AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Meillerue amie ou future belle soeur ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/12/2016
♛ Messages : 476
♛ Chardons en poche : 539
♛ Mon allégeance va à : aux Douglas, aux Jacobites, à l'Ecosse


MessageSujet: Meillerue amie ou future belle soeur ?   Jeu 5 Jan - 23:20

Voilà quelques  temps déjà que Lady Moira Mackintosh était présente chez les Douglas. Agnès en était plus que ravie. Les deux femmes s’entendaient bien et ce malgré le  handicap de la plus blonde des deux. Agnès n’y avait guère prêté attention. Elle préférait voir en son amie une femme libre qui ne se préoccupe pas autant qu’elle de ce que dit son frère. Pour cela, moira était bien plus aventureuse que la belle Brune.  Agnès aimait être en la présence de la jeune MacKintosh et elle l’espérait bien un jour, faire plusieurs voyages en sa compagnie. Les deux jeunes femmes s’entendaient d’ailleurs tellement bien qu’elles étaient devenues meilleures amies. Cette amitié enchantait la Brune. Elle qui rêvait de voir les Highlands, Moira lui en donnait là l’occasion. Occasion qu’elle n’avait pas encore saisie au vol, trop sage peut-être. Agnès était ainsi, plus rêveuse qu’autre chose. Sauf peut-être en ce qui concernait la cause Jacobite, au grand dame de ses parents et de son petit frère George d’ailleurs. Si elle discutait beaucoup de cela avec lui, il aimait la taquiner sur ses rêves et ses envies. Et puis, il n’&était pas toujours facile de discuter avec lui alors que rapidement Elizabeth arrivait dans la conversation. Elizabeth, cette anglaise que son frère avait épousée. Agnès, elle se débrouillerait bien pour ne jamais se marier avec un de ces envahisseurs. D’ailleurs, pour être tout à fait honnête, elle aurait bien voulu que son fiancé reste en vie. En fait c’était tout ce qu’elle voulait, mais elle savait parfaitement que cela n’arrivera jamais. Les morts ne reviennent pas à la vie. Alors de temps en temps, elle aimait partir en balade à cheval. Cela lui permettait de revenir au château avec les idées plus claires, d’être plus calme.

Alors ce jour-là, elle était sortie encore. Elle n’avait pas prévenue Moira, préférant être seule cette fois-ci. Et puis elle revint une heure plus tard au château. Mais à peine arrivée, voilà que déjà, une domestique venait à sa rencontre. « Lady Agnès, dépêchez-vous, votre amie vous attend dans le grand salon. » lui dit-elle en s’agitant pour l’aider à retirer son manteau et son chapeau. Elle était vêtue un peu comme un homme mais cela lui importait peu. N’était-ce pas plus adapté après tout. Elle avait vaguement attaché ses cheveux en les ramenant vers sa poitrine. Malgré les demandes pressantes de sa domestique, elle, ne prit point le temps de se changer et alla se précipiter dans le grand salon où l’attendait Moira. Contrairement à Agnès, son amie portait une robe qui lui allait à merveille. Agnès s’approcha de son amie doucement et posa une main sur son bras.

« Moira, alors comme cela, vous me demandiez ? Votre robe est magnifique, comme toujours mon amie. » fit la brune en souriant. Bien qu’elle soit aveugle, Agnès était persuadée que la jeune femme pouvait voir son sourire. Peut-être à sa façon de parler. Quoi qu’il en soit, elle prit rapidement conscience de la présence de ses parents, surtout sa mère qui la regardait avec un air grave et réprobateur. Sans aucun doute dût à sa tenue qu’elle devait juger inapproprié pour une femme de son rang.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 02/01/2017
♛ Messages : 339
♛ Chardons en poche : 240
♛ Mon allégeance va à : l'Ecosse et à son clan... Mais plus que tout, à sa liberté!


MessageSujet: Re: Meillerue amie ou future belle soeur ?   Ven 6 Jan - 14:59




Meilleure amie ou future belle-sœur?

Une meilleure amie, c'est une sœur que la vie a oublié de vous donner


Moira allait passer quelques jours dans la demeure familiale des Douglas.
Elle avait été absolument ravie quand elle avait appris ce voyage soudain...Après tout, les voyages étaient sa principale raison de vivre, ce qui lui faisait oublier - pour un temps - que la seule chose qu'elle verrait c'était le noir et les ténèbres.
...Moira MacKintosh ne s'était jamais plainte de sa cécité... Elle disait même qu'elle avait d'autres façons de voir les choses et une autre manière d'appréhender les choses. Mais elle n'était pas une personne parfaite et elle souffrait - de temps en temps - du pêché de l'envie. Quand, dans la rue, elle entendait ses personnes s'extasier sur les étalages des vendeurs de rue, elle se surprenait à regretter de ne point avoir de yeux pour voir.

Mais bon... Que pouvait-elle faire? Elle savait que sa cécité avait failli diviser sa famille. Bien sur, ce n'était pas sa faute. Elle n'avait jamais souhaité que sa mère soit empoisonnée ni que, de cet empoisonnement et du traitement qui a suivi, elle naisse en ayant un sens qui réponde absent à l'appel. Mais, voilà, sa mère s'en était voulue. Son père, guerrier écossais émérites, avait déjà côtoyé des aveugles...Des blessés de guerre, certains de ses compagnons d'armes avaient reçus de mauvais coups à l'oeil. La plupart du temps, ils finissaient à devoir faire la manche... Evidemment, quand le guérisseur leur avait annoncé que Moira ne pourra jamais voir le monde, il avait tout de suite pensé à eux. Duncan avait imaginé sa propre fille en mendiante ou pire parce qu'elle était née aveugle. Mais il s'était refusé à ça et...Heureusement, Moira était devenue une femme forte. Elle était devenue le ciment de sa famille. Grâce à elle, les MacKintosh étaient devenus encore plus forts.


Si elle avait été ravie de revoir son amie, elle l'avait été nettement moins en comprenant le vrai but de ce voyage. Ses parents trouvaient appropriés de marier sa meilleure amie, Agnès Douglas, avec son frère, Alistair MacKintosh. Sur le coup, la seule chose qu'elle avait dit c'était un pas très élégant "quoi?" et, une fois sure de ce qu'elle avait entendu, elle leur avait demandé de revoir leur décision. Pas que Moira ne voulait pas d'Agnès comme belle-sœur! Non, loin de là! L'idée de voir sa meilleure amie intégrer sa famille était assez joyeuse en soi mais c'était plutôt les circonstances des précédentes fiançailles d'Agnès qui la refroidissait. L'ancien promis de la Douglas avait trouvé la mort, comme une bête, le long d'un chemin et cela avait profondément marquée celle qui devait l'épouser.

Et, peut être à mauvais titre, Moira avait imaginé que la jeune femme ne voudrait pas attendre parler de noces avant longtemps...Mais on lui avait rapidement rappelé que Agnès et elle étaient des femmes de la noblesse écossaise, de la noblesse de clan. Donc il viendra un jour où elles se marieront au nom de l'honneur familiale. Et puis...Avaient-ils ajouté, si ton amie est si fragile, ne penses tu pas que l'avoir auprès de toi serait pour le mieux? Et puis, tu sais que ton frère est quelqu'un de bien?
...................................................................................................................................................
............Mouais! Cela l'avait à moitié convaincue et, finalement, elle était partie. De toute façon, les parents de l'intéressée devaient être d'accord d'abord! On n'allait tout de même pas mettre la charrue avant les bœufs!

Durant le voyage, cette histoire avait travaillé la jeune aveugle... Elle se demandait comment les Douglas allaient prendre cette histoire et Moira ne savait pas ce qui serait le mieux. Elle ne voulait pas non plus perdre Agnès dans cette affaire.


Moira avait été chaleureusement accueillie dans le manoir Douglas. Un messager était parti plus tôt pour annoncer la nouvelle aux hôtes et des appartements avaient été préparé de façon à ce qu'elle puisse y être tout à fait à l'aise car il avait été décidé qu'elle y passerait à peu près deux mois.
Dans les premiers temps, Agnès passait tout son temps avec elle... Moira en était ravie mais elle ne pouvait pas voir les parents de son amie sans avoir Agnès avec elle...Et pour l'affaire pour laquelle elle s'était déplacée, il valait mieux que Agnès ne soit pas là.

Néanmoins, une matinée, Moira fut avertie qu'Agnès était partie faire du cheval. Parfait! Et, sans perdre de temps, elle demanda une audience privée avec les parents Douglas. La conversation prit pas mal de temps et finalement, ils eurent fini une heure avant le retour d'Agnès. Il fut décidé d'en parler, dès le retour, de la principale intéressée. Moira soupira de soulagement en réussissant à faire promettre aux parents d'Agnès que si elle ne voulait pas entendre parler de mariage, rien ni personne ne pourra la forcer à épouser Alistair.  

Après un moment d'attente, un serviteur vint les prévenir que Agnès était revenue de sa balade. Une servante fut envoyée à la jeune femme pour lui dire que Moira MacKintosh réclamait sa présence.
Bientôt, elle entendu des bruits de pas, une porte qui grince sur ses gonds, encore quelques pas et, enfin, une main se posa sur son bras.

« Moira, alors comme cela, vous me demandiez ? Votre robe est magnifique, comme toujours mon amie. »

Elle senti un sourire dans la voix d'Agnès. Voilà qui la mettait encore plus mal à l'aise sur la demande. Merci mon amie... Mais vous devriez féliciter la servante que vous avez mis à mon service, elle a des doigts de fée. dit-elle en remettant sa queue de cheval basse sur son épaule. Elle avait beau être aveugle, elle prenait grand soin de son apparence. Elle sentait une espèce de tension et supposa que, comme Agnès revenait de cheval, son amie devait être vêtue à la garçonne. Mais qu'importe! Ce n'était pas Moira que cela allait gêner de toute façon. Peut être voulaient-ils qu'elle soit présentable pour cette nouvelle. Et, oui ma chère, je voulais vous parler de la raison de ma visite chez vous...
love.disaster

_________________

☆☆☆ Profite de chaque minute de ta vie, sois heureux maintenant. N’attends pas pour te faire plaisir. Souviens-toi que le temps est vraiment précieux. Chaque minute que tu passes avec ta famille et tes amis doit être appréciée et savourée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/12/2016
♛ Messages : 476
♛ Chardons en poche : 539
♛ Mon allégeance va à : aux Douglas, aux Jacobites, à l'Ecosse


MessageSujet: Re: Meillerue amie ou future belle soeur ?   Ven 6 Jan - 23:56

Agnès se tenait aux côtés de son amie. Elle sentait toujours les regards réprobateurs de ses parents mais tachait de ne point trop y prêter attention. Moira demanda à Agnès de féliciter la servante qu’elle lui avait expressément mise à disposition. Selon elle, elle avait fait des merveilles. Et cela devait être difficile parce que Lady MacKintosh était déjà fort belle. Mais la jeune femme n’avait pas encore répondu à Agnès et cette dernière était curieuse de savoir pour quelle raison elle se trouvait en la demeure des Douglas. Moira ne lui avait encore rien dit et elle devait avouer que cela l’intriguait. Malgré tout, elle ne voulait pas la brusquer et la highlander finirait bien par lui dévoiler tous les tenants et aboutissants de sa venue. Et finalement, elle consentit à dire quelques mots.
Agnès se mit à rire doucement à la réponse de la jeune blonde. « Mais n’êtes vous point ici simplement pour me rendre visite mon amie ? » Et puis elle se tourna vers ses parents. « Père, mère, laisserez-vous donc Moira me dévoiler seule la raison de sa visite ? J’ai l’impression que vous êtes au courant ? George l’est-il également ? Et James ? » demanda la jeune fille. Ma la mère ne répondit rien. Bien au contraire. Son regard se ferma un peu plus et puis elle soupira en fixant encore un fois la tenue de sa chère fille. Visiblement, Mary Leslie était bien plus préoccupée par les vêtements que portait Agnès que par le sujet de cette soudaine entrevue. « Mère, si ma façon de me vêtir ne vous plait point, vous pouvez toujours retourner à vos occupation. » Cette fois, Lady Douglas réagit et s’approcha de sa fille l’air offusquée. « Vous n’avez point à me parler sur ce ton, jeune fille. Et sachez que vous baladez dans cette tenue n’est point digne de la jeune femme que vous êtes, Agnès. » La fille allait répondre, mais John douglas mit fin à la discussion houleuse entre la fille et la mère par un toussotement impérieux. Alors la brune reporta son attention sur la pauvre Moira.

« Mon amie, allez-vous donc me délivrez de ce silence ? » fit-elle d’une voix douce. Avec Agnès, il y avait parfois le calme avant la tempête mais bien plus souvent le calme après cette dernière. La brune n’aimait point se disputer, que ce soit avec sa mère ou avec un autre membre de sa famille. Sauf peut-être avec son oncle, Archibald. Elle n’avait point encore digérer le fait qu’il est fait prendre pour épouse une de ces anglaises à son petit frère. Et si d’apparence, la hache de guerre semblait bel et bien enterrer, en réalité il n’en était rien. Jamais elle ne lui pardonnerait une telle décision. C’était trahir les siens, trahir l’Écosse elle-même. Et si Agnès était loyale aux Douglas et à son clan, elle l’était peut-être encore plus en vers l’Écosse des Stuart. «Jamais, Arrière » que leur devise disait. La Brune l’avait bien compris. Jamais les anglais n’auraient dû être acceptés sur les belles terres de l’Écosse. Mais elle avait fois. Un jour, ils seraient boutés en dehors de leurs frontières, oui un jour les envahisseurs ne fouleraient plus l’herbe verte des légendes. Et ce jour-là, Elizabeth serait contrainte de devenir une véritable écossaise ou de plier bagage et de retourner d’où elle vient. Évidemment, George en sera au départ attristé, mais avec le temps, il s’y fera. N’était-ce point ce qu’on lui avait dit lorsqu’elle avait perdu Robert ? Elle pouvait maintenant dire qu’ils avaient raison, même si cela lui coûtait.

_________________

Récompense:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 02/01/2017
♛ Messages : 339
♛ Chardons en poche : 240
♛ Mon allégeance va à : l'Ecosse et à son clan... Mais plus que tout, à sa liberté!


MessageSujet: Re: Meillerue amie ou future belle soeur ?   Sam 7 Jan - 14:44




Meilleure amie ou future belle-sœur?

Une meilleure amie, c'est une sœur que la vie a oublié de vous donner


Agnès venait d'arriver dans la pièce tandis que Moira formulait intérieurement les bons mots à dire à Agnès et se rassurait mentalement. Après tout, elle avait réussi à obtenir la promesse des deux parties que si son amie ne souhaitait point devenir la fiancée de son aîné et bien qu'il en soit ainsi! Aucunes alliances, de ce côté-là de la chose en tout cas, ne seraient signées entre les Douglas des Lowland et les MacKintosh des Highlands!

Elle espérait néanmoins que son amie n'allait pas lui en vouloir et comprendrait qu'elle n'y était pour rien dans cette histoire...Qui eu crû qu'une de ses subites mais régulières irrépressibles de voyage conduirait à un plan de cette envergure! En quelques mots, Moira expliqua à Agnès que la raison de son voyage n'était pas qu'en l'honneur de leur amitié. « Mais n’êtes vous point ici simplement pour me rendre visite mon amie ? » La voix de sa meilleure amie était rieuse et Moira ne pu empêcher un sourire de fleurir sur ses lèvres.  « Père, mère, laisserez-vous donc Moira me dévoiler seule la raison de sa visite ? J’ai l’impression que vous êtes au courant ? George l’est-il également ? Et James ? » Agnès avait de l'instinct. Mary et John Douglas ne répondirent pas, comprenant - d'un accord tacite - que ce fut à elle de prendre la parole en premier, elle voulut ouvrir la bouche. « Mère, si ma façon de me vêtir ne vous plait point, vous pouvez toujours retourner à vos occupation. » La réaction de Mary Leslie ne se fit pas attendre: « Vous n’avez point à me parler sur ce ton, jeune fille. Et sachez que vous baladez dans cette tenue n’est point digne de la jeune femme que vous êtes, Agnès. »
Moira soupira intérieurement. Si la mère et la fille se disputaient, ils finiraient jamais! Et, connaissant Agnès, la jeune femme serait capable de refuser la proposition rien que pour frustrer sa mère!...Heureusement, John mit fin au conflit d'un raclement de la gorge calmant sa femme et sa fille.

« Mon amie, allez-vous donc me délivrez de ce silence ? » Moira soupira pour diminuer la pression qu'elle ressentait. Puis, se disant qu'il n'étais pas humain de laisser Agnès dans l'ignorance et comme elle l'avait convoquée pour ça, elle prit sa respiration et dit: En effet...Ce sont mes parents, Duncan et Ailein MacKintosh, qui m'ont demandée de faire ce voyage pour... Moira avala sa salive, la gorge sèche: au nom de notre famille, vous demander votre accord pour que vous épousiez mon frère aîné: Alistair.

Elle laissa quelques secondes de blanc avant de poursuivre: pour le moment seuls Alistair, moi-même, vous et vos parents sommes au courant de ce projet... Nous avions convenu qu'il n'y aura mariage que si vous acceptez la demande et si jamais ce ne soit pas le cas, cette histoire restera dans cette pièce et nous feront comme si cette proposition n'avait jamais eu lieu. Elle entendu les parents d'Agnès signifier leur accord pour confirmer à leur fille que c'était la vérité. Si Agnès ne voulait pas devenir une Mackintosh par mariage, cela ne se produirait pas. Je tiens aussi à vous dire que vous pourrez, avant de nous donner votre décision, passer quelques temps chez nous - dans les Highlands - afin de faire plus ample connaissance avec mon aîné.

Moira avait de plus en plus l'impression de faire un échange commercial. Ce qui la perturbait profondément. Ayant fini, elle garda le silence attendant la réaction d'Agnès.
love.disaster

_________________

☆☆☆ Profite de chaque minute de ta vie, sois heureux maintenant. N’attends pas pour te faire plaisir. Souviens-toi que le temps est vraiment précieux. Chaque minute que tu passes avec ta famille et tes amis doit être appréciée et savourée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/12/2016
♛ Messages : 476
♛ Chardons en poche : 539
♛ Mon allégeance va à : aux Douglas, aux Jacobites, à l'Ecosse


MessageSujet: Re: Meillerue amie ou future belle soeur ?   Dim 8 Jan - 0:49

Lorsque la Brune demanda à son amie de lui répondre, elle sentit cette dernière, un brin tende. Moira soupira, comme pour se donner du courage. Était-ce donc là une si terrible nouvelle ? Et puis finalement, moira lâcha le morceau. Et là, Agnès se demanda sincèrement si finalement, elle n’aurait pas préféré que cela soit tout autre chose. La fille Douglas en resta muette. Son regard allait de son père à sa mère et finalement revenait sur la pauvre Moira. Elle ne savait pas très bien si elle devait rire de cet aveu ou s’il valait mieux qu’elle en pleure. Même si pleurer était peut-être un peu trop fort. Ses envies allaient et venaient et finalement, elle sentit ses jambes se dérober sous elle.  La tête lui tournait. Tant était si bien qu’elle n’entendit que de loin le reste de ce que disait son amie. Elle entendit vaguement ses parents acquiescer aux mots de sa meilleure amie. Elle entendit aussi un peu le fait qu’elle serait seule décisionnaire au final et puis… le trou noir. Un court instant, elle n’entendit plus rien. Elle se laissa tomber et elle ne heurta pas le sol uniquement grâce aux réflexes de la servante qui était venue la chercher après son retour de promenade.  Evidemment, sa mère se précipita vers elle. Quant à son père, elle le vit exactement au même endroit où il était avant son malaise. Placée sur une chaise, elle regarda tout autour d’elle et essaya de se lever. Mais la main ferme de Mary Douglas vint l’en dissuader. Qu’à cela ne tienne, elle répondrait de là.

« Moira, je… je suis plus qu’honorée que vos parents ait pensé à moi pour épouser votre frère. Mais… je ne sais que répondre à cela. Je dois avouer que je ne m’attendais pas à cela. Je ne sais si je peux accepter. » commença-t-elle avec difficulté.  Elle ne voulait pas blesser son amie en refusant. Et pourtant, elle ne savait réellement pas quelle attitude adopter. Certes cela la rendrait plus qu’heureuse de devenir sa belle-sœur et même temps, elle ne savait pas si elle était prête à retenter l’aventure. Et puis, son engagement personnel auprès des Jacobites était un risque pour son frère et elle en savait quelque chose. Robert avait très certainement perdu la vie à cause de cela. Alors comment savoir ? « Moira, je ne veux pas que vous pensiez que je ne souhaite point épouser votre frère. Néanmoins, n’est-ce point précipité ? Je veux dire, je ne le connais point assez et même en venant chez vous, aurai-je le temps de le connaître… » Agnès s’interrompit. Sa mère la regardait étrangement. C’était vrai qu’elle avait été fiancée à un homme dont elle ne savait presque rien alors que là, on lui offrait la possibilité d’apprendre à le connaître avant de donner sa réponse définitive. Mais elle n’était sûre de rien. Elle ne savait même pas ce qu’elle désirait réellement. Elle ne savait pas si elle voulait épouser un autre homme ou non, si le temps était venu ou non. Elle besoin de temps pour réfléchir. Et elle avait besoin d’en parler à son cher frère. George saurait la conseiller c’était certain. Il avait des défauts, ils ne s’entendaient pas toujours, mais il était là pour elle.  « Pourrai-je en discuter avec George ? » demanda-t-elle un peu timidement. Ce n’était pas dans ses habitudes. D’ordinaire, elle était franche et bien plus sûre d’elle.  « Mais quoi qu’il en soit et qu’importe ma décision, j’accepte votre proposition. » finit-elle par dire en souriant à sa mère qu la laissa finalement se relever. Agnès Douglas s’approcha de son amie. « Vous me sembliez nerveuse, Moira. Redoutiez-vous ma réaction ? » fit-elle une pointe de taquinerie dans la voix.

_________________

Récompense:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 02/01/2017
♛ Messages : 339
♛ Chardons en poche : 240
♛ Mon allégeance va à : l'Ecosse et à son clan... Mais plus que tout, à sa liberté!


MessageSujet: Re: Meillerue amie ou future belle soeur ?   Lun 9 Jan - 21:06




Meilleure amie ou future belle-sœur?

Une meilleure amie, c'est une sœur que la vie a oublié de vous donner


En effet...Ce sont mes parents, Duncan et Ailein MacKintosh, qui m'ont demandée de faire ce voyage pour... Moira avala sa salive, la gorge sèche: au nom de notre famille, vous demander votre accord pour que vous épousiez mon frère aîné: Alistair. pour le moment seuls Alistair, moi-même, vous et vos parents sommes au courant de ce projet... Nous avions convenu qu'il n'y aura mariage que si vous acceptez la demande et si jamais ce ne soit pas le cas, cette histoire restera dans cette pièce et nous feront comme si cette proposition n'avait jamais eu lieu.  Je tiens aussi à vous dire que vous pourrez, avant de nous donner votre décision, passer quelques temps chez nous - dans les Highlands - afin de faire plus ample connaissance avec mon aîné.

Le silence qui suivit cette annonce devint pesant. Angoissant. Moira tendait ses oreilles, à l'ouïe déjà fine en temps normal, au maximum pour entendre et appréhender la réaction de son amie. Elle entendu un frottement, comme si quelque chose - ou quelqu'un - avait glissé.
Que se passe t'il? Oui, elle ne s'était jamais plainte d'être aveugle. Elle était née comme ça après tout... Elle n'oserait imaginer ce qu'elle serait devenue si, née voyante, elle serait devenue non-voyante du jour au lendemain... Elle ne s'était jamais plainte... Mais quand on n'avait que le goût, le toucher et l'ouïe pour vivre, cela pouvait devenir pesant. Elle voulu tendre la main vers Agnès quand celle-ci coupa toute tentative en prenant la parole. « Moira, je… je suis plus qu’honorée que vos parents ait pensé à moi pour épouser votre frère. Mais… je ne sais que répondre à cela. Je dois avouer que je ne m’attendais pas à cela. Je ne sais si je peux accepter. »

Moira remit sa main sur ses genoux, comprenant qu'Agnès voulait donner son point de vue. Elle avait beau être mal à l'aise d'avoir été choisie comme messagère et savait pertinemment que ses parents le lui avaient demandé car ils connaissaient l'amitié de leur fille avec celle des Douglas. Peut-être souhaitaient-ils mettre Agnès dans l'embarras et la "forcer" à dire oui en prenant Moira comme messagère? La jeune femme se félicita d'avoir réussi à soutirer la promesse à leurs parents respectifs que si la jeune Douglas ne voulait point d'Alistair comme époux, cela n'arrivera donc jamais.
Qu'on ne s'y trompe pas! Moira serait ravie d'avoir une Agnès Douglas - MacKintosh comme belle-sœur! Elles se considéraient comme soudées par un lien fraternelle. Alors que cela devienne officielle? C'était du bonheur pour elle!...Mais elle se sentirait coupable d'être heureuse alors qu'Agnès, dans leur demeure des Highlands, serait malheureuse parce qu'elle avait épousé quelqu'un qu'elle n'aimait pas. « Moira, je ne veux pas que vous pensiez que je ne souhaite point épouser votre frère. Néanmoins, n’est-ce point précipité ? Je veux dire, je ne le connais point assez et même en venant chez vous, aurai-je le temps de le connaître… »

Moira garda le silence, encore une fois, mais le souvenir d'un dénommé Robert s'imposa à elle. Il s'agissait de l'ancien fiancé d'Agnès, mort assassiné...Quand ils s'étaient promis l'un à l'autre, ils se connaissaient à peine. Elle dit: ne vous inquiétez pas mon amie! J'ai dit "quelques temps" mais je n'ai pas précisé la durée. Vous aurez tout le temps pour réfléchir. « Pourrai-je en discuter avec George ? » dit, aussitôt, Agnès. La jeune aveugle haussa les sourcils. Moira et Agnès étaient le jour et la nuit, mais c'était ce qui les rapprochés.

L'une aveugle, l'autre voyante. L'autre aimait l'aventure à l'excès et les voyages, l'autre tout aussi mais plus timide dans ses démarches. Mais, malgré tout, Moira était surprise car elle avait connu Agnès plus franche. Mais bon, c'était vrai qu'on avait souvent besoin d'un autre avis. Surtout pour quelque chose d'aussi important que des noces. Bien sur! dit elle Enfin, moi je n'y vois aucuns inconvénients! Et vous Lord Douglas?

« Mais quoi qu’il en soit et qu’importe ma décision, j’accepte votre proposition. » Moira sourit. Cela signifie qu'elle ne rentrerait pas dans les Highlands seule. Très bien... Puis s'adressant à la domestique: Pourriez-vous envoyer une missive à mes parents pour les informer que Lady Agnès Douglas rentrera avec moi?

Elle entendit un bruit de tissu, puis: « Vous me sembliez nerveuse, Moira. Redoutiez-vous ma réaction ? » Elle était plus détendue maintenant mais elle répondit: Excusez-moi mais pourrais-je être seule avec Agnès, s'il vous plait?

D'autres sons, dont celui d'une porte fermée, lui confirma qu'elle et Agnès étaient seules dans la pièce. J'espère que vous me pardonnerez. Je sais que le mariage est, encore, un sujet sensible pour vous. C'est pour cela que je n'étais pas tranquille. J'ai eu peur que vous considériez que je vous avez trahi en acceptant de vous faire parvenir le message...Même si, à la base, je voulais simplement passer quelque jours avec vous, ils m'ont demandée de faire la messagère Même en se mettant bien dans l'esprit que, en tant que noble, le mariage est quasiment un passage obligé. Moira aussi devra, un jour, s'y plier...Si quelqu'un veut bien d'une aveugle pour épouse.
Elle dirigea sa main vers une de ses poches, en sorti un petit morceau de parchemin plié, et le tendit à Agnès: C'est de la part d'Alistair. Il m'a demandée de ne la montrer qu'à vous. Je ne sais pas ce qui est écrit...Comme l'affaire était secrète, je n'ai demandé à personne de me la lire...
love.disaster

_________________

☆☆☆ Profite de chaque minute de ta vie, sois heureux maintenant. N’attends pas pour te faire plaisir. Souviens-toi que le temps est vraiment précieux. Chaque minute que tu passes avec ta famille et tes amis doit être appréciée et savourée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/12/2016
♛ Messages : 476
♛ Chardons en poche : 539
♛ Mon allégeance va à : aux Douglas, aux Jacobites, à l'Ecosse


MessageSujet: Re: Meillerue amie ou future belle soeur ?   Mer 11 Jan - 23:25

Moira s’empressa de rassurer son amie. Elle lui assurait qu’elle aurait tout le temps qu’elle désirait, et pour réfléchir et pour connaître le frère aîné de Moira. Mais cela ne suffit point et Agnès s’empressa de demander si elle pourrait en toucher quelques mots à son frère George. Moira accepta évidemment mais préféra demander l’avis du père de son amie. Puis, voyant que Lord Douglas y était favorable, elle demanda à ce qu’une missive soit envoyée chez les MacKintosh. Elle devait informer de la venue prochaine d’Agnès Douglas en même temps que le retour de Moira.

Mais ce qui étonna un peu Agnès, ce fut la demande de Moira. Elle voulait être seule avec elle. Agnès regarda ses parents et bientôt, la porte se referma. Les voilà, seules et Agnès fit quelques pas dans la pièce. Elle était un brin curieuse en ce qui pouvait motiver cette demande. Et puis soudain, Moira fit une subtile allusion à ses précédentes fiançailles. Agnès cessa instantanément sa déambulation. Elle se tourna vers son amie. « Vous voulez parler de mes fiançailles avec Robert Bruce, n’est-ce pas, Moira. » fit Agnès. Malgré tous ses efforts, sa voix était fragile et tremblante. C’était évident, mais Moira avait visiblement peur d’avoir commis un impaire. Agnès retourna auprès d’elle.

« Ne vous inquiétez pas mon amie. Je ne pense nullement que vous m’avez trahi. Mes fiançailles appartiennent au passé, Moira. Robert est devenu un ami, malgré son absence. Mais je sais que je suis prête à accueillir un autre homme dans ma vie. Qu’il s’agisse ou non de votre frère. De plus, je ne suis pas stupide. Mon oncle a marié mon frère et le deuil récent n’a que ralenti ses projets. Un jour il me trouvera un mari, et Dieu seul sait quel homme il me forcera à épouser. » poursuivit-elle. Agnès fit une pause et Moira en profita pour lui donner un petit papier plié. Un mot de la part de son frère, affirma-t-elle en le lui tendant. Agnès prit le papier mais n’osa point le lire de suite. Moira n’en connaissait pas le contenu. « Je vous remercie de me l’avoir transmis, mon amie. Si cela ne vous dérange point, je le lirai une fois seule dans ma chambre. J’espère que vous ne m’en tiendrez point rigueur. » demanda Agnès en souriant. Puis elle prit la main de son amie et la dirigea vers un divan. « Vous pouvez vous asseoir, ici. » fit-elle en posant sa main sur le tissu pour lui indiquer l’emplacement. « Moira, pourriez-vous me parler de votre frère ? J’aimerai en savoir un peu plus à son sujet avant de ne le rencontrer. Vous comprenez sûrement. » ajouta la Brune en prenant place à ses côtés.

_________________

Récompense:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 02/01/2017
♛ Messages : 339
♛ Chardons en poche : 240
♛ Mon allégeance va à : l'Ecosse et à son clan... Mais plus que tout, à sa liberté!


MessageSujet: Re: Meillerue amie ou future belle soeur ?   Mer 18 Jan - 15:29




Meilleure amie ou future belle-sœur?

Une meilleure amie, c'est une sœur que la vie a oublié de vous donner


« Vous voulez parler de mes fiançailles avec Robert Bruce, n’est-ce pas, Moira. » Moira confirma d'un signe de tête. Elle remercia les parents d'Agnès d'avoir accepté de les laisser seules. « Ne vous inquiétez pas mon amie. Je ne pense nullement que vous m’avez trahi. Mes fiançailles appartiennent au passé, Moira. Robert est devenu un ami, malgré son absence. Mais je sais que je suis prête à accueillir un autre homme dans ma vie. Qu’il s’agisse ou non de votre frère. De plus, je ne suis pas stupide. Mon oncle a marié mon frère et le deuil récent n’a que ralenti ses projets. Un jour il me trouvera un mari, et Dieu seul sait quel homme il me forcera à épouser. »

Prenant sa respiration, elle dit: oui...Je l'avais bien vu. Vous aviez fini, Dieu merci, par apprécier Robert... Je ne sais ce que j'aurais pensé si vous aviez été fiancée à un homme qui ne vous appréciez point. J'ai tellement entendu parler de ces histoires...De ces femmes qui n'ont trouvés leur salut que dans leur progéniture...Mais Moira prit une pause: vous ne l'aimiez pas comme une femme devrait aimer son mari n'est ce pas?

De sa main libre, elle prit celle d'Agnès. Si j'ai accepté de faire les messagères, ce ne fut qu'à la condition que vous soyez d'accord pour épouser Alistair. Dieu merci, mon frère est allé dans mon sens. Elle sourit: Il est un romantique. Je me souviens de ces romans de preux chevaliers tombant amoureux d'une fée... Et je le sais: il n'acceptera jamais d'épouser une femme qui ne l'aime pas et qu'il n'aime pas en retour. Elle soupira: et, pour ma part, je ne sais si je marierais un jour...On parle de ma dot avantageuse mais je ne sais si un homme accepterait de prendre une aveugle comme épouse.

Elle alla fouiller dans une poche et en ressorti un petit papier plié. Une lettre d'Alistair pour Agnès. Elle le lui tendit:« Je vous remercie de me l’avoir transmis, mon amie. Si cela ne vous dérange point, je le lirai une fois seule dans ma chambre. J’espère que vous ne m’en tiendrez point rigueur. » Ce qui est écrit ne me regarde nullement. Je respecte votre vie privée.

Moira se rapprocha d'Agnès quand celle-ci tapota un endroit. « Moira, pourriez-vous me parler de votre frère ? J’aimerai en savoir un peu plus à son sujet avant de ne le rencontrer. Vous comprenez sûrement. » Elle sourit: Je le comprends, ne vous inquiétez pas. Alistair m'avait demandé la même chose rigola t'elle. Comme je l'ai dit: c'est un romantique. Un intellectuel aussi...C'est un guerrier accompli mais vous vous apercevrez bien vite qu'il préfère lire que de manier l'épée. Il prend, d'ailleurs, plaisir à me faire la lecture. elle soupira: protecteur aussi...Un peu trop peut être, d'ailleurs!

_________________

☆☆☆ Profite de chaque minute de ta vie, sois heureux maintenant. N’attends pas pour te faire plaisir. Souviens-toi que le temps est vraiment précieux. Chaque minute que tu passes avec ta famille et tes amis doit être appréciée et savourée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/12/2016
♛ Messages : 476
♛ Chardons en poche : 539
♛ Mon allégeance va à : aux Douglas, aux Jacobites, à l'Ecosse


MessageSujet: Re: Meillerue amie ou future belle soeur ?   Sam 21 Jan - 16:12

Agnès sourit lorsque son amie acquiesça à ses mots. Oui, elle parlait bien de Robert Bruce. Son ancien fiancé, Agnès en parlait librement maintenant. Mais cela n’avait pas toujours été le cas. Malgré tout, les mots de la blonde surprirent la jeune femme. Donnait-elle tant que cela l’image d’une épouse qui ne faisait qu’apprécier l’homme qu’on lui avait imposée ? Mais Moira avait raison, elle ne s’imaginait point non plus liée par le mariage à un homme qui ne l’aimait pas. Et Dieu merci, cela n’avait point été le cas avec Robert. Mais Moira avait tort sur un point. Et Agnès tenta de le rectifier en souriant et avec douceur. Agnès prit une grande inspiration. Elle chercha un peu ses mots et finalement prit la parole. « A dire vrai, Moira… je ne peux vous affirmez que je ne l’aimais pas comme une femme devait aimer son mari. Je ne vous cache pas non plus que les débuts ne furent point de tout repos. Mais… mais je crois que s’il était toujours en vie, alors nous serions à la fois époux et amant, à n’en point douter. » Cela était dépourvu de toute pudeur. Mais Agnès ne voulait point s’encombrer de cela en la présence de son amie. Et puis, elle était seule dans cette pièce. Agnès ne cacherait jamais la réalité à Moira. Parce qu’il fallait bien l’avouer, Agnès en était finalement tombée amoureuse de Robert.

La Brune baissa un peu les yeux et puis reprit. « Mais vous savez, l’absence change nos sentiments Moira. Tout comme la présence les change aussi. Robert disparu, je me suis raccrochée à mes souvenirs faisant de lui un confident, un ami, un gardien. Mais je ne suis pas mariée à un fantôme, Moira. » Et alors que Moira lui avait pris la main, elle lui expliqua qu’elle n’avait joué ce rôle uniquement parce qu’on lui avait assurée qu’Agnès aurait le dernier mot à ce sujet. Chose que son frère fit également. Mais Moira fit également part de ses inquiétudes face à son propre futur mariage. Agnès secoua la tête négligemment avant de répondre et d’essayer de la rassurer à ce propos. « Moira, vous êtes une femme merveilleuse et les hommes seraient idiots de s’arrêter à ce petit détail qui vous rend si différentes de nous autres. Vous ne voyez pas le monde comme nous Moira, vous le vivez. Nous autres voyons davantage les apparences, vous vous concentrez sur les âmes de ceux que vous rencontrez. Non, vraiment Moira, ne pensez jamais que vous n’êtes point une femme digne d’intérêt. »

Moira avait ensuite remis un papier écrit de la main de son frère à Agnès. La brune l’avait naturellement pris mais ne l’avait pas lu, préférant le faire une fois seule. Agnès s’était d’ailleurs assurée que cela ne dérangea pas son amie. Chose à laquelle cette dernière répondit positivement. Alors elle décida de changer de conversation. Agnès était curieuse de savoir qui était le frère de Moira. Curiosité qu’elle tâcha de rassasier. Elle avait déjà quelques informations plus tôt. Mais elle voulait en avoir d’autres et qui de mieux placer pour lui en donner que Moira elle-même. Agnès écoutais avec attention et ce qu’elle entendait la rassurait et lui procurait une certaine joie. Si Alistaire était bien plus un romantique qu’un guerrier, alors peut-être qu’il ne mourrait pas après seulement huit mois de fiançailles.

« Moira, vous savez, je n’aspire pas spécialement à épouser un guerrier. L’homme qui fut mon fiancé était un guerrier à sa façon et nous savons toutes les deux que cela fut vraisemblablement la cause de sa mort. Je ne compte pas perdre un à un mes fiancés, mon amie. » fit-elle en rigolant. Rire qui ne put que s’amplifier lorsque Moira lui signifia que son frère était protecteur, peut-être même trop. Elle pouvait aisément le comprendre. Elle était l’aînée des douglas et regardait toujours ses deux frères avec un regard protecteur, quand bien même George ne vienne à l’agacer en défendant son épouse. Agnès se leva, fit quelques pas et puis revint à sa place.

« Vous avez dit plus tôt que votre frère vous aviez pausé la même question ? Ce pourrait-il qu’il s’intéresse un peu à une femme qui a déjà perdu un fiancé ? Cela ne l’effraye donc point ? Après tout, personne ne sait réellement ce qu’il s’est passé ce jour-là. » Agnès était parfaitement sérieuse. Elle était parfaitement consciente aussi que ce passé pouvait en déranger plus d’un. Son oncle devrait jouer finement et en soir, cela amusait grandement Agnès.

_________________

Récompense:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 02/01/2017
♛ Messages : 339
♛ Chardons en poche : 240
♛ Mon allégeance va à : l'Ecosse et à son clan... Mais plus que tout, à sa liberté!


MessageSujet: Re: Meillerue amie ou future belle soeur ?   Mar 24 Jan - 22:24




Meilleure amie ou future belle-sœur?

Une meilleure amie, c'est une sœur que la vie a oublié de vous donner


Moira écouta son amie... Jamais elle n'avait mis son ouïe autant à contribution. Et, pourtant, Dieu seul savait à quel point elle avait du mettre ses sens actifs à contribution pour, ne serait-ce, éviter de se retrouver dans une situation compromettante. Mais, pour le moment, les situations dans lesquelles Moira aurait pu se retrouver contre son gré importaient peu... Agnès était tout ce qui comptait ce jour-là.

A la base, si elle avait été réticente à l'idée de présenter cet hypothétique contrat d'alliance par le mariage, celui d'Agnès et d'Alistair, c'était parce qu'elle craignait que le fait que ce soit elle qui porte le message, Agnès se sentirait obliger. Il y avait aussi le fait qu'elle avait bien remarqué qu'Agnès avait fini par aimer Robert...Moira n'avait jamais connu l'amour d'un homme. Mais elle s'en faisait une assez bonne idée pour savoir que la mort d'un être cher...Et, encore plus, celle d'une personne à qui on a laissé la clé de son cœur était la pire des douleurs qui puisse exister.
Quand Robert est mort, Moira n'avait pas laissé Agnès. Plutôt mourir que de regarder sa meilleure amie sombré. Alors, forcément, quand Moira apprit cette proposition de mariage, elle avait été chamboulée...Comment pourrait t'on accepter le mariage avec un autre quand de précédentes fiançailles, une précédente histoire d'amour, nous avait fait tant souffrir.


Mais elle n'était pas naïve... Agnès et elle faisaient partie de la noblesse. De la pure noblesse écossaise. Peut-être que cela n'aurait pas eu d'importance si elles étaient nées bourgeoises mais Dieu en avait décidé autrement.... Alors, un jour au l'autre, au nom de la puissance et la renommée de leur clan respectif, il y aurait un jour où elles devraient trouver un mari.
Pour Agnès, ce temps était arrivé... Enfin, fallait-il qu'elle soit d'accord.

« A dire vrai, Moira… je ne peux vous affirmez que je ne l’aimais pas comme une femme devait aimer son mari. Je ne vous cache pas non plus que les débuts ne furent point de tout repos. Mais… mais je crois que s’il était toujours en vie, alors nous serions à la fois époux et amant, à n’en point douter. » Moira pouffa à ses mots. En voilà des paroles crues Lady Douglas, je ne vous connaissais pas comme ça, dites moi! rigola t'elle entre deux gloussements. « Mais vous savez, l’absence change nos sentiments Moira. Tout comme la présence les change aussi. Robert disparu, je me suis raccrochée à mes souvenirs faisant de lui un confident, un ami, un gardien. Mais je ne suis pas mariée à un fantôme, Moira. »

Elle sourit: Vous voulez que je vous dise? Vous m'avez menti quand vous m'avez dit manqué de courage comparé à moi... Votre opinion sur ma personne me touche, vous le savez! Je vous considère comme la sœur que la vie a oublié de me donner... Vous avez plus de courage que je n'en n'aurais jamais Agnès! Si j'avais été dans votre situation, j'en aurais perdu la raison. Rien que l'idée de perdre un de mes proches m'est insupportable. Elle prit une pause: ... Mon monde est fait d'odeurs, de textures et de sons et imaginer qu'un soupçon disparaisse pour l'éternité. Elle ferma les yeux: Mon univers est limité. J'avoue: j'ai déjà été jalouse. Jalouse de ceux qui peuvent voir. Alors penser que je puisse encore être plus limitée en perdant quelqu'un ou quelque chose... Ouvrant ses yeux, sa main alla chercher sa canne richement ciselée. Cette canne m'a été offerte par mon père quand je suis devenue une femme...Plus qu'un simple bout de bois décoré, il est une partie de mon corps. M'en priver suffirait à me mettre à terre. Sa main, légèrement tremblante, prit celle d'Agnès. Alors ne dites plus jamais que vous manquez d'audace et de courage, vous en avez! Croyez-moi...

Finalement, elle parla de cette intuition qu'elle se marierait jamais car elle pensait qu'une femme atteinte de cécité n'attirerait pas beaucoup de prétendants. « Moira, vous êtes une femme merveilleuse et les hommes seraient idiots de s’arrêter à ce petit détail qui vous rend si différentes de nous autres. Vous ne voyez pas le monde comme nous Moira, vous le vivez. Nous autres voyons davantage les apparences, vous vous concentrez sur les âmes de ceux que vous rencontrez. Non, vraiment Moira, ne pensez jamais que vous n’êtes point une femme digne d’intérêt. » Elle sourit, émue: Merci. Ce que vous dites réchauffe mon cœur... Mais à supposer que j'aie raison....Permettez moi de m'assurer de votre bonheur conjugal. Si vous êtes heureuse, je le serais aussi...Ma sœur. Elle sourit: Et j'avoue, sans vouloir vous forcer la main, que la simple idée que nous pourrions habiter sous le même toit me comble de joie. Finalement, elle soupira: Et d'un autre côté, pourquoi les voyants se préoccupent tellement des apparences? Je ne comprendrais jamais! Elle poursuivit: figurez-vous que, pendant un de mes tout premiers voyages, j'ai rencontré un homme qui m'a aidée à porter mes affaires, il a même empêché un commerçant peu scrupuleux de me voler, et, tout naturellement, j'ai voulu lui offrir un verre pour le remercier mais il a dit qu'il ne voulait pas m’embarrasser par les quand diras t'on! Bon, je n'ai pas accepté et j'ai repris ma route...Mais les gens jugent vraiment sur peu de chose!

Agnès lui posa des questions sur Alistair, ce dont elle répondu avec plaisir. Avec son point de vue de sœur. « Moira, vous savez, je n’aspire pas spécialement à épouser un guerrier. L’homme qui fut mon fiancé était un guerrier à sa façon et nous savons toutes les deux que cela fut vraisemblablement la cause de sa mort. Je ne compte pas perdre un à un mes fiancés, mon amie. » Pour l'amour de Dieu, ne parlez pas de malheur! dit-elle. Moira sourit: bien sur, je m'en doute! Ne vous inquiétez pas...Si ça peut vous rassurer, il est peut-être un romantique poète mais il est solide. Enfin... Elle serra, desserra une de ses mains. Si mon sens du toucher a vu juste. rigola t'elle. Puis elle dit Il a déjà failli me rompre le dos en me prenant dans ses bras. pour couper toutes idées bizarres. Elle senti Agnès se lever puis revenir: « Vous avez dit plus tôt que votre frère vous aviez pausé la même question ? Ce pourrait-il qu’il s’intéresse un peu à une femme qui a déjà perdu un fiancé ? Cela ne l’effraye donc point ? Après tout, personne ne sait réellement ce qu’il s’est passé ce jour-là. »  Moira ouvrit grands les yeux de surprise: Mais qu'est ce donc que cette idée? Vous n'y êtes pour rien! Et vous ne portez pas malheur! Mon frère est assez mature pour le savoir, d'ailleurs. elle reprit les mains de Moira: croyez-moi, et je sais que vous le savez: vous n'y êtes pour rien, la mort de Robert n'était pas de votre fait et la seule crainte d'Alistair est que vous ne vous aimiez pas. Elle réfléchit. Avant mon départ, il m'a prit dans ses bras et m'a murmuré: si tu apprécies autant Agnès Douglas, elle doit être une femme superbe! J'ai grand hâte de la voir!

Elle reprit sa respiration puis lâcha un: Soit! Vous n'avez pas soif? Personnellement, un Whisky me ferait le plus grand bien!

_________________

☆☆☆ Profite de chaque minute de ta vie, sois heureux maintenant. N’attends pas pour te faire plaisir. Souviens-toi que le temps est vraiment précieux. Chaque minute que tu passes avec ta famille et tes amis doit être appréciée et savourée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



♛ Arrivé(e) en Ecosse le : 28/12/2016
♛ Messages : 476
♛ Chardons en poche : 539
♛ Mon allégeance va à : aux Douglas, aux Jacobites, à l'Ecosse


MessageSujet: Re: Meillerue amie ou future belle soeur ?   Sam 28 Jan - 18:36

« Voyons Moira, nous sommes entre nous. Devrai-je réellement m’encombrer de tant de pudeur. Je crois que vous ignorez encore bien des choses à mon sujet… ma sœur. » avait répondu Agnès en rigolant face à la remarque de sa meilleure amie.

Et puis lady Douglas avait continué. Moira avait répondu et cette fois, Agnès en fut très surprise. Elle s’attendait sûrement à beaucoup de réponse mais point à celle-ci. Elle, mentir, quelle drôle d’idée. Elle n’avait jamais menti et cela n’était prêt de commencer. Non, elle se pensait réellement moins courageuse que Moira. Sa vie avait été beaucoup plus facile, du moins elle le croyait, avant que son amie lui révèle qu’elle n’aurait pas supporté la perte de son fiancé si elle avait été dans son cas. Agnès en resta médusée. Moira prit sa main et lui dit des paroles qui raisonnèrent un long moment dans son esprit. Et puis Agnès répondit avec cette franchise qui la caractérisait tant. « Oh, Moira, vous savez, ce que je suis maintenant, je lui dois. Ses mots me portent encore, Moira. Ils me relèvent quand je vacille. Je ne suis pas si forte. Vous savez, je crois que sa lettre, j’en serai morte de chagrin. Mais ce n’est pas ce qu’il voulait. » Oui, si elle était toujours debout, c’était grâce à lui. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort, et elle était devenue plus forte, elle ne l’était pas de naissance, pas comme Moira.

Leur discussion avait pris la direction du propre mariage de Moira. Agnès ne comprenait pas que son amie puisse penser qu’elle ne se marierait jamais. Mais elle acquiesça d’un signe de tête lorsqu’elle lui demanda si elle pouvait s’assurer de son bonheur. En cet instant, Agnès se demanda si finalement, ce mariage n’était pas l’occasion pour les deux jeunes de veiller l’une sur l’autre comme le ferait des sœurs. Mais il était encore trop tôt pour se décider. Elle n’avait jamais vu le frère de Moira et elle ne pouvait prendre une telle décision dans ces conditions.

Agnès et Moira continuèrent de discuter jusqu’au moment où la brune demanda à son amie ce qu’elle avait répondu à la question de son frère. Et surtout, ce qu’il pensait d’une femme qui avait déjà perdue un fiancé dans des circonstances douteuses. Agnès lui fit également part de ses propres inquiétudes à l’idée qu’elle puisse porter malheur en quelque sorte. Mais Moira balaya le tout d’un revers de main. Elle assura à Agnès que son frère était assez intelligent pour savoir qu’elle n’y était pour rien. Elle lui confia également qu’il avait hâte de la voir. La voir, il serait peut-être un peu déçu. Moira lui avait prit les mains et Agnès se dégagea doucement. Elle se leva enfin alors que son amie lui proposait un verre de Whisky. « Je vais vous en apporter Moira, ne bougez pas. » répondit Agnès, inquiète malgré tout ce qu’avait pu lui dire Moira. Elle se dirigea vers un buffet, en sortit deux petits verres et une bouteille déjà entamée. Elle en remplit un qu’elle alla donner à Moira. L’autre, elle le garda à la main et en but une gorgée avant de reprendre.

« A dire vrai, je crains fort que votre frère ne soit déçu. Je ne suis pas l’une de ces filles faciles que l’on peut voir par ici dans les Lowlands. J’ai mes convictions et je ne suis pas prête à y renoncer, même pour un homme… » Évidemment, elle voulait parler de la cause jacobite. La cause et tous les dangers qu’elle trainait derrière elle. « Je ne veux pas l’entraîner là dedans malgré lui. Et je ne voudrai pas non plus le mettre en danger, Moira. Ce mariage implique beaucoup de chose et je ne sais s’il serait prêt à les accepter. »

_________________

Récompense:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Meillerue amie ou future belle soeur ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Carte pour ma belle-soeur !
» La Belle soeur...
» N&S, les personnages et leurs relations
» Ai je mal agi ?
» Le trousseau pour ma belle soeur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FLOWER OF SCOTLAND ♔ :: Les Lowlands :: The South :: ♛ Les Clans du Sud :: ♛ Terres Douglas-
Sauter vers: