AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 16/08/2016
♛ Messages : 264
♛ Chardons en poche : 1144
♛ Mon allégeance va à : Mon propre camp


MessageSujet: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Mar 11 Juil - 9:28


Samhuinn's ghost are alive


31 octobre 1742, une nuit orageuse s'annonce, mais rien ne semble effrayer notre hôte, le Laird Ranald MacDonald du clan MacRanald, un grand ami des anglais qui a gentiment accepté de prêté sa demeure pour une réception en l'honneur de la fête païenne Samhuinn, ainsi les anglais et principalement le général Ransom espérait ce faire mieux voir des Highlander en leur prouvant que oui, il s'intéressait à leur culture. Anglais et écossais sont donc réunis ce soir pour fêter la fin de la saison  chaude et accueillir le saison froide lors d'une magnifique bal masqué

Ce bal n'est évidemment point au goût de tout le monde y compris du fils MacDonald et de plusieurs invités forcés de venir pour ne point froisser le vieux Laird qui reste un homme fort important dans la communauté Highlander. La soirée bien que quelque peu tendue reste néanmoins agréable le banquet est fastueux, le vin, la bière et le whisky coulent sans discontinuer et l'orchestre joue des morceau entrainant qui n'appelle qu'à la danse.

Pourtant alors que le dessert arrivait tous furent stoppé nets dans leurs activités lorsqu'une servante entra en trombe dans la salle de réception en hurlant  telle une démente que la femme de chambre de Ranald MacDonald, héritier de son père était allongée sans vie, la tête fracassée dans la cour. Dès lors il y eu un raz de marrée vers la cour du château, tout le monde souhaitant voir de leur yeux la macabre découverte. Les plus superstitieux pensent alors que ce sont les fantômes de Samhuinn. Parmi le brouhaha environnant, une voix forte ce fit entendre. Il s'agissait du vieux Reginald O'Donnel, un irlandais, ami de longue date avec le laird des lieux qui était en réalité ici par le plus pur des hasard. Il séjournait en effet en Ecosse pour ces vacances annuelle.

« Mesdames et Messieurs, ce n'est pas un fantôme mais bien l'oeuvre d'une être humain et cet être humains est parmi nous ! Je demanderais donc à tout le monde de bien vouloir regagner la salle de réception dans le calme et laisser les domestique ramener cette pauvre petite à l'intérieur.  Je suis l'inspecteur Reginald O'Donnell et avec votre aide ce crime affreux ne sera point impunis. »

Info Vous voici en terres MacDonald pour cet event. pour ce premier tour  arrivez, profitez, découvrez ce fameux Inspecteur. La suspicion commence à naitre. Qui à bien pu tuer cette pauvre servante. Vous avez jusqu'au 23 juillet. Vous avez une catégorie à disposition pour vos hypothèses, trouvez là et découvrez avec qui vous serez !

« Samhuinn's ghosts are alive »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://flowerofscotland.forumgratuit.ch



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 17/04/2017
♛ Messages : 46
♛ Chardons en poche : 198
♛ Mon allégeance va à : L'Angleterre et mon roi !


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Mer 12 Juil - 22:20



Tous & Algernon
   Samhuinn's ghosts are alive

C
omme toujours Scott avait une tête d'enterrement on aurait dit que je venais de tuer son chien. Cet homme était désespérant. Madame MacKenzie, ma tendre domestique donnais un dernier coup de poudre sur mon visage en souriant comme une mère aurait sourit à son fils en m'assurant que j'étais prêt. J'en était ravis. J'était l'hôte par extension de cette soirée. Comme tout le monde le sait je suis un homme quelque peu frivole, j'aime les réceptions. En organiser une m'avait donc pas posé de problème c'était juste le pourquoi du comment qui m'ennuyais. Mon supérieur hiérarchique a pensé que pour apaiser les tensions palpable entre les écossais des highlands et nous, anglais civilisé que nous sommes. Il était de bon ton d'organiser une soirée, chez un Seigneur écossais en l'honneur de l'une de ces fêtes païennes.

Comme on m'avait quelque peu forcé la main je décidai, pour me venger en quelque sorte, d'organiser une fête, oui mais une fête comme j'en faisais à Charleston, un bal masqué ! De plus la saison s'y prête fort bien. Ainsi j'y trouverais quelque satisfactions.

« Les gens arrive My Lord. »

Me dis Scott d'une voix sans la moindre émotion. Je me tournais vers lui en arquant un sourcil avant de soupirer.

« Et bien mets ton masque dans ce cas tu vas faire peur aux dames avec cette tête ! »

Je descendais finalement. Tout ce passait à merveille tout le monde étaient masqué et semblait s'amusé, j'ai rapidement repérer ma "douce" promise accompagné de son incroyable père. Mais pas de belle Janet en vue. Mon coeur ce brise rien qu'à cette pensée ! Oui enfin pas vraiment, qu'on soit bien d'accord. L'ainée des Fraser était là aussi elle est tellement grande qu'on la reconnait de loin avec son cou de girafe. Qu'avons-nous d'autre voyons... Oh tient Rosemary et sa servante sont venue c'est une joie de les voir des femmes distinguée parmi tout ce monde. Je vois l'épouse de MacKenzie aussi et sa soeur si je ne m'abuse à moins que ce soit le contraire. Le vin commence à me faire tourner la tête.

La fête était il me semble une belle réussite le repas délicieux, ma musique agréable quoique pas parfaite et les gens dansaient. Oui enfin jusqu'à ce qu'une folle entre en hurlant dans la salle de bal. Je remontais mon masque sur ma tête alors que tout le monde la suivait à l'extérieur.

« Voilà une situation quelque peu gênante. »

Lançais-je en me caressant le menton une fois dehors en ayant vu le cadavre de cette pauvre fille. C'est triste elle était plutôt jolie. Je tourne la tête pour repérer Scott. Où était encore passé mon nègre préféré ?
WILDBIRD

_________________

Be my Gest !
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 26/01/2017
♛ Messages : 184
♛ Chardons en poche : 493
♛ Mon allégeance va à : Officiellement, à son clan et la cause jacobite. Officieusement, à l'Angleterre...?


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Jeu 13 Juil - 10:41

Death is at the end of the journey

Magnus, du clan Farquharson, n’aimait pas particulièrement les bals, ni les fêtes mondaines. Né illégitime, ayant été élevé parmi le peuple, nourri par le dure labeur d’une mère célibataire serveuse, il n’avait pas été habitué à ce genre de pratiques durant l’enfance. Et quand, à l’âge de treize ans, il était arrivé à la demeure des Farquharson à Invercauld pour y vivre, il avait également été si bien mis à l’écart qu’il passait plus de temps avec les serviteurs qu’avec sa véritable famille. Il était, de plus, hors de question pour Fiona Farquharson de se présenter à un quelconque rassemblement en présence du batard de son mari. Magnus avait donc observé, souvent, son frère John se pavanant dans des habits de bal avant de s’y rendre, en sachant pertinemment que ce monde là n’était pas le sien.

A son retour d’Angleterre, sa place dans la famille avait changé. Il avait commencé à être convié à ce genre d’événement, car il était un héros de la cause jacobite, un homme que le clan Farquharson pouvait se vanter d’avoir avec lui. Certes, d’une certaine manière, cela était une belle revanche et il n’avait pas envie de faire le plaisir à Fiona de refuser une invitation qui lui était destinée à un événement publique. Mais Magnus ne se sentirait jamais à sa place dans ce théatre de foule hypocrite.
Le fils batard de feu Francis Farquharson était venu accompagné au bal masqué organisé par le clan MacDonald. Sa belle paysanne aux cheveux de feu, Laoghaire, était arrivée à son bras, vêtue, comme lui, d’un masque. Magnus n’avait pas couché avec d’autres femmes depuis qu’il fréquentait Laoghaire et il était resté à son chevet, très inquiet, durant sa maladie. Il était indéniable que le jeune homme éprouvait grande affection pour sa belle. Il était peut être même amoureux…

En la regardant vêtue d’une robe de bal qu’il lui avait achetée, il avait trouvé qu’elle n’avait rien d’une paysanne et tout d’une lady. Les regards des anglais présent s’étaient posés avec mépris sur Magnus, que l’on reconnaissait tout de même assez facilement aux chuchotements que son entrée engendrait, malgré le masque qui lui couvrait une partie du visage. Le « lucky bastard » était resté pratiquement toute la soirée en compagnie de sa douce accompagnatrice, même lorsqu’il discuait avec d’autres, à l’exception d’un instant où il avait du s’absenter dans les cuisines après qu’une servante aie renversé du vin sur son vêtement. Magnus n’en avait pas fait tout un scandale et l’avait laissé nettoyer les dégâts sans rouspéter. Sa mère avait été serveuse, il savait que cela pouvait arriver à tout le monde.

Le jeune homme était assis sur un fauteuil en compagnie de Laoghaire. Elle avait été si heureuse et si anxieuse à la fois à l’idée de venir à son premier bal. Elle avait peur de ne pas comprendre toutes les convenances et  d’être pointée du doigt. Mais tout s’était bien passée. Laoghaire était magnifique, ceux qui la regardaient ne la regardaient que pour cette raison là. Et de toute façon, Magnus n’avait que faire de ce que les gens pensaient de lui. Enfin, dans la plupart des cas…

Le fils illégitime de la famille Farquharson était en train d’embrasser discrètement sa belle dans le cou, lui murmurant qu’il avait hâte de rentrer pour lui retirer cette robe…Quand des cris surgirent. Le jeune homme se redressa alors sur le fauteuil et apprit, comme tout le monde, le meurtre d’une servante.

Comme tout le monde, il alla voir, en compagnie de Laoghaire, ce qu’il en était et constata tristement qu’il connaissait la victime…

_________________
    xxx xxx
    MAGNUS, from the latin « great » | the lucky bastard
    When I came back from England, I had a strange though walking through Invercauld's doors. « Anyway», I though « It is still good to be home». Was it ? Surprised by my own thinkings, I've asked myself. « Is Invercauld my home ? I've never felt at home in Invercauld, have I ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/01/2017
♛ Messages : 156
♛ Chardons en poche : 356
♛ Mon allégeance va à : Je n'ai plus d'allégeance survivre est ma priorité


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Dim 16 Juil - 21:19



Tous & Laoghaire
   Samhuinn's ghosts are alive

I
l s'agissait de ma première sortie depuis mon rétablissement. J'étais en effet tombée malade. Magnus est persuadé que tout était de la faute de Claire la lady du Clan, c'était elle qui avait fait entrer la maladie entre les murs d'Invercauld. Dans les faits il n'avais pas tors mais comme je lui avais dit, je m'étais remise et j'allais bien maintenant, j'avais encore parfois des vertiges et pouvais me sentir faible mais autrement j'étais en pleine forme.

Lorsque Magnus m'annonça qu'il se rendait à un bal masqué pour les festivités de Samhuinn. J'en étais terriblement jalouse sur le moment, j'ai toujours rêver d'aller à un bal. Il continua en me proposant de l'accompagner. Je ne pus m'empêcher de froncer les sourcils, il était sérieux ? Nous ne sommes jamais sorti du château ensemble. Qu'est ce que les gens allaient penser. De plus je ne connais pas toute l'étiquette parfois lorsque nous dinons à Invercauld je sais que la matriarche me fusille du regard car j'ai dit ou fait une erreur. Je n'ai pas envie d'indisposer plus que de raison mon amant et protecteur. Mais il semblait sur de lui, si sûr qu'il me commanda même une robe pour l'occasion, une magnifique robe de couleur verte émeraude, mettant en valeur ma chevelure de feu.

« C'est bien trop somptueux ! »

M'étais-je alors exclamée après l'avoir passé pour la première fois. Mais elle semblait au goût de Magnus et il n'avais nulle envie d'en changer. Je l'ai donc mise le jour J. Moira, la demi-soeur de Magnus m'aida à discipliner ma chevelure. Il est vrai que généralement je les tressais simplement ou les laissai lâcher. Pour une telle réception cependant il était de bon ton de se coiffer de façon plus sophistiquée. C'est en tout cas ce que disait Moira.

Avant d'entrer dans le château de notre hôte, en ce soir du 31 octobre 1742, je sortis un deux masques que j'avais confectionné un pour Magnus et un pour moi. Après tout c'était un bal masqué, il valait mieux arriver le visage couvert ou dans notre cas le regard dissimulé.

Cette soirée était un pur délice la nourriture était raffinée le vin était servi généreusement peut être un peu trop, en effet Magnus dus s'absenté, à son retour il m'annonça qu'on lui avais renversé du vin sur le pourpoint. Je ne voyais pourtant pas de tache. Mais moi-même j'avais peut être bus un peu trop. Pour l'instant je ne m'en formalisais pas, je savais que l'alcool me rendait un peu paranoïaque.

Après plusieurs danse qui nous avais fatigué Magnus nous trouva un fauteuil, alors assise sur ses genoux Je gloussais discrétement à ses dires et ses acte qui me faisait frissonner, cependant, l'heure du couché devrait attendre, une cris strident me fit sursauter et nous nous levâmes tous deux alors quûne servante en larmes hurlait qu'on avait tué son amie. Je fut aspirée par la vague des invités se précipitant au dehors pour voir la la macabre découverte, sous la pluie. Je me signai discrètement.

« Nous devrions nous en aller ! »

Murmurais-je à Magnus. Sauf que c'était sans compter sur Monsieur l'Irlandais je ne me souviens plus de son nom je ne l'ai point entendu. Il se prétendait être enquêteur. Alors qu'il nous encourageait à rentrer je commençais à me sentir bien mal à l'aise. Tout le monde se dévisageait d'un air suspicieux et mon coeur commençais à battre plus fort alors que ma respiration s'accélérait.
WILDBIRD

_________________


Little dove with broken's wings. + Happiness can be found in the darkness of times If one only remember to use a candle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 03/05/2017
♛ Messages : 178
♛ Chardons en poche : 214
♛ Mon allégeance va à : Aux Stuart ainsi qu'à mes frères et ma soeur, Janet. Plait-il ? A mon fiancé ? Ah non, faut pas m'en demander trop.


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Lun 17 Juil - 9:31

Samhuinn's ghost are alive
Encore une fête... A croire que l'écosse aime s'amuser et je ne peux pas dire que c'est faux. Mais entre chacune d'entre elle, il y a souvent la guerre de clans qui sévi encore sur nos terres. >Cette année, c'est le clan MacDonald qui organise et vu que mon aînée prévoit d'en épouser un, je ne peux pas me dire que ma présence serait mal placée. Il faut dire que je serais bientôt un membre de la famille par ma sœur même si mon avenir proche est vouée à quelqu'un d'autre. Et je n'ai toujours pas accepter la nouvelle... Moi, mariée à un Anglais ? Mais mon père a perdu la boule ou quoi ? Malgré tout, je me suis laissé convaincre et j'ai finis par me dire que cela me ferait du bien de m'amuser un peu. J'ignorais si mon promis serait présent et il ne fait actuellement pas parti de mes priorités. A vrai dire, je ferais mieux de ne pas y penser et d'essayer de profiter de la fête organisée en l'honneur d'une fête païenne. En plus, il s'agit d'un bal masqué. De ce fait, je suis libre de porter le masque de mon choix. M'habillant de convenance avec l'aide de ma servante avec qui je discute aisément, j'ai pensé à une robe que j'affectionne particulièrement de couleur bleue nuit et blanche ainsi qu'un masque tenu en main dans les mêmes tons.  Une fois habillée, je me coiffe en conséquence et j'opte pour les laisser détacher mais dégager quand même le visage. Quelque chose de simple et sans prétention. Je ne suis pas du genre à afficher le fait que je sois membre d'un des plus grands clans écossais mais aussi l'un des plus anciens selon les histoires de mon père. Après, j'ai appris à lire et à écrire comme n'importe quel noble écossais qui se respecte. Dés lors que je suis prête, je rejoins ma famille et je voyage avec eux. Du moins, pour ceux qui seront là. Le domaine des MacDonald n'est pas si éloigné de celui des Fraser de Lovat alors on pouvait se permettre de prendre la route au dernier moment même si plusieurs heures sont plus que nécessaire à cette soudaine traversée.

Je reste silencieuse le long du voyage vu que de toute façon, je n'avais rien à leur dire. Bien entendu, cela me laisse le temps de réfléchir à ce qui pourrait me sortir de là. Ses dernières semaines étaient éprouvantes mais je n'ai rien dit, essayant de me montrer à la hauteur de mon nom même si mon père passe son temps à me dénigrer. Mais s'il s'imagine que je suis aussi naïve alors c'est que cela est à mon avantage et je compte bien le garder un moment. Depuis l'annonce, je suis de marbre et j'ignore purement et simplement le seigneur des lieux et ne permettant pas à Georgina de parler pour lui. C'était ainsi. Le clan se déchire et la famille se sépare. Voilà le triste constat... Mais que puis-je y faire  finalement ? Je ne suis qu'un pion pour le Vieux Renard qui finira un jour par mourir afin de laisser la place à Simon Junior et Alexander. Ce serait une bonne chose pour le clan que la mort de ce vieux fou. Lui adresser la parole ? Jamais de la vie. Il m'a ignoré durant des années et il va continuer à le faire. Maintenant qu'il a obtenu ce qu'il obtenu ce qu'il voulait, je n'avais plus qu'à me taire et faire comme s'il ne s'était rien passé... Rien passé ? Vraiment ? Peut-être, devrais-je faire comme Janet ? Allez savoir... mais je sais que cela n'est pas vraiment possible surtout face au général de la garnison anglaise de Fort Williams. Concernant Janet, je ne compte pas mettre un terme à ma proximité avec elle, elle est peut-être la seule famille qu'il me reste réellement. Alexander s'est éloigné et je ne parle même pas de Simon Junior. Et je suis impuissante face à tout ça même si je ne veux que leur bonheur.

Arrivant sur place, je descends seule et je laisse mon père et ma sœur, Georgina, ensemble sans me mêler de leur affaire. Pour le moment, j'avais besoin de marcher et de m'isoler encore et encore. Pourtant, je reviens au banquet et je remarque que c'est plutôt une ambiance calme et je me mets à danser avec le premier invité qui m'y invite. Je ne cherche même pas à savoir où est mon promis, il est assez grand pour faire ce qu'il a à faire. Puis le repas et je mange à peine n'ayant vraiment pas l'appétit. Je finis par me lever afin d'aller saluer mes amis du clan MacKenzie avant de reprendre ma place non loin de mon père. En fait, il faut mieux que j'évite la soirée et au moment où je me lève, j'entends un cri. Tournant la tête, je remarque une femme qui délire ou on s'y croirait. Qu'est ce que cela voulait dire ? Puis une voix forte résonne et je tourne la tête vers la personne en question. Il s'agissait d'un ami de l'hôte. Laissant les commères faire, je lâche un soupir. Il ne manquait plus que ça... M'éloignant de ma famille, je finis par voir le corps et je grimace. Cela va faire le tour du pays... C'est alors que je rejoins la salle de réception, inquiète de la suite.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
Blessed be Providence, who has given each man a toy: the doll to the child, the child to the woman, the woman to the man, and the man to the devil.


Dernière édition par Sybil Fraser de Lovat le Mer 19 Juil - 23:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 09/06/2017
♛ Messages : 43
♛ Chardons en poche : 127
♛ Mon allégeance va à : Au roi d'Angleterre et à la famille Brandon


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Lun 17 Juil - 14:23




Samhuinn's ghost are alive
 
Discrète et silencieuse, à l'écart des autres invités, Verity ne souhaitait pas participer aux fastes de ce bal auquel avait été invité son amie Rosemary. En réalité, elle n'avait jamais vraiment aimée les soirées de ce genre, ou tous les nobles se réunissait et partageaient potins et autres conversations étranges. Ce n'était pas le premier auquel elle assistait, il y en avait eu de nombreux avant leur départ de Londres, mais celui-ci était d'autant plus difficile que la demoiselle ne connaissait quasiment personne. Il serait mal avisé pour elle d'engager la conversation avec des gens plus hauts placés qu'elle, après tout ce n'était qu'une servante. Elle ne se sentait jamais à sa place, entourée de belles robes et de costumes valant certainement plus que sa propre vie, dans une demeure généralement si belle et somptueuse qu'elle se sentait écrasée par le poids de sa richesse. Pourtant, elle avait accepté la demande de Rosemary de l'accompagner, en sachant que cette soirée allait être particulièrement longue et fatigante. Elle qui travaillait toute la journée et se lèverait tôt pour tout préparer avant le réveil de ses employeurs, n'avait que très peu envie de rester éveillée une bonne partie de la nuit. Mais soit, elle ne pouvait rien lui refuser.

Vêtue d'une robe bleue ciel sans fioriture, la jeune femme n'avait pas pris la peine de porter un loup. Après tout, ses accoutrements -bien que plus beau et cher qu'à son habitude- suffisait à montrer qu'elle ne faisait pas partie de ce monde, et de plus elle ne comptait pas s'amuser ce soir, mais prendre soin de sa jeune maîtresse. Les mains croisées devant elle, Verity observait les groupes se former, discuter et rire, les jupes valser au rythme des danses, et les verres d'alcool se vider. Quelques fois, elle se perdait à observer les magnifiques bijoux de ces dames et à s'imaginer avec… C'est fou comme tout pouvait sembler intéressant lorsqu'une situation était ennuyante… Même si cela pouvait paraître absurde, la servante sachant qu'elle ne porterait jamais de telles richesses.

La concentration de personnes avait quelque chose d'insupportable pour la jeune femme, qui sentit une boule de chaleur se créer dans son ventre et des perles de sueurs commencèrent à perler sur son front. Elle décida d'aller prévenir sa jeune maîtresse d'une courte absence, avançant vers elle d'un pas de souris.

-Mademoiselle, je vais s...

Elle eut à peine le temps de comment sa phrase à l'intention de son amie qu'une femme entra en hurlant dans la salle. Visiblement choquée et hystérique, elle fit immédiatement regretter à Verity d'être venue. Attrapant le bras de Rosemary, elle se mit à moitié devant elle, comme pour la protéger d'une menace invisible. Tous les invités semblaient paniquer autour d'eux et se dirigeaient vers la sortie pour voir le corps. L'anglaise ne bougea pas de la pièce et se figea à la voix de l'irlandais. Serrant la main de la noble, son cœur se mit à accélérer rapidement. Quelle idiotie de les enfermer dans la même pièce qu'un supposé tueur !

-J'espère que cela ne sera pas trop long… Je ne voudrais pas que votre famille soit inquiétée, glissa-t-elle à Rose, reprenant doucement son calme.

© Belzébuth

_________________


CHAOS IS A LADDER. MANY WHO TRY TO CLIMB IT FAIL, AND NEVER GET TO TRY AGAIN. THE FALL BREAKS THEM. AND SOME ARE GIVEN A CHANCE TO CLIMB, BUT REFUSE. ▵ ©️endlesslove.
hope isn't a dream▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 10/03/2017
♛ Messages : 171
♛ Chardons en poche : 323
♛ Mon allégeance va à : mes enfants et au clan Farquharson


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Lun 17 Juil - 22:59

Un bal masqué, Fiona n’était pas très friande des bals mais elle se devait d’y assister. Ce bal était important alors la matriarche du clan Farquharson avait fait en sorte de se vêtir en conséquence. Et puis, c’était un bal masqué, voilà qui était nouveau. Fiona devait reconnaître que cette idée piquait sa curiosité toute retrouvée. Après sa guérison, la lionne des Highlands avait envie, avait besoin de penser à autre chose. Surtout qu’elle avait encore en mémoire ses délires. Délires qui hantaient encore ses nuits, des cauchemars qui la réveillaient encore parfois.

Fiona Farquharson revêtit l’une de ses plus belles robes et convia ceux qui le souhaitaient à prendre la route avec elle. Elle se moquait bien de savoir qui des membres de son clan allaient la suivre. Elle voulait faire ce que bon lui semblait loin de son statut de matriarche. Alors oui, elle se rendrait seule sur les terres McDonald si elle le devait. Elle n’avait pas peur de voyager seule. Son âme était seule depuis et mélancolique dans l’alcôve de sa chambre depuis la mort de son époux. Alors elle était sortie au dehors et constata avec déception que permis les membres de son clan qui venaient avec elle il y avait Magnus, le bâtard et… Lao, la… elle ne savait encore la qualifier. Magnus la présentait comme une courtisanne, elle, la voyait surtout comme une pauvre brebis.  Elle ne savait si elle devait la prendre en pitié, sous son aile ou bien la traiter comme elle traitait Magnus, à savoir rien.

Fiona arriva sur les terres de leurs hôtes et salua quelques connaissances dont Sybill fraser et son père, le vieux renard Simon Fraser. Elle profita de la soirée jusqu’au moment ou un visage bien trop familier passa devant ses yeux. Elle ne savait où se trouvaient Magnus et la jeune Lao et à cet instant, ce qui la perturbait le plus était de revoir l’une de ses anciennes servantes. Elle l’avait renvoyée après avoir constaté la disparition d’un magnifique collier qu’elle crut reconnaitre au cou de la jeune femme. Fiona se promit de retrouver la jeune femme pour lui demander ce qu’il en était.  Mais elle reporta bien vite son attention sur des petits gâteaux qui passaient non loin d’elle. Elle s’éclipsa ensuite vers l’extérieur pour sentir l’air frais. Et puis soudain, un cri, de l’agitation et Fiona lissa instinctivement sa robe pour rejoindre quelques groupes. Elle voulait savoir ce qu’il en était et elle fit bientôt servit. Un meurtre. Quel horreur, Fiona Farquharson s’empressa de rejoindre les siens. La lionne des Highlands retrouva rapidement sa belle-fille Claire. « Ma chère, vous devriez aller vous asseoir. Je ne voudrai pas que ce trop plein d’émotions ne vous fasse rechuter. Votre maladie et votre délivrance vous ont affaibli, ne l’oubliez pas. » lâcha-t-elle comme un coup de semonce. Fiona avait beau apprécier sa belle-fille ne pouvait concevoir qu’elle se mette en danger et la vue d’un corps aussi blanc que le marbre pouvait retourner le plus solide des estomacs. Fiona Farquharson en savait quelques choses pour avoir vu le corps sanglant et meurtrie de son bien-aimé frère.


Dernière édition par Fiona Farquharson le Ven 4 Aoû - 0:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 09/06/2017
♛ Messages : 81
♛ Chardons en poche : 143
♛ Mon allégeance va à : Je suis le vent, j'obéis à son gré.


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Mar 18 Juil - 15:33


   
Samhuinn's ghosts are alive
Entre autres, Decima Macbeth.


Honnêtement, que faisait-elle là ?
S'il y a bien une personne qui n'avait pas sa place à un bal donné par Laird MacDonald, c'était bien la volatile Decima Macbeth. Fille d'aucune naissance et d'aucune noblesse, indécise entre les Anglais, les Écossais et les étrangers, elle était venue ici simplement pour combler deux buts fort chers à son cœur; la curiosité satisfaite, et l'amusement. Les journées se ressemblent parfois, dans le Nord comme ailleurs. Elle n'était attaché à aucune terre en particulier, mais elle ne pouvait nier que les festivités, qu'elles soient païennes ou officielles, lui procuraient parfois une certaine satisfaction. Alors la voilà, la raison de sa présence. En entendant parler de ce bal masqué célébrant Samhuinn, elle s'est simplement dit " Pourquoi pas ? ".

Alors la voilà. Glissée au milieu des nombreux invités aux visages cachés, elle se faufilait hasardeusement, l'œil étincelant et les sens à vif. Elle cherchait sans doute quelque chose à faire ou attendait que quelque chose se produise. Elle guettait, surveillait, et tout cela avec un charmant sourire aux coins de ses lèvres. Elle n'allait, malheureusement, pas être déçue. Même elle, cette aventureuse créature, ne s'attendait pas à ce qui allait se passer.
Alors qu'elle avait achevé de faire un tour plus ou moins complet de la salle où se déroulaient les festivités, l'évènement funeste dont nous avons tous pris connaissance survint. Ce qui en suivit se passa très, très vite. Tous, elle y compris, accoururent dehors pour voir le corps de la malheureuse ayant perdu la vie dans des circonstances bien sanglantes. Decima était restée de marbre, simplement car tout le chamboulement qu'elle éprouvait se déroulait à l'intérieur d'elle. Elle avait déjà vu des corps ainsi sauvagement achevés, mais à chaque fois, un frisson la parcourait jusque dans le bas du dos. Aussi, le plus douloureux fut le silence qui s'en suivit. Un silence durant lequel la jeune femme avait détourné les yeux du cadavre afin d'observer les gens qui l'entouraient, et ainsi percevoir leur réaction. Ses instincts s'étaient mis à vif, et ni la jeune fille en robe bleue, ni le militaire qui portait sa main à son menton, ni aucun autre invité à cette funeste mascarade ne semblait pouvoir espérer un tel chamboulement la nuit de Samhuinn.
Decima savait qu'elle comme n'importe qui d'autre pouvait être accusé. Au moindre faux geste, au moindre regard de travers, la situation pouvait pleinement se retourner et changer du tout autour. Alors elle resta droite, et réfléchit rapidement à la meilleure attitude à adopter. La fuite était une option, la coopération aveugle en était une autre. Pour le moment, le plus sage était de suivre le mouvement de la foule et prétendre de ne penser à rien d'autre qu'à l'horreur du crime. Ainsi, elle passerait peut-être pour une autre de ces dames tracassées et perdues, mais au moins, elle passerait pour quelqu'un qu'on ne peut pas soupçonner.
En regardant une dernière fois autour d'elle, la jeune femme à la chevelure ébène put croiser quelques regards. Des regards qui, dans leur froideur ou leur inquiétude, lui semblaient étrangement familiers. Elle sut aussitôt qu'il fallait qu'elle se joigne à quelqu'un pour ne pas avoir l'air d'être venue seule. Les cavaliers solitaires suscitent pas mal d'émoi et font souvent fort mauvaise impression. Elle devait trouver quelqu'un avec qui elle pouvait prétendre de discuter, et vite.

∞everleigh


_________________
Sing me a song of a lass that is gone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 06/07/2017
♛ Messages : 63
♛ Chardons en poche : 125
♛ Mon allégeance va à : A mon clan... mais avant tout à moi-même


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Mer 19 Juil - 10:50


  Cluedo

  Samhuinn's Ghosts are alive

 

  « Joie et Tristesse ». La raillerie dédaigneuse sortait tel un venin de la bouche de Simon Fraser, malgré le sourire sardonique qu'il affichait en contemplant les deux jeunes femmes assises en face de lui. « On ne saurait imaginer contraste plus frappant... Seigneur, ça me rendrait presque malade ! » Le vieux laird, détournant le regard pour le poser sur les landes mystérieuses, était passablement agacé. Coincé dans une calèche pour plusieurs heures en présence de ses deux filles, en direction d'un endroit qu'il n'appréciait pas, le renard était au comble de l'irritation. Ciel, que ne fallait-il pas faire pour ne pas froisser la couronne anglaise (ainsi que son futur gendre), et pour faire plaisir à son aînée chérie Georgina ! Un bal masqué ! Quelle futilité ! Organisé par les anglais, sur les terres de cet insupportable clan MacDonald... Seule la contrainte politique pouvait l'obliger à se rendre volontairement chez ce vieux fou. Il était impensable de refuser l'invitation, cela aurait été un faux-pas stratégique des plus graves : il ne fallait pas offenser Ransom, fiancé à sa fille, général de Fort Williams, et avec lui la couronne... et il ne pouvait non plus se permettre de vexer le clan MacDonald, encore moins maintenant que Georgina s'était mis en tête de lier leurs deux familles en épousant le fils du laird... Mon dieu qu'il était compliqué finalement d'avoir des enfants ! Ils s'arrangent toujours pour ne pas vous obéir et n'en faire qu'à leur guise. Enfin. C'était ainsi, et malgré son inimitié de longue date avec les MacDonald, Simon s'était laissé plus ou moins convaincre par sa fille adorée qu'une telle alliance était à l'avantage du clan Fraser de Lovat. Et c'était précisément cette perspective d'extension de ses unions qui avait fait naître dans sa tête de vieux rusé le silencieux projet de lier sa troisième fille au côté anglais. Une fille dans chaque camps. Voilà qui était intelligent et permettait d'assurer ses arrières... Mais évidemment, Sybil n'était pas ravie et depuis qu'il avait fait l'annonce de son prochain mariage lors de la fête de son vingtième anniversaire, elle passait son temps à ignorer tout le monde, à croire qu'elle était devenue muette et avait transformé son regard en celui d'une statue de marbre. Le renard ricana intérieurement. « Pour ce que ça me change au quotidien ! » Il l'avait toujours ignorée.

Mais c'était cet événement qui provoquait le spectacle exaspérant qui se déroulait sous ses yeux de glace. Sybil n'avait pipé mot, quand bien même Georgina avait essayé de lui faire la conversation, passant son temps à regarder au dehors et faisant comme si elle voyageait seule. Pendant que Georgie, de son côté, affichait un sourire qu'elle ne pouvait empêcher d'apparaître, démontrant son grand bonheur d'aller voir son promis, un peu plus tôt que l'heure prévue de la réception. De toute évidence, elle s'imaginait déjà se promener avec Ranald avant que tout le monde ne soit accaparé par le bal masqué et la foule qui ne manquerait pas d'y assister. Le laird soupira. Cette soirée promettait d'être odieusement longue. Mais il en prendrait son parti et tâcherai de louvoyer parmi les invités pour continuer de servir ses intérêts. Au moins fallait-il que cette réception serve à quelque chose.

Une fois arrivé, Fraser s'exila dans la campagne alentour, à cheval, ne souhaitant guère passer trop de temps seul et exposé en présence de MacDonald. Et autant laisser Georgina s'amuser sans la mine sombre et narquoise de son vieux père. Mais une fois de retour à l'heure prévu, et sa tenue remise en ordre, Simon se mélangea à la foule, saluant ceux qui méritaient de l'être, et lançant de nombreuses piques acides à qui voulait bien l'écouter. Il avait refusé de jouer le jeu des masques. C'était frivole et ridicule. Sa présence suffisait, sans qu'il ne soit obligé de se plier à des idées farfelues. Il était laird et highlander, et il était suffisamment vieux pour qu'on lui fiche la paix. Quand on lui avait fait la remarque, il s'était contenté d'un sourire énigmatique et d'une réplique sibylline : « Ce n'est pas parce que vous ne voyez pas mon masque que je n'en porte pas... » Et il avait tourné les talons, rempli de satisfaction à la vue des mines décontenancées que ses compagnons du moment avait exposé. Finalement, il s'amusait bien. Embêter son monde était décidément son loisir préféré. La soirée se déroula le plus banalement du monde, malgré les tensions palpables. Ici se trouvaient des clans ennemis, contraints de ronger leur frein pour ne pas faire d'esclandre. Mais le jeu des apparences fonctionna à merveille, et le dessert arriva. Ah ! Ca y est ! Cette soirée interminable allait prendre bientôt fin !...

Du moins le croyait-il. Mais il s'était lourdement trompé et voilà qu'elle ne faisait en réalité que commencer. Il y eut un cri, et une servante entra en trombe dans la salle, l'air paniqué et le souffle court. Fraser soupira lourdement, se pinçant l'arête du nez, lorsqu'il l'entendit annoncer qu'une femme de chambre était morte, la tête fracassée, son corps étendu dans la cour... Bon sang, n'aurait-elle pas pu mourir un autre jour ? Il fallait que ça tombe sur lui ! Tout le monde s'était précipité dehors, tel des vautours désirant assister au spectacle macabre. Simon, lui, prit son temps. Quelle hâte y avait-il à aller regarder le corps sans vie d'une misérable femme de chambre ? Lentement, il sortit, pour voir un homme à la voix de stentor proclamer un petit discours signifiant qu'il prenait les choses en main. Simon s'approcha discrètement d'Algernon Ransom, qui semblait lui aussi plus ennuyé par les problèmes qui s'annonçaient que par l'horreur du crime, et lui souffla à l'oreille :

« Gênante, en effet. Qui peut bien avoir envie de tuer une femme de chambre ? Je me demande ce qu'elle savait qu'elle n'aurait pas dû... Mais bon, votre ami irlandais semble prendre les rênes. Qui de mieux qu'un étranger pour régler une affaire locale ? » Simon empruntait un ton sarcastique, ne détournant jamais son regard de la scène qui se déroulait devant lui, un sourire insolent et satisfait flottant sur ses lèvres. Pourquoi fallait-il toujours que des étrangers viennent fourrer leur nez dans des histoires qu'ils étaient incapables de comprendre ?

Lentement, il se détourna, obéissant à l'injonction qui était faite à tous les invités : ils devaient regagner la salle de réception. Et c'est à ce moment là qu'il aperçut une jeune femme à l'aura enveloppée de mystère, à la chevelure d'ébène, et qui semblait chercher du regard quelqu'un, ou quelque chose. Il ne la connaissait pas. Mais elle l'intriguait, quelque chose dans ses pupilles claires lui révéla qu'elle était soudain perdue et légèrement inquiète. Il s'approcha de la belle jeune femme, et lui proposa son bras, un demi-sourire tirant le coin de ses lèvres :

« Me feriez-vous l'honneur de m'accompagner jusque dans la salle ? C'est un spectacle horrible que vous avez vu là, il serait inconvenant de vous laisser seule, mademoiselle... ? » Il regarda intensément Decima, attendant qu'elle lui fasse part de son identité.



AVENGEDINCHAINS
 

_________________
the old fox

   beware of him.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 09/06/2017
♛ Messages : 81
♛ Chardons en poche : 143
♛ Mon allégeance va à : Je suis le vent, j'obéis à son gré.


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Mer 19 Juil - 14:42


 
Samhuinn's ghosts are alive
Entre autres, Decima Macbeth.


Un premier instinct se manifesta en Decima. Il s'agissait là plutôt d'une déduction -quelque chose d'à la fois naturel et réfléchi. Sa réaction en fut donc la suivante: Lentement, avec des gestes qu'elle faisait paraître hésitants, elle retira le demi-masque finement travaillé qui ornait une partie de son visage jusqu'à maintenant. En réalité, c'était un masque qu'elle avait elle-même fabriqué au fil de plusieurs soirées de tempête. Elle savait travailler les métaux, surtout les métaux fins et en particulier les métaux précieux. C'est donc avec patience et amusement qu'elle s'était assemblée ce petit masque qui témoignait d'une habilité d'orfèvre. Tout était minutieux dans cet ouvrage, si bien qu'on pouvait lui prêter une certaine valeur qu'au fond, il n'avait pas vraiment. Maintenant, pourquoi s'était-elle ainsi débarrassée de cet accessoire ? Tout simplement car elle avait vu plusieurs personnes autour d'elle le faire, et elle comprit que c'était un geste qui traduisait le choc et l'incompréhension. Decima avait beau être perturbée, on ne pouvait pas dire qu'elle était paniquée par la vue de ce misérable cadavre. Elle, elle était de cette nature curieuse qui pousse à songer à la suite et la cause des évènements plutôt qu'à l'évènement lui-même. Des instincts de limier qui la mettaient parfois en péril. Alors, afin d'éviter de se faire remarquer plus que n'importe qui d'autre, elle avait suivi le mouvement de la foule en ôtant ce qui dissimulait son visage, et se mettant ainsi à nu, au risque de se faire reconnaitre par certains individus. Mais après avoir pesé le pour et le contre d'un tel danger, elle en avait conclu qu'elle pouvait aisément éviter ceux qui, éventuellement, parvenaient à la reconnaitre, alors qu'éviter des accusations de meurtre au milieu d'une grande soirée, c'était tout autre chose.
Laissant retomber mollement ses bras le long de son corps, tenant son masque dans une de ses mains, Decima fut contrainte de détourner les yeux de son entourage pour se remettre à fixer à nouveau le funeste spectacle, ou plutôt, l'homme qui, dans un élan presque héroïque, clamait de reprendre la situation en mains. Après tout, ce n'était pas plus mal; la foule avait l'air d'une basse-cour, et y remettre un peu d'ordre semblait assez logique, quoi que cela rendait l'option de la fuite plus délicate encore. Au point où elle en était, ce n'était même plus une option.


« Me feriez-vous l'honneur de m'accompagner jusque dans la salle ? C'est un spectacle horrible que vous avez vu là, il serait inconvenant de vous laisser seule, mademoiselle... ? »




Un chamboulement survint au moment où Decima se fit interpeller par une voix qui lui était inconnue. Avant même de se retourner vers l'homme qui s'adressait à elle, elle vit là une coïncidence étrange avec ce qu'elle était justement en train de songer. Il lui fallait quelqu'un à qui elle pouvait emprunter un peu de compagnie, et voilà que son souhait était exaucé avec une logique galanterie.
La jeune fille tourna donc la tête vers la voix. Elle vit un individu qui lui proposait son bras, plus grand et plus âgé qu'elle, et qui avait une allure qui projeta un nouveau frisson dans le dos de la demoiselle. Elle n'avait pas affaire à n'importe qui, mais elle devait feindre de ne pas s'en soucier. Aussitôt, elle eut l'impression de voir devant elle un danger plutôt qu'un sauveur, mais elle savait aussi qu'il fallait qu'elle fasse mine de rien. Elle avait décidé de se faire passer pour n'importe qui, alors elle allait se comporter comme n'importe qui, mettant de côté ses réflexes ardents à défaut de pouvoir les ignorer. Elle avait affaire à Simon Fraser, et même si elle ignorait son identité, elle avait immédiatement ressenti l'empoisonné pouvoir que celui-ci représentait. Elle allait devoir être prudente, et ce dès à présent.

En détournant douloureusement les yeux, Decima glissa son bras autour de celui qui lui était proposé avec la délicatesse d'une lady et la légèreté d'une femme inquiète. Elle usa des talents que lui avait aiguisé Éléonore Murdoch du temps où elle suivait la troupe de théâtre de cette-dernière, afin de jouer au mieux le rôle qu'elle avait décidé d'endosser lors de cette nuit de Samhuinn qui s'annonçait longue et sombre. « Que c'est macabre, monsieur...» souffla-t-elle, adressant ainsi ses premières paroles à l'inconnu qui l'escortait jusqu'à la salle. Dans sa voix douce et sérieuse, il y avait à la fois l'effroi et le remerciement. Puis, relevant ses iris claires vers le regard sournois de son compagnon d'un instant, elle ajouta; « Merci, monsieur. Votre présence m'apaise; je n'aurai pas dû me mêler à la foule si dense. »
Pendant que la jeune fille perdue expliquait son soulagement à son bienfaiteur, Decima Macbeth, tapie sous un autre masque jusque là convainquant réfléchissait intensément. Elle devait se trouver un lien avec un invité. N'importe lequel, mais pas celui avec lequel elle parlait. Elle se doutait que si elle ne lui parlait pas de sa famille inexistante, il allait trouver un moyen aussi cynique que courtois de lui poser la question. «À qui puis-je vous reconduire ?» et «Où sont donc vos parents ?» sont des questions qu'elle attendait au tournant, et auxquelles elle essayait d'inventer des réponses aussi justes que légitimes. Ce qui était urgent, c'était de se rappeler des visages qu'elle a observé lors de cette soirée, et pouvoir replacer un nom sur ceux qu'elle avait reconnu. De là, elle tisserait sa toile de mensonges, aussi blanche qu'une brebis se roulant dans la boue.

∞everleigh


_________________
Sing me a song of a lass that is gone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité






MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Ven 21 Juil - 13:57


Rosemary

ft. Tout le monde

Chapitre 1

C'est ma première sortie officielle depuis la mort de mes biens aimés parents mais également la première soirée en Écosse. Cette dernière se déroule sur les terres du clan MacDonald. Je salue nos hôtes. Puis, je repars et je cherche quelques connaissances.  En arrivant ici, je ne connaissais aucun écossais. Je ne connais pas les membres des différents clans, je sais juste qu'il existe plusieurs clans comme nous en Angleterre où il existe plusieurs familles ayant un titre … Ces familles anglaises peuvent posséder plusieurs titres et plusieurs terres par extension. De plus, il faut savoir que si je viens ici, c'est pour me sortir les idées, je ne cherche pas à faire sensation avec ma tenue ou ma coiffure mais également mon masque. Ce dernier en revanche a des plumes de cygne acheté à une jeune femme habile de ses mains, autrefois.
La soirée se passe sans accident, je discute avec quelques personnes. Je fais des rencontres. Puis, on annonce une terrible nouvelle. Oh mon dieu ! Pourquoi maintenant ? Pourquoi ici ? Je ne sens pas la pression de la force de la main de Verity sur moi. Je suis ailleurs. Le regard vide. Les gens se précipitent pour aller voir le corps. Moi, j'en ai pas envie.
Bien que j'ai déjà assisté à des exécutions, je ne peux pas voir voir le corps d'un mort.

Verity - -J'espère que cela ne sera pas trop long… Je ne voudrais pas que votre famille soit inquiétée

Rosemary – Je l'espère aussi, Verity. Je crois … que je vais m'asseoir. Je ne me sens pas bien. Avez-vous … du sel ?


Je fais quelques pas à la recherche d'une place pour m’asseoir en laissant Verity chercher le sel, je rencontre Simon Fraser en compagnie d'une de mes connaissances. Je souris à Decima, je l'ai connu en Angleterre. Mon visage devient blême. J'avais besoin d'air, il fallait que je respire avant de m'écrouler sur le sol.

Rosemary – Je m'excuse Milord, Mademoiselle. Je .. dois prendre l'air.

Par la suite, Verity me rejoint. Je regarde Verity. Avait-elle le sel ? Je l'espère. Je me sens pas bien, absolument pas bien. Je me sens oppressée puis je finis par m'évanouir.



rosemarysamhuinnin's ghosts are alive
(c) black.pineapple
Revenir en haut Aller en bas



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 12/09/2016
♛ Messages : 603
♛ Chardons en poche : 600
♛ Mon allégeance va à : Au Clan Fraser et à mon père Simon Fraser de Lovat ensuite à mon fiancé Ranald MacDonald, fils du Laird MacDonald


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Jeu 27 Juil - 18:25



Tous & Georgina
   Samhuinn's ghosts are alive

J
'étais ravie, excitée, euphorique. Papa avait dit oui ! Sincèrement je n'y avais pas cru le jour d'avant, j'était entrée dans son bureau et je lui avait demandé de partir plus tôt pour arriver en avance chez les MacDonald afin que je puisse profiter de quelques instants privilégiés avec Ranald avant que tout les invités arrivent. En lui parlant je m'attendais à ce qu'il me renvoie à mes chères études. Mais non, en fait il a accepté. Du bout des lèvres et en rechignant c'est certain mais il avait dit oui.

« Je vous adore Papa ! »

Avais-je alors explosé avant de le prendre des mes bras pour le remercier. Je ne faisait bien sûr jamais cela lorsque nous étions en public mais ce n'était pas le cas là.

Le lendemain, je ne pouvais pas me départir de mon sourire rayonnant. et j'étais charmante avec tout le monde même avec Sybil qui faisait la tête depuis son anniversaire. Peu m'importait la vie était belle. J'avais pris le temps de me préparer, pour l'occasion j'avais commandé une robe à Edinburgh. Dans le fiacre qui nous menait en terre MacDonald, Papa fit une remarque qui me fait rire nous appelant ma soeur et moi respectivement tristesse et joie. Ma fois si ma soeur ne vois pas les avantages de se marier avec un comte qui est bien fait de sa personne et qui en plus et plutôt jeune je ne peux rien y faire.

A notre arrivée, chacun pris un chemin different. Sybil souhaitant s'éloigner le plus possible de nous et père souhaitant surement trouver un verre de vin pour noyer son ennui ou que sais-je si ça se trouve il a décidé de chevaucher. Quand à moi, Ranald me proposa une promenade dans le jardin avant la tombée du soir.

Nous revinrent à l'heure prévue munis de nos masques et nous mêlâmes à la foules car c'était ce qu'il fallait faire. C'était une fête des plus commodes tout le monde riait et s'amusait Lord Ransom, car tout le monde sait que c'était lui le réel organisateur avait un don pour les fêtes réussie. Son mariage sera je pense très distrayant du coup et ce, même si la mariée garde son air boudeur.

Alors que j'étais en discussion avec un jeune officier anglais, surement proche de Lord Ransom, je du le délaisser prétextant un problème de coiffure après avoir entrevue Ranald se disputer au loin dans le couloir menant à l'étage.

Je revins une dizaine de minutes plus tard en me massant le poignet avant de reprendre un verre de vin. Je vis alors mon père au loin accomagné d'une bien jolie demoiselle.

« Papa ! Je suis contante de voir que vous vous êtes fait une nouvelle amie ! » dis-je sur un ton taquin avant de me tourner vers Decima. « Georgina Fraser, enchantée mademoi... »

Je n'eus pas le temps de finir ma phrase qu'un cri terrifiant me fit sursauter. Comme tout le monde je suivais la vague d'invité au dehors, une corps était là allonger... mort. Je me signais nerveusement, me sentant d'un coup nauséeuse.

WILDBIRD

_________________


Everything could happen between now and never. + N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 07/09/2016
♛ Messages : 117
♛ Chardons en poche : 437
♛ Mon allégeance va à : A mon clan


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Ven 28 Juil - 0:09



Samhuinn's ghosts are alive »
feat everyone
Le destin est un fil tendu qui parfois s'emmêle, s'effiloche. La trame alors si fine est tordue sans pitié.L'arrestation de sa chère fille appartient à ces tristes événements qui vous font voir la vie d'un autre œil. En l'occurrence, Mary voit la vie en milles nuances de gris depuis que sa fille est enfermée dans ce cachot pourrit. L'opulence exacerbe ce sentiment tant cet étalage de richesse semble déplacé. Toutefois, d'une certaine manière les deux femmes Douglas sont en prison : l'une est prise dans un carcan doré de traditions et de noblesse tandis que l'autre est prisonnière d'une cage de fer.

Sa parure toute de noire et d'or est de circonstance pour Mary mais les cancans la poursuivront dès que le jour sera levé. En effet toutes les dames portaient des robes festives et recouvertes de froufrous et de rubans. Mais, Mary n'a pas fait de sa robe la pièce maîtresse : c'est son imposant collier de perles noires qui attire le regard. Elle caresse machinalement ses pierres polies et tranchantes comme de l'acier. Puis, elle prends des nouvelles de Fiona Farqharson.
<< - Votre mine est excellente.>> dit-elle sur l'air de la conversation.
Cette alliée ne souffrait pas des stigmates de la terrible maladie qui avait sévi en écosse pendant l'été. En effet, nulle cicatrice du feu ardent l'ayant parcouru n'est visible sur sa peau aussi blanche qu'à l'accoutumée.Mary aurait pleuré sincèrement sa perte. En effet même si les deux femmes ont eu de nombreux désaccords par le passé, elles n'en sont pas moins semblables.

La dame leva alors sa fourchette pour piquer le gâteau comme si c'était le corps d'un anglais. Ce qui était d'autant plus facile que le glaçage rouge sur la crème blanche ne laissait pas beaucoup de place à l'imagination. Un cri stoppa alors son geste, la fourchette restant comiquement suspendue dans les airs. Une servante effarouchée entra en trombes dans la salle sans plus se soucier des convenances. Une servante venait d'être assassinée sur les terres MacDonald. Cette nouvelle fut accueilli par le tintement d'une fourchette solitaire, moment d'égarement que nul n'avait noté (fort heureusement). Mary plissa alors les sourcils marquant sa stupéfaction. Elle posa une main sur son coeur enrobé d'une poitrine généreuse et s'exclama :
<< - Qui voudrait donc assassiner une pauvre servante ? >> s'exclama-t-elle outrée.

Le macchabée était d'une blancheur notable mais elle ne put en apercevoir plus car les invités furent repoussés dans la salle de réception par l'inspecteur. L'accent irlandais fit tiquer Mary : que diable fait-il ici ? A croire que personne ne veut laisser les écossais s'occuper de leurs propres affaires.
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 09/07/2017
♛ Messages : 8
♛ Chardons en poche : 88


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Ven 28 Juil - 0:16


Samhuinn's ghost are alive


Ça y est, la fête est gâchée, même pour lui. Lui qui se faisait une joie sans nom de profiter de vacances méritées sur les terre sauvages de son ami de longue date. Mais impossible, le voici à nouveau pris dans le travail. Une pauvre fille a été tuée et il mettra un point d'honneur à trouver le monstre qui a fait cela. Selon lui, il ne peut s'agir que d'un monstre pour assassiner un être aussi innocent qu'une jeune fille.

Toutes les personnes présentes semblent être choquées mais le vieil inspecteur sait qu'au moins l'un d'eux ment. O'Donnell observait chacun d'eux avec attention. Une jeune fille semblait très perturbée, une rouquine. Son compagnon quand à lui n'avait aucune émotion. Que faut il en conclure ? Une autre Dame Lady Faquharson, qui m'avait été présentée plus tôt semblait totalement indifférente. Le Laird Fraser également, sa fille semblait choquée mais sans plus...

Le vieil homme décida alors de diviser les invités en trois groupes distincts afin qu'il soit plus simple de les interroger, avec l'accord du maitres des lieux bien entendu. Grâce à cela il découvrit qu'en cuisine un pot de sel avait disparu sûrement le sel découvert près du corps. Tandis que sur le balcon, des perles ont été trouvées. Elles pourraient appartenir à l'assassin ? Mais dans ce cas il s'agirait d'une femme ?

En se promenant dans les couloirs du château pour rejoindre l'assemblée qui s'était regroupée dans la grande salle. L'inspecteur de son oeil avisé découvrit une mèche noir dans les escaliers.

« Mes ladies et Lords, je vous remercie par avance de votre coopération. Il va nous falloir continuer de chercher ensemble car pour l'instant les indices que j'ai recueilli sont plutôt maigres ! » Dit le vieil homme en prenant place sur l'estrade afin de dominer l'assemblée « Voici ce que j'ai découvert : Premièrement, le sel des cuisine a été découvert près du corps ce qui indique sans doute un acte lié à la sorcellerie dans le même temps  j'ai récupéré ceci ! » Il montra à tout le monde plusieurs perles qu'il avait récupéré sur le balcon de la bibliothèque. « Je sais également de source sûr, après avoir interrogé les serviteurs que la pauvre enfant s'est disputée pendant la soirée avec Le bâtard Farquharson ! » Il fit une petite pause dans son récit, pour observer les réactions avant de sortir le cheveu qu'il avais précieusement caché dans sa bourse. « Finalement, c'est peut être rien mais j'ai trouvé une mèche de cheveu dans les escaliers menant à la bibliothèque et au balcon d'où, selon moi la pauvre petite est tombée ou a été poussée. En résumé tout est encore possible pour moi : c'est une femme avec peut être l'aide d'un homme ou le contraire car en tout cas chez moi les perles ne sont portées que par des femmes et la sorcellerie n'est point pratiquée par les homme. Cependant un homme ici n'est pas totalement innocent je le sens. »

L'inspecteur déposa les pièces à conviction sur la table. puis observa à nouveau l'assemblée.

Info : Bienvenue dans le tour 2. Faites vos hypothèses discutez incriminez. Allez dans vos sujet privé pour en discuter et trouver le coupable ou la coupable. ce tour durera jusqu'au 6 août


« Samhuinn's ghosts are alive »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/01/2017
♛ Messages : 156
♛ Chardons en poche : 356
♛ Mon allégeance va à : Je n'ai plus d'allégeance survivre est ma priorité


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Ven 28 Juil - 19:47



Tous & Laoghaire
   Samhuinn's ghosts are alive

T
ous ces gens, toutes cette effervescence morbide me rendait mal à l'aise et tout ce que je désirais s'était partir, prendre ma cape et chevaucher, toute la nuit s'il le faut mais rentrer chez nous. C'était impossible. Les portes sont closes suites aux ordre de ce drôle d'inspecteur irlandais. Et pourquoi il prenait les décision ce n'est pas lui le maitre de cérémonie. Je me fiche pas mal de qui à tué cette servante je sais que ce n'est pas moi ni Magnus nous étions ensemble toute la soirée.

Après plusieurs minutes l'inspecteur était revenu avec plusieurs pièce à conviction qu'il a soit disant trouvé dans le château en s'y promenant. Je tenais toujours la main de mon amant plutôt fort je l'admets jusqu'à ce que ce vieux fossile annonce à tout le monde que le bâtard Farquharson s'était retrouvé avec elle avant de mourir. Je lâche alors sa main d'un seul coup me retournant vers lui. Ma première pensée fut de dire que cela ne se pouvait nous avions été ensemble tout du long. Cependant je me remémorais l'instant où il m'abandonna prétextant s'être taché avec du vin. Je fixais alors son pourpoint sans  y voir de tâche.

« Pourquoi étais-tu avec cette femme Magnus ? »

Demandais-je plutôt doucement avec un point de jalousie dans le voix, l'idée qu'il puisse préféré une autre femme à moi me rendais malade. Avec les mois j'étais devenue plutôt possessive même si rien ne m'en donnait le droit c'était plus fort que moi. J'aimais Magnus le plus sincèrement du monde et je trouvais sans vouloir me venter que nous formions un joli couple. Même Fiona Farquharson le pensait. Enfin je sais pas si elle le pensais mais je sais qu'elle voulait encourager notre union.

« Pourquoi tu m'as mentis ? »

Insistais-je alors car pourquoi le vieil inspecteur mentirait ? Après tout il n'avait aucun intérêt dans cette histoire. Je me sentais encore plus mal qu'avant car j'avais l'impression d'avoir été trahie, c'est idiot mais j'imaginais tout de suite le pire des scénarios. Si ça se trouve cette femme lui plaisait elle l'a repoussé et il l'a tué ! Seigneur non c'est impossible ! Pourtant ça pourrait se tenir après tout. Je secouais la tête comme pour faire disparaitre cette immonde possibilité. Il devait forcément y avoir une autre explication à tout ceci. Une explication logique.
WILDBIRD

_________________


Little dove with broken's wings. + Happiness can be found in the darkness of times If one only remember to use a candle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 26/01/2017
♛ Messages : 184
♛ Chardons en poche : 493
♛ Mon allégeance va à : Officiellement, à son clan et la cause jacobite. Officieusement, à l'Angleterre...?


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Sam 29 Juil - 11:08

Death is at the end of the journey


Magnus Farquharson n’aimait pas beaucoup la manière avec cet étrange irlandais se mettait à prendre toutes les décisions dans une demeure qui n’était pourtant pas la sienne. Il pouvait très bien lui-même être suspecté, après tout. Peu de gens le connaissaient ici et il se comportait de manière bien étrange. Enfin…Magnus laissa les choses se passaient sans vraiment prendre la parole. Il avait connu la victime certes et c’était assez choquant de se dire qu’elle était maintenant morte alors qu’il lui avait parlé un peu plus tôt. Cependant, il n’avait pas non plus très envie de parler de son lien avec la victime. C’était sa vie privée, ça ne regardait que lui, et ça n’apportait absolument rien à la résolution de cette énigme.

Alors que tous étaient rassemblés dans la même pièce, l’irlandais prit la parole à nouveau.

« Je sais également de source sûr, après avoir interrogé les serviteurs que la pauvre enfant s'est disputée pendant la soirée avec le bâtard Farquharson ! »

Par chance, Magnus se trouvait loin de Fiona. Mais il imaginait sans peine le sourire qui se dessinait sur son visage. Le batard Farquharson. Qui était cet irlandais pour le désigner ainsi ? Magnus avait tout de même plus de sang noble dans ses veines que lui. Cependant, vu ce qu’il venait d’avancer, il était malvenu de rebondir sur la façon dont il l’avait désigné. Alors que tous les regards se posaient sur Magnus, qui, c’était définitif, ne pourrait pas porter cet irlandais dans son cœur après ça, Laoghaire lâcha sa main. Le jeune homme tachait de paraître inébranlable, le regard sûr, se tenant droit. Il n’apprécia pas, cependant, que sa cavalière lui lâche la main alors que tous le regardait. Sans compter qu’elle se mit à lui poser des questions, à voix basse, certes, mais tout de même…Ce n’était pas le moment. Pas en public.

« Pourquoi étais-tu avec cette femme Magnus ? »
« Tais-toi, Laoghaire. », répondit Magnus sans la regarder, de manière à peine audible. Comment pouvait-elle montrer qu’elle doutait de lui en public ? Avait-elle perdu la tête ? Magnus savait que l’amour que lui portait la belle rousse l’avait rendue un peu jalouse. Mais elle devait apprendre à se maîtriser, après tout, il ne l’avait jamais trompée.
« Pourquoi tu m'as mentis ? »
Cette fois, Magnus daigna se retourner et regarder sa cavalière pour lui répondre. Elle ne lui laissa pas le choix, avec son insistance, l’accusant de mensonges alors que tous s’interrogeaient sur lui. Cependant, il détestait ce qui était en train de se passer. Bien sûr, il savait que Laoghaire était une femme simple, qui n’était pas habituée au regard des nobles et à ce qu’il convenait de faire ou de ne pas faire devant eux. Mais elle ne devait pas le questionner en public. Jamais.
« Laoghaire, s’il te plait, veux-tu bien te tair… »

L’irlandais avait terminé de parler, affirmant qu’un homme ici n’était pas totalement innocent. Magnus cessa de parler alors que le silence retombait sur l’assemblée et que sans doute, la plupart des invités avaient maintenant pu remarquer la tension entre sa compagne et lui. Contrairement à Laoghaire, il ne poursuivrait pas ses paroles en public. Il règlerait ça avec elle plus tard. Mais elle pouvait lire dans son regard qu’il était loin d’être ravi par la gêne occasionnée.
« Bien. Je vois que tout le monde ici attend une explication de ma part. », finit par déclarer Magnus en levant les mains au ciel et en avançant de deux pas. « Pour commencer, monsieur l’irlandais, je me nomme Magnus Farquharson. Je suis certes un enfant illégitime, mais on m’a tout de même attribué un très joli prénom et c’est par celui-ci que j’entends bien être désigné par des inconnus qui comme vous, ne sont pas mieux placé que moi dans la pyramide sociale. », commença-t-il à l’intention de l’inspecteur. « J’ai couché avec cette femme. Voilà tout. », lâcha Magnus, sans prendre de gants. Si personne n’en prenait avec lui, à quoi bon ? La nouvelle, dite de manière si peu raffinée, fit, dans l’assemblée, l’effet d’un boulet de canon venant se fracasser sur la coque d’un bateau. Cependant, Magnus poursuivit.

« Je ne voulais pas en parler pour ne pas salir la mémoire de la victime et parce que cela fait partie de ma vie privée. J’ai rencontré Jane, car c’est ainsi qu’elle se nomme, en Angleterre, lorsque, comme vous le savez tous,… » Il en profita pour poser les yeux sur le soldat anglais présent sur les lieux, Algernon Ramson, pour le taquiner. Il n’appréciait pas beaucoup les manières de cet anglais là, trop arrogant, comme l’était John. « …j’ai fais croire que j’avais rejoins l’autre camp, après ma capture. Jane m’a rencontré lorsque je dinais avec des tuniques rouges. Nous avons passés plusieurs nuits ensemble. Elle m’a attiré dans les cuisines ce soir pour me proposer de renouer l’expérience. J’ai refusé, elle l’a mal pris, je suis revenu ici. », expliqua Magnus. « Satisfait ? », demanda-t-il à l’irlandais, mais le message s’adressait à l’ensemble de l’assemblée. Il rejoint alors la place qu'il avait quittée pour s'avancer.

_________________
    xxx xxx
    MAGNUS, from the latin « great » | the lucky bastard
    When I came back from England, I had a strange though walking through Invercauld's doors. « Anyway», I though « It is still good to be home». Was it ? Surprised by my own thinkings, I've asked myself. « Is Invercauld my home ? I've never felt at home in Invercauld, have I ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 23/01/2017
♛ Messages : 221
♛ Chardons en poche : 389
♛ Mon allégeance va à : Fergus Abercromby


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Dim 30 Juil - 21:18






Samhuinn's ghosts are alive »
Je ne suis pas spécialement ravie de participer à cette soirée, ce n'est pas un secret que je n'aime pas la foule mais, pour l'honneur des Abercrombie je me dois d'y aller et puis surtout, cela va m'aider à me changer les idées. J'ai enfin eu le courage d'avouer la vérité à Fergus, je lui ai avoué que je ne suis pas écossaise mais anglaise. Après ce terrible aveu je savais que le mieux pour moi était de partir pour le laisser réfléchir à tout cela. De plus, c'était assez difficile pour moi de rester dans la demeure avec la mort de Cao, je me sens terriblement seule, elle était comme une sœur pour moi, elle m'a appris beaucoup de choses.

Je me glisse facilement dans la foule et commence à discuter avec d'autres personnes en buvant et en mangeant, la soirée est très agréable et je me surprends moi-même à m'amuser. La soirée fût interrompue par le cri d'une servante. Je pose ma main sur ma bouche, restant là, stupéfaite par la nouvelle, une femme de chambre s'est fait tuer. Je vois des gens se précipiter pour aller voir, moi je préfère rester là, je suis presque choquée par la nouvelle. Pauvre dame ! C'est tout simplement affreux.

Un inspecteurl avec un accent terriblement irlandais, nous invite à nous réunir dans la salle de réception pendant que des domestiques amène cette pauvre dame à l'intérieur. Je reste en retrait, un peu effrayée. Pour une fois que je décide de sortir seule comme une grande, me voilà dans une affaire de meurtre. L'inspecteur irlandais finit par revenir avec des pièces à conviction. Je l'écoute toujours en retrait et baisse le regard par réflexe lorsqu'il parle de sel et de sorcellerie, j'avais déjà eu des problèmes lorsqu'on m'avait confondu avec une sorcière alors que je suis tout simplement une guérisseuse. Je relève très vite la tête lorsqu'il se met à parler d'un certain bâtard de Farquharson, il se sera disputé avec elle apparemment. Je suivais la conversation en silence comme tout le monde. Pour lui c'était une femme, certainement aidée par un homme qui aurait assassiné cette pauvre dame, je regarde autour de moi, espérant ne pas être à côté du meurtrier. Le fameux bâtard, se nomme en réalité Magnus, j'écoute sa version avec une grande attention. Il n'a pas l'air de mentir mais, je pense qu'il faut se méfier de n'importe qui dans cette pièce. Je me demande réellement comment j'ai fait pour me retrouver là et j'aimerais fuir et courir le plus vite possible mais malheureusement ce n'est pas possible.


BY .SOULMATES


_________________

©️PuffDaddy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 10/03/2017
♛ Messages : 171
♛ Chardons en poche : 323
♛ Mon allégeance va à : mes enfants et au clan Farquharson


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Ven 4 Aoû - 0:40

Une pauvre femme était morte. Enfin, pauvre, oui elle l’était d’argent mais cela s’arrêtait là aux yeux de la lionne des Highlands. En la revoyant, ici, sur les terres McDonnald, Fiona avait sans aucun doute blêmit. Elle ne pensait pas revoir aussi vite, malgré les années qui s’étaient écoulées, cette femme qu’elle excécrait. « Sombre folle » avait-elle sifflé entre ses dents. Mais fort heureusement, avant tout cela, un visage qu’elle ne pensait pas apprécier en de telles circonstances s’offrit à elle. Mary Douglas, née Leslie. Cette femme, Fiona ne savait pas toujours sur quel pied danser avec elle. Elle était, dit-on proche des Anglais, du moins sa famille de naissance l’était assurément et le laird Douglas ne semblait pas gêner par les tuniques rouges. Toutes de noir et or vêtues, Lady Douglas s’approcha de lady Farquharson. On disait que sa fille avait été arrêtée et jetée en prison par les anglais. Ce seul fait rapprochait soudainement la lionne de la Douglas. Elle lui trouvait une mine excellente. Fiona se mis à rire. « Oh vous trouvez ma chère ? Je dois avouer que ce mal a bien faillit m’envoyer rejoindre mon tendre époux, j’en ai peur. Certains dises que les mauvaises herbes repoussent toujours. Voilà qui leur donnera raison, les chardons d’Ecosses ne meurent pas aussi facilement. Du moins la vieille et encore bien résistante génération. Une aime de ma belle-fille n’a hélas pas eu cette chance. Je crois que votre fille la connaissait aussi d’ailleurs. » fit Lady Farquharson sincèrement attristée par cette affaire. Non seulement elle s’était produite sur ses propres terres mais en plus la jeune fille venait du clan Abercromby des Lowlands. Un clan du Sud certes, mais très Jacobite. Elle était même la sœur cadette de l’actuel Laird. Fiona se signa en repensant à tout ceci. Elle avait attrapé une boisson avant de ne reprendre. « Je ne vois point votre fille. Est-ce donc vrai qu’elle fut arrêtée par les Anglais ? Les nouvelles vont bon train mais j’ai une tendance à me méfier des on-dit. » ajouta Fiona avant que le corps de la pauvre servante ne soit découvert.

Mary Douglas piqua dans l’assiette une viande et le meurtre fut annoncé. D’un ton qui fit sourire Fiona, cette dernière se demanda sui pouvait bien vouloir tuer cette pauvre servante. Lady Farquharson ne répondit rien pour le moment. Un inspecteur était entré, avait rassemblé tout le monde au même endroit et avait annoncé des indices. Du sel, une mèche de cheveux brune, des perles et surtout, surtout, une dispute avec Magnus. Fiona serra les ponts avec force et lança un regard noir en direction du dit bâtard. Ainsi il connaissait la victime et peut-être bien mieux qu’il n’aurait dû. Elle le laissa alors se justifier et lorsque Lady Farquharson entendit qu’il avait couché un temps avec cette petite dinde, cette fille de rien en Angleterre, la Lionne des Highlands vit soudainement rouge.

« Veuillez m’excuser ma chère. » avait-elle dit à l’attention de Mary Douglas qu’elle avait rejoint après s’être enquit de la santé de sa belle-fille. Trop tôt, beaucoup trop tôt pour sortit, elle l’avait pourtant dit. Puis elle s’avança du bâtard. Rageuse, la main de la Lionne vint atterrir sur la joue du garçon. « Imbécile ! » avait-elle crié, furieuse. « Prendre la place du fils du Laird ne t’autorisais pas à aller courir la gueuse ! » poursuivit la matriarche du clan sans se soucier de ce que l’on pouvait dire sur elle. Elle n'avait pas qualifier John de frère en parlant de Magnus. elle en était incapable. Dire qu'ils étaient frères, c'étaient reconnaître le bâtard de son époux comme du même sang que ses propres fils, chose qu'elle n'arrivait à faire, et qu'elle ne voulait pas d’ailleurs. « Nous devrons reparler de tout cela, les histoires Farquharson restent entre Farquharson. » Elle le quitta un instant et puis reprit. « Si vous voulez tout savoir, le bâtard de mon défunt époux n’est point le seul à connaître la victime. Certains ici auront pu s’étonner de mon indifférence. Il faut dire que je ne ferai pas grand cas de la mort d’une de mes ancienne domestiques, voleuse qui plus est. » lâcha Fiona presque fièrement. A cela non, elle n’allait pas se rabaisser à pleurer une voleuse.


Dernière édition par Fiona Farquharson le Dim 6 Aoû - 21:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 06/07/2017
♛ Messages : 63
♛ Chardons en poche : 125
♛ Mon allégeance va à : A mon clan... mais avant tout à moi-même


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Sam 5 Aoû - 20:01


  Cluedo

  Samhuinn's Ghosts are alive

 

  « Que c'est macabre, monsieur...» Une voix frêle et ébranlée sortit de la bouche délicieuse de la damoiselle en détresse que le vieux renard s'était mis en tête de sauver. La ravissante brune passa un bras fragile autour du sien et accepta avec soulagement -du moins le pensait-il- l'escorte qu'il lui proposait. « Merci, monsieur. Votre présence m'apaise; je n'aurai pas dû me mêler à la foule si dense. » Chancelante, elle avançait vers la salle après avoir relevé un regard cristallin et rempli d'innocence vers celui bien plus dur de Simon. « Je suis ravi de pouvoir vous apporter un peu de réconfort, car même s'il est naturel de suivre le mouvement de la foule, le spectacle au bout du chemin n'est pas toujours bon pour tous les regards... » Le Laird conservait son ton paternaliste et un brin mielleux et tapota même le dos de la main de la jeune fille, espérant la rasséréner... mais il gardait un esprit aiguisé et avait bien remarqué qu'elle n'avait pas saisi la perche qu'il lui avait tendu. Son identité restait encore un mystère. Un mystère qu'il était bien décidé à percer. « Je vous ai senti perdue et me suis empressé de voler à votre secours, mais sans doute ai-je usurpé la place d'une personne de votre entourage, ou de votre famille... » Ils étaient à présent à l'intérieur et Simon stoppa leur course, plantant un regard perçant dans celui de la jeune femme. Un sourire en coin se dessina sur le visage du renard, lui donnant l'air gentiment effrayant. Il ne lâcherait pas l'affaire, c'était certain. « Je ne crois pas vous avoir déjà rencontrée, j'ai donc besoin de votre aide pour savoir à qui vous raccompagner. » Du coin de l'oeil, il vit sa fille revenir dans la grande salle, en venant du cœur de la maison. Il continua cependant son subtil interrogatoire : « Je suis Simon Fraser, laird du clan Fraser de Lovat, à qui ai-j.... » Alors que le Fraser resserrait l'étau autour de sa jolie proie, Georgina finit par le rejoindre et l'interrompit dans son entreprise. Il ferma les yeux pour s'obliger à contenir son subit agacement et après une simple seconde il offrit un grand sourire carnassier à sa fille : « Papa ! Je suis contente de voir que vous vous êtes fait une nouvelle amie ! » Une amie... N'allons pas trop vite en besogne, songea t-il intérieurement. Il pourrait tout aussi bien avoir à faire à une brebis égarée qu'à un loup dissimulé dans la bergerie. Le vieux highlander ne se jetait jamais sur les conclusions et dénigrait ce que certains appelaient « l'instinct ». Il n'y avait pas de place pour l'instinct, tout n'était que calcul et stratégie. Malgré la fugace distraction provoquée par la nouvelle venue, Georgina s'apprêtait à demander elle-même le nom de son accompagnatrice, mais décidément, les étoiles n'étaient pas avec le laird Fraser ce soir.

Une jeune fille blonde vint tout d'un coup s'asseoir sur un siège juste à côté de leur petit groupe, le visage blême et le corps tremblant, prête à défaillir à tout moment. Leurs regards se portèrent évidemment sur cette pauvre enfant qui n'avait guère dû plus supporter le spectacle que sa « nouvelle amie » et ne fit que les saluer poliment, s'excusant déjà bien vite pour signifier qu'elle avait besoin d'air. Naturellement, Simon s'était avancé vers elle pour lui apporter une quelconque aide, mais déjà, elle était partie en direction des jardins. Et alors que le rusé allait reprendre sa secrète investigation au sujet de sa mystérieuse brune, cet insupportable irlandais vint à son tour coupé court à ses questions. Il fit plusieurs annonces, portant à leur connaissance l'existence de plusieurs indices, leur rapportant des bruits de couloir et leur faisant part de ses idées. Un homme et une femme. Un collier de perles. Du sel, lié à un acte de sorcellerie. A l'entente de ce dernier, Simon leva les yeux au ciel, sifflant entre ses dents que tout ceci ne ferait qu'exacerber l'hystérie des plus superstitieux, à commencer par bon nombre de bonnes femmes. Puis, l'irlandais mentionna une mèche brune trouvée dans les escaliers. Le renard tiqua. Il ne savait réellement pourquoi pour le moment, mais quelque chose commença à travailler dans son cerveau retors.

Mais une nouvelle révélation tonitruante prit de nouveau le pas sur le cours de ses pensées et des événements. Apparemment, Magnus Farquharson avait été vu en train de se disputer avec la victime et voilà que l'irlandais le confrontait directement et publiquement. « Quelle honte ! », souffla avec irritation Simon. « Comment ose t-il fourrer son gros nez d'étranger dans ces histoires, sans avoir la décence de confronter le désigné à l'écart de tous avant de beugler ses accusations devant tout le monde ? » Ainsi mis au jour, Magnus fut obligé d'apporter des éclaircissements. Une ancienne maîtresse. Anglaise de surcroît. Il aurait décidément tout vu. Mais la suite lui rendit le sourire : Fiona Farquharson, cette incroyable lionne féroce, gifla Magnus. Cette femme le surprendrait toujours. Elle faisait toujours preuve d'une fougue étonnante, malgré son âge et sa récente maladie. Admirable ! A son tour, elle expliqua, avec fierté et une dignité qui lui seyait à la perfection, qu'elle connaissait la victime et qu'il s'agissait d'une de ses anciennes domestiques, renvoyée pour vol...  

A cet instant précis, un éclair traversa l'esprit de Simon. Soudain, il se mit à applaudir, son regard rivé sur l'indomptable lionne, et arborant un sourire satisfait : « Bravo pour cette démonstration de force et de fermeté, ma lady Farquharson, comme toujours vous savez remettre les choses à leur place... » Ce mot, choisi volontairement, était à la fois adressé au bâtard et à cet irlandais qui se croyait tout permis en défiant les convenances. Il s'agissait en effet d'une affaire privée. « Courir la gueuse est déplorable, mais je ne crois pas que ce... cet homme ait un plaisir coupable pour les perles, et vu la réaction de sa jeune amie qu'il a tenté de faire taire, il ne s'agit pas des siennes non plus. Et je vous le demande : pourquoi tuer une servante qui vous court après alors qu'il vous suffit de la mépriser et de la faire renvoyer ? » Il ricana, regardant l'inspecteur avec une certaine condescendance. Les choses étaient si simples, pourquoi absolument tenter de les compliquer ? Pour Simon, il était clair que malgré le comportement stupide du bâtard, il ne s'agissait pas du coupable. Peut-être se trompait-il, mais pour l'heure, il s'en fichait un peu. Les dires de Fiona lui avaient donné une idée : « Notre très respectable et honorable lady Farquharson vient de nous apprendre que cette servante était une voleuse notoire. Pourquoi ne pas penser qu'elle a essayé de voler un collier de perles ? L'on aurait voulu l'en empêcher, une bagarre s'en serait suivie et voilà le résultat. La première chose serait de savoir d'où viennent ces perles et à qui elles ont pu appartenir, ne croyez-vous pas ? » Avec un sourire insolent, Simon balayait l'assemblée du regard, l'air de rien. Et pourtant, ses yeux d'un bleu glacial tentaient surtout de repérer le moindre acte suspect.

Estimant qu'il avait accompli ce qu'il devait, le vieux renard rentra dans l'ombre et se mêla de nouveau à la foule, retrouvant sa fille Georgina dans un coin de la pièce. Prenant soin de ne pas attirer les regards vers eux, Simon conserva son sourire énigmatique tout en regardant la foule compacte. Il se pencha très légèrement vers l'oreille de Georgina et y murmura des mots simples mais d'un ton qui ne souffrirait aucun mensonge : « Où étais-tu tout à l'heure ? Je t'ai vu revenir des escaliers en te massant le poignet. Et vu qu'on a retrouvé une mèche brune dans ces dits escaliers, disons que je me pose quelques questions. D'autant qu'il s'agissait de la femme de chambre de ton promis. Dis-moi tout et je t'aiderai quoi qu'il m'en coûte. » Decima, la brune mystérieuse, était à présent le cadet de ses soucis. Seul l'instinct de protection de sa fille et de son clan comptait.

AVENGEDINCHAINS
 

_________________
the old fox

   beware of him.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 12/09/2016
♛ Messages : 603
♛ Chardons en poche : 600
♛ Mon allégeance va à : Au Clan Fraser et à mon père Simon Fraser de Lovat ensuite à mon fiancé Ranald MacDonald, fils du Laird MacDonald


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Dim 13 Aoû - 15:30



Tous & Georgina
   Samhuinn's ghosts are alive

J
e continuais de frotter mon poignet, j'avais été d'une maladresse avec ce verre et d'instinct en revenant je cherchais mon père des yeux comme un refuge, me garantissant que je n'étais pas seule, celui-ci était accompagné oh bien sûr je savais que je l'avais ennuyé, je n'étais pas toujours la parfaite fille bien que toujours mieux que les deux autres dans tous les cas même s'il m'arrivait de mettre les pieds dans le plat surtout après un coup de pression comme celui de voir un cadavre lord d'un bal qui devait être simplement un amusement.

Mais il me fut compliqué de continuer la discussion que j'avais tenté d'entreprendre que le vieil irlandais parlait accusant publiquement Magnus Farquharson je mis un main devant ma bouche choquée qu'il ose faire cela et reculant stratégiquement vers le fond de la salle. Tout le monde vit la gifle monumentale que la lionne donna au jeune homme qui avait déjà du faire face aux soupçons de sa propre cavalière. Voilà une bien vilaine soirée pour le bâtard chanceux. Si même sa catin ne le soutien pas ! Cette scène m'avais presque fait oublié les choses retrouvé par ce vieux nigaud. Je passais une main derrière mon oreille, replacant une épingle plus proche de celle-ci et ou était Ranald bon sang ?

Alors que tout le monde parlait de la scène choquante à laquelle on venait d'assister j'en profitai pour aller chercher un verre de vin que je bus pas de façon très distinguée puisque je l'eus fini d'une traite. Je commençais alors à me demander si tout cela avait vraiment valu la peine, si l'amour ne m'avais pas affaiblie et si cela ne risquait pas de me faire tout perdre. N'avais-je pas fait là la pire erreur de ma vie en acceptant un mariage d'amour ? L'amour n'était point une faiblesse ? Alors que je pensais à cela et à ce qui se passera après cette soirée mon père s'approche de moi. Mon regard toujours fixé sur la table du banquet fortement entamé je l'écoutais.

« Nous savons tout deux que ce pauvre fou soutien la cause Stuart Papa. Elle vendais des informations... »

Dis-je simplement plus d'explication ne valait pas la peine il avait compris. Je levai alors mon regard vers lui. Cela ne devais pas se déroulé comme cela le verre pilé aurait du prendre plus de temps pour agir le temps que tout le monde parte.

« Je ne comprends pas pourquoi il n'est pas là d'ailleurs, il est tout de même notre hôte mais le jour ou Ranald saura recevoir il neigera au mois d'août. »

Dis-je sur un ton plus fort et frivole avant de rire

WILDBIRD

_________________


Everything could happen between now and never. + N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 09/07/2017
♛ Messages : 8
♛ Chardons en poche : 88


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Dim 13 Aoû - 16:35


Samhuinn's ghost are alive


La révélation des derniers indices ont eu beaucoup d’effet parmi l’assemblée. L’inspecteur avait pris le soin de séparer tout de petit monde en trois groupes. Ils avaient pu alors discuter les uns avec les autres. Les discussions avaient été nombreuses. Les accusations aussi. Et l’inspecteur, lui, vagabondait entre les différentes salles pour recueillir les premiers sentiments de chacun et chacune.

Le premier groupe se trouvant dans les cuisines avaient émis beaucoup d’hypothèses. Et parmi celle-ci la possibilité que le crime soit un acte de sorcellerie. Et les regards s’étaient portés sur une femme mystérieuse et qui semblait avoir un greffe envers les anglais, Mary Douglas, née Leslie. Oui cette femme avait vu sa fille se faire emprisonner par les anglais et a pauvre malheureuse qui avait trouver la mort ce jour-là était une anglaise.

Dans la bibliothèque, la réaction de Fiona aurait pu amener les autres personnes présentes à l’accuser, mais Simon Fraser avait vite soupçonné sa fille aînée, à tort ou à raison. Quant au groupe se trouvant dans le petit salon, les premières interrogations de Laoghaire, l’amie aux côtés du bâtard Farquharson amenait à s’interroger sur les personnes possédant des griffures.

Au bout d’un petit moment, l’inspecteur demanda à tous de revenir dans la grande salle. Il avait pu recueillir beaucoup d’éléments et avait gardé en tête les réactions de chacun comme celle de Lady Farquharson qui n’avait pas hésité à gifler son « beau-fils » en public pour le remettre à sa place. Tout comme la réaction presque suspecte du Laird Fraser qui s’était approché de sa fille. Savait-il quelque chose que tous ignoraient ? Ou bien avait-il un instinct qui le rapprochait si bien de son surnom, le renard ? Quoi qu’il en fût, l’Inspecteur s’attela à démonter les hypothèses ou leur embryon que chacun avait pu penser.

« Mesdames, Mesdemoiselles et enfin Messieurs, j’ai pu entendre toutes vos hypothèses et je dois avouer que vous ne vous êtes pas ménagés. Mais en circulant une fois de plus dans le manoir et à l’extérieur, j’ai pu recueillir d’autres indices. Certains ont suspecté de la sorcellerie, mais je n’ai pas retrouver de trace sur le sol ni même d’objet appartenant au culte de Satan pouvant servir à un quelconque acte de sorcellerie. Cette hypothèse ne peut être validée. De plus, la seule suspecte à laquelle vous pensiez était Lady Mary Douglas pour se venger peut-être de l’emprisonnement de sa fille. Mais j’ai de source sûre appris en interrogeant monsieur le comte que la jeune Agnès Douglas avait été libérée il y a peu. Quant au sel retrouvé sur la victime, il semblerait qu’après vérification, il ait été ajouté post-mortem. Il n’y a pas eu d’acte de sorcellerie dans ce jardin.

De plus, j’ai découvert que la pauvre fille s’était elle-même fracasser le crâne sur une pierre. Elle n’a donc pas servi à tuer la malheureuse bien que cela aurait pu être le cas. C’est un acte sauvage et qu’une personne avec une certaine détermination, comme Lady Fiona Farquharson pourrait faire preuve. Mais au regard des marques, c’est bien la tête qui a rencontré la pierre et non ‘inverse si je puis dire. Surtout que le choc fut trop violent pour qu’il soit donné à hauteur d’homme. Une chute serait plus probable. Pour ce qu’il en est de la dispute entre le dénommé Magnus Farquharson et notre victime, visiblement cela n’a rien à voir avec sa mort.

Il ne nous reste plus que cette mèche de cheveux… »


Alors que l’Inspecteur allait poursuivre ses explications, un anglais venu avec le Comte était venu à sa hauteur pour chuchoter quelque chose à son oreille. L’irlandais le fixa et porta ensuite son regard sur la fille aînée du Laird Fraser qui se trouvait à côté de ce dernier. Ils avaient dû discuter et l’anglais avait surpris la conversation. Alors l’Irlandais s’approcha de Lady Georgina Fraser. « Est-ce vrai, Madame que vous avez assassiné cette pauvre femme parce qu’elle en disait trop à votre goût ? » L’inspecteur la fixa et reprit.

« Oh nom de la couronne je vous arrête pour le meurtre de la pauvre Mary Jenkins, Servante en cette demeure auprès de Lord MacDonald. »

Info : Bienvenue dans le tour 3. La meurtrière a été découverte. Il s’agit de Georgina Fraser, la fille aînée du Laird. Ce dernier tour durera jusqu’au 25 août


« Samhuinn's ghosts are alive »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 17/04/2017
♛ Messages : 46
♛ Chardons en poche : 198
♛ Mon allégeance va à : L'Angleterre et mon roi !


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Dim 13 Aoû - 17:31



Tous & Algernon
   Samhuinn's ghosts are alive

D
écidement les fêtes en Ecosse sont nettement moins drôle qu'en Angleterre. Il se passe toujours un truc dramatique qui gâche toute la soirée. Pourtant c'était bien parti les gens semblaient s'amuser, je m'amusais et puis on a trouvé une morte. Une servante quelconque dont tout le monde se fiche et on en fait tout une histoire. Cette fille est morte elle peut bien attendre le lendemain pour qu'on s'occupe d'elle. Mais non, ce vieil irlandais, un homme que le laird tenait à tout prix à invité commença sa litanie, cela m'ennuyait et je n'hésitais pas à le montrer.

Je m'était montré vague lorsqu'il m'interrogea finalement je n'en savais rien, je n'avais rien à dire. Je ne connaissais si ces terres ni ces occupants et même si cette femme était anglaise cela ne veux pas dire que je la connaissais même si j'aime les jolies femmes je ne connais pas toutes les créature du sexe faible d'Angleterre. Encore moins des femmes de rang nettement inférieur au mien.

Je vous passe les détails car cette soirée était follement barbante. Jusqu'à ce que Magnus Farquharson se fasse accuser publiquement. Sa réponse des plus piquante était amusante mais le clou du spectacle fut la gifle de la lionne des Highlands, car tel était le surnom de Fiona Farquharson. Un fin sourire se dessina sur mes lèvres. Voilà quelque chose qu'on ne vois pas tous les jours ! Laver son linge sale en public voilà quelque chose que vous ne verrez jamais dans les salons anglais.

Je finis par me rapprocher de l'Irlandais, en tant que "maitre de cérémonie" je devais un peu calmer le jeu

« Monsieur, rappelez vous que vous parlez ici à la haute société écossaise il est mal séant d'accuser ainsi nos invités »

Dis-je discrètement. Mais la vieux bouc était plus têtu qu'un de ses highlander. Il ne m'a point écouté et à continué jusqu'à en accusé Georgina Fraser, ma belle soeur. Je jetai un oeil à Simon Fraser et à sa fille. Lorsque O'Donnell exprima son désir que mes homme se saisissent de la pauvre femme je secouais la tête et releva une main.

« Un peu de descence messieurs, il ne s'agit point là d'une simple paysanne c'est une lady. Je suis sûr que My Lady acceptera de venir avec nous sans y être forcée ! »

Je n'avais pas le choix il me fallait gagné du temps il s'agissait tout de même de ma future belle-famille. Je ne pouvais pas aller à l'encontre de la loi mais je pouvais gagner du temps.

WILDBIRD

_________________

Be my Gest !
Every time I close my eyes I can touch the colors around me Suddenly I realize everything I thought was impossible is here And my heart sings in a world so incredible And everything burns much brighter ♠️ BLUEBERRY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 09/06/2017
♛ Messages : 81
♛ Chardons en poche : 143
♛ Mon allégeance va à : Je suis le vent, j'obéis à son gré.


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Dim 13 Aoû - 17:43


 
Samhuinn's ghosts are alive
Entre autres, Decima Macbeth.


Il faut dire que dans toute cette tragédie saccadée, il y avait un curieux concours de circonstances qui, grâce à quelques coups de chance, avait souri à Decima, et fait tourner le vent en sa faveur.
Premièrement, le problème de l'identité fut bien vite résolu. Elle qui se voyait à plusieurs reprises confrontée à une impasse, ne pouvant en aucun cas justifier son manque de famille ou de noble naissance -et ainsi, le fait qu'elle se soit rendue à cet événement, seule qui plus est-, avait fini par ne plus avoir à le faire. Bien sûr, elle pouvait intérieurement remercier cet inspecteur Irlandais qui avait imposé le silence de l'écoute aux moments-mêmes où la jeune fille ne voyait pas comment esquiver la question du Laird Fraser et de sa fille. C'est donc alors que sa voix de demoiselle confuse -un rôle qui s'avéra facile à tenir, étant donné la situation dans laquelle elle se trouvait- s'apprêtait à bafouiller quelque « Ma famille...», elle n'eut tout bonnement pas l'occasion d'achever cette phrase pour laquelle elle n'avait pas de fin. À son plus grand soulagement, et surtout, à son plus sincère avantage.
Certes, Decima gardera un fort souvenir du Laird Fraser. Cet homme qui aurait bien pu la mettre dans une position embarrassante -en d'autres termes : la démasquer-, si d'autres événements ne s'étaient pas enchaînés -notamment ces inquiétudes concernant sa fille, Georgina-, avait le regard adroit et dur, avec une malice qui inspirait autant de méfiance qu'elle n'attisait de curiosité dans l'esprit de l'Écossaise se cachant derrière des airs d'innocente jeune fille s'étant retrouvée au mauvais endroit, au mauvais moment. Si la question du Laird allait rester sans réponse jusqu'à nouvel ordre, Decima, elle, n'allait sûrement pas oublier l'aperçu de la personnalité se rattachant au nom de Fraser. Un homme sournois, et par conséquent, un homme qui jouait avec adresse.
Alors qu'elle s'apprêtait à achever sa réponse incertaine, le regard de Decima s'attarda sur une présence qui venait de s'élever face à elle. Une jeune femme venait de les saluer, Laird Fraser et elle, et ce visage était loin d'être inconnu à la volatile écossaise : il s'agissait de nul autre que Rosemary, une personne que Decima avait connue du temps où elle se produisait à Londres en suivant la fameuse troupe de théâtre qu'elle avait quittée assez récemment. Oui, le souvenir était clair dans une mémoire qui se doit d'être à l'affût de chaque détail.
Sans avoir eu le temps de la saluer proprement -chose également délicate, car il lui fallait prendre l'accent anglais alors que des oreilles écossaises avaient déjà remarqué sa présence-, elle vit le visage de Rosemary virer au blême et cette-dernière se justifier d'un besoin d'air.
Pour éviter de parler mais tout de même se faire comprendre, Decima posa alors sa main sur le bras de la jeune femme, et lui fit un signe de tête en direction de l'extérieur. Ses sourcils haussés témoignaient d'un questionnement, et c'était le cas. Elle lui demandait si, malgré les risques que cela impliquait, la jeune femme souhaitait sortir d'ici.

Aussi, Laird Fraser s'était éloigné d'elle de lui-même, et avec cette force des choses plutôt naturelle qu'est l'appel à ses devoirs et à ses responsabilités. Lorsqu'il se retrouve confronté à ses semblables, le noble renard abandonne les pistes sans importantes -à savoir, une quelconque demoiselle sous le choc des circonstances. Alors il prit un autre chemin, et elle, elle en fit de même.
Il faut croire que la jeune fille à la chevelure ébène pouvait également remercier Lady Farquharson pour sa démonstration de force et d'honneur. Cette distraction, qu'elle ne s'était privée de regarder, avait suffi à la lass pour s'éloigner hasardeusement, et par conséquent, se retrouver une place parmi la foule qu'elle quitterait sûrement dès que l'occasion se présentera. Mais cette occasion n'arriva pas encore, puisqu'une nouvelle fois, et pour l'étonnement de tous, l'inspecteur Irlandais prit la parole, annonçant quelques mises au point quant au meurtre de la malheureuse servante qui, ironiquement, semblait avoir quitté certains esprits le temps de quelques règlements de comptes.

Et à présent, la chose était bien claire. L'œil de Decima n'échappa pas à la scène qui se déroula à quelques pas d'elle, où l'inspecteur O'Donnell, après avoir énoncé les indices et les informations rassemblées, s'était tourné vers la fille de ce-même Laird Fraser. C'est avec tout le pouvoir accusateur qu'il avait entre ses mains qu'il annonça, avec ce calme fatal qu'ont les oiseaux de mauvaise augure et les figures d'autorité, l'arrestation de Georgina Fraser, coupable du meurtre de la misérable servante de Lord MacDonald.
Decima entrouvrit la bouche, mais ne dit rien. Une certaine spontanéité rattrapée par un bien heureux élan de bon sens qui, il faut bien le croire,
marquait la fin des éventuels problèmes qui s'étaient annoncés pour elle.
Et pourtant, pour d'autres, l'affaire ne faisait que commencer.

∞everleigh


_________________
Sing me a song of a lass that is gone


Dernière édition par Decima Macbeth le Dim 20 Aoû - 11:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/01/2017
♛ Messages : 175
♛ Chardons en poche : 270
♛ Mon allégeance va à : Elle-même, son mari ainsi qu'à Liam, son fils, le futur Laird


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Dim 13 Aoû - 18:32



EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »
Le crime ne visite pas les chaumières ; on y trouve sur une table étroite des mets innocents. Dans l'or on boit le poison.
⋆ ☽ ⋆ ◯ ⋆ ☾ ⋆
31 octobre 1742, quelques jours après s'être rendue, avec le reste du clan Farquharson, à l'anniversaire de Sybil Fraser, Claire se trouvait dans les Highlands dans le clan des MacDonald  pour une fête masquée.

Vêtue d'une belle robe dans les tons de gris et noirs, arborant un masque d'or, elle s'était présentée dans la salle de banquet. Elle avait laissé son fils à une servante, dans des appartements prêtés à cet effet.


Le début de soirée alla plutôt bien. Elle discuta avec telle et telle personnes mais elle n'aurait plus su dire avec qui...Son esprit était obnubilé par Liam; du coin de l'oeil, elle avait repéré Magnus et Laoghaire. Cette dernière était des plus ravissante avec cette robe verte qui la mettait en valeurs. Claire repéra sans mal les quelques regards concupiscents - et, parfois, déçus quand ils repéraient qu'elle était avec Magnus - portés sur sa hypothétique future belle-sœur. Sa belle-mère, tant qu'à elle, était un peu plus loin et semblait la surveiller ainsi qu'une jeune servante que Claire reconnu. C'était une domestique que Fiona avait renvoyé car elle la soupçonnait de vol...Etait-ce vrai ou faux? Claire ne su le dire mais elle avait trouvé ce renvoi un peu trop rapide. Sa belle-mère avait été un peu trop sèche avec cette demoiselle...pensait la Lady Farquharson.

Plongée dans une conversation de chiffon avec une autre lady, Claire sursauta en entendant un cri perçant et horrible...Comme une bête blessée. Elle n'eu guère le temps de suivre la foule pour voir ce qu'il se passait que Fiona lui tomba dessus: « Ma chère, vous devriez aller vous asseoir. Je ne voudrai pas que ce trop plein d’émotions ne vous fasse rechuter. Votre maladie et votre délivrance vous ont affaibli, ne l’oubliez pas. »
Qu'est-ce qu'il se passe, Fiona?! Sa belle mère voulut-elle lui répondre, elle n'en eu guère le temps. Un meurtre?! Soudain, son sang ne fit qu'un tour et elle lâcha: Mon Dieu! Liam...Mon fils! Elle voulu sortir pour allez chercher son fils mais on l'en empêcha. Heureusement pour ses nerfs, la servante s'occupant de l'héritier du clan Farquharson eu la jugeote de rejoindre tout le monde et rendu le fils à sa mère. Serrant son enfant dans ses bras, Claire s'assit, soulagée.

D'une oreille distraite, elle écouta cet inspecteur écossais et révéla que Magnus connaissait la morte et lui avait même parlé avant son décès. Il n'insinuait quand même pas qu'un Farquharson était responsable de cette mort quand même?
Laoghaire, en tout cas, était bouleversée. Claire écouta le plaidoyer de son beau-frère et failli pouffer de rire quand il remit l'inspecteur à sa place et quand il ne prit pas de gant pour révéler sa relation, ou son ancienne relation plutôt, avec la malheureuse.

Se sentant un peu mieux, elle confia son fils à sa servante et s'approcha de Laoghaire. D'une voix douce, Claire lui dit: Ma chère, venez vous asseoir! Vous êtes pale comme un linge... sérieusement inquiète de l'état de santé de la rousse. Cette dernière était venue à son chevet après son accouchement pour s'enquérir de leur état de santé; à elle et à son fils. Claire en avait été touché...Elle croyait que cette jeune femme ne l'aimera pas vu la relation qu'elle entretenait avec Magnus. Apparemment, les ennemis de nos ennemis ne sont pas toujours les nôtres! Enfin, même si aujourd'hui, Claire en avait assez de cette ambiance électrique entre elle, Magnus et Francis... Le futur mariage entre ce dernier et la demoiselle des Lowlands, Sorcha Wemyss, n'avait rien arrangé à leur affaire d'ailleurs!
Mais, plus important, elle avait aussi appris que Laoghaire avait aussi contracté le Mal Ardent et venait juste de se remettre. Mieux valait être prudent.

Elle eu le souffle coupé quand Fiona gifla Magnus devant les yeux de tous. Magnus ne mérite pas de telles accusations! Il a "couché" - pour reprendre ses termes - avec cette fille? Et alors? Ni son statut ni ce qu'il a fait, dans le passé, avec cette servante ne devrait le mettre sur le banc des accusés! dit-elle, d'une voix ferme et un regard accusant Fiona, trouvant son attitude scandaleuse. Surtout en public! Comme elle le disait si bien "ce qui concerne les Farquharson reste chez les Farquharson...Pourtant, elle semblait la première à contourner cette règle officieuse!

Plus tard,l'irlandais dit avoir terminé avec ses investigations et accusa Lady Georgiana Fraser. Pardon?! Georgiana Fraser, une tueuse? Pourquoi pas! Mais elle l'imaginait être plus discrète...Pour le moment, c'était son sang d'écossaise qui ne faisait qu'un tour. De quel droit osait-il vouloir emmener un Lady comme la dernière des gueuses?
code by bat'phanie

_________________
John & Claire
C'est à partir de toi que j'ai dit oui au monde


Dernière édition par Claire Farquharson le Mar 29 Aoû - 17:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 03/05/2017
♛ Messages : 178
♛ Chardons en poche : 214
♛ Mon allégeance va à : Aux Stuart ainsi qu'à mes frères et ma soeur, Janet. Plait-il ? A mon fiancé ? Ah non, faut pas m'en demander trop.


MessageSujet: Re: EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »   Lun 14 Aoû - 22:54

Samhuinn's ghost are alive [Event] J'avais rejoint la salle comme l'avait demandé l'Inspecteur. Je ne suis pas du genre à aller contre les ordres d'un représentant de la justice de la Couronne qu'elle soit anglaise ou Écossaise.  Mais je m'attendais encore moins à ce qu'un tel acte de barbarie se produise ici. Depuis le début, je pensais que ma présence était de trop... J'étais vraiment loin de me douter de tout ce que j'allais apprendre ce soir. Ayant suivi les consignes de l'inspecteur, j'étais maussade même j'avais appris à ne jamais montrer mes sentiments. Pourtant, parfois j'avais du mal... Surtout avec mon père ou ma sœur aînée. Mais après tout, qu'importe ce qu'il pense. Voilà peut-être longtemps que je ne les considère plus vraiment comme des membres de ma famille même si je nourrissais l'espoir de pour le faire un jour. Peut-être que j'ai tord... Encore une fois, Georgina a toujours eu ce qu'elle voulait, y compris épouser le fils MacDonald qui était aussi un membre d'un clan adverse. Mais bien sûr, elle a toujours été la favorite... Depuis le temps, j'ai arrêté de croire que mon père me voue un intérêt autre que son statut personnel. Il l'a prouvé en organisant des fiançailles avec le Général de la garnison de Fort-Williams. Le peu de contact que j'ai eu avec lui, il n'était pas si désagréable et même s'il a un statut des plus appréciables, le simple fait de le savoir anglais me laisse des plus écœurée... J'étais loin de me douter que mon père cherchait à se faire des amis au sein des Anglais. Bien que je sois plutôt une partisane des Stuart, je ne me permettrais pas de le dire ouvertement. Je peux remercier ma sœur, Janet, pour ça car finalement, elle a déteint sur moi là-dessus.

Vient alors une suite d'indice fournie par le même inspecteur et tout le monde semblait se méfier de tout le monde. Arrive alors sur le tapis la raison de la dispute entre celui qu'on surnomme le « bâtard chanceux » et la victime. Voilà qui le mettait dans l'embarras mais comme tout le monde, j'avais mes théories et mes idées. Mais je ne suis pas inspecteur et mon rôle est juste celui d'une spectatrice. Après, je ne suis rien de plus qu'une vulgaire invité. Plus le temps passe et plus je me dis que c'était une très mauvaise idée de venir. Surtout que je ne m'y sens pas comme chez moi... remarque, cela ne change pas de d'habitude vu que même chez moi, je ne suis plus chez moi. Bien sûr, il y a eu la scène entre le bâtard et une femme rousse qui l'accompagne et que je ne connais pas. A vrai dire, ce ne sont pas mes affaires. Voilà ce que peut donner le résultat lorsqu'on se mêle de ce qui nous regarde pas. Sans oublier que la matriarche du clan donc appartient le « Bâtard » ajoute son grain de sel en disant que la servante était une voleuse. Au moins, c'est une chose que j'avais comprise mais bon, cela s'arrête là. Par contre la réaction de mon père face au discours de la matriarche me laisse dubitative sur l'instant... Attendez, il a bien ma Lady... heu... Je dois rêver un peu mais soit... Je préfère prendre le verre devant moi et en boire une gorgée alors que je n'avais pas bu de toute la soirée. Je dois réellement rêver, c'est pas possible.

Puis, on est séparés en trois groupe où je finis dans la cuisine. Mes théories ne concernaient que moi... Et puis, les débats avaient fini sur Mary Douglas... Et pourtant, j'étais peut-être la seule septique sur elle. Non, cela me paraissait illogique même avec tout ce qui avait dit avant. Pour moi, il était clair que Mary Douglas n'avait rien à voir dans l'histoire. Et c'est là que la nouvelle tombe comme un coupe-gorge... Sa sœur aînée était l'auteure de cet acte immonde... Quel horreur. Lorsque l'inspecteur prononce la phrase magique, je place d'abord une main sur ma bouche avec un air que je ne peux cacher. Je suis triste d'apprendre ça de cette façon. Puis, étant chrétienne catholique, je  fais un symbole de croix en me demandant que le Seigneur me vienne en aide. Je suis effarée par la nouvelle. Pire que tout dans le lot, c'est mon fiancé qui est contraint de donner l'ordre de la faire transférer. Était-ce vraiment elle qui avait commis ce crime ? Pourquoi je me sens soudainement tiraillé ? Je dois admettre que je ne m'attendais pas du tout à ça. J'avais essayé de me lever mais l'émotion était telle que j'ai dû me rasseoir de suite. Seigneur, dites-moi que je rêve ? Je voudrais tellement que cela ne soit qu'un rêve. J'avais du mal à y croire tout de même.

Personne ne pouvait aller à l'encontre de la loi et je porte un regard sur mon fiancé qui arrête donc Georgina... Je n'ose pas regarder mon père qui doit voir ses espoirs s'envoler avec cette arrestation. Je savais que c'était une très mauvaise idée de venir et puis, pourquoi le faire alors qu'elle allait se marier avec l'homme qu'elle aime. A un moment donné, je place mes mains sur ma tête en fermant les yeux. Non, c'est forcement un rêve. Je ne voulais pas y croire... Je ne porte peut-être pas beaucoup d'attention à Georgina mais elle reste ma sœur aînée et je ne peux pas réellement la dénigrer. Je ne voulais tout simplement ne pas y croire... Elle n'a jamais tué à la demeure... Je vis vraiment dans une famille de cinglés. Ma sœur aînée est un assassin condamnant la famille par la même occasion ainsi que sa propre vie... Je ne préfères pas savoir ce qui l'attend car elle risque la peine capitale. Puis, je porte une main à ma gorge reposant l'autre sur ma bouche... J'avais beaucoup de mal à y croire et je priais même le Tout Puissant  que cela ne soit qu'une blague... Faites que cela soit le cas...  
© 2981 12289 0

_________________
Blessed be Providence, who has given each man a toy: the doll to the child, the child to the woman, the woman to the man, and the man to the devil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
EVENT 4 « Samhuinn's ghosts are alive »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Alive - the final evolution
» [salon] Japan Event... à Clermont-Ferrand !!!
» Movie and Comic Event (18 au 19 Septembre 2010)
» Japan event clermont-ferrand 6-7 novembre 2010
» Pin Event au phantom Manor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FLOWER OF SCOTLAND ♔ :: Les Highlands :: The North :: ♛ Les Clans du Nord :: ♛ Terres MacDonald-
Sauter vers: