elle soit ici: c'était chez elle; mais vu les festivités données en son honneur, il aurait été plus normal de la voir en compagnie de sa famille et ses invitées.
Voyant qu'elle lui avait fait une frayeur, cette dernière lui dit: « - Pardonnez-moi, Lady Murdoch, je ne voulais point vous faire peur. »
Ce à quoi elle répondu: Je ne suis pas une Lady, Lady Sybil. Mais une simple comédienne...Appelez-moi Eléonore. Autant avant ça lui aurait plus d'être appelée "Lady"...Enfin, plutôt "Lady Noreen Keith"! Mais depuis sa désillusion brutale qui l'a définitivement sortie de l'innocence, Noreen avait plutôt tendance à le prendre "mal" (le mot était agressif mais bon) et elle n'avait pas réellement de sympathie pour les nobles... D'un autre côté, ils remplissaient bien les salles de spectacles et les bourses! Mieux vaut éviter de se les mettre à dos. Ils avaient tellement travaillés pour en arriver là. « - J'avais besoin de prendre l'air. Mais cela me permets de savoir si vous avez eu tout ce dont vous aviez besoin et si vous vous êtes restaurée avec votre équipe ! »

Jolie. Polie. Bien élevée. Prévenante. A première vue, Sybil Fraser de Lovat n'avait aucun défaut. Mais bon, ne jugeons pas un livre sur sa couverture. La comédienne répondu: Nous avons tout ce qu'il nous faut, Milady! Nous ne vous remercierons jamais de nous laisser jouer devant autant de beau monde! C'est une chance inespérée.

Elle prit une pause. Elle voyait que cette demoiselle ne se sentait pas très bien, elle cru voir des traces de larmes : Il y a un soucis, Lady? Elle n'était pas dans la cour quand le Laird Fraser avait annoncé les fiançailles de sa cadette avec Monsieur le Comte. Donc, c'était légitime de se demander comment une si jolie femme pouvait tirer une tête d'enterrement à son anniversaire.
Puis se rendant compte qu'il n'était point légitime et qu'il était déplacé d'avoir posé la question, elle enchaîna: Veuillez m'excuser! C'était indiscret!

code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Twentieth Anniversary [Mini-évent]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Twentieth Anniversary [Mini-évent]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Mini tourtières dans des vol au vent
» Mini BD sur Noël
» [ MERCERIE ] mini boutons, fermetures éclair, etc...
» mini souffleuse
» DAREDEVIL MINI STATUE (40th anniverssaire )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FLOWER OF SCOTLAND ♔ :: Les Highlands :: The South :: ♛ Les Clans du Sud :: ♛ Terres Fraser-
Sauter vers: